Mon premier grand cliffhanger marquant (2/16)

Salut les sériephiles,

J’ai tellement aimé revenir sur mon premier épisode de sériephile la semaine dernière que j’ai décidé que ma saga de l’été serait une plongée aux origines de ma sériephilie ! C’est un peu tôt pour commencer une saga de l’été, je sais, mais j’ai déjà plein d’idées d’articles et largement de quoi aller jusqu’à septembre avec pas moins de 16 articles… Ce n’est pas aussi passionnant que mes déménagements, mais je fais ce que je peux ! En tout cas, n’hésitez pas à me rejoindre dans cette exploration de mes premières fois – dans les commentaires, sur Twitter, sur vos propres blogs… Ce serait top !

Pour cette semaine, je me suis donc fixé comme objectif de remonter aux origines de mon premier cliffhanger insoutenable, et j’ai lutté pour le retrouver. Concrètement, il y en a plusieurs qui me sont venus en tête – notamment du côté de Prison Break, des épisodes de Grey’s Anatomy ou de la fin de saison 3 de Charmed. Après, je sais que cette dernière risque de venir un certain nombre de fois dans cette série d’articles, alors j’ai préféré chercher autre chose, avant d’en venir enfin à un cliffhanger qui m’a traumatisé quand j’étais encore tout jeune : l’épisode « Two for the Road », le 2×20 de LOST.

Voir aussi : Ce que c’est qu’un cliffhanger

Image result for lost logo

Concrètement, j’ai déjà parlé de cet épisode et de ce cliffhanger dans plusieurs articles du blog, tant il marque un tournant dans la série pour moi. C’est l’épisode qui m’a fait prendre conscience que cette série n’était pas qu’un passe-temps, parce que ce tournant fait entrer la série dans un océan de violence improbable. Par conséquent, je me suis décidé à revoir cet épisode une dizaine d’années plus tard, pour voir s’il aurait été possible de prévoir ce qui allait arriver… et la réponse est que oui, probablement. Mais pas à ce point, non plus.

Lost - Team Ana [Michelle Rodriguez] #64: Ana Lucia is a bad ass ...

Voir aussi : Les scènes les plus marquantes de série

Cet épisode n’est pas le meilleur de la série, mais il est tout de même assez intéressant à suivre. Il se concentre majoritairement sur le personnage d’Ana Lucia de manière à conclure au mieux son intrigue. Effectivement, ça fonctionne plutôt bien : les flashbacks nous mènent déjà à une conclusion naturelle avec sa démission de la police et avec sa rencontre du père de Jack. Quand je vous disais que la série marquait un tournant, c’est aussi parce que lors de cet épisode, j’ai pris un peu plus conscience de la toile d’araignée que les scénaristes étaient en train d’étendre – on aperçoit même Sawyer dans les flashbacks, sortant du bar où se rend le père de Jack.

Concrètement, tout l’épisode s’amuse donc à explorer les relations d’Ana Lucia avec les autres passagers. Ana Lucia et Jack sont en froid et elle se lance dans une vendetta contre Henry Gale – qui n’est plus Henry Gale – parce que c’est tout ce qu’elle sait faire pour se venger. Concrètement, elle a eu l’occasion de nous montrer en flashback qu’elle rendait œil pour œil, dent pour dent, et dans l’épisode précédent, il a tenté de la tuer. Manipulatrice, Ana Lucia n’hésite pas à coucher avec Sawyer pour obtenir ce qu’elle veut.

Pin on Worth a thousand words
Yep, yep. Ana Lucia et Sawyer. C’est même l’occasion de les voir à moitié nus.

Ana Lucia faisant le tour des survivants pour organiser sa vengeance serait aujourd’hui, pour moi, un signe évident de ce qui allait lui arriver. Pourtant, à l’époque, ça avait eu l’effet inverse : je commençais à vraiment beaucoup l’aimer. L’épisode est un peu long à revoir aujourd’hui et ne présente pas les aspects que je préfère de la série, mais il est chouette de se replonger dans la vie sur l’île.

