J’ai joué à Terra Mystica (et ça valait bien un article)

Salut les sériephiles,

Maintenant que la saga d’été sur les premières fois est terminée, pourquoi pas parler de jeux de société le samedi ? Je sais, on est encore en été, mais bon, quand je regarde par la fenêtre ce matin, je comprends que la dernière vraie belle journée d’été était hier et que je n’en ai pas trop profité avec mes sept heures de cours. On est reparti pour les nuages, les orages ce soir et, pire, pour des températures maximales en-dessous de 20 degrés dès mercredi prochain. Autant passer à l’automne tout de suite, donc.

Le premier jeu que je vais mettre à l’honneur aujourd’hui n’est pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit de Terra Mystica. On commence tout de suite par un monstre de jeu, auquel j’ai eu l’occasion de jouer puisque je l’ai offert aux amis chez qui j’ai passé quelques jours de vacances cet été.

Terra Mystica: paysages, enchères, et cartes ! - Board Game Arena

Un monstre de jeu de société ? S’il est prévu à partir de 12 ans pour des parties où les joueurs représenteront environ trente minutes chacun, soyons honnêtes immédiatement, il faut bien une heure pour en absorber toutes les règles et ça prend plus d’une demi-heure par joueur si vous êtes débutants, parce qu’il y a plein d’éléments à maîtriser pour jouer et, peut-être, gagner. Évacuons tout de suite le suspense : j’ai perdu misérablement, mais je sais à peu près pourquoi.

Dans ce jeu, chaque joueur (il peut y en avoir jusqu’à cinq) représente un peuple qui cherche à conquérir la terre mystique du jeu, terre qui est composée de différents terrains. Ces terrains – au nombre de sept – vont du désert à la forêt, et chaque peuple – il y en a 14 au choix en tout ! – ne peut se développer que sur un terrain spécifique… À vous de transformer les terrains autour de vous pour qu’ils correspondent au votre et à vous de construire le plus grand rassemblement du jeu afin de, peut-être, gagner la partie.

Peut-être ? Pour gagner, il faut non seulement être celui qui se développe le plus sur le plateau de jeu, mais également compléter d’autres tâches : chaque manche propose des objectifs à remplir pour gagner des points et vous pouvez aussi gagner des points en développant la religion de votre peuple autour des quatre éléments. La terre, l’eau, le feu et l’air constituent des cultes à maîtriser pour gagner plus de points, sachant que vous avez aussi des prêtres à sacrifier (ou non) pour avoir plus de points et des jetons de magie pour faire encore plus d’action. Ah, et des bonus à développer à chaque manche, aussi, si vous voulez faire encore plus d’action. Ca n’arrête plus ce jeu !

Filosofia Terra Mystica: Amazon.fr: Jeux et Jouets
Et vous avez intérêt à avoir une sacrée grande table, parce qu’à deux joueurs, voilà à quoi ça ressemble. Imaginez à cinq ! Outre le plateau principal, il y a un plateau secondaire pour les cultes, un mini-plateau par joueurs et il faut encore de l’espace pour toutes les ressources (les bonus, par exemple)

Le jeu se déroule en six manches uniquement, et si ma petite expérience d’une partie m’a appris quelque chose, c’est qu’avoir un papier et un crayon pour développer sa stratégie peut être bienvenue. Il m’a fallu quatre manches pour être vraiment à l’aise avec l’ensemble des règles, et à ce stade-là, c’était trop tard pour ma stratégie – elle avait ses points forts, mais elle ne faisait pas bien face à mes adversaires à cause d’un quiproquo sur les règles, c’est très con. Con, mais inévitable.

Vous voyez bien rien qu’à cette explication approximative qu’il faut s’accrocher pour y jouer… Pour autant, cela a été une vraie partie de plaisir de découvrir ce jeu et d’avoir le suspense du comptage des points final (il y a trois éléments à prendre en compte, il y a toujours un peu de suspense quand même), malgré quelques prises de tête en cours de route, parce que qui dit stratégie et bonus limités dit prises de bec pour arriver le premier à obtenir ce que tout le monde veut au même moment.

