Is Buffy slaying the multiverse now? (#LMBD2021)

Salut les sériephiles,

Oui, le titre est en anglais, mais j’écris en français… Comme Buffy le dit si bien :

buffy the vampire slayer deal with it gif | WiffleGif

Nous ne sommes que jeudi, mais j’ai déjà de bonnes nouvelles concernant mon avancée dans le challenge Mois de la BD : j’ai terminé de rattraper tout mon retard dans le reboot de Buffy… C’était bien plus rapide que je ne le pensais, mais c’est parce que j’avais pas mal de trajets en train. Et pourtant, j’avais aussi pas mal de copies à corriger, comme quoi, tout est faisable. Bref, on n’est pas là pour que je raconte ma vie, mais pour que je fasse un point sur les numéros 23 à 29 de Buffy – avec aussi un hors série sur Giles.

Voir aussi les critiques des autres numéros : #1 #2 #3 #4 | #5 #6-8 | #9-12 | #13-17 | #18-22 #23

Buffy the Vampire Slayer #24 - (EU) Comics by comiXologyEt comment dire ? J’ai mis beaucoup de temps à me replonger dans l’univers de ces comics, malgré une relecture d’un numéro dont j’avais à peu près tout oublié. J’ai toujours un énorme problème : je ne distingue pas certains personnages entre eux, notamment Anya/Buffy. C’est un problème qui pouvait parfois se produire dans la série (notamment en début de saison 6 quand elles ont la même couleur de cheveux, mais bon, Anya, ça changeait tous les trois épisodes), mais je trouve ça vraiment dérangeant en dessin. Dans le même genre, je suis incapable de reconnaître Cordelia ou de faire la distinction entre d’autres personnages féminins.

Il faut dire qu’il y a un milliard de personnages féminins et qu’elles sont toutes hyper anorexiques avec ces dessins. C’est gênant comme tout pour une série rebootée qui se veut ouverte d’esprit. L’ouverture d’esprit, on l’avait au départ avec les couples, mais même ça est mis de côté dans ces numéros. Après, je ne peux pas m’en plaindre non plus : c’est plutôt réjouissant de ne pas avoir à se taper 150 scènes de doutes amoureux et de relations mièvres… mais tout de même, une bonne partie de ce qui fait le cœur de Buffy n’est plus là dans ces comics.

Cependant, les comics ont réussi à m’accrocher par moments dans ma lecture, notamment lors d’une scène bien particulière où – SPOILERS – Faith devient une meurtrière… de vampire. Comme dans la série, elle a son intrigue pour tourner mal, mais cette fois-ci, j’ai vraiment de la peine pour elle : elle tourne mal en tuant Xander, sauf que Xander est un vampire et qu’elle n’a pas tout à fait tort de le faire.

Buffy The Vampire Slayer Kills a Classic Scooby Gang Member - Again

La scène était assez choquante par contre, c’était vraiment osé de leur part. Je ne m’attendais pas à le voir disparaître comme ça, sous les yeux d’une Willow légèrement partie en cacahuète plus vite que dans notre univers.

marianna ignazzi Tumblr posts - Tumbral.comParce que oui, ça y est, ils osent basculer dans le multivers. On savait déjà qu’on se dirigeait vers là grâce aux comics Angel & Spike, mais cette fois-ci, c’est une réalité : il est confirmé que le reboot n’est qu’une branche d’un univers parallèle où nos héros vivent en 2021 au lieu de 1996. Euh. Soit. On ne va pas poser trop de questions, ça se fait avec des références sympa à la série et une absence de crevettes qui m’a fait sourire sous mon masque dans le RER.

Il n’empêche que ce multivers soulève un tas de questions. Buffy se les pose, mais ses doutes sont trop noyés sous la masse de personnages et de pseudo-révélations (Morgan ou la mère de Giles, ça va trop loin). On en oublie certains personnages pendant des numéros entiers (mais qui sont ces gens ?) et je n’arrive plus vraiment à suivre où on en sont chacun, pas aidé par des évolutions qui ne prennent pas le temps d’être développées et que l’on devine même si elles sont éclipsées.

