Septembre 2017 : comme sur des roulettes !

Salut les sériephiles !

Pour une fois, j’ai réussi à gérer plutôt bien mon challenge séries au cours du mois de septembre, grâce à une absence de séries à suivre, enfin. Finalement, on dit que l’été est une période morte, mais il y a toujours des choses à voir. Clairement, la qualité n’était pas trop là, mais ça ralentit malgré tout le rythme du challenge. Du coup, ce mois de septembre s’est enfin bien passé dans ce défi annuel et j’ai envie de dire qu’il était temps, histoire de ne pas avoir l’air trop con en décembre quand il sera un échec. J’ai un égo quand même, fallait que je réussisse à faire au moins la moitié et c’est chose faite, après tant de switchs.

000

LE RECAP :

12 Monkeys, saisons 2 et 3 – 17,5/20 et 17,5/20

Après une saison 1 mouvementée, Cole n’est pas arrivé au bout de sa mission et continue d’essayer d’éradiquer la source du virus prêt à tuer la population mondiale. La série m’a baladé tout au long du mois de septembre d’une époque à l’autre, d’un siècle à l’autre, de 1800 à 2200, normal.

J’avais fini par accrocher à la première saison après des débuts difficiles et je n’ai pas changé d’avis depuis. La série nous embarque dans son rythme et ses voyages spatio-temporelles, gérant plutôt très bien ses intrigues qui se superposent d’une époque à l’autre. Il reste quelques paradoxes pas toujours bien gérés, mais dans l’ensemble, cette série est une pépite que je ne regrette pas d’avoir ajouté à mon challenge. Depuis le temps qu’on essayait de me convaincre de regarder ! Critiques saison 2 et saison 3.

Chewing-Gum, saison 2 – 14/20

Trois mois après la saison 1, Tracey change de look et revient chez elle célibataire. Enfin, chez elle, elle aimerait bien, mais sa mère n’est pas trop d’accord.

Déception pour cette saison et pour cette série : ce n’est vraiment pas ma plus belle trouvaille du challenge – et pas la pire parce que rien ne sera pire que Childhood’s End l’an dernier ! La série est sympa et a parfois un bon humour, mais je suis souvent passé à côté de ce qui était censé être drôle. J’imagine que ça arrive, mais l’humour consistait trop à se moquer de l’ignorance des personnages. Parfois, ça fonctionnait, mais ça avait ses limites. Pas de saison 3 pour cette série qui se termine sur une fin quelque peu ouverte, mais qui a conclu son synopsis de base. Critique saison 2.

3%, saison 1 – 15,5/20

Dans un futur dystopique, seuls 3% des personnes ont la chance de pouvoir vivre dans la richesse. Les 97 autres ? C’est la pauvreté la plus totale. Pour accéder au paradis terrestre, il faut être capable de passer une batterie de tests pas toujours si justes et la série nous les montre.

Gros coup de cœur pour cette série lors du Week-end en séries de la semaine dernière, je n’ai pas encore eu le temps de vous pondre l’article ! En tout cas, sachez que la note est très bonne et la série vaut le coup. La date de sortie de la saison 2 n’est pas encore connue, donc il est possible que je n’en ai pas tout à fait fini avec les voix portugaises lors de ce challenge. Nous verrons bien, mais pour l’instant, c’est bon. Critique à venir.

Et aussi : publication de mon article sur Lucifer, saison 2 – 16,5/20

The Magicians, The Fades, Lucifer, 12 Monkeys, Chewing-Gum, 3% : 11/11
Freakish, The OA, Hindsight, Fairly Legal, The Durrells, iZombie : 0/11

Vous avez voté sur Twitter pour m’ajouter iZombie au programme et ça signifie que j’en suis pile poil à la moitié du challenge en ce qui concerne le nombre de saisons. C’est pas merveilleux, ça ? Si… et non, parce qu’on n’est pas vraiment à la moitié de l’année si vous voyez ce que je veux dire !

000.png

Et en-dehors du challenge ?

Forcément, j’ai terminé quelques saisons hors challenge ce mois-ci, notamment parce que l’été touchait à sa fin et avec lui les séries estivales. Attention, il peut y avoir quelques spoilers sur les saisons précédant celles que je commente.

Strike, saisons 1 et 2 – 18/20 et 16/20

Cormoran Strike est un détective privé et la série débute avec l’arrivée de sa nouvelle assistante temporaire, Robin. Plot twist : Robin n’est pas qu’une assistante et la série adapte très bien les romans.