Nomads – Gaming Strategy
Chaque joueur a donc son propre plateau avec plein d’éléments à maîtriser. En haut à gauche, mes ressources préférées pour débloquer la magie et gagner plein de choses, dans un système pas évident à maîtriser où il faut être patient. En bas à droite, les constructions et tout ce qu’il faut pour construire, en plus de ce qu’elle rapporte. En bas à droite, de quoi caser vos ressources (prêtres, ouvriers, argent). Juste au-dessus, la navigation à maîtriser de toute urgence (purée, ce quiproquo qui m’a fait rester dernier) et encore au-dessus, de quoi progresser pour terraformer de plus en plus vite (c’est-à-dire transformer votre terrain pour pouvoir construire dessus, en suivant la roue présente). Notez aussi que chaque peuple – ici mes Nomades – a ses propres avantages en haut à droite, histoire d’ajouter encore plus de trucs aléatoires à l’ensemble.

Le vrai plus de ce jeu, c’est qu’on en ressort après deux heures de jeu avec une partie qui est forcément inédite. Il y a tellement de variables – à commencer par le choix d’un peuple parmi 14, sachant que chaque peuple a un avantage particulier ! – que deux parties ne peuvent jamais se dérouler exactement de la même manière.

J’y ai joué avec le peuple Nomade, dont j’aime vraiment bien les avantages, mais ma stratégie aurait mieux marché avec les Cultistes, je pense, parce que j’essayais en fait de progresser à fond sur le terrain des cultes pour récolter un maximum de points et de magie permettant d’accéder à de nouvelles ressources.

Défaite en cours de partie – quand je sacrifiais un peu trop de choses pour avoir des ressources avant de capter qu’à un moment donné, il fallait remonter. Et j’ai remonté le tout à la fin, ne vous inquiétez pas. Juste, pas assez.

Je ne suis pas près de maîtriser tous les aspects du jeu ou de vous dire tout ce qu’il y a à en dire, et en plus, il y a une extension qui existe, donc autant dire que ce jeu est un investissement qui vaut le détour si vous aimez les jeux de société qui changent un peu du Uno et du Monopoly. Je n’ai rien contre les classiques, mais disons qu’on s’en lasse vite.

Terra Mystica - Vin d'jeuAvec Terra Mystica, difficile de se lasser, surtout si l’on prend en compte le fait que toute une communauté s’est développée autour du jeu tellement il est grandiose. Il en existe même une version en ligne pour s’entraîner en attendant que je retourne chez mes amis, mais là encore, si je suis honnête, le jeu est tellement complexe que je ne suis pas bien sûr que ça soit très efficace une version sur portable. Il faut donner de la tête partout, tout en surveillant ses adversaires.

Bref, je vous le conseille si vous aimez être stratégiques, vous prendre un peu la tête et vous attardez sur les petits détails pour gagner. Autrement, ce sera une prise de tête un peu trop complexe pour vous !

 

Quizz Room Paris

Salut les sériephiles,

Petit changement de programme dans mon planning d’articles aujourd’hui pour vous parler à la place de ma soirée d’hier soir, parce qu’elle était plus cool et que maintenant que je suis revenu à Paris, autant en profiter pour évoquer aussi les chouettes sorties que l’on peut y faire. En plus, mon détour à Bordeaux m’aura été utile pour l’une des questions d’hier… M’enfin, pour comprendre, il faut déjà que je vous introduise tout ça un peu mieux !

IMG_20200117_195924_120

Hier, j’ai ainsi testé un concept parisien nommé Quizz Room, entre la salle d’escape game et le jeu télévisé. Le concept ? C’est tout simple : répondre à des questions de culture générale sur un ou plusieurs thèmes prédéterminés par les participants, à la manière d’un jeu télévisé, c’est-à-dire avec des jokers qui permettent d’ajouter un peu de stratégie à l’ensemble. Pour gagner, il faut être capable de bien répondre aux questions, mais aussi anticiper les adversaires qui peuvent voler vos points ou bloquer vos réponses, tout en utilisant un fameux 50/50 ou un bonus pour doubler les points.

Le tout se déroule sous la forme de deux parties d’environ trente à quarante minutes, en trente questions et en trois manches ; avec les règles changeant à chaque manche pour épicer le tout (ou le corser, c’est selon) et permettre de créer la surprise dans le classement. C’est super chouette, parce que bien sûr, il faut aussi donner les réponses en un temps limité, donc il y a à la fois de la stratégie et du stress. Quant aux thèmes prédéterminés, il y avait cinéma et séries télévisées dans les choix, alors autant vous dire que j’ai vite su quoi choisir !