La rédemption de Willow, franchement, elle est bâclée et je ne suis toujours pas sûr d’avoir tout capté – le deuil de Xander est-il censé être réglé ? Tout va si vite ! Même Growly, c’est mignon, mais c’est tellement rushé ! Et puis… C’est bien gentil de nous faire un multivers, mais passer d’un univers à l’autre en tournant simplement la page sans qu’on ne nous dise où on est n’aide pas à tout comprendre du premier coup. Oui, il y a des comics que j’ai relus déjà. Je ne les compte pas une deuxième fois pour le challenge, mais je devrais franchement.

buffy comics | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir

Et malgré tout, je me connais, je vais continuer la série, parce que le cliffhanger du numéro 29 (spoilers) est sympathique avec Silas sentant nos héros se rendant comme ils peuvent chez Anya pour échapper à la mère de Giles et à Faith – en laissant une Kendra aussi paumée que moi derrière.

Le one-shot sur Giles ? La couverture nous le révélant en vampire me faisait un peu peur et j’avais l’impression d’être spoilé… mais finalement, Boom Studios a décidé d’exploiter le multivers à fond. Nous sommes donc dans une autre réalité pour ce spin-off, et les personnages – Buffy, Xander, Willow – se la jouent à 100% comme les scénaristes de What if ? en imaginant ce qu’il se passerait si Giles était un vampire. C’est l’occasion de mentionner Tara et d’explorer vraiment le cœur des personnages… et au fond, c’est exactement ce qu’il manque au reste du reboot !

Buffy the Vampire Slayer: Tea Time No.1 - Comics de comiXology: WebIl n’y a que quatre personnages dans ce comics, et chacun a l’occasion d’imaginer un monde où Giles deviendrait vampire. C’était un vrai plaisir à lire, parce que c’est l’une des rares fois où j’avais vraiment l’impression de retrouver l’univers de la série, avec des querelles amicales entre Willow et Xander et la sensibilité du personnage de Buffy vraiment exploitée comme il le fallait. Il s’agissait malheureusement d’un one-shot, à la fin sympathique. Il vaut le coup, mais les dessins ne sont pas exceptionnels non plus.

Ah, j’oubliais : impossible de mettre la main sur « Conversation with (vexing) dead people ». Je suis un peu déçu… mais bon, ce ne sont jamais que dix pages bonus, je m’en remettrais, j’imagine.

Et du côté du challenge ? Je suis super déçu : je pensais vraiment marquer un tas de points « couple » et « LGBT », mais finalement, cette plongée dans le multivers nous éloigne vraiment des intrigues personnelles au profit d’une intrigue plus large pas toujours très claire. Après, j’avoue que je me suis validé des points « chiens » pour les créatures accompagnant Silas, le nouveau grand-méchant, parce que ce sont TOTALEMENT des chiens de chasse. Juste, ils sont magiques et géants.

MangaYeh: Buffy the Vampire Slayer Teases Multiverse With a Surprising Villain Behind It

C’est parti en vrille, mais les personnages n’en oublient pas de lire, heureusement, et puis, quand même, ça fait huit comics de moins de 50 pages. Je prends ! Cela me fait donc un total de 68 points en milieu de mois… Oui, mes lectures de la semaine rapportaient 18 points, bien moins qu’avec Korra la semaine dernière, mais pas si mal quand même.

Bon, et j’ai inversé un peu l’ordre de ma PAL, mais je m’attaque maintenant à ma relecture de Wynd. J’ai hâte… et je vais marquer plein de points « LGBT » là au moins. C’est le jour parfait pour reprendre : le dixième numéro est sorti hier, donc je vais pouvoir lire les dix d’un coup. Je vous en reparle vite !

Lucifer – S05E13

Épisode 13 – A Little Harmless Stalking – 15/20
Tout n’est pas perdu : les personnages sont insupportables hein, mais cet épisode avait du bon. Pour une fois, j’ai accroché à l’enquête et j’ai eu de bonnes surprises en cours de route. Ça me rassure pour la suite de la série – je sais qu’elle est finie, mais il me reste plus d’une dizaine d’épisodes à voir quand même, alors j’espère que j’ai de bons moments qui m’attendent encore !

Spoilers

Quand Linda s’accuse d’un meurtre, Lucifer et Chloé enquêtent pour l’innocenter.

Being God is not simple. It’s a big job.

Oui, je suis assez motivé pour avoir envie de regarder à nouveau la série malgré la catastrophe d’hier. Je me suis dit que ça pourrait être une bonne idée de me remettre tout de suite en selle, parce que sinon, il est clair que je ne vais jamais terminer la série. En plus, ça commence plutôt bien avec une intrigue sur Linda. On ne la voit jamais assez, donc j’étais content d’avoir toute une scène où elle prenait enfin des nouvelles de Maze.

Après, tout le mystère de la voir suivre une voiture sans que ce ne soit clair, ce n’était pas glorieux, mais ça passait. Jusqu’à ce qu’elle prenne une arme à feu dans sa boîte à gant, alors que Maze semblait savoir ce qu’elle faisait.

Bien sûr, on retrouve aussi Lucifer dans cet épisode, et il est contacté par Amenadiel qui s’inquiète un peu pour lui. Pourtant, Lucifer assure qu’il va bien après sa blague à Dan, surtout après des semaines de préparation ? Mais il a eu l’idée le matin même de l’épisode, on le voyait avoir l’idée, d’où il a passé des semaines à préparer cette « blague » qui n’en était pas une ? C’était en plus mal joué ? Oh bordel.

La conversation avec Amenadiel porte finalement sur Dieu et sa retraite à venir, et il serait temps d’en revenir à cette intrigue. Malheureusement, Lucifer n’a pas envie de se prendre la tête là-dessus : il propose à Amenadiel de prendre la place de Dieu.

Celui-ci se lance dans une grande étude pour savoir ce que ça signifierait d’être Dieu – et ce que ça signifie pour les gens. Honnêtement, ce n’était pas très intéressant. J’ai aimé sa scène avec Ella, tout de même, parce que ça permettait d’aborder un peu d’approfondissement au personnage de la scientifique, et parce que j’adore Ella. On a vite oublié son tueur de la première moitié de saison par contre, franchement. L’abus.

Lucifer retire en tout cas de la conversation avec son frère en début d’épisode qu’il ferait mieux de passer à l’action, et tant pis si ça veut dire faire de la promo pour une célèbre marque de sport pendant tout l’épisode.

L’avantage, c’est qu’il prend la décision de tout faire sans réfléchir, alors on peut enfin avancer sur son couple avec Chloé. Il n’en faut pas beaucoup plus pour qu’il embrasse Chloé et qu’ils assument enfin être en couple aux yeux du monde. C’est juste à temps pour attirer l’attention de tout le monde avant qu’ils ne soient tous occupés bien plus que prévu : le meurtre de la semaine est très personnel pour tout le monde.

En effet, Dan prend le temps de dire à Ella (tellement heureuse de voir Lucifer et Chloé en couple, elle est mignonne), Lucifer et Chloé de se préparer pour le meurtre, parce que malgré les apparences simples, il va falloir s’accrocher. C’est DEBILE. Il ne leur dit donc pas qu’il s’agit de Linda, se contentant de leur dire « oh ça va secouer », mais connard, what the fuck ?

Bon, après, on ne peut pas en vouloir à Dan après la « blague » de l’épisode précédent, j’imagine, mais putain que c’était mal écrit. Bref, Linda avoue donc le meurtre du type de la semaine, sauf que bien sûr, personne ne croit qu’elle soit coupable, parce qu’elle est Linda. Même Maze n’y croit pas – par contre, allez savoir ce qu’elle fout au commissariat et comment elle sait pour la confession de Linda, hein. Sa relation avec Lucifer est aussi vachement apaisée ?

Les scénaristes pourraient bien sûr proposer un truc original où Linda serait vraiment coupable, mais ce n’est finalement pas le cas. Elle s’accuse pour gagner du temps à Adriana, sa fille biologique dont j’avais oublié l’existence. Totalement. Ca m’est revenu un peu pendant l’épisode, notamment lorsqu’on voit Adriana venir expliquer qu’elle est la meurtrière et que la culpabilité la ronge trop pour ne pas le dire. Tout ça nous permet en tout cas d’apprendre que Linda suivait Adriana depuis un moment – un moment suffisamment long pour avoir vu un type chelou et terrifiant tourner autour d’Adriana, expliquant ce qu’elle faisait la veille au soir.

L’avantage, c’est que ça permet aussi de donner un job à Maze pour l’épisode. Maintenant qu’elle sait qu’elle a une âme en train de grandir en elle, les scénaristes sont aussi prêts à donner une intrigue plus consistante à Maze et surtout, SURTOUT, à nous ramener Eve ! Enfin !! Depuis le temps que j’attendais, j’ai bien fait de regarder cet épisode ce soir finalement.

Eve est donc de retour dans l’épisode avec l’intention de devenir chasseuse de prime, exactement comme Maze. Bon, Eve est toujours aussi immature, mais ça a l’avantage de me faire rire et j’ai aimé les voir bosser ensemble pour retrouver Clive, un type avec un riche portrait dans son salon, mais aussi le type qui trainait autour d’Adriana, donc.

Après, très franchement, j’ai eu du mal à être convaincu par la présence d’Eve : il était clair qu’elle était là pour autre chose que devenir chasseuse de prime sous les conseils de Maze comme elle le disait. J’ai rapidement eu l’impression qu’elle allait être une méchante dans l’épisode, mais j’ai mis ça de côté pour profiter de revoir Eve à l’écran. Je l’aimais beaucoup en saison 4, et j’aime aussi voir la manière dont elle se rend compte qu’elle a besoin de Maze finalement.

Elle lui annonce qu’elle a envie d’être avec elle et que si elle est heureuse de lui avoir brisé le cœur, c’est uniquement parce que ça prouve qu’elles étaient bien amoureuses. C’est charmant comme tout, mais ça fait un peu trop perdre sa concentration à Maze. Ainsi, elles ratent l’arrivée du type qu’elles espéraient retrouver, puis elles se laissent surprendre par lui dans sa planque.

Cela mène à une bonne scène d’action pour toutes les deux… mais aussi à Eve qui se fait tirer dessus par le suspect. Le pire, c’est qu’il ne fait même pas exprès. Sur le moment, j’ai cru qu’il s’était tirer dessus le pauvre.

Adriana a autrement une vie plus complexe qu’il n’y paraissait, avec aussi un copain, Owen, et une nana avec qui elle s’est disputée, Jamie. Au moins, ça fait plein de pistes pour Chloé et Lucifer. Et Linda.

Oui, parce que Linda les colle pendant l’enquête, c’est super crédible, n’est-ce pas ? Certes, Linda aurait sûrement tout fait pour les suivre, mais y a des limites franchement. Chloé les met comme elle peut en demandant à Linda et Lucifer de rester dans la voiture, mais ce n’était pas glorieux à voir, avec Lucifer essayant désespérément d’avoir l’avis de Linda sur son couple avec Chloé. C’est bien beau d’être impulsif… mais il n’empêche que son couple avec Chloé le stresse énormément.

Il n’y a littéralement AUCUNE raison de rendre ça plus compliqué que ça ne l’est, mais bien sûr que c’est ce qu’ils font. Ils sont insupportables à en faire des caisses pendant tout l’épisode, en plus. En attendant, Linda reconnaît un camion qui cherche clairement à cacher un trafic d’œuvre d’art et elle parvient à convaincre Lucifer d’entrer en mission sous couverture avec elle pour obtenir plus d’informations. Ce n’était pas hyper dingue, mais j’ai aimé les jeux de mots de Lucifer.

Tout ça est toutefois mis de côté quand les héros apprennent qu’Eve est à l’hôpital. Personne ne commente le retour d’Eve à Los Angeles, parce qu’il est plus important de nous dire que l’arme du crime est pleine d’empreintes d’Adriana. Outch. C’est un coup dur pour Linda, surtout que c’est Lucifer qui lui annonce ça, avant de changer bien vite de sujet de conversation pour parler plutôt de son couple avec Chloé. Oh bordel, ce personnage ne grandira jamais, c’est insupportable ! Une fois de plus, j’étais évidemment Team Linda.

Forcément, ça m’a énervé de voir les scénaristes innocenter Lucifer parce que lui et Chloé avaient décidé de reparler à Adriana pour vérifier son innocence. Lucifer lui demande enfin ce qu’elle veut vraiment et Adriana nous révèle ainsi qu’elle voulait protéger sa mère, malade. Mère adoptive, donc. Le problème, c’est qu’avec son témoignage de plus en plus complet et les recoupements à faire avec le témoignage de Clive, qui contredit les informations très honnêtes d’Adriana. Il n’en faut pas plus pour comprendre que son copain est coupable.