Deux saisons, certes, mais seulement cinq épisodes, autant dire que c’est passé vite et que le découpage en saison n’était pas des plus clairs. Malgré ces couacs en coulisses qui n’étaient pas super pratiques pour écrire mes critiques, j’ai adoré cette adaptation des romans de Robert Galbraith/JK Rowling. Je la conseille à tout le monde, même si ça aide de les avoir lus, surtout en saison 2. Critique saison 1 et saison 2.

Preacher, saison 2 – 15,5/20

Après une saison 1 pas assez mouvementée, Jesse, Cassidy et Tulip prennent la route. Plot twist : c’était excellent, jusqu’à ce qu’ils fassent une pause beaucoup trop longue.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un énorme coup de cœur sur le début de cette saison, mais il est vite retombé quand les personnages ont arrêté leur voyage. Comme l’an dernier, la saison est donc très inégale : on passe d’excellents épisodes rythmés à des moments beaucoup trop calmes où plus rien ne se passe. Dans l’ensemble, j’ai aimé la saison 2, mais c’est dommage que la série ne parvienne pas à garder une qualité constante pour l’ensemble de ces épisodes. Critique saison 2.

Younger, saison 4 – 15,5/20

La fin de saison 3 redistribuait les cartes de la série quand le secret de Liza venait à être encore un peu plus su. De quoi lancer une saison pleine d’action et de rebondissements. Plot twist : Liza aurait bien besoin de revoir la définition du mot secret.

Personnellement, j’ai adoré le début de saison qui était extrêmement drôle. Je n’en dirais pas autant de la fin : au contraire, je trouve que ça commence vraiment à tirer sur la corde avec les triangles et quadrilatères amoureux autour de l’héroïne. À un moment, il faudra savoir faire un choix et dire stop avant que ça ne dure trop longtemps : ce final de saison ne savait clairement plus quoi faire, avec rétropédalage et surplace. Allez, la saison vaut le coup malgré cet arrière-goût final amer. Critique saison 4.

Midnight, Texas, saison 1 – 15,5/20

Une série estivale comme ils n’en font plus assez, cette saison s’intéressait à l’arrivée de Manfred, un voyant, dans une ville peuplée de créatures surnaturelles. Plot twist : la fin du monde approche. Ouais, je sais, ce n’est pas vraiment un plot twist tellement c’est attendu.

Midnight, Texas, c’est la série que je ne savais pas que j’attendais ! De l’urban fantasy comme je l’aime, enfin. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : la série n’a rien d’exceptionnel, c’est une histoire classique qui a même la fâcheuse tendance d’offrir des fins d’épisodes non seulement prévisible, mais un peu bâclée. N’empêche que la télévision manquait d’une série du genre l’été depuis l’arrêt de True Blood, ou en tout cas je n’en regardais plus. Elle était bienvenue et je l’ai vraiment bien aimée. Critique saison 1.

Salvation, saison 1 – 13/20

La fin du monde approche (ouais, ça faisait longtemps que vous n’aviez pas lu ça, je sais, je sais) en même temps qu’un astéroïde qui fonce droit sur la Terre. Plot twist : tout le monde s’en fout et s’occupe tellement plus de la politique que la fin du monde serait cool.

C’est un peu hypocrite de ma part car l’article sur le possible renouvellement – dont nous n’avons toujours pas de nouvelle à l’heure où j’écris ces lignes – me fait mes vues du mois, mais je n’ai pas spécialement aimé la série. Elle commençait de manière divertissante, mais plus ça allait, moins la crédibilité était là. Franchement, la série nous a pris plus d’une fois pour des idiots et c’était très frustrant. Une grosse partie de la série était prévisible et la fin de saison termine sur un cliffhanger qui suggère que le monde a peut-être une chance d’être sauvé… Pas sûr d’avoir envie de voir ça ! Critique saison 1.

 

Voilà pour ce mois-ci, c’était un joli programme télé et ce n’était pas toujours simple avec toutes les reprises et nouveautés de ces derniers jours. Le mois d’octobre s’annonce beaucoup moins bien, avec déjà du retard sur mon planning pour m’en tirer… C’est bien simple, il faudrait théoriquement que je vois une saison par semaine, en plus de mes inédits, jusqu’au 24 décembre pour m’en tirer. HUM.

Bonne journée et surtout bon visionnage à tous 😉

 

Les mini-séries, le TFSA du jour et moi

Salut les sériephiles !

Related image

Avant de commencer l’article du jour, je voulais partager ma joie de savoir Wrecked et Atypical enfin renouvelées respectivement pour une saison 3 et 2. J’ai appris la nouvelle dans la nuit d’avant-hier à hier et il fallait bien que j’en parle quelque part (je le ferais certainement plus longuement plus tard quand on en saura plus pour Midnight, Texas et les autres de cet été).

Bref, aujourd’hui, je voulais surtout parler des mini-séries, parce que c’est le TFSA du jour… mais j’ai décidé de ne pas le faire parce que, oh drame !, je n’aime pas les mini-séries. Du coup, ben, on va parler de ça en attendant que je vous ponde un TFSA du passé tout à l’heure (allez, vers midi). Il y sera question de mes génériques préférés et, si j’ai oublié Orange is the new black au moment de faire le classement, croyez-moi, l’article sera très, très long.

Image result for orange is the new black ops
Désolé Lorna, je ne sais pas comment j’ai pu vous oublier !

Mais alors, pourquoi je n’aime pas les mini-séries ? Ceux qui lisent attentivement le blog ont déjà un semblant de réponse, je crois. Je n’aime pas regarder des films car je trouve ça trop court pour vraiment entrer dans l’histoire et avoir droit à une évolution réussie des personnages et de leur dynamique. Je n’aime pas les séries procédurales parce qu’elles sont répétitives et n’évoluent jamais.

Image result for strike bbc

Faut-il que je fasse un dessin pour les mini-séries ? C’est pareil ! J’ai beaucoup de mal à me faire aux séries des deux ou trois épisodes, je trouve que ce sont juste des films qui ne s’assument pas en tant que tels, et c’est dommage. Si je commente et adore Strike, c’est parce que j’ai lu avant les romans, mais sinon, clairement, je serais beaucoup moins emballé, malgré un casting impeccable.

Bon, bien sûr, c’est hypocrite de dire que je n’aime pas ça, il y en a bien une ou deux qui ont pu me convaincre. De là à vouloir les voir se prolonger ? Peut-être pas quand même !

Image result for 11.22.63

Critiquée sur le blog, la saison 1 de 11.22.63 a réussi à m’embarquer en me piégeant : je n’ai appris qu’en cours de route que c’était une mini-série. J’aimais beaucoup l’intrigue de base de la série et le jeu des voyages temporels. La reconstitution de l’époque était géniale, l’intrigue assez construite. Avec ses huit épisodes d’une heure, elle sortait presque déjà du cadre de la mini-série pour moi, parce que huit heures, ça commence à faire ! Et l’histoire était bouclée, donc j’avais rien à en dire pour le TFSA.

Image result for ascension
C’est à peine patriotique comme série !

Juste avant l’ouverture du blog, j’avais aussi vu Ascension qui m’a beaucoup plu, parce que c’était de la science-fiction et je n’avais plus grand-chose de ce genre-là à me mettre sous la dent à l’époque. De là à vouloir une suite ? Ben, non, parce que c’était tellement bâclé que non merci.

Image result for childhood's end
Nope.

Même reproche pour Childhood’s End qui m’a blasé dès son premier épisode. En fait, il n’y a qu’une mini-série que je voudrais bien voir revenir, c’est Never Tear Us Apart : The Untold Story of INXS… Et elle est passée tellement inaperçue que ça n’arrivera pas.

Bon, ce n’est pas la meilleure chanson du groupe INXS, je pense que vous les connaissez quand même, au moins pour Need you tonight. Voilà, vous comprendrez que je zappe ce TFSA car je n’ai rien à dire, mais en même temps, ça me faisait bizarre, alors c’est comme si je l’avais fait quand même !

Image result for not guilty

Décembre : Conclusion d’un challenge réussi

C’est déjà l’heure du bilan du mois de décembre pour le Challenge Séries 2016… Et oui, il est terminé, ça y est ! Plutôt qu’un simple bilan de décembre, je me suis dit que j’allais vous faire un retour complet sur mon expérience du challenge 2016, histoire de conclure définitivement cette longue et riche année de séries par quelques leçons apprises à mes dépens.

Je me suis lancé dans l’aventure du challenge sur un coup de tête en janvier dernier, quand j’étais seul et abandonné chez moi et que je me suis rendu compte que j’avais réussi l’équivalent du CS2015 sans même en connaître le principe exact. À force d’en entendre parler sur Twitter et via certains amis, je me suis dit qu’il fallait que je tente l’expérience. Popopo, 35 minutes plus tard, j’avais ma liste de douze séries qui, vous le savez, a connu quelques remous, mais j’y reviens dans la suite de l’article. 45 minutes plus tard, j’avais décidé de rouvrir ce blog. Et 1h plus tard, bam, j’étais prêt à me lancer !

