Les 5 personnages les plus obsédés

Salut les sériephiles !

On se retrouve déjà pour un nouveau TFSA, moins de 24h après le dernier. On va dire que c’est l’avantage d’être en retard : le temps passe plus vite entre deux articles après… Et aujourd’hui, Tequi veut que l’on se concentre sur les personnages les plus obsédés. C’est un drôle de thème que celui-ci, et je me suis demandé en l’écrivant si je n’étais pas trop hors sujet. On verra bien… en attendant voici donc les personnages auxquels j’ai immédiatement pensé.

Résultat de recherche d'images pour "noah the affair"

  1. Noah (The Affair)

Bon, le premier type d’obsession qui me passe par la tête quand je lis le titre de ce thème, c’est quand même l’obsession sexuelle et on fait difficilement pire que Noah. Ce personnage est imblairable : chaque fois que la série s’attarde sur ce qu’il pense et sur sa manière de voir le monde, c’est pour mieux nous révéler comment il a l’impression d’être irrésistible. Toutes les femmes autour de lui passent leur vie à le draguer et le charmer, il a un égo gros comme ça et il est obsédé par son propre succès. Narcisse n’a qu’à bien se tenir face à Noah !

Résultat de recherche d'images pour "alice the magicians"

  1. Alice (The Magicians)

C’est une autre obsession que permet d’explorer Alice, celle de la magie… De là à dire que c’est comme une drogue pour elle, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas encore (Willow, en revanche…). Ce qui est sûr, c’est que la magie est une vraie obsession pour Alice qui fait tout pour en avoir plus, tout le temps, quoiqu’il arrive. Si la saison 4 la voit évoluer par rapport à tout ça, je dois avouer que je l’ai trouvée insupportable plus d’une fois à cause de ça !

Résultat de recherche d'images pour "count olaf"

  1. Comte Olaf (Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire)

C’est bien simple, Olaf passe trois saisons complètes à vouloir par tous les moyens mettre la main sur la fortune des Baudelaire. Ceux-ci iraient pourtant plus vite à lui céder une fortune dont ils n’ont clairement pas grand-chose à faire, mais non, il est bien plus drôle pour nous de voir le comte essayer de s’emparer par tous les moyens possibles de leur argent. Machiavélique ! Neil Patrick Harris déchire dans ce rôle qui semble avoir été fait sur mesure pour lui.

Résultat de recherche d'images pour "barney stinson"

  1. Barney Stinson (How I met your mother)

Difficile de ne pas penser immédiatement à lui quand on prend le thème de la semaine en tant que « obsédé sexuel ». Neil Patrick Harris parvient donc à se hisser deux fois dans ce top avec deux rôles différents. Et en plus, j’ai parlé de Dr Horrible dans le TFSA d’hier ! Bref, Barney a pour obsession la femme, et il fait tout pour la collectionner pendant près de neuf saisons, malgré de petites parenthèses d’histoires sérieuses. On peut difficilement faire plus obsédé que lui, et pourtant, j’ai trouvé… !

Résultat de recherche d'images pour "joe you"

  1. Joe Goldberg (You)

Evidemment ! Joe est un psychopathe qui passe dix épisodes à être à fond sur Beck, quand bien même Beck est une nana insupportable qui ne mérite probablement pas tant d’attention (bouuuh, je suis méchant). L’obsession de Joe est le moteur de la série, je vois mal comment j’aurais pu passer à côté de lui dans la rédaction de ce top : le résumé de la série en trois mots, c’est quand même « Beck, Beck, Beck ». Et il surpasse Peach dans sa folie, alors voilà, je mets Joe en avant dans cet article !

Résultat de recherche d'images pour "eye candy"

Bien sûr, d’autres personnages auraient pu être cités aussi – je n’oublie pas le tueur de Eye Candy par exemple, mais comme toujours j’ai privilégié ceux qui me venaient en tête en premier ou qui étaient dans les séries les plus récentes. Et je suis assez content d’avoir réussi à ne pas me limiter aux obsessions sexuelles (coucou Logan de Westworld, t’aurais été là sinon), parce que ça aurait été un peu lourd comme top. Allez, à vous les studios !

Les meilleurs duos d’ennemis

Salut les sériephiles !

