The Promised Neverland – Tomes 19 & 20

Salut les sériephiles,

Pour cet article, il va falloir sortir les mouchoirs car j’évoque ma lecture des deux derniers tomes de The Promised Neverland. Après trois ans de lecture sporadique, me voilà donc au bout de cette saga et je dois dire que, dans l’ensemble, ça aura quand même été un plaisir de la suivre du début à la fin. Il y a eu quelques longueurs dans le prolongement des péripéties, surtout entre la moitié et le dernier quart de la série, c’est vrai, mais rien de vraiment dérangeant. Voici en tout cas dans cet article mon avis sur ces deux derniers tomes… avec du positif, oui, mais pas que !Image result for the promised neverland logo

 Tome 1 | Tome 2 | Tome 3 | Tome 4 | Tome 5 | Tome 6 | Tome 7 |
Tome 8 Tome 9 | Tome 10 | Tome 11 | Tome 12 | Tome 13Tome 14Tome 15Tome 16Tome 17 Tome 18 | Tome 19 | Tome 20

The promised Neverland. Vol. 19: A pieni voti - Kaiu Shirai - Libro -  Edizioni BD - J-POP | IBS

Tome 19 – J’ai eu du mal à me replonger dans l’univers, ce qui est un comble après dix-neuf tomes. Autant d’habitude, j’avais l’impression qu’il était facile de se remettre en tête les personnages et les enjeux, autant là, j’avais oublié une partie des divisions entre les groupes. Après, il y a un truc qui ne m’a pas aidé du tout avec ce tome, c’est sa chronologie.

On enchaîne les retours en arrière pour nous expliquer ce qui est en train de se passer, et autant c’est une technique à laquelle je suis habitué sans trop de mal dans les séries TV, autant là, dans un manga, j’ai trouvé ça très indigeste de jongler avec les dates. Je l’ai peut-être lu trop vite, pressé de savoir comment tout allait se terminer. On va donc dire que tout est ma faute, mais ça m’a un peu déçu pour un avant-dernier tome.

Par contre, j’ai beaucoup aimé la manière dont on retrouve encore et toujours l’éternel optimisme d’Emma. Elle aura vraiment porté la série avec cette même joie de vivre et croyance profonde que tout peut bien se passer qu’au premier jour. Et ça, c’est classe.

Sinon, bien sûr, j’ai aimé le retournement de situation aussi concernant Maman. C’est hyper cohérent avec tout ce que l’on savait, alors c’était cool. Par contre, là, pour le coup, ça aurait mérité un approfondissement supplémentaire. J’ai lu que l’univers se prolongerait sûrement avec d’autres mangas, cela dit, donc rien n’est perdu, on retrouvera peut-être Isabella dans ses aventures solo à géré la Ferme et les enfants qui ont précédé Emma, Ray et Norman.

Amazon.fr - The Promised Neverland, Vol. 20 (Volume 20) - Shirai, Kaiu,  Demizu, Posuka - Livres

Tome 20 – Nous y voilà, la grande conclusion de la saga. En le commençant, je me disais qu’il ne restait vraiment pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ce tome… et je ne me trompais tellement : la majorité des enjeux sont réglés dans le tome 19. Il y a bien quelques remous en début de tome, mais c’est à peu près ce à quoi je m’attendais après le 19, donc pas de surprise.

L’optimisme d’Emma est clairement contagieux, et ça manque presque de crédibilité. Heureusement, certains personnages sont un peu plus lucides sur l’avenir du monde tel qu’il sera laissé après cette nouvelle Promesse. Là aussi, ça peut être le terreau de bien des histoires de voir le monde se reconstruire après les Fermes.

La Promesse ? Humph. C’était trop beau pour être vrai cette affirmation d’Emma, mais je n’ai pas aimé avoir raison. Disons qu’en la voyant assurer que tout irait bien de l’autre côté, je voyais bien qu’il y allait avoir une belle arnaque à la clé, mais je ne voyais pas laquelle et j’avais envie de la croire. Pour le coup, c’est presque une fausse note cette fin pour le personnage d’Emma, parce que la demi-vérité, ce n’est pas trop dans son habitude.