Pour l’instant, revenons sur ces douze premiers choix :

– Saison 2 de Catastrophe : 6 épisodes
– Saisons 1 à 5 d’Ally McBeal : 112 épisodes
– Saison 1 de Master of None : 10 épisodes
– Saisons 1 à 3 de The Following : 45 épisodes
– Saison 1 de Jessica Jones : 13 épisodes
– Saisons 3, 5 et 6 d’American Horror Story : 36 épisodes
– Saisons 1 à 9 d’Undressed : 223 épisodes
– Saison 1 de Ministerio del Tiempo : 8 épisodes
– Saisons 1 à 5 de Person of Interest : 103 épisodes
– Saisons 1 à 9 d’One Tree Hill : 166 épisodes
– Saison 1 de Childhood End : 3 épisodes

Et ce challenge m’a apporté quelques belles leçons de vie que je garde en tête avant d’aborder avec vous dans un prochain article mon challenge 2017. Évidemment que je recommence ! Si vous en avez déjà marre de lire cet article, vous avez vu l’essentiel : c’est réussi (malgré 3 switchs) et vous pouvez regardez dans le menu ci-dessus si une série en particulier vous intéresse 😉

01
Club de Cuervos (1×01)

Leçon n°1 : À l’impossible nul n’est tenu

Autant vous dire que ça m’a motivé de faire une liste de 12 séries à voir à laquelle je pensais naïvement pouvoir me tenir. Oui, la première leçon du challenge pour moi, c’est que même avec toute la bonne volonté du monde, il n’est pas toujours possible de se tenir à l’impossible : Undressed était une super série mais il faut se rendre à l’évidence, elle n’est pas disponible ; Ministerio del Tiempo était une bonne idée sur le papier, mais elle n’était pas pratique à voir non plus. Et One Tree Hill est un peu de la triche, puisque je l’ai switchée uniquement parce que je n’ai pas pris le temps de le voir faute d’intérêt. La série n’est pas mauvaise, mais j’ai eu les yeux plus gros que le ventre et j’ai beaucoup manqué d’envie, ce qui veut bien dire qu’elle n’est pas non plus géniale !

J’ai donc utilisé 3 switchs :

– Undressed => Saisons 1 à 8 de That ‘70s show : 200 épisodes
– Ministerio => Saisons 1 et 2 de Club de Cuervos : 23 épisodes
– OTH => Saisons 1 et 2 d’Utopia : 6 épisodes

07.png

American Horror Story (S06)

Leçon n°2 : Ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre

Pour valider ce challenge, j’ai donc visionné 557 épisodes, auxquels s’ajoutent :

– 20 épisodes d’Undressed avant le switch
– 60 épisodes d’OTH avant le switch
-10 épisodes de Love dans le cadre d’un mini-défi
– 14 épisodes de Lost & Found dans le cadre d’un mini-défi

661 épisodes dans le cadre du challenge séries 2016, soit une moyenne d’à peu près deux par jour chaque jour, en plus d’une quarantaine (environ) de séries « à la semaine ». Gloups. Finalement, c’est peu, deux épisodes dans une journée. Non ?

Non, vraiment pas, si on en retranche la dizaine de jours qu’il reste pour finir l’année et tous les moments de vacances, les jours sans épisode, etc.

Clairement, je vais viser moins haut pour 2017, car mes études sont légèrement plus impitoyables cette année (et la prochaine probablement, car je doute d’avoir mon concours en mars. On verra, il faut rester positif). Avec tout ça, la baisse de régime sur le blog depuis le mois d’octobre doit quand même vous paraître un peu plus logique, il faut bien que je garde du temps pour étudier ET EN PLUS avoir une vie sociale. C’est la deuxième leçon du challenge : avoir les yeux (beaucoup) moins gros. En 2017, je planifierai un peu mieux tout ça. Reste à savoir si je vais réussir à m’y tenir.

06
The Following (S01)

Leçon n°3 : L’habit ne fait pas le moine

La troisième serait donc de ne jamais trop en attendre d’une série, règle qu’il est vraiment bon de se souvenir. J’attendais énormément des saisons 2 de Catastrophe et 1 de Childhood’s End. Elles ne furent que déception : la première loin de ce que j’espérais en terme d’intrigue, la seconde juste loin de tout. Autres déceptions, mais plus prévisibles : Master of None et Love m’ont confirmé que les comédies Netflix n’étaient pas toutes faites pour rire et souvent parfaites pour déprimer. J’ai même envisagé un temps d’écrire un article « Humour & dépression dans les sitcoms », puis j’ai manqué de temps, comme toujours. Ce type d’article d’analyse était pourtant l’une de mes plus grosses envies du blog, j’y reviendrais bien un jour. Cependant, j’ai adoré faire ce challenge car j’ai eu d’excellentes surprises sur des séries que j’imaginais un peu chiantes avant de faire play, comme Jessica Jones, Ally McBeal ou The Man in the High Castle. J’avais ajouté la première parce que Marvel/Netflix quoi, mais après la déception de la saison 1 de Daredevil, je n’attendais vraiment rien. Ally McBeal, je l’ai regardée pour son actrice principale et par curiosité car c’était l’une des séries préférées de ma sœur. TMITHC, j’attendais un bon gros délire SF et finalement, c’était une SF très douce et parfaitement maîtrisée, qui a su rapidement me convaincre. Parmi les meilleures découvertes, je place Club de Cuervos, commencée sur un coup de tête en plein ennui du mois d’Août, en très bonne position, juste derrière Person of Interest. Je pensais que j’allais détester celle-ci dont j’ai revu le pilote trois fois sans accrocher. Finalement, la saison 5 est l’une des meilleures de l’année 2016 et je ne regrette pas d’être resté, dès le départ, pour voir Amy Acker. Il me reste les plus conventionnelles : One Tree Hill n’a recélé aucune surprise (si ce n’est quelques guests et coupes de cheveux improbables), That ‘70s show était ce que j’en attendais, AHS a été égale à elle-même en saisons 3 et 5 (mais fait partie des excellentes surprises pour sa saison 6). Bref, il ne faut jurer de rien, comme dirait l’autre !

