Films vus en 2020 #53

Salut les cinéphiles,

On a beau être en 2021, j’ai encore teeeeeellement de films à évoquer pour l’année 2020 qu’il va commencer à être temps pour moi de m’y remettre, là, non ? Histoire de ne pas terminer 2020 en avril quoi (ça va tout à fait arriver). J’ai un peu hésité à continuer la liste pour me focaliser uniquement sur les coups de cœur… mais maintenant que j’ai commencé à parler de tous les films, ça me déchire trop de ne pas continuer la liste ! En plus, ça m’aide bien pour m’en souvenir.

water for elephants reese witherspoon gif | WiffleGif

Water for Elephants

On est passé à ça du coup de cœur, mais j’étais finalement plus absorbé par les dictées que je corrigeais devant, oups. Je l’avais lancé en fond sonore parce que ça avait l’air de faire un super film du dimanche et que ça durait deux heures, puis finalement, c’était un peu mieux que ça. Concrètement, ça se passe en 1931 aux Etats-Unis, donc juste après la crise économique, et on suit la vie d’un Robert Pattinson obligé d’abandonner ses études vétérinaires.

Il se retrouve alors à rejoindre un cirque mené par Christoph Waltz (il a vraiment une tronche pour les grands rôles) et Reese Witherspoon, et vous comprendrez au titre qu’il va être question à un moment d’un éléphant, mais je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler. Le côté cirque m’a rappelé un côté The Greatest Showman et le film était vraiment prenant. Je me suis attaché aux personnages assez rapidement, l’écriture du film était sympa… mais c’était trop long quand même.

Franchement, un bon film, dont je n’avais pas entendu parler avant.

Articles de moviehorreur taggés "La Maison De Cire" - spécial films d horreur - Skyrock.com

La Maison de Cire

Pour le coup, j’avais beaucoup entendu parler de ce film avant, mais je n’avais jamais capté qu’il avait à son casting Jared Padelecki, Paris Hilton ou Chad Michael Murray. Ah. Un film d’horreur avec Padalecki et Chad Michael Murray, ça ne pouvait pas rester un film culte que je n’ai pas vu. Et concrètement, c’est un super film en plus.

Alors. C’est super prévisible, on voit certaines ficelles et tout… mais j’ai vraiment bien accroché à l’ambiance du film, au concept de la cire, tout ça, tout ça. C’est un peu glauque, c’est un peu terrible comme manière de mourir et les personnages sont les clichés attendus d’un film d’horreur. Bref, j’en garde un bon souvenir.

the poster comes down and there's nothing there

Deliver us from evil (2014)

Pfiou. J’ai eu du mal là, en cherchant sur Google, je suis tombé sur un film de 2020 et vraiment, je ne comprenais pas parce que je n’ai pas vu ce film. Il s’agit donc du film de 2014, film d’horreur très bon, avec Eric Bana, Egar Ramirez et Olivia Munn. Par contre, déception pour cette dernière, c’est un peu sa présence qui m’a motivé à regarder le film et son rôle, bon, je n’ai pas accroché du tout.

Concrètement, c’est un film très sympa, avec pas mal de violence et de l’exorcisme comme on aime. C’est très sympa si vous aimez ce genre de films. Disons qu’on est sur de la bonne qualité… mais après si vous aimez ce genre de films, vous l’avez sûrement déjà vu.

i'm here but i'm not here

Lights Out

Autre film d’horreur très sympathique, j’ai tout de suite voulu savoir s’il y avait un deuxième volet en le finissant, parce que le concept est là aussi très sympathique. J’étais sur une bonne lancée films d’horreur en novembre, finalement, j’avais oublié.

Bon, pour ce film, on suit donc une jeune femme qui se retrouve à devoir s’occuper de son petit frère parce qu’il vit avec sa mère, apparemment dépressive et ayant l’habitude de vivre dans le noir. Pourquoi ? Parce qu’il y a quelque chose qui se tapit dans l’ombre de la maison. Quoi ? C’est le sujet du film, je ne vais pas le dévoiler ici, mais j’ai accroché au concept qui s’ensuivait. Et puis, il y a Maria Bello, c’est toujours un plus.

Concrètement, ça ne révolutionne pas le genre, il y a un certain nombre de moments prévisibles… mais c’est sympathique à suivre, je ne peux que conseiller ce film.

I Survived 'Apostle' (and liked it) – Getting Caught Up In The Mechanism

Apostle

Là, on est sur la problématique inverse : je n’ai pas accroché au film, hyper violent et sanglant, et pas tellement dans mon type d’horreur. Je ne sais pas pourquoi, au départ, je me disais « pourquoi pas », malgré la période historique, parce que le sujet secte me plaisait bien – je ne regardais pas encore la saison 3 de Riverdale écoutez.

Finalement, je ne sais toujours pas expliquer ce qui m’a décroché du film. Il était long, et surtout, je m’attendais à un cadre hyper réaliste et ce n’est finalement pas ce que le film a proposé. Bref, je me suis fait avoir par mes propres attentes sur ce coup-là.

On va s’arrêter là pour aujourd’hui, parce qu’il se fait tard et que je dois encore faire la mise en page, tout ça, tout ça. Bonne nuit… et bonne lecture de mes articles sur la fin de saison Riverdale, régalez-vous !

