Sans un bruit 2 : à voir en salle pour l’immersion #17

Salut les cinéphiles,

La sortie de Sans Un Bruit 2 annulée le 18 mars et reportée - coronavirus cinéma

Toujours pas de série sur ce blog qui est censé y être consacré, mais bon, j’ai un an de terrasses et de films à rattraper tant que nous sommes déconfinés et que le Covid ne me frappe pas. Il faut donc que j’en profite et c’est chose largement faite cette semaine, avant une semaine compliquée de réunions et de travail qui n’en finit plus lundi prochain.

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/sheet_media/movie/7_957090.jpgEn attendant, donc, je me suis réfugié au cinéma avec Laura et son chéri, histoire de reprendre nos bonnes habitudes de fin 2019/début 2020. Et ce ne fut pas décevant du tout, puisque nous sommes allés voir Sans un bruit 2. Il était temps, il se sera fait attendre longtemps avec sa sortie prévue en mars 2020.

On ne va pas se mentir, il nous a fallu un bon moment pour nous remettre la fin du film précédent en tête, faute de l’avoir revu, mais le début est suffisamment bien fait pour que ça nous revienne rapidement en tête. Les scénaristes ont su nous remontrer les bons détails pour ça, genre le clou dans l’escalier, et nous remettre dans leur ambiance particulière.

Voir aussi : Critique encore plus express du premier film

Le film est plutôt une réussite, dans la lignée du précédent. Il en hérite aussi quelques défauts, comme les lenteurs inévitables dû à son concept – quand vous vous déplacez sans faire de bruit, il faut tout de même décomposer chaque geste et être plus lent.This is my Kingdom" — moviebuffs: A Quiet Place: Part II (2020) dir.... Cela dit, ça passe relativement vite comme film et c’est assez peu irritant par rapport à d’autres films du genre. Alors bien sûr, on ressort avec une furieuse envie d’acheter des chaussures à tout le casting et il y a un gamin qui mérite bien quelques tartes à être un cliché du pré-ado relou et incapable de se passer de sa mère deux minutes ; mais tout de même, j’ai passé un très bon moment devant, même lorsqu’il traine en longueur dans ses parallèles et sa multiplication de sous-intrigues.

https://www.trillmag.com/wp-content/uploads/2020/01/a-quiet-place-1.gifFace à ce concept de film, il est évident que j’ai eu à nouveau envie de rattraper mes épisodes de retard de Fear the Walking Dead, alors sur un malentendu, ça me débloquera peut-être de ma panne de séries. En revanche, comme pour la franchise de zombies, je suis un peu frustré par le film qui se repose sur sa musique pour ses jumpscares et par la toute fin qui… me laisse sur ma faim.

Et en plus, il le fait à deux reprises : la fin, bien sûr, mais aussi la transition entre la première séquence et la deuxième. J’ai adoré le fait de revenir en arrière, tout en trouvant ça un peu lourd comme flashback car on connaît déjà les bestioles et qu’on ne voit pas trop comment le héros comprend qu’il ne faut pas faire de bruit du tout ; mais j’ai eu du mal à comprendre le découpage – parce qu’au fond, j’aurais bien envie de savoir la suite immédiate de cette scène. On est à fond dans le film, et bam, on repart sur plus lent. Au moins, c’était top de commencer sur une scène d’action.

John Krasinski On Terrifyingly Real Nature Of 'A Quiet Place 2' Stunt
Par contre, j’avais vu la bande-annonce depuis le temps et j’insiste pour dire que ça retire une part du fun de savoir à l’avance les choses

Il est rare qu’un film me laisse autant sur ma faim, mais là, le rythme est haché et ça manque vraiment de conclusion. J’imagine qu’ils se laissent une porte ouverte pour un troisième volet. Il y a toujours de quoi faire du côté des origines de ces bestiaux ou de la suite de l’histoire. Honnêtement (spoilers attention), un film sans les retrouvailles finales, c’est juste frustrant. M’enfin, c’est le bon genre de frustrant, surtout qu’ils n’ont pas osé tuer certains personnages, contrairement au premier.

A Quiet Place 2 Is Coming To Cinemas Early With Special ScreeningEt pour un retour au cinéma, il est parfait ce film ! Il commence même par un plan qui rappelle certains confinements (ironique, pour un film qui devait sortir avant !). Autant je regrettais de ne pas avoir vu le premier en salle pour son ambiance silencieuse et immersive (tout en me disant qu’il était impossible d’avoir un vrai moment de silence au cinéma), autant j’y ai eu droit pour cette séance. Elle restera en tête pour son silence de plomb à certains moments-clés du film. Là-dessus, le film gère très bien les moments dans lesquels proposer le silence total et ceux dans lesquels se reposer sur la bande-son.

Quiet Place GIFs - Get the best GIF on GIPHYBref, j’ai adoré, je suis content de ma soirée… Et c’est bien pour ça que je ne résiste pas à l’envie de vous en parler si vite avec cette critique express. Le film est à voir au cinéma par contre, je pense vraiment que ça joue à l’ambiance de le voir avec toute une salle qui retient son souffle (et son covid ?).

Hollywood Octonauts Roll-Play (Part 2) - A quiet place - Wattpad
Sinon, le monstre me fait toujours autant penser à Stranger Things, mais ce n’est évidemment pas une mauvaise chose !

It follows – MST flippante #16

Salut les cinéphiles,

Achat It Follows en DVD - AlloCinéAvec la sortie de Sans un bruit 2 aujourd’hui dans les salles obscures, ENFIN, on pourrait croire que mon apéro avec Laura aurait rapidement viré à la séance ciné… mais non, on s’est simplement donné rendez-vous pour voir ce film vendredi finalement. On n’est plus à ça près, ce n’est pas comme si j’avais du travail à terminer en plein rush de fin d’année !

En tout cas, en attendant de voir ce film – et en relisant ma critique très express du premier volet Sans un bruit – je me suis dit que je pouvais bien vous parler d’un autre film coup de cœur vu cette année : It follows. Bon, il ne date pas vraiment de 2021 par contre.

Smash or Pass: Daniel Zovatto | Lipstick AlleyJ’y vais peut-être un peu fort en parlant de coup de cœur, mais il faut dire que le film savait comment me faire plaisir ! Il y avait Daniel Zovatto au casting, ce qui fait que je ne comprends vraiment pas pourquoi je ne l’avais pas vu avant, à l’époque de Here and now.

Après, il n’a pas non plus le lead masculin, qui irait plutôt à Keir Gilchrist, que j’adore aussi depuis Atypical (je vois d’ici Poluss s’impatienter qu’on regarde la prochaine saison ensemble – ou que je commence United States of Tara, un jour). Bref, tout pour plaire.

It Follows (2014) David Robert Mitchell | Journeys in Darkness and Light
Un début purement intrigant si l’on ne connaît rien du film qu’on vient voir !

C’est un film un peu étonnant, dont je ne savais pas grand-chose avant de le voir. On y suit la vie de Jay, une adolescente qui se retrouve dans de beaux draps (enfin, sur une belle banquette de voiture, c’est bien ça le problème) quand elle est soudainement victime d’une étrange malédiction après avoir couché avec son petit-ami du moment. In 2015, David Robert Mitchell's It Follows Made Sex Scary Again -  ConsequenceEn effet, elle comprend que quelque chose la suit. Quelque chose ?

L’apparence de cette chose qui la suit change : ça a l’apparence d’un être humain, ça marche très lentement, ça n’est pas toujours habillé (ce qui donne lieu à des full frontal bizarres, il faut bien le dire), ça n’est visible que par ceux ayant contracté cette MST et ça cherche à vous tuer en… non, ça, je vous laisse découvrir (ou pas) devant le film ; ça fait partie du suspense. En tout cas, ça fait peur, même si ça avance lentement et qu’il est apparemment facile d’y échapper, parce que c’est inéluctable.

Cela se rapproche, cela débarque parfois quand on ne s’y attend pas, et cela est bien difficile à semer… à moins de refiler la malédiction à quelqu’un d’autre. Ah. C’est un film au concept vraiment étonnant, avec une métaphore peu subtile faisant évidemment référence aux MST.

The Star Of 'It Follows' Tells You How To Beat A Sex Ghost - MTV

Inutile de dire que la notion de consentement y est assez floue, avec à l’écran ce qui s’apparente finalement à des viols lorsqu’on comprend ce qu’ils cachent et à des vrais questionnements sur ce qu’est le consentement.

La mythologie derrière ce monstre reste très floue elle aussi, et c’est ce qui fait que j’ai beaucoup aimé : on ne sait pas trop ce que c’est, mais c’est là. Et ça vous suit. Et c’est suffisant pour être angoissant par moment, prenant à d’autres… bon, et aussi trop longuet parfois. C’est le problème, en fait : le monstre n’avance pas bien vite et les personnages eux-mêmes paraissent parfois lent à la détente. Cependant, contrairement à d’autres films d’horreur, je trouve qu’à la fin, on a fait le tour de ce qu’il y avait à dire et de ce qu’on pouvait envisager de faire à la place des personnages.

It Follows (2014): More Thoughts – Geeking Out about It
Bouuuuuuuuge

C’est très efficace malgré quelques lenteurs, c’est glaçant et j’ai beaucoup aimé. De là à vouloir une suite ? Peut-être pas. L’histoire est suffisamment large pour le permettre, mais je ne suis pas sûr d’en vouloir, car ça risquerait de gâcher le concept plus qu’autre chose.

It Follows (2014) - David Robert Mitchell — Rotten Pop

En tout cas, si vous ne l’avez pas vu, je vous le recommande vivement… entre deux copies (lalala) !

Raya et le dernier dragon, c’est pour les grands enfants #15

Salut les cinéphiles,

Raya et le Dernier Dragon: Disney dévoile une nouvelle bande-annonce - TVQCIl est de nouveau plus de 23h, il est donc temps de me mettre à écrire l’article du jour qui, comme l’on est mercredi, va porter sur un film que j’ai vu cette semaine. Et il est difficile de passer à côté de la sortie d’un Disney, en théorie. En pratique, c’est un peu nul, parce que la sortie française se fait trois mois après le reste du monde, ce qui fait que nous n’en avons pas entendu parler tant que ça vendredi. En tout cas, moi.

Je vais donc parler du tout dernier film d’animation Disney, Raya et le dernier dragon. Le film raconte l’histoire de Kumandra, un royaume lointain plein de dragons. Enfin, il y avait des dragons avant que ne s’abatte sur la Terre une force maléfique changeant tout le monde en statue… Le tout dernier dragon s’est sacrifié pour sauver le monde entier, et des siècles plus tard, seule une relique de ce dragon subsiste encore.

Raya et le dernier dragon. – Rowena bookine

C’est là qu’intervient Raya, une très jeune guerrière solitaire, qui bientôt se mettra en quête de retrouver ce dernier dragon pour protéger à nouveau le royaume.

raya et le dernier dragon | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirJ’ai beaucoup aimé le film, dont l’animation est dingue et dont les personnages sont plus ou moins attachants. J’ai eu un coup de cœur pour le capitaine et pour Namaari. Ce n’est pas bien surprenant pour cette deuxième, rien qu’au look, c’était sûr que son personnage de méchante pas méchante allait me plaire. Lesbienne pas lesbienne, aussi ; ça devient lourd les films d’animation Disney qui joue à fond d’ambiguïté sans aller au bout de leur idée.

Raya and the Last Dragon || 2021 - Princesses Disney fan Art (43602743) -  fanpopRaya s’entoure progressivement d’une galerie de personnages, donc, mais ça a fini par me donner l’impression qu’il y avait trop de monde. Tous ne pouvaient pas être développés autant qu’il l’aurait fallu, donnant parfois un goût de trop peu. Bien sûr, j’ai bien aimé Raya également, c’est une héroïne vraiment cool et elle porte avec elle un message très chouette, même si elle met aussi un certain temps à le comprendre. Elle est aidée pour cela par le dernier dragon, Sisu… que je n’ai pas aimé, pour le coup. Je ne suis pas hyper convaincu par le graphisme du personnage sur ce coup-là, et c’est un peu dommage.