Voir aussi : Mon épisode préféré de LOST

Pour en venir enfin à ce qui nous intéresse dans cet épisode, le cliffhanger voit donc Ana Lucia se retrouver seule dans le bunker avec Michael, qui vient tout juste de revenir auprès de nos héros après avoir été trouvé dans la jungle par Jack et Kate. Pourquoi a-t-il encore la confiance de tous nos héros, vraiment ? Pourquoi avait-il encore la mienne alors que je ne l’aimais pas ?!

ana lucia cortez | TumblrAna Lucia lui avoue qu’elle n’est plus capable de se venger comme avant et qu’elle est incapable de tuer l’Autre qui est enfermé à quelques pas de là. Il n’en faut pas plus pour qu’il se propose de l’aider à le faire, avant de la trahir et de la tuer, persuadés qu’ils sont seuls, après une scène de manipulation fascinante où il obtient toutes les informations dont il a besoin pour libérer l’Autre, espérant ainsi retrouver Walt et s’enfuir de l’île, sans ses amis. Mais quel bâtard !

En parallèle, on a suivi Hurley organiser un pique-nique pour Libby, qui était à l’époque mon personnage préféré car j’adorais les mystères autour d’elle et de son passage en asile psychiatrique, pendant tout l’épisode, sur une idée de Sayid nous parlant de la défunte Shannon. Vraiment, tout indiquait que cette intrigue risquait de mal finir… Mais pas comme ça ! Le couple Hurley/Shannon se retrouvent sur une plage pour le pique-nique tant attendu, mais voilà : Hurley ayant oublié les serviettes, Libby est obligée de repartir en arrière vers le bunker, où elle tombe sur Michael tuant Ana Lucia.

En début d’épisode, Ana Lucia a une scène avec Libby pour réaffirmer leur amitié, et c’est probablement ce qui aurait dû mettre la puce à l’oreille, parmi tout le reste, du destin liée des deux femmes de l’épisode « Les autres, 48 jours », mais ça n’a pas été mon cas. Et concrètement, découvrir la trahison de Michael, puis la mort d’Ana Lucia et enfin la perte de Libby qui n’avait rien demandé et se prend deux balles d’un coup, c’est super violent. La tête de Libby s’effondrant, elle me hante encore aujourd’hui !

Voir aussi : Les pires trahisons de séries

En plus, Hurley se retrouve à culpabiliser pendant tout l’épisode suivant de la mort de celle qui allait devenir sa petite amie. Quant à ce cliffhanger, il lance un très bon arc de fin de saison sur Michael bossant pour les autres. Il n’empêche que faire commencer une fin de saison quatre épisodes avant la fin, c’était dingue !

hurley x libby | Tumblr
Et cette intrigue amoureuse commençait si bien…

Ce n’est pas mon épisode préféré, ce n’est pas mon tout premier cliffhanger, mais je pense que c’est vraiment l’un de mes premiers gros chocs de série, et probablement l’un des plus marquants pour le reste de ma carrière de sériephile ! Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai pensé à cet épisode face à certains retournements de situation surprenants. Il méritait donc sa place dans cette série d’articles, et surtout il méritait d’avoir son article sur le blog. C’est désormais chose faite.

henry gale | Tumblr

Ce que c’est qu’un arc (narratif)

Salut les sériephiles !

Comme souvent, on se retrouve ce matin pour un article de définition des termes plus ou moins techniques que j’emploie parfois dans mes critiques. Il va ainsi être question d’arc ce matin. Non, je n’ai pas perdu la tête et ce n’est pas non plus parce que je suis en plein visionnage d’Arrow que je vous parle d’arc. En fait, je ne vous parle pas d’une arme, vous vous doutez bien, mais d’un arc narratif.