Le dernier chapitre ? Humph, bis. Le retour à la réalité est violent, normalement. On voit bien que le mangaka nous fait encore passer un message sur l’état du monde actuel, mais je suis mitigé sur la conclusion de la saga. Qu’on s’entende : elle est très réussie et c’est chouette d’avoir une conclusion… MAIS je trouve qu’il y a de l’abus dans ce qui est mis en place. En effet, on suit le retour des enfants, mais sans avoir vraiment tous les détails de la nouvelle vie qu’ils vont mener. C’est un peu flemmard, je veux un spin-off maintenant, au minimum.

C'est fini pour The Promised Neverland, mais de nouvelles publications et  une exposition sont annoncées, 15 Juin 2020 - Manga news

Et Emma ? Oh, je vais spoiler plus ouvertement la fin, attention. Elle garde sa place particulière jusqu’au bout et est punie de manière bien triste. Honnêtement, j’ai trouvé que la punition aurait pu être bien pire : là, elle est donc amnésique… mais tous les enfants se souviennent d’elle et de ce qu’elle a fait. Ils sont capables de la retrouver après des mois, elle a encore quelques souvenirs d’eux… Bon, soit. Rien ne les empêche de lui raconter ce qu’il s’est passé et de tisser à nouveau des liens avec elle, donc.

Je vois bien que ce n’est pas vraiment ce qui est proposé comme fin, mais ça me frustre, parce que ce serait possible. J’aurais trouvé beaucoup plus atroce pour Emma que tous les autres soient amnésiques et qu’elle soit la seule à se souvenir. Après, ça aurait été plus compliqué d’expliquer l’apparition de dizaines de gamins amnésiques, mais bon… on ne sait pas vraiment ce que raconte Ratri Sr pour justifier leur arrivée.

En fait, The Promised Neverland, c’était la réponse au mystère des 4400 sans qu’on ne le sache. Ou pas. En tout cas, c’était vraiment une saga très prenante ! Merci encore à Laura de me l’avoir fait découvrir, continuer et terminer… et maintenant ces quelques bouilles vont me manquer :

Un total de 20 tomes pour The Promised Neverland - Nipponzilla

 Tome 1 | Tome 2 | Tome 3 | Tome 4 | Tome 5 | Tome 6 | Tome 7 |
Tome 8 Tome 9 | Tome 10 | Tome 11 | Tome 12 | Tome 13Tome 14Tome 15Tome 16Tome 17 Tome 18 | Tome 19 | Tome 20

 

The Promised Neverland – Tomes 16 à 18

Salut les sériephiles, et surtout les lecteurs !

Cela fait quelques jours que je décale cet article puisque j’ai terminé le tome 18 il y a quinze jours en allant au boulot, avant de voir qu’une élève était justement en train de le lire aussi dans le couloir devant ma salle. Oups, moment gênant. Plus qu’à faire un exercice de grammaire avec Norman et Emma maintenant ! Bon, on n’est pas là pour ma vie cela dit, mais pour mon avis sur les tomes 16 à 18, alors c’est parti !

Image result for the promised neverland logo

 Tome 1 | Tome 2 | Tome 3 | Tome 4 | Tome 5 | Tome 6 | Tome 7 |
Tome 8 Tome 9 | Tome 10 | Tome 11 | Tome 12 | Tome 13Tome 14Tome 15Tome 16Tome 17 Tome 18 | Tome 19 | Tome 20

The Promised Neverland - Tome 16 - The Promised Neverland - Posuka Demizu, Kaiu Shirai - broché - Achat Livre ou ebook | fnacTome 16 – L’avantage de ce tome est qu’il m’a pris par surprise concernant Emma et Ray, parce que cette intrigue des Sept Murs et du labyrinthe qui les fait se perdre dans l’espace et le temps était absolument imprévisible. Cela change la perspective de l’ensemble des médias en basculant encore plus loin dans le fantastique – même si cette histoire de Pacte et de monstres faisait déjà l’affaire, je sais. Le rythme était sympa, par contre, c’est un tome qui servait surtout de transition… alors que la fin se rapproche, c’est frustrant. Le cliffhanger de cette intrigue est par contre hyper efficace et ça m’a frustré de devoir attendre pour voir la suite.

