Reconfinement, vraiment ?

Salut les sériephiles,

Avant de commencer l’article, un mot et une pensée pour les niçois, les victimes, les familles et amis endeuillés, les personnes qui vont être prises à parti sans raison par d’autres un peu trop étriqués d’esprit pour comprendre que le terrorisme n’est pas représentatif d’une religion, mais d’un extrémisme. Stop aux récupérations et aux divisions pitié. Stop aux réactions de haine, aux extrémismes, tout ça tout ça. Que le confinement soit aussi l’occasion de se cultiver sur ces questions, de lire, de réfléchir posément.

Bref. Je me suis embêté à tout décaler mardi pour réserver un créneau sur le blog afin de blablater et commenter avec vous le nouveau confinement… Mais à la vérité, ce reconfinement ne va que très peu changer mon quotidien, hein !

Certes, je me suis relâché sur les vacances, j’avoue, mais avant ça, je ne voyais déjà pas grand-monde et j’étais plus ou moins confiné avec un seul cas contact en-dehors du taf.Rien de neuf avec ce reconfinement pour moi, si ce n’est que je vais faire une croix sur les trajets d’une heure vers ou en provenance de la capitale, et donc gagner un peu de temps… Oh, je vais aussi avoir trois fois plus de sport en journée si j’en crois les fuites en ce moment sur le nouveau protocole sanitaire. Hâte de passer d’une classe à l’autre en montant trois étages avec mes sacs blindés de bouquins ! Eh, j’ai perdu du poids (beaucoup) en commençant ce boulot et j’ai eu tendance à en reprendre sur le confinement, je dois voir ça comme quelque chose de positif finalement.

Hâte aussi de rentrer le soir pour voir que tous les réseaux sociaux sont inondés de messages et que tout le monde se regarde des séries et films, parce qu’on ne va pas se mentir, être chez soi, ça permet des pauses repas plus agréables que les repas collectifs en entreprise à esquiver le racisme et l’homophobie de collègues vivant encore en 1960. Oui, je garde un souvenir merveilleux de mes stages et étés en entreprises, pourquoi pensez-vous que j’ai préféré devenir prof ? En salle des profs, c’est tout l’inverse 🎉… Quoique ce n’est pas toujours évident à imaginer quand on voit le Twitter prof si anxiogène. Au moins, j’aurais moins la tentation de me révolter sur Twitter d’ailleurs.

Bon. Et donc cet article ? Ben c’est du blabla quand même vous l’aurez compris. Il est temps de parler un peu séries, peut-être ? Vous êtes là pour ça en théorie. Profitez du reconfinement pour vous faire des rewatch en fond sonore et pour avancer dans certaines séries. Je ne saurais que trop vous conseiller To the lake sur Netflix, d’ailleurs. Ça permettra de relativiser et de se dire que le confinement, c’est mieux que la survie en période d’épidémie !

Reste, je dois l’avouer, une part de jalousie, parce que je ne sens pas du tout cette rentrée dans des conditions encore totalement floues. Ce n’est pas vraiment un confinement me concernant, ça va juste rajouter des bâtons dans les roues des moments sympathiques du confinement (genre les visios dès que tout le monde sort du taf, ben non les gars, je suis encore dans le bus ou à bosser). Moi qui adore gérer mes horaires habituellement, j’envie la liberté des autres…

Je sais, je sais, c’est liberticide blablabla. Pensez aux soignants, vous avez une belle liberté sur votre canapé, vous. En plus, vous avez la liberté de la reprise des séries qui commencent à peine, avec le retour de This is us hier et du Mandalorian demain.

01

Disney ne devait pas rêver meilleure promotion que ce reconfinement pour que tout le monde regarde sa série ! Le malheur des uns fait le bonheur (et le fric) des autres. Plus sérieusement, on est en 2020, on a quand même énormément de divertissements et d’applis pour les appels en visio à portée de main pour ne pas résumer sa vie qu’au seul (télé)travail. C’est pas pareil, mais centrons nous sur le positif : reprenez donc le #Sériesnement vous qui le pouvez peut-être !! 🎉

Voir aussi : #Sériesnement

Je sais qu’il y a plein de gens que ce reconfinement déprime, ne serait-ce que pour la solitude. Profitez pour moi svp, puis laissez-moi des messages que je puisse voir tout ce que vous faites du temps libre dégagé par le télétravail, histoire que j’ai une motivation pour survivre – et que je vous sorte un chouilla de la solitude en répondant avec quatre ou cinq jours de retard. Après, sachez que la vraie jalousie, elle réside dans votre non mise en danger quand je vais me taper les bus bondés d’élèves et les classes pas très aérées. Le virus est dangereux à 20 ans, par contre les terminales qui ont 18 ans, allez en cours dans vos classes de 40, merci. Et les profs, juste, ben, je sais pas en fait, vous êtes increvables, vous survivez « dans l’immédiat » aux masques toxiques déjà.