Avant d’avoir une semaine complète de retard, je me suis dit qu’il était temps pour moi de rattraper le TFSA de la semaine dernière, qui n’était pas si rapide à faire que ça parce que Tequi m’a un peu posé une colle avec ce thème qui exigeait de repenser à un type de série que je n’aime pas trop, celles capitalisant tout leur succès sur un grand méchant face auquel le héros s’acharne sans jamais gagner. Enfin, j’exagère, j’en suis plein des comme ça, mais je ne sais pas, je n’étais pas inspiré en fait !

Résultat de recherche d'images pour "the following ryan joe"

  1. Ryan/Joe (The Following)

Ce sont les deux premiers à qui j’ai immédiatement pensé en lisant le thème de la semaine dernière. Toute la série se fonde sur l’opposition entre son héros et son grand-méchant. Le problème, c’est que c’est plus ou moins réussi : en saison 1, c’est génial, en saison 3, ça commençait à se faire vieux. Cela dit, c’était une opposition réussie dans l’ensemble et un méchant qui aura su donner quelques frissons, tout de même.

Résultat de recherche d'images pour "rick negan"

  1. Rick/Negan (The Walking Dead)

Je pensais d’abord au Gouverneur, mais la vérité, c’est que Negan s’est imposé comme beaucoup plus terrifiant et violent que le Gouverneur. En revanche, je trouve que ça a participé grandement à faire de ce qui était une très bonne série une série bien trop chiante : les scénaristes ont trop capitalisé sur ce duo de fortes têtes et c’est devenu chiant à suivre à force. C’est peut-être ça qui me dérange le plus dans la série finalement : sa tendance à oublier le groupe au profit d’un ou deux personnages désignés comme leaders. Même si c’était nécessaire d’en avoir, ça a aussi coulé une partie de mon intérêt, je crois, et ça va mieux depuis qu’une page s’est tournée…

Résultat de recherche d'images pour "michael alex prison break"

  1. Michael/Alex (Prison Break)

Quand il a été question d’expliquer ce thème, c’est un le deuxième duo auquel j’ai pensé tout simplement, et ça en dit long parce que ça fait des années que je ne n’ai pas revu la saison 2. Oui, mais voilà, tout l’intérêt de la saison reposait dans ce duo d’ennemis bien fichu, alors ce n’est pas étonnant de voir qu’ils finissent dans ce top : ils m’ont marqué, tout simplement.

Résultat de recherche d'images pour "dr horrible captain hammer gif"

  1. Dr Horrible/Captain Hammer (Dr Horrible)

Ouais bon, solution de simplicité, je sais bien, mais reconnaissons que ce duo est iconique en trois petits épisodes d’un quart d’heure. J’adore voir et revoir ces épisodes qui réussissent toujours à me convaincre de l’opposition parfaite entre ces deux acteurs, que l’on a retrouvé aussi dans A Series of Unfortunate Events. Bref, c’est le genre d’opposition qui transcende la production d’origine, et ce n’est pas rien quand même, il fallait que j’en parle !

Résultat de recherche d'images pour "jack locke"

  1. Jack/Locke (Lost)

Difficile de ne s’arrêter qu’à un duo d’ennemis dans la série d’ABC, mais s’il y a bien un couple d’ennemis hyper marquant, c’est celui-ci. La science VS la foi, Jack VS Locke, Jacob VS l’homme en noir, ils ont passé la série à s’affronter et à voir leurs idéologies ne pas parvenir à trouver un accord commun. C’est la preuve que je peux accrocher à une série construite sur une opposition de personnages contrairement à mon premier instinct. Et ce duel, purée, qu’est-ce qu’il était cool !

Et voilà pour ce nouveau TFSA, qui n’était vraiment pas parmi les plus faciles, je trouve. En plus, je me rends compte que je n’ai pas réussi à trouver de séries se fondant sur l’opposition entre deux femmes fortes – il est vraiment temps que je regarde Killing Eve ! (si, si, j’ai pensé à Orphan Black, mais ce n’est pas aussi schématique et le casting est large, ne se résumant jamais à une simple opposition Rachel/Sarah, par exemple).

Résultat de recherche d'images pour "sarah manning rachel"
La preuve en image ?

Survivre à 40,8°C

Salut les sériephiles,

J’ai promis de vous raconter un peu plus mon week-end chaotique, et contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, non, je ne suis pas parti en vacances au soleil dans une région où il fait 41°C. C’est pas qu’il ne faisait pas chaud à Paris, mais la chaleur qu’on avait, c’était surtout synonyme d’un bon gros tas de pollution et de crises d’asthme pour moi. Maintenant que je suis enfin dans le bus du retour, je peux en parler sans trop me porter la guigne, je pense.

Résultat de recherche d'images pour "unfortunate events"

Dans la nuit de jeudi à vendredi, donc, je me suis enchaîné les crises d’asthme ; j’ai ainsi très peu (pas) dormi ; ce qui m’a conduit à passer une journée dans le brouillard vendredi – et pas que le brouillard de pollution, même si, évidemment, il y avait toujours de ça. Mon corps n’a pas trop kiffé apparemment, mais genre vraiment pas du tout. C’est alors qu’en rentrant chez moi vendredi soir, j’ai découvert avec plaisir que je me faisais un petit 39,5 de fièvre. À l’aise.

Je me suis couché, j’ai survécu : une heure plus tard, j’étais retombé à 38. Bon, autant vous le dire, je suis resté à l’Ouest une bonne partie de la soirée, hein, parce que j’avais toujours la nuit blanche précédente dans les pattes. J’ai quand même pu voir un épisode de How to get away with murder et je me suis couché sans fièvre. Ouais, ben trois heures plus tard, clairement, c’était reparti à fond les ballons dans mon corps et c’est là que ça commence à être un article un peu plus intéressant.

Enfin, j’sais pas, j’ai l’impression que ça a intéressé les gens à qui j’ai eu l’occasion d’en parler, et c’est ce qui m’a motivé à commencer cet article. Alors, trois heures plus tard, je me suis donc réveillé dans un bain de chaleur et l’impression d’être en pleine tempête tropicale tellement il faisait chaud. Glamour, hein ? À ce moment-là, j’avais clairement l’impression que j’avais le visage en feu, Hadès style. Résultat de recherche d'images pour "hades once upon a time"Le glamour en moins, donc.

Ce n’est que le début de ma nuit cela dit : l’heure qui a suivi, je me suis retrouvé à grelotter. Oui, oui. Il faisait toujours très chaud, mais moi, j’avais froid. Les joies de la fièvre, voyez-vous. On a tous en tête cette scène où un personnage est en manque de drogue parce qu’il essaye d’arrêter. Il a l’air insupportable, avec de la sueur partout, et des tremblements, et des gémissements et c’est un peu le résumé de ma nuit. Fin, sans les gémissements quand même. Et bon, je comprends ceux qui craquent à ce moment-là et reprennent leur drogue, parce que si j’avais eu une solution pour que ça s’arrête hein…

Résultat de recherche d'images pour "the 100 abby junkie"

Bref, faut pas que je me drogue, parce que l’arrêt de la drogue, ça a l’air beaucoup trop chiant. J’avais pas l’intention de me droguer cela dit, ça tombe bien ! A force de patience, j’ai fini par arrêter de claquer des dents (c’est quelque chose). Non, je n’avais pas non plus le courage de me lever, déconnez pas. J’aurais peut-être mieux fait tant que je pouvais cela dit. Oui, parce que vous le savez déjà si vous me suivez sur Twitter, mais j’ai enchaîné sur un petit épisode de paralysie du sommeil, alors bon, je ne pouvais même plus me lever quoi.

Voilà donc pour le résumé rapide de ma nuit catastrophique. Et vous l’aurez compris avec le titre, au petit matin (parce que j’ai quand même réussi à faire des micro-siestes de 6 à 9) quand j’ai enfin eu le courage de me lever pour autre chose que vider un litre d’eau, j’ai pris ma température qui s’élevait à 40,8°C. Hot as hell.

Résultat de recherche d'images pour "lucifer"

Une matinée à l’hôpital plus tard, j’ai appris que je n’avais pas chopé la grippe parisienne – c’était mon diagnostic de base même sans les courbatures – mais juste que « c’est la catastrophe niveau respiratoire dis-donc ». Oui, merci, j’avais remarqué que je n’arrivais plus à respirer, t’es utile. Oui, bon, le médecin a été utile : je peux à présent recommencer à me droguer à la Ventoline et au Bécotide, parmi d’autres médicaments. Pendant un mois.

Résultat de recherche d'images pour "haunting of hill house paralysis"J’ai si hâte de revenir vivre en région parisienne ! Et en attendant, je recommence à vouloir échapper à de nouvelles crises de paralysie du sommeil. J’en reparlerai plus longuement dans un autre article, je pense, parce que la fièvre, c’est rigolo, mais ce qui intéresse le plus dans mon histoire, je crois que c’est encore ça. Et je me suis rendu compte que j’avais pas mal de choses à en dire en écrivant cet article, donc j’ai tronqué parce qu’on était encore parti sur du 1500 mots sinon. Et j’ai des choses à faire dans le bus qui me ramène, moi !

Mes 5 persos préférés (TVtime #6)

Salut les sériephiles,

Mon top bimensuel des personnages que je préfère dans les séries a failli passer à la trappe en février, mais finalement, il ne débarque qu’avec une semaine de retard. Pourquoi l’avais-je oublié ? Parce que je n’étais pas motivé par les différents articles programmés dans mon planning et que j’ai fini par ne pas regarder assez mon planning. C’est malin…

Bref, comme d’habitude, c’est parti pour mes cinq personnages préférés au cours des quatre derniers mois, un top que je ne constitue pas moi-même mais qui se fonde uniquement sur mes votes de personnages sur TVtime.

Résultat de recherche d'images pour "preview arthur websérie"

  1. Arthur (Preview) – 5 votes

Il y a probablement d’autres personnages d’autres séries qui ont cinq votes, mais l’algorithme de l’application me propose Arthur. C’est bien : ce n’est vraiment pas le genre de personnages auquel j’aurais pensé pour ce genre de top, et pourtant, c’était un perso attachant effectivement. Si vous n’avez pas vu cette websérie, je vous la conseille.

Résultat de recherche d'images pour "josh futturman"

  1. Josh Futturman (Future Man) – 5 votes

Et dire que je n’aimais pas trop cet acteur dans les Hunger Games et que je n’ai commencé la série que parce que Laura voulait en voir l’avant-première au Comic Con ! Les choses ont bien changé et je comprends maintenant le succès de l’acteur. Quant au personnage, c’en est un autre dont j’ai envie de dire qu’il est attachant ; même si ce n’est probablement pas le bon terme. Il peut aussi être pas mal énervant après tout…

Résultat de recherche d'images pour "klaus baudelaire"

  1. Klaus Baudelaire (A Series of Unfortunate Event) – 6 votes

L’enfant que j’étais s’identifiait un peu à Klaus à cause de sa volonté perpétuelle de déchiffrer les codes et à cause, surtout (léger spoil saison 1), de sa capacité à repérer les fautes d’orthographe dans la fausse lettre de la Tante Joséphine… C’est donc sans surprise que j’ai adoré son rôle dans l’adaptation en série. Il a toujours été mon préféré parmi les trois Baudelaire, même si je reconnais que Sunny est beaucoup montée dans mon estime, particulièrement lors de la saison 3.

Résultat de recherche d'images pour "god friended me miles"

  1. Miles Finer (God Friended Me) – 6 votes

Si j’avais été à jour dans la série, il serait peut-être premier de ce top, mais comme j’ai un épisode de retard, on ne saura pas. Je crois que Miles participe grandement à me faire adorer la série. C’est un personnage sympathique, toujours souriant (ou presque) et avec une vraie volonté de faire le bien. Si la série est feel good, c’est aussi parce qu’elle est capable de proposer un tel personnage principal.

Résultat de recherche d'images pour "michaela stone"

  1. Michaela Stone (Manifest) – 6 votes

Ah ! Premier personnage féminin du classement ! C’est rare parce que c’est souvent l’inverse dans ce top : plein de femmes pour un homme (et encore). Michaela est aussi la seule de ce classement qui était déjà là dans le top de décembre, et elle gagne deux places ici (avec un vote de plus que la dernière fois sur les quatre derniers mois). Mon commentaire ne change pas toutefois : je vote Michaela souvent par défaut, parce que les épisodes tournent beaucoup autour d’elle et que j’ai eu du mal avec les autres.

Comme quoi, pour être personnage préféré dans mon top, il suffit finalement de peu de choses… et de quelques votes ! Michaela devrait toutefois être détrônée en avril, puisque la série a touché à sa fin cette semaine.

Bon week-end à tous !