16
Person of Interest (S02)

Leçon n°4 : La douceur du miel ne console pas la piqûre de l’abeille

Si, si, c’est un proverbe français, je vous jure, il est dans mon dico ! Drôle de titre vous allez me dire, mais c’est pourtant une sacrée belle image qui définit assez bien le rollercoaster d’émotions que j’ai subi avec ce challenge. Il y a des décès dont je ne me suis pas remis, il y a ceux que j’ai vu venir, il y a ceux que j’ai attendu. Il y a la masse terrifiante de violence de The Following et il y a le feel-good d’Ally McBeal, la dépression de Catastrophe et la joie de vivre du Wisconsin de That ‘70s show.

En définitive, il y a surtout beaucoup de déception, déception de ne pas avoir de suite à certaines séries, à commencer par Person Of Interest (dont la fin est peut-être parfaite, si on est imaginatif) et même The Following. Déception de ces séries qui n’auront jamais de fin, et surtout Utopia. Déception de ces séries qui se sont gâchées avec le temps : les dernières saisons d’Ally McBeal, The Following ou That ‘70s show ne sont plus que les ombres d’elles-mêmes et je n’oublie pas, malgré une fin de challenge plutôt très positive, ces déceptions successives. Certes, mes deux dernières saisons vues en décembre se sont révélées toutes deux être excellentes, alors je finis ce challenge en étant hyper-satisfait… mais je n’oublie pas, je ne me console pas des morts de certaines séries (et vous prendrez le mot « morts » dans le sens que vous voulez, autant les persos que la série).

Et puis, dans ce proverbe, j’aime aussi l’image de la piqûre qui me rappelle bien qu’en définitive, je suis addict aux séries et ce n’est pas si bien. Du coup, ça me déprime de savoir que les séries sont mon abeille. Et qu’est-ce que je fais quand je déprime ?

Exactement, je commence une nouvelle série : mon miel. Maintenant, le premier qui me sort une vanne foireuse avec la série AB qui s’appelle Le miel et les abeilles, je lui envoie un essaim dans la tronche. Bisou.

08.png
One Tree Hill (S01)

Leçon n°5 : Qui se ressemble, s’assemble mais les opposés s’attirent aussi.

Ma plus belle leçon du challenge probablement : la blogosphère est méga cool. J’ai commencé ce blog il y a deux ans, mais je ne l’ai jamais tenu avec assiduité à l’époque. J’y parlais de séries, déjà, mais sans vrai plan ni constance, sans promo twitter et en définitive sans grande envie. Le challenge m’a donné la possibilité d’avoir quelque chose à raconter et surtout m’a apporté une petite audience très satisfaisante et surtout sympa. Alors, en définitive, les fans de séries s’assemblent c’est sûr, mais il est cool de découvrir qu’on ne se ressemble pas tous, que parfois nous ne sommes pas d’accord, etc. Il y a des gens que j’ai rencontré via ce blog que je trouve tous hyper sympa, même quand on est pas d’accord (et surtout quand on ne l’est pas d’ailleurs, c’est là qu’on repère les gens fréquentables des autres en général). Je profite de ces quelques lignes pour remercier surtout Yodabor, qui m’a suivi rapidement et qui commente souvent, Ludo, qui m’a même accordé un article sur son blog, ou Tequi, qui m’a proposé un tag auquel je n’ai jamais répondu (pour l’instant, mais je compte bien le retrouver et le faire, promis !).

Et pour conclure cet article, merci à Hellody, évidemment, d’avoir eu l’idée de ce challenge et de l’avoir mis en place ! Je l’ai déjà dit sur Twitter, mais franchement, ce challenge a été une belle occasion de voir des séries que je me gardais de côté depuis années avec l’envie de les voir sans jamais me lancer.

03.jpg
Jessica Jones (S01)

J’avais beaucoup de temps cette année et c’est avec plaisir que je me suis enfin consacrer à les voir ! Je déborde légèrement sur un article à venir, mais pour 2017, je vais essayer d’être plus raisonnable vu que j’ai un gros emploi du temps… mais une passion est une passion, et je crois bien que je suis passionné de séries !

À très vite pour parler de 2017 donc 😉

Retour sur le mois de Janvier

Le mois de Janvier s’est achevé, il est donc temps pour moi de faire un premier point sur l’avancée de mon Challenge Séries 2016… qui est déjà bien entamé ! Je vous laisse jeter un premier coup d’oeil déjà :

Catastrophe, Saison 2 terminée, 13/20
The Following, intégrale terminée, 12/20
Childhood’s End, saison 1 terminée, 07/20
Master of None, saison 1 terminée, 13/20
Ally McBeal, saison 1 terminée, 17/20
Undressed, du 1×01 au 1×08, 16/20

Il y a quelques spoilers dans mes critiques. N’hésitez pas à naviguer avec la fonction recherche (CTRL+F) pour passer d’une série à l’autre si vous voulez éviter de lire certains paragraphes, puisque je redonne le titre de chaque série en début de paragraphe 😉

CS Cata

Alors, comme je l’ai déjà dit, je me suis volontairement gardé de côté la reprise de Catastrophe cette année, car je n’avais pas envie de la suivre à la semaine et que je me doutais que j’arriverais à naviguer sans me faire spoiler : pari réussi. Plutôt heureux de retrouver le couple atypique des deux protagonistes, avec le plaisir de la petite surprise du bon dans le temps et du second bébé. Je me suis goinfré des six épisodes, et définitivement, c’est trop court. L’idée de l’ellipse temporelle a le mérite de surprendre – personnellement, je n’avais rien lu là-dessus. La surprise est partielle, on sent bien dès le début qu’il y a anguille sous roche, puisqu’on nous éclipse le cliff-hanger de la saison 1… Et c’est là que le bât blesse : il est vraiment dommage de ne pas nous montrer la première naissance et tout ce qui a pu s’ensuivre. Je me suis senti un peu lésé par ce twist scénaristique que j’ai pourtant apprécié. C’était sympa, mais ça prive de beaucoup trop de choses, et c’est dommage car ces choses sont simplement comblées par des répliques nous résumant ce qu’il s’est passé. C’était un choix osé à l’image de la série, mais c’est avec le recul quelque chose qui a tué dans l’œuf pas mal d’intrigues. La saison 2 ressemble plus à une saison 3… Ce qui n’est pas forcément un mal quand on voit la qualité de certaines saisons 2.

Les intrigues se développent ensuite sans parvenir à pleinement (me) passionner, surtout qu’elles sont inévitablement trop courtes. En six épisodes, peu de choses sont finalement montrées aux téléspectateurs. Les scénaristes nous délivrent un mini-film comique, dont je ne retiens pas grand-chose malheureusement. L’intrigue autour de Sharon cherchant à se faire une amie est très sympa… mais ne mène finalement nulle part. La collègue de Rob qui le drague ? Pourquoi pas, mais ça paraît très réchauffé et à l’encontre de la modernité habituelle de la série.

Il y a beaucoup de bonnes idées, mais elles sont toujours bien vite évacuées du scénario étrangement. Pour une série censée être comique, il faut bien sûr souligner aussi le côté totalement dépressif de certaines scènes. C’est un trait d’écriture qui permet d’ajouter au réalisme de la situation et de nous rapprocher des personnages, je ne suis donc pas totalement contre.

Cette saison 2 est pour finir assez hybride et tend vers la dramédie, peut-être un peu plus que la première saison. Cependant, elle réussit son pari dans les grandes lignes : surprendre, être drôle, égaler la première. Par contre, égaler la première saison, c’est bien tout ce qu’elle fait : pas de révolution grandiose, elle se voit, fait rire et s’oublie assez vite. Mention spéciale pour cette dernière scène et le dernier plan de Rob qui ouvre la bouche mais dont on ne saura pas la réplique. Malheureusement, l’impatience de la saison 3 est un peu atténuée : s’ils nous refont le coup du un an plus tard, cette fin sera vite balayée elle-aussi…

En conclusion, je dirais que cette saison mérite un petit 13/20. Je continuerai à conseiller la série à toute personne cherchant une sitcom sympa à voir ; mais pas à quelqu’un en quête de sa future série préférée.