Et parenthèse pour les antiprofs qui passeraient par ici : oui à une ouverture des établissements scolaires, c’est trop important dans la formation des plus petits, mais il faut tout revoir côté sanitaire et ça n’en prend pas le chemin. Aussi, piqûre de rappel : les personnels sont supposés être en vacances là, donc la mise en place d’ici lundi de nouveaux emplois du temps (suggéré ce matin… mais pas dans les annonces de ce soir), ça n’existe pas. Ça promet, c’est reparti pour la dernière minute, comme en mai, juin et septembre… Mais « tout est prêt ». Hâte, hâte, hâte ! Fin de parenthèse.

Un dernier point pour les déprimés du télétravail, n’oubliez pas de vous faire un planning précis et de mettre des réveils aussi en fin de journée, de couper les notifs si nécessaire et de séparer autant que possible l’espace de travail de l’espace où vous vous détendrez ensuite. Définitivement, mon choix de sacrifier la voiture au profit de mètres carré supplémentaires pour caser un bureau était ma meilleure décision de vie depuis… Toujours, en fait ! C’était le conseil d’un type qui fait déjà la moitié (au moins) de son boulot en télétravail le long de l’année.

Voilà, j’ai fini de raconter ma vie pour aujourd’hui. Bonne résilience à tous, et surtout bon reconfinement. On s’en sortira tous ensemble dans cet effort collectif, vous n’êtes pas seuls malgré les apparences parfois.

Même dans les séries, ils le portent correctement sans avoir à le faire, ce n’est pas si dur !

Bref, je suis cas contact Covid19

Salut les sériephiles,

La lutte contre le pandémie Covid-19 – CNDH DjiboutiOn se retrouve aujourd’hui pour un article blabla parce que vous aurez compris à force, depuis ce week-end, que le Covid me poursuit depuis un moment. Figurez-vous donc que je suis cas contact, a minima, et asymptomatique (ou presque), probablement. Ca valait bien un article plus long pour développer tout ça, parce que j’en ai parlé longuement sur Twitter sans tout dire et parce que, franchement, je n’ai pas eu le temps de lire mes comics donc ça n’aurait pas grand-intérêt de faire un bilan de parcours du Mois de la BD.

Comment donc me retrouver cas contact alors que je prône les gestes barrières et le port du masque depuis six mois ? Ben, en allant au boulot, duh, je suis prof et je mange en salle des profs, parce que c’est toujours mieux que la cantine. Pas de bol pour moi, j’ai mangé avec un collègue qui s’est avéré positif avec masse de symptômes juste après. Joie.

Yes No Maybe GIFs | TenorEst-ce que j’ai été isolé pour autant ? Non ! Pensez bien : on m’a laissé dans l’ignorance heureuse pendant une semaine complète (oh, j’avais bien vu qu’il était absent, mais ça pouvait être pour 150 autres raisons) avant de me dire le vendredi midi suivant que j’étais cas contact. Puis, en fait non, parce qu’il avait eu des symptômes plus de 48h après notre dernier contact (à vue de nez, 52h). Puis, en fait, dimanche soir, si.

Seulement qui répond à un numéro en 09 qui vous appelle un dimanche à 17h ? Pas moi, je peux vous l’assurer. Déjà que je ne réponds pas au téléphone, tout court. J’ai donc été informé le lundi matin que j’étais cas contact, que je devais me faire tester et rester bien isolé. Dix jours après le dernier contact, donc. Pour un isolement censé durer sept jours après le dernier contact ? Bien.

the 100 1x13 | Tumblr
La première quarantaine de ma vie, yay !

Vous voyez, on parle du bordel des assouplissements de protocole dans les écoles et des mesures restrictives qui pleuvent, mais vous n’avez pas idée à quel point ce sommet de l’iceberg est enviable. Lundi, je me retrouvais donc cas contact et je faisais une croix sur mon jour off, parce que je passais la matinée au téléphone pour apprendre que mon médecin traitant était injoignable (genre, vraiment, je ne l’ai toujours pas eu en ligne, hein, déjà que je ne le portais dans mon cœur), que finalement, je n’étais pas en arrêt mais en télétravail (après trois semaines de « vous devrez être en arrêt »… Là, pour le coup, c’était très cool !) et bon, un tas d’autres détails que je vais vous passer.