Raya et le Dernier Dragon : vers un nouveau paradigme des princesses Disney  - Conseils d'experts Fnac
Cela n’empêche pas l’animation d’être sublime. Ils s’amusent beaucoup avec l’eau ces dernières années. Et si vous avez Disney +, regardez aussi Us again, ces quelques minutes sont magnifiques !

Du côté de l’intrigue, le film est vraiment sympathique. Par contre, il a un énorme défaut à mon sens : il n’a pas grand-chose à voir avec un classique Disney. Bon, je ne veux pas spoiler, mais si vous êtes encore là, j’imagine que vous voulez quelques arguments tout de même : le film n’a aucune chanson marquante. Aucune chanson, tout court d’ailleurs ; à part le générique de fin, qui ne m’a pas marqué. Un film Disney sans chanson, désolé, mais ça manque de quelque chose ; ça me pose le même problème que le live-action Mulan.

Raya and the Last Dragon (2021) - Tumbex

Autrement, j’ai adoré l’intrigue, mais je la trouve tout de même trop complexe pour un Disney – enfin, trop complexe pour des enfants. Il y a toute une mythologie derrière Kumandra et la mise en place du film est longue. Tout ça est payant, j’adore les mythologies de ce genre et ça fonctionne vraiment bien en tant qu’adulte, mais le film dure deux heures, et ce n’est pas gagné pour les enfants. Je me demande s’il peut vraiment avoir du succès chez les plus petits. À partir de sept ou huit ans, ça doit commencer à le faire pour les plus patients, mais le succès d’autres films repose aussi sur les plus petits. Raya ne l’aura pas.

Raya et le dernier dragon.Là, le film me paraît surtout être pour les plus grands, voire pour les adultes. Pourquoi pas, hein, je suis totalement pour… mais on m’avait vendu un Disney avec une princesse dans la veine de ce qui se fait ces dernières années.

Sinon, en 2021, dur de voir la force maléfique qui s’abat sur le royaume sans penser d’une part au covid (elle a un masque dans le désert quoi), d’autre part à Endgame. 900+ idées de ┊↺❛ Disney ❜⤨┊ en 2021 | disney, dessin animé, dessins disneyLes effets sont certes différents puisque tout le monde peut se transformer en statue, mais je ne sais pas, j’y ai pensé un certain nombre de fois. Il faut dire que le film est un brin trop long pour ce qu’il est (notamment dans sa conclusion), alors on a le temps de penser à plein de choses.

Après, si je critique tout ça, c’est que ça faisait trois mois que j’attendais pour le voir, en espérant vraiment avoir affaire à un film génial. J’en attendais donc trop, mais ça n’en reste pas moins un excellent film, que je vous recommande !

Les Mitchell vs les machines : qu’est-ce que c’est que ce truc encore ? #14

Salut les cinéphiles,

Les Mitchell contre les machines - film 2021 - AlloCinéJ’espère que tout le monde va bien en ce nouveau mercredi dénué de séries sur le blog. On y croit, à un moment, je verrai des épisodes. En attendant, le mercredi, c’est le jour où j’évoque les films ici, et je reviens vers vous avec un nouveau coup de cœur qui n’a rien d’original : le mois dernier, j’ai regardé les Mitchell contre les machines. Et j’ai beaucoup aimé !

À l’origine, tout est de la faute de Twitter où j’ai vu un certain nombre de tweets commentant le film et assurant qu’il était absolument génial. Il faut bien avouer que ça m’a rendu curieux… et je ne regrette pas de l’avoir vu, malgré ce titre un peu naze. En même temps, les titres nazes quand on est fan de Buffy contre les vampires, peut-on vraiment les juger ?

🌸 — The Mitchells vs The Machines (2021)Le film nous raconte l’histoire d’une adolescente qui s’apprête à quitter la maison pour se rendre dans l’école de ses rêves, à l’autre bout des États-Unis. Malheureusement pour elle, elle ne s’entend plus tellement avec son père qui décide de profiter d’une toute dernière occasion pour passer du temps avec elle : il l’emmène avec toute la famille en road-trip pour la déposer dans son campus.