CS The FollowingThe Following est largement critiquée pour son manque de réalisme, et force est de constater qu’effectivement ce n’est pas ça son point fort. Cependant, c’est très très prenant et le casting arrive à me convaincre de continuer encore et encore. Je suis bien sûr déçu de la tournure des événements : la saison 1 proposait de grandes choses et des idées vraiment intéressantes qui tombent un peu à l’eau dans la suite. Le fait de les enchaîner si vite aide à faire passer la frustration, on va dire. Je ne vais pas m’étaler plus ici, j’ai déjà écrit un long, très long, article pour dire tout ce que je pensais de cette série : The Following, une lente déchéance.

CS Childhood's End

Grosse déception pour cette série, j’aurais dû me fier aux critiques des amis qui m’avaient déconseillé de la regarder finalement. J’ai enchaîné les trois épisodes sur une seule soirée, parce que j’ai voulu m’en débarrasser assez vite.
Si je suis honnête, j’ai décroché à plusieurs reprises pour regarder mon portable ou même bosser un peu. J’essaye de comprendre pourquoi j’ai décroché, et je ne sais pas. J’ai trouvé l’intrigue assez mal amenée dans le premier épisode : on ne voit pas bien l’intérêt de l’intrigue présentée et de la multiplicité des personnages. Je n’ai pas lu le livre, j’aurais peut-être dû pour mieux comprendre ? Auquel cas, c’est que c’est mal adapté cela dit.
La fin du premier épisode survient presque trop rapidement, on sait direct (si l’on en doutait encore) que ce sauveur au look diabolique n’apporte rien de bon. Il est à l’image du diable… Quelque part, à quoi bon continuer ? Dans la même optique, les bonds dans le temps proposés entre les épisodes n’aident pas non plus à s’accrocher pour continuer : il est dur de s’attacher vraiment aux personnages.
Dans ce cas, pourquoi je suis resté ? Déjà, parce que c’est dans mon challenge et que j’aimerais le faire sans avoir à switcher quoique ce soit. Ensuite, parce qu’il n’y a que trois épisodes, donc ça se regarde. L’espoir d’une amélioration est toujours là, aussi, même s’il s’amenuise… et c’est surtout une dégradation à laquelle on assiste durant les deux premiers épisodes, je trouve.
La vraie raison du pourquoi je suis resté ? C’est celle qui m’a fait venir en premier lieu mais que j’avais oublié : Georgina Haig. Je suis amoureux de cette actrice depuis Fringe, je me suis farci tous les Once Upon a Time juste pour voir son arc en début de saison 4, j’ai même regardé une mini-série (sur le groupe INXS) en espérant la voir parce qu’elle était dans la bande-annonce, mais dans laquelle elle n’a en fait qu’une scène (heureusement, c’était une super mini-série). Bref, je pouvais bien faire ça…
Ironiquement, j’ai assez bien aimé les twists de la dernière demi-heure, qui se fait sans Georgina Haig. La dimension dramatique est enfin pleinement exposée et ça se passe beaucoup mieux que le côté (fanatique) religieux du deuxième épisode. C’est étrange et ça part un peu plus dans la science-fiction futuriste, c’est appréciable sans être révolutionnaire. La toute fin n’est d’ailleurs tellement pas originale qu’elle fait lever les yeux au ciel. Et putain, je savais pas qu’une planète explosait si vite…
J’ai regardé Childhood’s End parce que la série était diffusée à la même période qu’Ascension l’an dernier. Finalement, les deux séries ont beaucoup en commun : un rythme lent, mais bourré d’ellipses qui font que ça avance ; une musique rétro pour donner un cadre futuriste ; une fin de premier épisode qui révèle trop tôt un twist qui devrait être final de saison. J’ai l’impression que le côté 3 épisodes de 80 minutes n’est vraiment pas un format qui s’adapte bien aux séries SF, j’espère que la chaîne ne fera pas trois fois la même erreur.
La dernière petite question qui tue : à partir de quel âge on n’est plus enfant et on reste sur terre, du coup ? Une bonne grosse déception, durement rattrapée par la dernière demi-heure.