Suits - {Harvey ღ Donna} #8: Because she knows what he's thinking even  before he thinks it. - Page 7 - Fan Forum
Je veux bien une Donna avec la patience qu’il faut pour appeler mon docteur !

Mon test PCR ? Ah, la bonne blague. L’ARS me demandait donc de le passer au plus vite, puisque j’étais cas contact depuis dix jours, mais c’était sans compter sur le fait que n’ayant pas de voiture, j’étais censé me contenter des deux labos à côté de chez moi. Huit jours d’attente pour avoir un rendez-vous et dix jours d’attente pour avoir un résultat. 18 jours donc. Plus les dix avant qu’on m’isole. 28 jours ? Ben tu m’étonnes qu’on soit en pandémie.

J’ai donc un super rendez-vous pour mardi prochain, le test va être utile. En vrai, j’ai triché un peu et fini par trouver un labo à proximité (merci la collègue ayant fait son test là-bas et me proposant de m’y emmener parce que, de toute manière, on avait mangé ensemble et qu’on était cas contact ensemble) respectant les consignes – à savoir ne prendre que les personnes cas contact ou à symptômes.

Résultat de recherche d'images pour "containment"

Et puisque je parle de symptômes, faisons le point sur le sujet. Je me suis cru asymptomatique un bon moment, mais voilà, j’ai un petit fond de mal de gorge qui me gratouille depuis quelques jours. Au moins, l’avantage, c’est que mon test révélera si c’est ça ou pas. Dans dix jours (enfin, neuf, maintenant). Utile. J’en reparlerai sur le blog (et Twitter, donc). J’ai aussi une très légère douleur au thorax et de la fatigue aujourd’hui, mais ça peut tout aussi bien être une posture foireuse cette nuit. En attendant, c’est sans surprise qu’avec mes dix jours à être cas contact sans le savoir, ben j’ai été une deuxième fois cas contact de quelqu’un d’autre le jeudi et que j’ai probablement refilé la patate chaude à une collègue ce même jeudi, parce qu’elle a été malade tout le week-end dernier après avoir mangé avec moi.

Autrement dit, il y a de fortes chances que si mon test revient un jour, il m’annonce sans trop de surprise mon état de positif au Covid19. À peu près sans symptôme, cela dit, et ça, c’est cool. Et du coup, être cas contact, ça change quoi ? J’ai des questionnaires à remplir tous les trois jours sur mon état de santé pour savoir si ça se dégrade, j’ai pu récupérer 28 masques gratuits en pharmacie (ça, c’est top), je me retrouve à galérer en télétravail (avec des classes virtuelles à des heures improbables et des mails d’élèves perdus, quand ce ne sont pas ceux des parents pas trop heureux de la situation, mais qu’est-ce que j’y peux, moi ?) et je passe ma vie au téléphone. Forcément.

Paranormal News! 1 December 2017
Allô maman pas bobo

Entre la famille et les amis à qui raconter tout ça, les collègues possiblement cas contact à appeler, la hiérarchie à qui poser un milliard de questions sur une situation administrative floue et l’assurance maladie/ARS qui harcèle pour tout et rien, je suis en train de me faire une cure de vaccination à ma haine du téléphone et des numéros inconnus. Et je vous passe l’ARS qui m’a recontacté aujourd’hui suite à mon appel au secours de lundi pour me dire qu’ils ne m’avaient pas trouvé de rendez-vous dans un labo. Sans déc’, j’ai fait sans vous.

Oh, d’ailleurs, le test ? Pas vraiment douloureux, mais pas agréable non plus : ça frotte contre la paroi nasale, donc vous le sentez passer – ça m’a même filé une petite douleur fantôme de quelques heures – et ça ne doit pas être agréable en cas de nez bouché ou étroit. Comme j’ai un grand nez, c’était plutôt ni vu, ni connu. Par contre, ça aussi, ça occupe bien l’isolation d’aller se faire tester et tout. Bref, c’est un reconfinement, avec encore plus d’emmerdes administratives, yay !

Things That Always Happen on Grey's Anatomy | POPSUGAR Entertainment
Je n’ai pas trouvé meilleure conclusion