Les personnages sont suffisamment bons pour que ça fasse déjà un film très drôle, mais ça ne s’arrête pas là : les appareils connectés d’une marque vendue dans le monde entier vont soudainement se rebeller et se retourner contre les humains. Les Mitchell pourront-ils survivre à ce péril ?

Sketches and Stuff I Think is Cool — jessie-meili: The Mitchells vs. The  Machines...

Bon, la question, elle est vite répondue, comme on dit chez mes élèves. C’est un dessin animé qui vise avant tout un public familial, on se doute bien de ce qui est au programme pour les Mitchell et le film est plutôt prévisible dans son intrigue. Toutefois, les références culturelles sont nombreuses et le dessin-animé fourmille de détails qui sont clairement destinés à un public adulte – mais que les enfants peuvent voir sans comprendre ; ça ne dérangera pas du tout leur compréhension du film. Ce qui peut les déranger, c’est de le voir avec moi chantant à tue-tête. Peut-être. Vous n’avez pas de preuve !

C’est un vrai tour de force de ce point de vue-là : la double lecture du film est réussie, et j’ai passé un excellent moment devant du haut de mes 28 ans, comme je suis sûr que mes neveux entre 3 et 8 ans pourraient aussi l’adorer. MitchellsvsMachines's GIFs on TenorL’humour est très présent, les moments flippants ne le sont pas tellement et la critique de la technologie, en creux dans le film, est à la mode tout en étant nécessaire à entendre. Là aussi, ce n’est pas toujours subtil dans la dénonciation d’Apple et Amazon, mais c’est efficace.

Les Mitchell contre les machines de Michael Rianda et Jeff Rowe - Critique
Les effets et images sont très sympathiques également !

Le film déborde d’énergie, il est très drôle et les personnages sont tous très attachants – ce qui est la clé du succès de cette production Netfilx, je pense. Ce n’est pas toujours évident pourtant ! On ne voit pas le temps passer, on se marre et tout est bien ficelé en 1h53, vraiment, le film est à voir !

Mitchell contre les machines (Les) (2021) - Cinechezmoi
Même les gags sur le chien ont pris sur moi alors que je ne suis pas méga fan de ce genre d’humour d’habitude !
Connected Movie GIFs - Get the best GIF on GIPHY
Ce que vous ne ferez pas devant ce film

Reste la question de la langue, qui me pose souvent problème. Pour le coup, Netflix n’a pas lésiné sur le doublage : je l’ai donc vu en VF et je n’ai reconnu la voix de Valérie Bonneton que dans le générique de fin (prévoyez de voir le générique de fin, il est vraiment très cool !!). C’est malin pour un type qui adore cette actrice. Au moins, ça m’a expliqué pourquoi la VF était si efficace. Bon, amour de l’actrice à part, je n’ai pas relevé de voix insupportable ou de gags tombant visiblement à l’eau car mal traduits comme c’est parfois le cas dans les films en VF.

Metallica Through The Never Trailer GIFs | Tenor
Ce gag, au tout début du film, résume tout… et a pris sur moi !

D’ailleurs, avant d’écrire ça, je l’ai aussi revu en VO, et je n’ai pas bien vu de différences notables dans les gags (même si plusieurs semaines séparent mes visionnages). Bref, vraiment, ce fut un coup de cœur et je n’ai rien de négatif à en dire. En plus, il est plutôt parfait à voir en ce Pride Month, mais je n’en dirais pas plus, je vous laisse déceler les détails qu’il faut glaner dans le film pour comprendre pourquoi je pense ça ! D’ailleurs, c’est peut-être le tout petit point négatif : quitte à faire ça, ils auraient pu aller au bout de leur idée.Les Mitchell contre les machines de Michael Rianda et Jeff Rowe - Critique

M’enfin, il faut que le film reste familial dans le monde entier, c’est Netflix. Si vous ne savez pas quoi voir ce week-end, n’hésitez plus ! Et attention, ça remue, c’est un peu un film d’action parfois…