Malheureusement, j’ai aussi eu la bonne idée d’inviter une amie qui a mis « sport » dans ses choix… mais pas de panique : on était huit, donc on a joué en binôme, et je me suis mis en binôme avec elle. Sur les quatre équipes, on a fini deuxième en tout, en dépassant un peu le score moyen de la salle, alors on était plutôt content de nous, même si on n’a pas réussi à gagner l’une des parties.

C’était bien drôle quand même, parce qu’il faut répondre vite, qu’on peut parfois se tromper sur des choses qu’on connaît, qu’il faut se décider pour le bonus, qu’il ne faut pas trop en dire pour ne pas se faire voler les points car on aura dit à la lecture des indices précédant la question qu’on maîtrise le sujet, etc. Autrement dit, si vous jouez en binôme, choisissez quelqu’un avec qui le courant passe vraiment bien et avec qui vous savez que vous serez assez complémentaires sur les choix de questions, tout en pouvant chanter sur les questions Blind Test.

DSC_0092

C’est pas évident à trouver ? Moi, j’avais une partenaire au top pour ça : une amie de lycée que je connais depuis plus de dix ans (outch, on est vieux !). Pas l’ombre d’un souci au tableau, même si ça peut m’arriver d’être mauvais joueur parfois. L’autre bon point de notre soirée, c’est que le tout était organisé par une amie que je ne connaissais pas vraiment, à part par échange de mails et de message sur Insta. En fait, l’ensemble des duos se connaissait, évidemment, mais entre les duos, on ne se connaissait pas tous ; et ça a vraiment ajouté au fun, parce qu’on a appris à connaître assez vite le caractère des personnes, et leur sujet de prédilection.

Une bonne manière de passer une soirée avec des inconnus, donc, de faire du team building pour une entreprise ou juste d’apprendre à mieux connaître des amis aussi. Je pense que selon les participants, les ambiances doivent vraiment varier ! Et en plus, on se créé un compte pour avoir l’assurance de ne jamais tomber deux fois sur la même question, même si on revient y jouer.

Quizz Room est donc vraiment une bonne adresse parisienne, à côté d’Odéon, à dix minutes de Paris, je vous conseille vraiment cette salle qui change du concept habituel des escape… Au moins, on sait qu’il y aura forcément un gagnant ou un perdant (ça peut se jouer seul ou en duo), mais ça marche bien, comme une soirée jeu de sociétés, quoi !

Comptez tout de même environ 20€ par personne, sachant que vous pouvez être 12 par parties (ou 18 si vous venez en entreprise). C’est peut-être un chouilla cher, mais quand on compare aux escape rooms parisiennes, on se rend compte qu’on est dans la moyenne pour un jeu qui est assuré de durer un peu plus d’une heure. Bref, ça vaut le détour et c’est fun !

PS : peu de photos aujourd’hui, c’est pour garder la surprise quand vous irez sur place 😉

Stats de la semaine #49

Salut les sériephiles,

Résultat de recherche d'images pour "charmed 2018"

C’est les yeux à moitié fermés par la fatigue (merci les transports) que je débarque ce soir pour faire le point avec vous sur les statistiques plutôt bonnes de la semaine dernière. Pourtant, elles ne devraient pas l’être, parce que je n’ai pas vu d’épisode hyper populaire au cours des sept derniers jours… mais ça ne vous a pas arrêté de venir sur le blog, loin de là. Par contre, ça ne se voit pas tellement dans le top 5 des articles les plus consultés du blog :

  1. Bingo Séries #33 : 77 vues
  2. Ce que c’est qu’un ship : 54 vues
  3. Ce que c’est que 9/8c : 46 vues
  4. Les deux premières saisons de The Magicians : 37 vues
  5. Ce que c’est que le « Fall Finale » : 36 vues

Voilà. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, ce sont les anciens articles qui vous attirent le plus cette semaine, même si le top 60 talonne tout ça. C’est vraiment dommage que je me sois lassé des articles définitions, parce que c’est une formule qui fonctionne clairement beaucoup. Un jour, il faudra que je m’y remette, mais pour ça, il faudra que l’inspiration revienne aussi, parce que l’air de rien, il faut les trouver les sujets pour que ça fonctionne.

Résultat de recherche d'images pour "the mandalorian"

Au moins, pour le Bingo, l’inspiration n’est jamais partie, même si ces derniers mois, je me sens moins à fond dans le jeu. Je me suis un peu lassé des grilles et je ne sais plus les points que j’ai proposés ou non, c’est n’importe quoi. Rassurez-vous, je n’ai pas envie d’arrêter pour autant, surtout que je vois que ça plaît toujours, et ça, ça me fait plaisir.