Résultat de recherche d'images pour "arrow aim"

Alors c’est quoi exactement un arc narratif ? L’arc narratif/scénaristique est une partie d’une œuvre plus globale qui possède sa propre introduction (un problème) et sa conclusion. On en retrouve un peu partout et pas qu’à la télévision, y compris dans les séries de films ou les comics par exemple.

En ce qui concerne les séries, chaque épisode pourrait donc être désigné comme un arc (particulièrement quand on a affaire à un procédural), mais ce n’est pas le cas car l’idée est au contraire que cette nouvelle histoire dans l’histoire de la série s’étend sur plusieurs épisodes. Et, oui, il peut donc y avoir plusieurs arcs enchassés les uns dans les autres (parfois, c’est par personnage, parfois, par petits groupes) au sein de plusieurs épisodes. L’arc peut donc être aussi synonyme d’intrigue, tout simplement, mais d’intrigue sur plusieurs épisodes, ce qui implique bien évidemment l’utilisation de cliffhangers.

Le plus souvent, l’arc permet de faire évoluer un personnage ou une situation en passant d’un point A à un point B. Si vous me suivez régulièrement sur le blog, vous saurez donc que j’apprécie particulièrement ce procédé.

Résultat de recherche d'images pour "lucifer likes"

C’est quoi ce nom ? Difficile de trouver exactement de quoi il en retourne, mais pour le retenir, vous pouvez toujours vous dire que l’arc désigne en fait la courbe que suit le schéma narratif au sein de celui-ci : au début, tout est plat, puis il y a un problème qui va faire monter la tension vers son climax. Après celui-ci, on va se diriger vers sa résolution, avec une tension qui retombe plus ou moins progressivement. Et paf, ça fait un joli arc (aussi appelé pyramide de Freitag chez les allemands, du coup).

arc.jpg

Quelle origine ? Là encore, difficile à dire précisément quand Aristote lui-même évoque la diesis (montée en puissance) et la lusis (crise-résolution) au sein d’une histoire. Clairement, le concept n’est pas neuf en littérature.

En ce qui concerne la télévision, ils existent depuis plusieurs décennies et se retrouvent souvent dans les séries (Dr Who) et dessins animés. Cependant, ils étaient loin d’être une mode et encore moins un gage de qualité : souvent, les arcs étaient réservés aux soap-opéras et aux comédies.

Résultat de recherche d'images pour "dr who david tennant"

Le problème des arcs narratifs, à l’époque, était qu’il était difficile de rattraper un épisode loupé, c’est pourquoi on y préférait la forme d’épisodes indépendants les uns des autres. Avec l’arrivée des magnétoscopes, puis des DVDs et des replays, les choses ont bien changé.

Une des premières séries à s’être distinguée pour l’utilisation d’arc narratif est… Buffy. Joss Whedon, en s’inspirant des comics qui n’hésitaient pas à le faire, s’est alors mis à proposer des arcs courant sur l’ensemble d’une saison avec un grand méchant à abattre.

Résultat de recherche d'images pour "gloria buffy"

La formule fonctionnant bien, elle a ensuite été copiée par d’autres séries (par exemple, Charmed à partir de la saison 3 avec la Source, et même les Fondateurs). Oh, bien sûr, Buffy comme Charmed n’ont jamais hésité non plus à proposer des arcs plus courts pour faire évoluer un personnage. Certains parlent aussi de Xena, mais je dois avouer que je ne l’ai jamais vraiment regardée.

Bref, il existe des arcs narratifs pour une saison elle-même, mais aussi des sous-arcs pour l’évolution des personnages ou d’une situation, et enfin ceux qui constituent l’intrigue d’un épisode unique et ne sont donc pas considérés comme tels.