Linda le devine rapidement, alors que Chloé met un peu plus de temps, histoire de laisser Ella se rendre compte que l’empreinte d’Adriana a été mise sur l’arme par quelqu’un d’autre et Linda menacer Owen. Owen est coupable, et il est bien forcé de le reconnaître quand Lucifer et Chloé débarquent enfin pour empêcher Linda de faire une connerie qu’on savait qu’elle ne ferait jamais. Elle révèle toutefois son identité à Owen, ce qui est très con : Adriana apprendra forcément la vérité lors d’un éventuel procès.

Pourtant, Linda refuse de dire quoique ce soit à sa fille. Ni Linda ni Adriana ne finissent arrêtées, malgré les menaces de Linda à Owen, malgré l’implication lointaine dans le meurtre et le faux témoignage pour Adriana. Elles ont toutefois l’occasion de se parler, et Adriana n’est vraiment pas super futée.

Elle met un peu de temps à comprendre, préférant ne rien dire pour mieux débarquer chez elle le soir-même et lui demander directement si elle est sa mère. C’est gros dans la manière dont ça se passe, car tout est super fluide et elle accepte sans poser la moindre question la situation. Elle n’est pas rancunière concernant son abandon, n’a aucune question sur son demi-frère… Je veux dire, elle dit même qu’elle est sa sœur ??

Eve ? Elle survit bien évidemment, mais ça ne veut pas dire qu’on a droit à un happy end pour autant. Maze est dépitée de se rendre compte que sa copine n’a pas du tout envie d’être immortelle. C’est bien beau d’avoir une âme et des sentiments pour Eve, mais Maze veut la contrôler et s’assurer qu’il ne pourra jamais rien lui arriver, quand Eve n’a certainement pas envie de mener cette vie immortelle quand elle a vu ce qui était arriver à son fils à cause de celle-ci. Allez, les scénaristes gèrent plutôt bien cette idée, mais j’espère que ça ne signifie pas qu’on ne reverra pas Eve pour la suite.

On finit sur un cliffhanger tout pété, avec Lucifer qui annonce à Amenadiel qu’il a compris qu’il pouvait être Dieu. Il compte donc le devenir, bien évidemment. Déjà qu’il n’est pas foutu de rester régner sur l’Enfer, je vois mal comment il compte être Dieu, hein. Sinon, sachez que Dan ne m’a paaaaas du tout manqué pendant l’épisode.

 

What if…? – S01E06

Épisode 6 – What if Killmonger Rescued Tony Stark ? – 14/20
L’épisode s’adresse principalement aux fans d’Iron Man et Black Panther, comme l’indique le titre… et j’ai oublié les ¾ de ces quatre films car je n’avais pas tellement accroché à ces héros et intrigues, malheureusement. Pour autant, ça ne m’empêche pas de constater tout ce qui est fait dans cet épisode pour nous montrer à quel point les scénaristes débordent d’idées qui seraient des films à budget bien trop important, même pour le MCU. On se contente bien de l’animé, cela dit, et c’est très sympathique à suivre… Mais j’en attends plus de la série désormais. Là, ça aurait été pas mal dans les premiers épisodes, quoi.

Spoilers

Tony manque de mourir en Afghanistan… mais dans cet univers, il est sauvé de justesse par Killmonger qui en profite pour se faire un allié de pouvoir dans son espoir de reconquête du Wakanda.

I’d be out of job with peace.

Non, vous ne rêvez pas, j’ai un peu de temps aujourd’hui pour regarder cet épisode et je ne vais certainement pas m’en priver, parce que ça me fait toujours autant plaisir d’entendre le générique de Marvel Studios. Oui, je vous le dis dans chaque article, j’en ai conscience, m’enfin, l’attente entre les phases a été interminable et a créé une attente autant qu’une addiction apparemment. En plus, je ne passe jamais les génériques, alors il faut bien que je m’occupe pendant celui-ci, interminable.

L’épisode ne tarde pas à nous montrer le point Nexus qui changera tout au destin de cet univers : Tony Stark est en Afghanistan et s’apprête à subir l’accident qui le transformera en Iron Man… sauf que Killmonger débarque juste à temps pour lui sauver la vie. Cela ne le change pas du tout, du coup, et ça nous change toute sa destinée. J’ai aimé le début de cet épisode qui nous ressort en dessin des extraits des différents Avengers et des scènes cultes. Sans la voix de Tony, par contre, c’était un peu étrange.

Toujours est-il que Tony ne change pas de caractère, et il n’en reste donc que le pire… Quand il revient aux États-Unis, Tony promeut Killmonger pour en faire son chef de la sécurité. Le problème, c’est que ça part en vrille bien rapidement quand la presse force Killmonger a expliquer ce qu’il faisait là sur le lieu de l’attaque : il avait démasqué le complot en infiltrant les Dix Anneaux. Décidément, il faut que je revoie Iron Man, je n’ai aucun souvenir de rien, et surtout pas des dix anneaux avant Shang-Chi. Et pourtant, ils étaient bien là. Killmonger ? C’était dans Black Panther, le cousin de T’Challa voulant le trône. Ca, ça va, je m’en souviens.

Killmonger fait couler beaucoup d’encre avec le complot contre Tony qu’il révèle aux yeux du monde, mais ça n’empêche pas Pepper Potts de se méfier de lui. Il faut dire qu’elle a beau faire des recherches sur lui, elle ne trouve rien qui pourrait l’aider à se faire une idée sur ses désirs. C’est dommage, ça m’aurait aidé d’avoir un rappel sur lui grâce à elle. À la place, je me contente de quelques souvenirs flous et de scènes qui nous montre Killmonger devenir pote avec Tony et Jarvis.

Rapidement, il leur vient en tête de mettre au point une arme puissante pour « faire mieux », parce que Tony a vu de ses yeux à quoi servaient les armes qu’il vendait, et à ses yeux, il devrait être capable de mieux les vendre – et mieux protéger son pays de ceux utilisant ses armes contre lui. Certes. Pour réussir à créer un robot fonctionnel, ils décident d’utiliser du vibranium, ce qui est une bonne idée.

Encore faut-il en trouver. Killmonger en a autour du cou, et il explique vite à Tony qu’il y a moyen de s’en procurer d’autres. Tout ce dont ils ont besoin est l’accord de Pepper… et ce n’est pas comme si on lui laissait beaucoup de choix non plus. Bon, allez, je dois bien l’avouer, cet épisode m’ennuie à nouveau.

Je n’aime pas Tony Stark, je n’ai rien retenu de Killmongers et c’est clairement un épisode pour les fans d’Iron Man. Je n’en fais pas partie. Nous ramener le Wakanda dans le mix, c’était une idée intéressante par contre, et ça nous montre bien à quel point Killmonger a le potentiel pour être un bon méchant puisqu’il tue Black Panther (oui, oui ; c’est violent à voir et c’est expéditif pour T’Challa comme il a déjà eu son épisode) avant de ramener à son boss un petit cadeau : une lance du Wakanda.

Si l’idée est sympathique, son boss est loin d’être ravi de le revoir : Jarvis lui permet de découvrir que Killmonger l’a doublé et a tué T’Challa. Sans trop de surprise, Tony ne peut pas accepter ça du tout et se rebelle ainsi contre Killmonger. Il lance sa plus grande arme contre son nouvel ennemi, espérant que le soldat de vibranium pourra venir à bout de Killmonger. Malheureusement, il se méprend et, une fois n’est pas coutume, Tony se fait tuer bien rapidement. Cela devient une mode dans la série de le tuer, tout de même, c’en est au point où ce n’est même plus surprenant, même dans un épisode dont le titre nous indique que Tony est sauvé.

Et comme bien sûr la lance que Killmonger utilise pour tuer Tony est une lance wakandaise, on imagine aussitôt que l’assassinat de Tony est un complot politique. Pepper est loin d’être naïve, par contre, et elle accuse aussitôt Killmonger. Ce n’est pas très subtil. L’armée profite bien vite de la mort de Tony pour racheter totalement Stark industries sans débourser un centime grâce au Patriot Act, et hop, ça permet à Killmonger d’avoir une armée de robots en vibranium à disposition.