CS Master of None

Une série qui me laisse bien mitigé, cette Master of None ! Je n’ai pas vraiment accroché tout de suite, mais en même temps une part de moi s’est reconnue dans cet oncle un peu débordé par ses neveux et éternel célibataire.
Loin de toujours me faire rire, je reconnais quand même à la série une excellente gestion des thèmes abordés, un par épisode. C’est un peu schématique à première vue, mais cela permet d’aborder tout un tas de questions de l’industrie des séries de manière très juste. Cet épisode sur le racisme, notamment, est l’un des meilleurs que j’ai pu voir sur ce thème (et a paru bien moins forcé que la récente tentative de Grey’s Anatomy en la matière).
La série a fini par me convaincre sur la durée, d’épisode en épisode, elle a su proposer des éléments qui ont permis de s’attacher aux personnages. Sans spoiler, je dirais que la relation amoureuse qui se développe dans les derniers épisodes marchent, qu’elle est pleine de justesse et qu’elle fait rêver.
Une fin un peu dure à encaisser, mais tout à fait crédible et dans la lignée de ce qui a été proposé auparavant. Définitivement pas la fin que j’aurais aimé voir, mais la saison 2 rétablira peut-être les choses… ou partira sur une toute nouvelle voie. C’est ce que j’ai aimé dans cette fin en tout cas, son côté imprévisible et bien monté, une écriture ouverte qui laisse une infinité de possibilités à exploiter en saison 2 (le voyage, ou le retour, ou les retrouvailles…)

CS Ally
J’ai fini la saison 1 hier soir, je vais donc réserver mon jugement pour l’instant, mais la note indicative que j’ai mise à ces 23 épisodes (24 avec le cross-over) donne une bonne idée de que j’ai pensé de la première saison.
Rafraîchissante, malgré ses presque 20 ans !, cette série propose un univers décalé qui éclipse joyeusement le côté procedural souvent ennuyeux, pour suivre la vie de toute ce petit groupe hétéroclite qui fonctionne comme une famille dysfonctionnelle.
Bourrée de répliques qui font mouche et d’une B.O magistrale & exceptionnellement cool, cette saison 1 n’hésite pas pour autant à aborder des thèmes audacieux pour l’époque – si ce n’est encore aujourd’hui (la transexualité, la polygamie…). Avec malgré tout des restes machistes, Ally McBeal est un étrange produit féministe qui décrit une société presqu’idéalisée pour l’époque, et finalement très actuelle de ce que l’on peut vivre aujourd’hui. Bref, il y a toujours un côté contemporain dans cette série qui pourtant est totalement d’une autre époque (les choix musicaux à nouveau, les looks surtout).
J’ai adoré, et je me réserve un épisode par jour, parfois un peu plus. Brillant. Vivement que j’entame la saison 2 !

CS Undressed

L’autre vraie bonne surprise de ce Challenge pour l’instant, c’est Undressed, une petite série dont je n’avais littéralement jamais entendu parler avant. C’est peut-être d’ailleurs ce qui la rend si surprenante, plus qu’Ally McBeal à bien des égards.
Je me cherchais une longue sitcom pour le challenge et je suis tombé là-dessus il y a quelques mois, en remontant je pense la filmographie d’un acteur (mais pour l’instant, impossible de savoir lequel). J’ai vu avec amusement le nom de Steven D. Knight dans les scénaristes… sérieusement, pourquoi cette série n’est pas plus connue ?
Peut-être à cause de sa diffusion probablement confidentielle pendant l’été sur MTV, il y a plus de dix ans. Forcément, ça n’aide pas.
Les sujets abordés sont aussi vastes qu’inhabituels pour cette période pré-2000 : les relations amoureuses, de tous types et genres. Et là où je m’attendais à des clichés rebattus plutôt mauvais, j’ai eu la surprise de trouver des dialogues qui font encore mouche et de découvrir une série qui a pris un coup de vieux sur la forme (les looks, la qualité, la BO…), mais pas tellement sur le fond. Oui, ma critique est assez similaire à celle que je viens de faire d’Ally McBeal… Non, les deux séries ne se ressemblent pas pour autant, il manque finalement à Undressed ce petit côté décalé et drôle, fun et pep’s, qui fait tout le charme d’Ally.
La cohabitation universitaire entre la bombe et l’intello, le mec qui embrasse la copine de son meilleur pote, le mec et la nana qui se rencontrent parce que leurs conjoints ont couché ensemble et qu’ils cherchent à se venger, le coloc gay… Tout y passe dans Undressed, de manière toujours assez réaliste pour être pertinente, mais surtout assez drôle pour être regardable.
Quant au format, c’est un véritable O.V.N.I pour l’époque : chaque épisode se découpe en trois intrigues (jusque-là, rien de neuf) totalement indépendantes et qui courent sur plusieurs épisodes. Quand un arc narratif se termine, il est remplacé par un autre avec de nouveaux personnages. Pour autant, les anciens qui disparaissent de l’écran ne sont pas forcément oubliés : par exemple, le frère d’un personnage dont l’arc vient de se terminer débarque dans la série pour débuter son propre arc. Il y a donc de petites connexions à faire entre les histoires, qui redonnent un peu d’intérêt aux histoires les plus plates. Et en plus, c’est marrant. Une vraie bonne découverte, que je suis pressé là aussi de continuer !

Et voilà pour ce premier mois extrêmement chargé du Challenge 🙂
RDV en février !