Résultat de recherche d'images pour "charmed arc"

Et aujourd’hui ? Les arcs narratifs sont nombreux dans les séries, mais il est de plus en plus rare de tomber sur des séries proposant un arc se déroulant au sein d’une saison complète. De plus en plus, les scénaristes privilégient des intrigues plus courtes, et ce parce que les séries du câble/des géants du streaming, ont changé la donne en proposant des saisons avec moins d’épisodes et la mode du binge-watching en une ou deux soirées. Je ne m’avance pas trop sur le sujet, car cela fera bien sûr l’objet d’un autre article 😉

Résultat de recherche d'images pour "jessica jones"

Ce que c’est qu’un cliffhanger

Salut les sériephiles!

Aujourd’hui, je vais répondre à une ancienne demande de Ludo qui voulait que je fasse un article « lexique » avec tout le vocabulaire série que j’utilise dans mes critiques et qui est parfois peu clair pour les non-initiés. On commence en douceur avec un terme qui me paraît simple et que j’emploie au moins 5 fois par semaine, mais on ne sait jamais !

Résultat de recherche d'images pour "study tv show"

Alors c’est quoi exactement un cliffhanger ? C’est tout simplement un fort moment de suspens qui achève un épisode/une saison. C’est un type de fin ouverte qui doit normalement créer une forte attente chez le spectateur de manière à ce qu’il revienne pour la suite. C’est le mode de construction de beaucoup de séries, notamment depuis Alias et 24 qui étaient l’une comme l’autre expertes en la matière.

Résultat de recherche d'images pour "alias"

C’est quoi ce nom ? Bien sûr, c’est de l’anglais et si on le décompose, ça veut littéralement dire : « être accroché à une falaise ». C’est donc ce moment où le personnage qui grimpe la falaise se retrouve suspendu dans le vide, entre la vie et la mort. C’est LA scène la plus clichée du monde, mais on l’a tous au moins déjà vu au moins une fois dans une série.

Résultat de recherche d'images pour "climb 13 reasons why tony clay"

Quelle origine ? En fait, et comme beaucoup de choses dans les séries, la technique n’a rien de nouveau et est issue directement de la littérature. Et oui, les histoires auxquelles on colle le titre de « roman-feuilleton », publiées dans des journaux (au XIXe siècle notamment) n’étaient pas construites autrement. C’est une excellente technique de suspens qui accroche de manière à peu près certaine le public. Et oui, les amis, nous sommes faibles et ils le savent !

Résultat de recherche d'images pour "weakness the 100"

Aujourd’hui ? La technique est tellement répandue qu’un cliffhanger est normalement censé se produire toutes les 10/15 minutes dans une série américaine. Cela correspond en effet aux coupures pubs et il faut s’assurer que les gens reviennent. C’est de moins en moins vrai avec les nouvelles techniques de diffusion, n’empêche que ça se constate encore dans beaucoup de séries (de Suits à Agents of S.H.I.E.L.D, en passant par Prison Break).

Résultat de recherche d'images pour "agents of shield cliffhanger"

Bien sûr, les cliffhangers de fin de saison sont censés être plus marquants que les autres, avec des morts ou des mariages, histoire d’être sûr de donner envie de revenir après une longue pause. Sans trop spoiler, il y en a qui sont plus réussis que d’autres et redéfinissent parfois toute une série. Oui, LOST, c’est de ta saison 3 que je parle (ça a tellement fait date dans l’histoire de la télé américaine, l’air de rien).

Résultat de recherche d'images pour "we have to go back"

À noter : il existe des exceptions à l’idée d’utiliser le cliffhanger pour faire revenir. Certaines séries se concluent volontairement sur un cliffhanger, pour signifier que l’histoire continue. Je pense à Angel, mais le meilleur exemple, c’est Desperate Housewives !

Résultat de recherche d'images pour "desperate housewives"

C’est tout pour aujourd’hui. Ce n’était pas si compliqué que ça 🙂 Si vous avez d’autres idées de mots de vocabulaire technique qu’il faudrait que j’explique, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires, ça finira bien par arriver sur le blog.

Bonne journée.