Ce qui me fait plaisir aussi, c’est ce succès bizarre de The Magicians cette semaine. J’aime tellement la série que ça me va très bien de la voir dans ce top 5… bon, mais pas dans celui des saisons les plus consultées du blog en revanche.

  1. The Mandalorian (S01)
  2. You (S01)
  3. Colony (S03)
  4. The Man in the High Castle (S04)
  5. Charmed (S02)

Alors là, il y a de vraies surprises dans ce top. Comme je n’ai pas regardé beaucoup d’inédits, on voit les séries qui fonctionnent vraiment bien. The Mandalorian s’impose déjà comme une valeur sûre, merci Disney+ et la hype autour du prochain Star Wars (qui ne me touche pas encore, bizarrement, il faut que je me réveille avant de me faire spoiler la semaine prochaine à sa sortie).

Image associéeCharmed s’impose en cinquième place, difficilement, parce que j’ai vu un inédit hier et The Man in the High Castle garde la tête hors de l’eau depuis la diffusion de la saison 4 il y a près d’un mois… Reste alors les deux autres séries, qui sont de véritables déclencheurs de vues. En ce qui concerne You, cela fait un an qu’elle fascine et attire… Je regrette vraiment que Netflix ait repris l’ensemble de la diffusion pour la saison 2, parce que j’aimais avoir vu les épisodes avant qu’ils ne soient dispos sur la plateforme pour que tout le monde les avale en une journée. Mais bon, c’est la vie.

Image associéeQuant à Colony… Je ne comprendrais jamais son annulation et je ne m’en remettrais jamais, parce que c’est chaque semaine qu’elle flirte avec ce top. Oui, oui, même si ça fait plus d’un an que la série s’est terminée, elle continue d’attirer chaque semaine quasiment une centaine de vues, et même souvent plus. C’est dingue !

Résultat de recherche d'images pour "the man in the high castle sex"Avant de vous quitter (le temps d’aller écrire l’article calendrier de l’avent), je voulais vous remercier aussi pour les 108 commentaires de la semaine (mieux que LOST) et pour les recherches sympathiques menant au blog. Outre « scènes érotiques », on retrouve par exemple « kala et wolfgang sex » ou « séries hot 2020 ». Ah, il va falloir y réfléchir alors… Si vous avez des idées, déjà, n’hésitez pas à les laisser en commentaires : les températures extérieures dégringolent en ce mois de décembre, c’est tout naturel de réchauffer un peu l’ambiance, non ?

Bonne soirée !

5 points positifs au retour en région parisienne (3/10)

Salut les sériephiles,

Comme promis, voici donc un article qui aurait dû paraître la semaine dernière si j’avais respecté mon planning, mais comme je ne le respecte que rarement finalement, personne ne sera surpris de ce retard. Pourtant, c’était logique : j’avais prévu de l’écrire pendant que j’étais en région parisienne pour visiter – peut-être – mon futur appartement. D’ailleurs, après la déprime angoissée de la semaine dernière, vous serez heureux de savoir qu’apparemment, c’est bon, j’ai trouvé ma petite perle rare : un grand appartement pas très cher parce que dans un immeuble pas tout à fait neuf. On verra bien ce que ça donne : le dossier est accepté, reste à signer, puis à emménager après une bonne session de ménage.

Cela dit, je m’égare totalement ! Je voulais ici lister les avantages que je trouve à revenir en région parisienne, histoire de ne pas me focaliser que sur le négatif qui vient facilement en tête quand on envisage un retour à Paris. Enfin, ce n’est pas comme si j’allais vivre dans Paris même cela dit.

Résultat de recherche d'images pour "charmed wyatt phoebe"

  1. Voir plus souvent mes neveux et nièces (qui sont plus mignons que Wyatt, en plus)

Je sais bien que la distance, ce n’est plus vraiment un problème en 2019 avec les réseaux sociaux et tout, mais dîtes ce que vous voulez, je vous assure que quand il est question d’enfants, la distance joue encore énormément. Vous en connaissez beaucoup des enfants qui aiment le téléphone ? Déjà que je n’aime pas ça moi-même ! C’est donc le premier point de la liste : je vais enfin recommencer à les voir plus souvent (j’en ai désormais cinq, quand même !), et notamment ma filleule qui a grandit énormément depuis que je suis venu m’installer à Bordeaux. J’ai hâte de la retrouver plus souvent, comme avant. Bon, si je suis un tonton gaga, il est évident que ça marche aussi pour revoir mes sœurs et mes parents plus souvent, hein, mais c’est vrai qu’avec les adultes, la distance ne se vit pas de la même manière !