Voilà, clairement, on se dirige vers la fin d’un univers là : l’armée de Killmonger se dirige vers le Wakanda et Killmonger peut ainsi y réclamer ce qui lui revient de droit : le trône. Ah oui, Killmonger est N’Jadaka, et ça surprend tout le monde au Wakanda. On connaît l’histoire des deux cousins du Wakanda. Et si N’Jadaka arrive à gagner la confiance de sa famille en leur offrant le corps du « voleur de Vibranium » (et dire que c’est lui-même), il n’en oublie pas ce qu’il souhaite le plus : le pouvoir.

Il lance donc l’armée de soldats vibranium sur le Wakanda, prétendant que l’attaque est américaine. Son but est clairement de passer pour le héros du Wakanda là, mais il leur envoie quand même une menace difficile à anéantir. Il révèle aussi l’existence du Wakanda au reste du monde : le bouclier est ouvert un instant pour faire entrer tous les soldats sur le territoire secret… avant d’être refermé pour désactiver tous les robots.

Si ça semble fonctionner, c’est sans compter sur Killmonger qui a une télécommande pour les réactiver. Son cheval de Troie est franchement efficace, il n’y a que Shuri pour se méfier de lui et ne pas lui faire confiance. C’est malheureusement trop tard pour nos héros et le Wakanda essuie quelques pertes, merci l’armée américaine. Cest du moins ce qu’ils pensent, loin de se douter que le traître se bat parmi eux.

La scène d’action – la guerre contre les robots – est incroyable à voir. Les dessins sont toujours aussi excellents et tout est superbement exécuté, franchement. En plus, ça mène à une scène o tout le monde se bat en hommage à T’Challa. J’ai envie de croire que les scénaristes savent ce qu’ils font et jouent avec notre propre tristesse de la mort de l’acteur, mais ce n’est même pas le cas : il était encore en vie lors de l’écriture et de l’enregistrement de cet épisode…

Et c’est donc super frustrant de voir Killmonger devenir le nouveau Black Panther dans cet épisode de la série. Au moins, ça suffirait à remplacer le Black Panther pour les films… mais je ne pense pas qu’ils chercheront à remplacer un héros pareil. En devenant Black Panther, Killmonger peut parler un peu avec son cousin, mais il ne regrette absolument rien.

Il devrait pourtant : il s’est fait une ennemie en Shuri, et celle-ci est trop maligne pour laisser passer ça. Elle décide ainsi de contacter Pepper Potts pour lui confirmer que Killmonger est bien le tueur de Tony. Mieux encore : elle lui propose une alliance pour détrôner Killmonger définitivement… et le combat pourra continuer pour elles, mais pas dans cet épisode. Eh, ça sentirait presque un retour en saison 2 ; pour une fois, l’univers n’est pas détruit.

En vrai, la Cendrillon de Prime Video est bien fun (#35)

Salut les cinéphiles,

Cendrillon - film 2021 - AlloCinéJ’ai hésité à continuer sur ma lancée de la semaine dernière avec les films encore en salle que j’ai pu voir récemment, mais j’ai plutôt envie d’ajouter ma pierre à l’édifice des critiques de la dernière adaptation de Cendrillon par Prime Video. J’imagine d’ici Geeleek péter un câble sur sa médiocrité, mais je vais en dire principalement du bien, parce que je ne comprends pas pourquoi le film est en train de se faire défoncer par les critiques des gens un peu partout alors que littéralement il est 100% ce que les affiches vendent et est un bon moment à passer.

Je n’y allais pas forcément avec beaucoup de bonne foi, pourtant. Entendons-nous bien : c’est une adaptation de Cendrillon, une histoire que l’on connaît tous par cœur et qu’on n’a pas forcément envie de revoir, je l’entends ; mais une adaptation qui se veut réécriture moderne du conte. Du coup, avec cette modernité, le coup de la chaussure ne fonctionne pas vraiment, parce que le but est vraiment d’en faire un récit qui ne soit pas trop aberrant d’un point de vue féministe – ou d’un point de vue logique concernant l’amour de Cendrillon et du prince, d’ailleurs. Et sérieusement, j’aime beaucoup les messages que veut faire passer le film !

5 Fabulous Moments From Cinderella That I Wish My Childhood Version Of This Fairytale Had

Cendrillon ne change pas tellement, mais se voit offrir une vraie vocation qui ne soit pas simplement d’être princesse. Tous les personnages subissent quelques modifications pour mieux coller à 2021 – et pour proposer de nouveaux angles à cette histoire connue de tous. Tout ne marche pas et l’ensemble est un peu long, c’est vrai, mais ça ne se prend jamais au sérieux. Au contraire, on sent bien que tout est pétri de bons sentiments et cherche surtout à être fun. À mes yeux, ça marche carrément.

Côté personnages, et sans trop spoiler, la marraine n’est pas du tout celle qu’on attend (wow, ces talons, c’est incroyable), le prince est immature et a une sœur aussi prévisible et géniale qu’insupportable et énervante, le roi est presque plus méchant que la belle-mère de Cendrillon et les belles-sœurs sont plus sympathiques qu’atroces. Les souris… Irk, les effets spéciaux font parfois mal aux yeux (la scène de la tête est déjà culte sur Twitter, je crois), mais là encore, le but assumé est de faire rire, et ça m’a fait rire.

film: cinderella Tumblr posts - Tumbral.com

Je veux dire, c’est une comédie musicale, quoi. Sérieusement, j’étais là pour chanter et j’ai vécu ma meilleure soirée devant. Les voisins ont peut-être un peu moins apprécié… Je vais éviter de les croiser pour ne pas avoir à leur demander, hein. Le choix des chansons ? Pas toujours très original, mais il a l’avantage de nous permettre de chanter. Et puis, cette chanson principale pour Cendrillon, Million to One, j’adore, tout simplement, elle est en boucle depuis que j’ai vu le film.

Cinderella 2021 ~A modern musical - TV & Movies - idolforums.com

Oh, et les costumes, les amis, les costumes ! Cendrillon est fan d’Hermione apparemment ; la belle-mère beaucoup moins. Et Cendrillon n’est jamais moche dans cette version, Camila Cabello est beaucoup trop magnifique pour ça et zéro effort ne sont faits pour l’amochir. Tant mieux ?

nicholas galitzine gif | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirFinalement, le plus gros défaut de cette adaptation à mes yeux a été le titre choisi pour le film, surtout avec la réplique finale. Quitte à réécrire l’histoire comme ils le font, autant changer le titre pour enfin rendre son identité à Ella, quoi. C’est vraiment le seul reproche que j’ai envie de faire, parce que pour tout le reste, ça n’est pas si différent d’un bon nombre de comédies musicales ou de Disney en live-action. C’est pétri de bonnes intentions et gros noms – Camila Cabello et Idina Menzel en tête ; ce n’est pas toujours hyper charismatique, c’est vrai, mais… on n’est pas là pour ça ? The New Version Of Cinderella Is Creating Ripples Online And We Are On Board For This RideBon, allez, Idina Menzel galère vraiment avec son personnage, parce que l’écriture rend la belle-mère plus intéressante que ce qu’elle était, mais il manque une ou deux scènes pour nous expliquer ses fréquents changements d’avis.

Qu’importe, le pouvoir des chansons et de la bonne humeur l’emporte largement sur la négativité qui pourrait se dégager de ces moments. Comment ne pas être de bonne humeur quand on a envie de chanter avec les personnages ? Il y a même eu des moments où j’ai juste eu l’impression d’être devant un épisode de Glee tellement c’était n’importe quoi dans le bon sens du terme. Les bonnes saisons de Glee, donc. Celles avec Idina Menzel.

Vraiment, j’ai pris ce film pour ce qu’il était : un bon moment musical à passer, à montrer sans scrupule aux enfants pour faire passer quelques messages plus modernes que le conte qui ne passe plus tellement en 2021. Bien m’en a pris, j’ai passé une excellente soirée… Donc, oui, je conseille le film pour tout ça ; sachez juste à quoi vous attendre, en fait ; mais ça se devinait aux affiches ? C’est parfait pour les soirs où on est bien claqué, et j’étais bien content que ce ne soit pas au ciné pour pouvoir me taper mon meilleur concert.

album] Various Artists - 'Cinderella Soundtrack' - Page 5 - Music - ATRL