En revanche, j’aurais aimé avoir plus de temps aussi à l’extérieur de ce labyrinthe, et pourquoi pas avec Norman. L’intrigue en forêt était moins efficace et m’a même déçu concernant certains personnages.

The Promised Neverland - Tome 17 - The Promised Neverland - Posuka Demizu, Kaiu Shirai - broché - Achat Livre ou ebook | fnacTome 17 – J’ai eu tellement de mal à me remettre dans l’histoire après un peu plus de quatre mois sans lire la saga que j’ai dû relire le tome 16 pour voir où on en était. La nouvelle promesse est passée, mais le suspense autour est lourd. J’aurais aimé que l’histoire évacue vite ce suspense, mais j’ai bien compris qu’on allait devoir attendre la fin pour en savoir plus.

La fin, justement, on la sent approcher puisqu’elle est pour le tome 20. Je trouve ça vraiment bien que la série s’achève quand elle fonctionne encore : il y a eu quelques tomes plus lents et quelques temps morts, mais chacun d’entre eux aura vraiment apporté sa touche à l’histoire, toujours en mouvement. Là-dessus, ça reste positif avec une énorme avancée du côté de Norman cette fois-ci : il vient à bout de la famille royale quand même. Enfin, des familles royales.

C’est toutefois un point que j’ai à reproché à ce tome en particulier : il n’était pas toujours super lisible. Je sais bien qu’à le lire le matin, c’est peut-être un peu ma faute aussi parce que j’étais fatigué, mais franchement, j’ai trouvé qu’avec ces 150 monstres, on avait parfois du mal à discerner qui était qui. Autant j’étais content qu’on avance dans l’intrigue, autant il y a des moments où je m’arrêtais vraiment sur les pages pour tenter de comprendre ce qu’il se passait, et ça ne marchait pas.

Bon, en tout cas, j’étais content de pouvoir enchaîner avec le tome suivant : celui-ci était la partie action pure avec de légers doutes de Norman, j’ai hâte de savoir ce que ça donnera avec Emma maintenant.

The Promised Neverland - Tome 18 - The Promised Neverland - Posuka Demizu - broché - Achat Livre ou ebook | fnacTome 18 – Après l’action, la parlotte, et comme d’habitude, ça m’a plus accroché et plu. Je suis un grand bavard, que voulez-vous ? J’aime le côté réflexion proposé par cette saga de toute manière et ça ne manque pas avec ce tome qui nous montre un revirement de situation que je n’attendais pas de la part de Norman. Franchement, je le voyais devenir un antagoniste vraiment gênant pour les derniers tomes…

Je suis content que ce ne soit pas le cas, j’aime la manière dont il revient à la raison grâce à Emma, même si celle-ci est toujours aussi pleine de bons sentiments parfois trop naïfs. J’ai hâte de voir ce que donneront les deux derniers tomes par contre, parce que j’ai l’impression qu’il y a encore énormément à régler maintenant que le monde des démons est déséquilibré et bouleversé par les actions des héros.

Et puis, il y a toujours ce suspense qui a tenu sur les trois tomes et sur l’avenir. Je sens un ultime twist sans parvenir à le deviner. Ce n’est pas une surprise, et c’est plutôt rassurant car c’est ce qui a toujours été un des points forts de ce manga : il est imprévisible et explore des situations inattendues.

 Tome 1 | Tome 2 | Tome 3 | Tome 4 | Tome 5 | Tome 6 | Tome 7 |
Tome 8 Tome 9 | Tome 10 | Tome 11 | Tome 12 | Tome 13Tome 14Tome 15Tome 16Tome 17 Tome 18 | Tome 19 | Tome 20

Maintenant, je n’ai plus qu’à me décider : est-ce que je lis le tome 19 à sa sortie ou est-ce que j’attends la sortie des deux derniers pour me les lire d’un seul coup ? Suspense.

Reconfinés (sort of)

Salut les sériephiles,

Nous avons un problème ce soir, je n’ai clairement pas du tout le temps de vous proposer l’article que j’avais envisagé. On va se passer d’un article du jour comme on se passe de critiques séries ces derniers jours, et je vais faire la promesse d’essayer de me rattraper demain. Comme il y a le mot « essayer », je ne m’aventure pas à prendre le moindre risque.

I See What You Did There GIFs | Tenor

Pour ma défense, nous sommes donc « reconfinés », mais à l’extérieur, avec des attestations qu’il ne faut finalement pas utiliser et des règles simples qui sont complexifiées autant que possible à chaque fois qu’on pense les comprendre. J’ai l’impression d’être piégé dans une spirale administrative cette semaine, parce que j’ai aussi passé énormément de temps sur mes possibilités de mutations aux règles inutilement complexes pour un truc qui, de toute manière, ne m’apportera pas ce que je veux.

Comme bien souvent dans ces cas-là, j’ai mis de côté les séries, parce que le boulot et l’administratif m’occupaient pas mal. Le côté reconfinement apporte quelques changements aussi, même si dans l’ensemble, ma vie reste à peu près la même, avec la liberté d’une heure de plus le soir avant le couvre-feu. Et ça, franchement, c’est odieux : j’ai envie de leur dire merci… alors que c’est parfaitement normal ? angel smile time gif | Tell-Tale TVC’était inhumain 18h (particulièrement sur le mode de vie parisien ; je n’ai pas l’impression que j’avais la même vie quand j’étais à Bordeaux, mais bon).

Bref, avec tout ça qui s’accumule presque plus vite que les cas contact et positifs autour de moi, ça m’a fait du bien de me replonger plutôt dans Angel ce week-end. Oui, oui, malgré les remous récents du Whedongate, je n’oublie pas que ces séries-là sont de vrais doudous toujours efficaces, et bon dieu, qu’est-ce qu’Amy Acker est une actrice d’exception. Bien sûr, je dis ça en grande partie parce que je me suis replongé sur le dernier arc de la série, commençant par… A Hole in the World. Meilleurs GIFs Illyria | GfycatCela me semblait assez adapté à la période, non ?

C’est très étrange en tout cas d’arriver à la fin de la série comme ça, surtout que ça marque la fin du premier visionnage d’une amie qui a commencé Buffy après tout le monde il y a quelques années déjà. J’ai eu maintes fois l’occasion d’en parler dans ces articles 500 mots, et ce, dès le départ ou presque de cette catégorie, avec un article le 5 août 2017.

Voir aussi : Mes premiers souvenirs de Buffy

Buffy contre les vampires : top 10 des meilleures punchlines de Buffy SummersEn revanche, finir, c’est bien, mais derrière, ça laisse un tel sentiment de « OK, et après ? » que je me suis replongé en fin d’après-midi dans le tri et la lecture de mes comics du Buffyverse… C’est assez triste : il y a des morceaux complets des saisons 11 et 12 qui ne sont pas triés ; et tout le reboot qui est laissé à l’abandon dans mon archivage. J’ai beaucoup trop de boulot de ce côté-là, il faudra que je m’y consacre cet été apparemment.

En attendant, j’ai donc des séries à voir demain, et un article sur les tomes 16 à 18 de The Promised Neverland que je décale depuis plusieurs jours. J’ai lu tout ça il y a une bonne semaine désormais, ce n’est plus tout frais dans ma tête… Mais ça arrivera, promis.Olivia pope red wine GIF on GIFER - by Sagar Seulement là, il était 23h38 quand j’ai commencé l’écriture de cet article, parce que qui dit reconfinement dit apéro en visio, non ?

Le vin rouge de Bordeaux, c’est quand même vachement bon. Sur ce, la soirée continue avec un autre coup de fil, alors bonne nuit !

Le Bilan du mois de la BD !

Salut les sériephiles, et surtout les lecteurs pour cette fois,

Nous sommes (encore, ouf) le 1er octobre et j’ai passé pas mal de temps ce matin à m’étendre sur The 100 au point d’en oublier cet article du jour. Ne vous inquiétez pas, je suis toujours là, tout de même, et je n’oublie pas que ce 1er octobre signifie mettre fin au mois de la BD. Je vous parlerai prochainement en long, en large et en travers de mon rattrapage du reboot de Buffy dans un autre article, parce que oui, ça y est, j’ai réussi à me mettre à jour hier soir, à 23h49 certes, mais dans le timing du challenge. J’ai énormément à dire dessus puisque j’ai rattrapé une vingtaine de comics depuis mon dernier article sur le sujet…

Voir aussi : HellmouthBuffy/Angel (BOOM! Studios)

Allez, ce n’est pas le sujet, je suis juste là pour vous faire un bilan, après tout, et je sens que l’article va vite dépasser les 500 mots. Commençons par le positif, parce qu’il y en a évidemment : j’en suis à un peu plus d’une BD par jour en moyenne sur ce mois de septembre, et c’est plutôt un succès de ce point de vue-là, j’en suis heureux !

En ce qui concerne les points, je n’ai pas à rougir de mon résultat qui est plutôt pas mal, je trouve, avec 131 points. Par contre, par rapport aux années précédentes, je suis moins satisfait du résultat dans ses détails. En effet, j’ai surtout cartonné sur les deux mêmes items : une case d’une page ; un cliffhanger (avec environ 30 points chacun). Forcément, puisque j’ai lu Promised Neverland et des comics, le cliffhanger est dans l’ADN même de la bande-dessinée…

Voir aussi : The Promised Neverland – Tomes 13 à 15

Amazon.fr - The Promised Neverland, Vol. 14 - Shirai, Kaiu, Demizu, Posuka - LivresPar contre, si on met de côté le personnage principal féminin (merci Buffy) et la bibliothèque (étonnamment présente dans une BD sur deux, finalement), j’ai ensuite eu bien du mal à trouver quoique ce soit. Deux doudous, trois couchers de soleil, et c’est à peu près tout… Ce n’est pas faute d’attention : souvent, j’avais envie de valider des points du Bingo Séries en lisant ou des points du MBD en regardant des séries… mais voilà, dans le bon sens, ça ne fonctionnait pas. Satisfait du résultat global, donc, mais l’impression d’avoir juste lu sans une partie du fun du challenge !

Mon autre problème ? Ben… J’ai surtout fait des grosses sessions de rattrapage chaque semaine, ou même pas du tout la semaine dernière. Je suis un peu déçu par rapport aux éditions précédentes où j’avais eu moins de mal à assurer un certain suivi de mon challenge. Là, j’ai plus eu l’impression de jouer contre la montre, en grosse partie à cause de ma vie perso – nouveau job, comme d’hab, moins de transport, et puis, le reconfinement comme j’étais cas contact avec tout ce que ça impliquait d’adaptation…

Pour en revenir à ce mois de la BD, donc, j’ai surtout eu l’impression de faire des créneaux de la BD de temps à autres ! Pourtant, c’est mon meilleur résultat en trois ans, et de loin, y compris du côté du nombre de BD lues. Peut-être que je suis juste un éternel insatisfait ? Résultat de recherche d'images pour "ms marvel tome 1"En tout cas, je tiens à terminer l’article en remerciant Ludo qui a eu la bonne idée de ce challenge, parce que je suis content d’avoir enfin réussi à me mettre à jour dans mes lectures. Reste à savoir si ça continuera sur les mois à venir (mais en même temps, que lire en septembre prochain si je me maintiens à flot ?).

Voir aussi : Ma PAL dans l’article de présentation

Bon, d’accord, je dois aussi terminer en mentionnant Poluss pour m’excuser, parce que oui, j’ai lu tout ce que je voulais dans ma PAL de base, mais je n’ai pas réussi à la dépasser et à me lancer dans le tome 2 de Ms Marvel. Ce n’est que partie remise, j’imagine, there’s always next year. Et en attendant, j’ai pris l’habitude de caser quelques BD dans mon emploi du temps, alors on ne sait jamais !