Résultat de recherche d'images pour "maclaren's pub"

  1. Voir plus souvent les amis (mais sans être scotché à mon portable)

Je me souviens encore de ma soirée de départ qui était très chouette et où j’ai eu un gros pincement au cœur de me dire que, bon, fallait refaire sa vie à 500 km. Cette fois, c’est pareil, mais avec la joie de savoir que je remets les pieds en terrain connu. Rien que la semaine dernière, j’ai pu voir une grosse partie de mes meilleurs amis et ça fait déjà super plaisir. Ils sont presque tous venus au moins une fois à Bordeaux, donc je sais aussi que mes relations avec chacun sont solides et que tout va bien, je ne serais pas perdu. En plus, les trois quarts des amis que je me suis fait à Bordeaux ont été mutés, et une grande partie d’entre eux sera à Paris aussi ! Bref, c’est tout bénef’ !

Résultat de recherche d'images pour "suits donna"

  1. Cumuler les sorties (et gérer autant que Donna, le décolleté en moins)

Cela me mène naturellement à ce troisième point, qui est un peu bizarre mais tout à fait digne de ma personnalité. Je suis le genre de type qui a un planning, vous le savez, un planning surchargé même. J’adore aussi, cela dit, cumuler les choses et gens à voir, caler tout ça sur une journée et vivre ma meilleure vie, comme le dit cette expression un peu ringarde de mes élèves. J’ai pu le faire la semaine dernière : partir de chez mes parents, manger et dormir chez une amie, repartir le matin, manger au restaurant et papoter tout l’aprem avec une autre, passer la soirée chez mes meilleurs amis, et repartir. Ce genre de journées est épuisante pour certains, mais moi, ça me rebooste toujours, ça me donne l’impression de vivre trois journées en une, je suis toujours au top après ça. Seulement, par ici, c’était plus compliqué : moins de transport, moins de gens à voir. À Paris, je connais tellement de gens que je sais que je peux cumuler sans problème. Mieux encore : je peux croiser par hasard des gens qui viennent détruire le planning prévu. Et après, je finis en retard, oups !

Image associée

  1. Avoir plus d’opportunités geek (mais être moins creepy qu’Abed ?)

Eh, c’est dans la même veine : si la région parisienne est riche en transports me permettant d’aller voir plein de gens, elle est aussi riche en opportunités geek. J’espère bien pouvoir reprendre plus de sorties du type Comic Con ou même, tout simplement, les avant-premières cinéma comme je faisais il y a deux ans. Être proche de Paris, c’est un grand plus culturel, tout le monde le sait. Mon prochain appartement sera à une trentaine de minutes max de la capitale : je me rapproche plus que jamais de celle-ci. Si ça vient avec un tas de points négatifs, il y a aussi du positif, fort heureusement !

Résultat de recherche d'images pour "tv show theater"

  1. Aller plus souvent au cinéma ? (en espérant moins de bordel dans la salle que sur ce gif !)

Et là encore, c’est un prolongement du point précédent, mais voilà. Cette année, j’ai retrouvé le plaisir perdu (ou plutôt, jamais vraiment trouvé) d’aller voir un film au cinéma ; au point même de passer une journée tout seul en salle. Cela m’a remotivé à aller au cinéma, surtout que j’ai toujours mon challenge du un film/semaine à tenir. Bref, ça a suffit à me donner envie de regarder un peu le programme : pour rentabiliser un abonnement, il me fallait au moins deux films par mois. L’an prochain, il y a pour le moment 26 films capables d’attiser ma curiosité. Alors pourquoi pas ? En plus, ça peut aussi être l’occasion d’accumuler les sorties et de voir plein de gens, ça.

Voilà, avec ces cinq points, je trouve que j’ai déjà de quoi me mettre bien et passer de bons moments dans la région parisienne… non ? On voit quand même que je vois ça comme une opportunité de bouger encore plus de chez moi… Vous allez voir comme je vais être claqué et encore prendre du retard dans mes critiques. Mais bon, on ne se refait pas, vous savez ?