Gayle Rankin (#99)

Salut les sériephiles,

Ce premier dimanche d’août ensoleillé annonce un mois sous les meilleurs auspices météorologiques, mais ça ne m’empêche pas de passer par ici pour parler de ma performance de la semaine. J’ai vu pas mal d’épisodes et j’ai de quoi faire du côté des choix, mais je vais m’attarder aujourd’hui sur une actrice d’un épisode vu lundi dernier, même si ça me paraît déjà dater d’il y a une bonne éternité !

106

La performance de la semaine :
Gayle Rankin

La série concernée : Perry Mason
L’épisode : Chapter 6 – 16/20


Pourquoi Le rôle d’Emily est loin d’être le plus simple à cerner dans cette série, mais l’actrice s’en tire à merveille à nous faire sentir toutes les émotions du personnage. Mère endeuillée par la mort de son bébé, se sentant coupable de ce qui est arrivé sans l’être pour autant (du moins, j’espère), jugée pour adultère et perdue dans sa foi, Emily est un personnage complexe qui a déjà tout pour plaire au premier abord : c’est de loin, en ce qui me concerne, le personnage le plus intéressant de la série pour l’instant, et elle fait partie des raisons pour laquelle je m’obstine à regarder la série qui ne me plaît pas par ailleurs.

Voir aussi : Faut-il vraiment tolérer le sexisme (et tout le reste) de Perry Mason ?

Perry Mason HBO Gayle Rankin as Emily Dodson | Tell-Tale TV
Il n’y a que très peu de gifs de la série dispo… Apparemment, personne ne la regarde, du coup ?

Cela fait donc un bon mois que j’envisage d’en faire ma performance de la semaine, mais lundi dernier, Emily a cassé la baraque lors du procès : sa volonté à garder le silence, ses moments de choc quand son (futur ex) mari l’accuse, sa culpabilité intériorisée, ses réactions face aux mensonges de Perry Mason et bien sûr, son deuil à porter, toujours, en plus de l’espoir final et improbable d’une résurrection… Vraiment, elle avait à jouer un petit panel d’émotions très diverses.

Gayle Rankin les maîtrise toutes et passe avec beaucoup de subtilité de l’une à l’autre, sans jamais tomber dans l’excès qui serait pourtant compréhensible pour bien marquer les différentes étapes de la psychologie du personnage. Son interprétation toute en nuance est bien plus passionnante à suivre, en revanche.

Perry Mason' Season 1, Episode 2: In the Trenches - The New York Times

Je me demande vers quoi se dirigent les scénaristes avec ce personnage, mais j’ai bien peur qu’on termine sur un suicide pour retrouver son enfant, vu la tournure des événements. On verra bien, il reste encore quelques épisodes avant d’en arriver là. En tout cas, je sais que le jeu de Gayle Rankin vaudra le coup. Et pourtant, à la base, si je suis là, c’est pour Tatiana Maslany (surtout) et pour Matthew Rhys. Il faut dire que je n’avais pas reconnu Gayle Rankin. Encore.


Jarett Wieselman on Twitter: "i did NOT know that Sheila from GLOW ...Vue aussi dans : Cette actrice est un véritable caméléon à mes yeux, alors même qu’elle a un physique reconnaissable, ce qui la rend d’autant plus remarquable, je pense. Sa carrière, commencée en 2012, est loin d’être foisonnante, mais elle semble plutôt bien choisir ses projets, avec de bons films à son actif. Ainsi, elle est la reine Victoria dans The Greatest Showman, et je le découvre à la rédaction de cet article, alors même que j’ai vu ce film au moins cinq fois !

Pourtant, je connais bien l’actrice, puisqu’elle est également au casting de Glow, où elle interprète l’immanquable et énigmatique She-Wolf. Elle a toujours fait partie de mes personnages préférés de cette série, parce que Gayle Rankin se donne à fond dans le rôle, là aussi en dévoilant des nuances dans son jeu alors même que le scénario ne lui donne pas forcément toujours de quoi faire. Certes, le maquillage fait qu’elle est remarquable, mais même sans ça, c’est une actrice dont je savais immédiatement que j’aurais envie de suivre la carrière.

gayle rankin | Tumblr

Autrement dit, Gayle Rankin est une actrice qui se débrouille toujours pour voler la vedette au moins un temps aux acteurs pour lesquels je viens regarder ses projets. Joli coup. Sinon, elle est actuellement au cinéma dans The Climb… Le film ne me tente pas du tout et je ne l’ai pas reconnue immédiatement dans la bande-annonce. Encore. On verra, sur un malentendu !


L’info en + : La production de la saison 4 de Glow a été décalée pour cause de coronavirus et aucune date de sortie n’est encore annoncée par Netflix qui nous avait toujours régalé avec durant l’été. J’espère une diffusion d’ici Noël pour cette saison finale qui a eu chaud aux fesses. En effet, la série aurait probablement été annulée s’il n’y avait pas eu l’été dernier une bonne controverse autour de Netflix annulant toujours ses séries après trois saisons.

Oh Well Shrug GIF - OhWell Shrug WhoCares - Discover & Share GIFs

Désormais, Netflix prend plutôt le parti de commander une dernière saison plutôt que d’annuler. Tant mieux ! Gayle Rankin sera probablement encore au casting malgré un bon gros changement de dynamique annoncé par la fin de saison 3, avec a priori de nouveaux personnages, inévitablement… J’ai hâte !


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes