Les résultats du Bingo Séries 24

Salut les sériephiles,

Cela fait deux jours que la nouvelle grille du Bingo Séries a commencé et avec mon visionnage intensif de The Punisher deux ans après tout le monde, autant vous avouer que c’est la catastrophe la plus totale puisque je n’ai eu qu’un point en sept épisodes. Bon, c’est une panique à avoir pour un autre mois cela dit, parce qu’aujourd’hui, je veux juste vous parler de la grille du mois dernier… Pour laquelle j’aurais probablement pu faire mieux, si je m’étais donné la peine de réussir le point bonus. Allez, c’est parti pour le résultat !

Voir aussi : Bingo Séries #25

Résultat de recherche d'images pour "magicians margo feminism"

Journée Internationale des Droits de la Femme (4/4)

Ce fut bien plus compliqué que je ne l’imaginais de réussir à avoir les quatre points de ce thème. Cela prouve juste qu’on a encore beaucoup de travail à faire en 2019 sur le sujet, parce que les séries sont loin, très loin d’être à la hauteur en ce qui concerne l’égalité. Dans l’ensemble, j’ai vu plein de femmes au travail, en commençant par The Magicians… pour le reste, ça m’a paru impossible de trouver un épisode avec plus d’actrices que d’acteurs. C’est finalement This is us qui l’a fait en premier (le 3×15) mais sans pour autant passer le Bechdel Test, heureusement facilement passé par d’autres épisodes (ça m’a pris plus d’une semaine quand même). Quant à une femme parlant de son salaire, il a fallu attendre la fin du mois et Osmosis, ce fut long.

Résultat de recherche d'images pour "love season 3 gus mickey"

Vêtements (4/4)

Merci à Gus de Love qui porte les mêmes chemises à carreaux que moi – eh faut bien se vieillir pour être prof ! – et à Mickey, dans la même série, de l’aider à faire ses emplettes. Les deux personnages avec les mêmes vêtements, je les ai vite trouvés dans You’re the Worst où tout le casting portait le même t-shirt pourri (5×09) et les mêmes vêtements sur deux épisodes, ça arrive souvent. J’ai choisi Supergirl (James, 4×14-15), histoire de varier les plaisirs.

Résultat de recherche d'images pour "WALKING DEAD CAR"

Voitures (4/4)

Voilà un thème qu’il était assez facile de valider, même si j’ai mis un certain temps à voir quelqu’un déposer un autre personnage en voiture. Merci à Miranda de Grey’s Anatomy de l’avoir finalement fait (15×19). Pour l’accident de voiture, c’était encore plus simple que prévu : il y a toujours plein de carcasses de voitures dans The Walking Dead. Et c’est ensuite dans une fourrière de God Friended Me que j’ai trouvé mes vingt voitures (1×17), même si ça se trouvait aussi facilement avec le parking de l’hôpital dans Les Bracelets rouges.

Résultat de recherche d'images pour "grey's anatomy alex karev"

Années 70 (2/4)

C’est donc là que j’ai clairement raté mon coup. Pour ma défense, j’aurais eu les quatre points si les rewatchs comptaient, parce qu’autant vous dire que dans les trois premières saisons de Charmed, il y avait largement de quoi faire l’ensemble de la grille. C’était bien frustrant d’ailleurs ! Enfin bref, je n’ai finalement pas trouvé de scènes dans les années 70 dans mes inédits, ni de musique des années 70 (ou alors je suis passé à côté, c’est possible, je n’ai pas tout vérifié). Ce n’est pas faute d’avoir cherché pourtant ! Pour l’acteur né dans les années 70, je comptais sur Ellen Pompeo, mais elle est née en 1969. Par conséquent, je me suis rabattu sur Justin Chambers, plus jeune qu’elle de quelques mois. Pour le film, c’est à nouveau dans Love (3×04) que j’ai trouvé, c’était finalement un bon plan de voir cette saison 3 !

Résultat de recherche d'images pour "this is us jack cooking"

Actions (3/4)

Oui, là aussi j’ai raté un point : le 25 mars, j’étais en réunion jusqu’à 20h20 ; puis il y avait Les Bracelets rouges, puis The Walking Dead et donc impossible de trouver le temps pour un épisode remis à plus tard. Tant pis. Pour les autres points, j’ai utilisé une bougie verte pour regarder Charmed (1×15) et j’ai parlé fanfiction le 19 mars. Pour la cuisine, je me suis fait un toast avec autant de chantilly que celui de Magnus dans Shadowhunters – et j’ai aussi beaucoup hésité à me tenter le burger au maïs de Jack de This is us, parce que ça m’a bien fait rire. M’enfin, j’allais pas gâcher de la nourriture pour un point du Bingo, et ça n’avait pas l’air si bon.

Résultat de recherche d'images pour "charmed season 3"

Cela me fait donc un total de 17/20. Ce n’est pas si mal finalement, mais j’aurais vraiment dû être plus attentif pour le point bonus – ou juste ajouter la règle que les rewatchs pouvaient compter aussi (ne comptez pas dessus). D’ailleurs, je vous parle de mon rewatch de la saison 3 demain seulement et il commence à être sérieusement temps parce que je suis déjà sur le point de finir la saison 4. OUPS.

I’m gonna leave you anyway – You’re the worst est terminée

Salut les sériephiles,

Image associée
La scène qui m’a fait rester cinq ans

Pas de liste de films aujourd’hui, et pas avant un moment je crois, parce que je me suis préparé un petit planning d’articles à la semaine. Non, aujourd’hui, j’avais envie de revenir sur les cinq saisons de You’re the worst. La série s’est terminée pour de bon hier et, contre toute attente, j’en ai bien aimé la fin. Je ne pense pas qu’elle restera dans le panthéon de mes séries préférées où elle était pourtant à un moment… mais eh, au moins, elle fera partie des séries que j’ai vu entièrement, de la saison 1 à la saison 5, et en cinq ans s’il vous plaît.

Image associée
Sunday Fundaaaaaay

Saison 1 – L’originalité

C’est fou quand on voit le nombre de sitcoms qui existent sur le même modèle depuis, mais You’re the worst a le parti pris de nous montrer un couple qui n’est pas fait pour aller ensemble, tout en l’étant parce qu’ils sont des sortes de anti-héros enchaînant les insultes, grossièretés et coups d’un soir. Pour ma part, c’était ma première sitcom de ce genre au cours de la décennie. Cela permettait une vraie originalité et une fraicheur du propos qui me faisait mourir de rire : la saison 1 mélange sexe et désir d’amour, en nous présentant deux personnages qui ont tout pour être détesté… mais auxquels on s’attache pour leurs défauts.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 1"Jimmy et Gretchen sont attachants et finissent la saison en reconnaissant leur amour, Edgar et Lindsay, les meilleurs amis fidèles semblent avoir une vie mieux rangée et révèlent finalement que leur existence n’est pas vraiment plus glorieuse. Tout ça fonctionnait bien et la saison 1 a rapidement rejoint la liste de mes séries préférées.

Depuis ? Ben… LOVE, Master of None, Catastrophe ou dans une moindre mesure Atlanta sont autant de sitcoms qui sont sur le même schéma de la comédie plus « jeune adulte paumé dans sa vie, ses sentiments, sa sexualité débridée ». Et ça m’a blasé, ça fonctionne beaucoup moins bien aujourd’hui.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 1"

Saison 2 – Humour et dépression

Tout ça nous mène sans trop de surprise vers une saison 2 qui perd de vue l’humour pour se concentrer sur un message à faire passer. C’est bien beau de dire qu’ils sont les pires, Jimmy et Gretchen, il faut encore nous expliquer pourquoi. On ajoute donc des backstories en veux-tu, en voilà : Gretchen est dépressive – et c’est possiblement la meilleure représentation de la dépression dans une série, Edgar a un stress post-traumatique, Lindsay n’a pas de cerveau et Jimmy… ben Jimmy est anglais, c’est déjà beaucoup.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 1"Bon plus sérieusement, Jimmy, il veut juste ne pas travailler et il est mal entouré, finalement. Cette saison 2 en a perdu certains, je sais bien, mais c’est celle que j’ai préférée, justement pour son message et sa très bonne représentation de la dépression. Avec le recul, je me rends compte aussi que c’est là qu’ont commencé à apparaître les défauts de la série ; mais l’humour était encore là.

L’autre chose qui était encore là et que j’adore dans cette série, c’est la prise de risque côté réalisation : épisodes spéciaux, plan-séquence, écriture parfois un peu méta… il y a eu du très bon de ce point de vue-là dans chaque saison.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 3"

Saison 3 – Jamais deux sans trois.

La saison 3, c’est marrant, mais c’est celle dont je ne me souviens pas vraiment. Je sais qu’elle me faisait toujours rire, je sais que le message continuait d’être intéressant, mais dans l’ensemble, on voyait bien qu’ils se perdaient peu à peu. Cela est particulièrement visible dans l’évolution des personnages sidekick, à savoir Edgar et Lindsay. Cette dernière, notamment, n’était déjà plus que l’ombre d’elle-même dans cette saison. Il n’y a pas que l’humour qui est perdu de vue dans cette série, il y a aussi les personnages…

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 3 cliffhanger"Et à cet égard, le cliffhanger de la saison est sacrément parlant. Sinon, le côté méta a commencé à se perdre vraiment avec un épisode sur les personnages secondaires, qui reviendra chaque saison derrière. L’idée est pas mal en elle-même, mais ces personnages n’ayant pas les épaules pour un tel épisode, c’est souvent du temps de perdu, et c’est dommage, parce qu’à chaque fois, ils auraient pu être zappées, en plus.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst season 4"

Saison 4 – La séparation de trop… La saison de trop.

Là où la série m’a définitivement perdu et où j’ai arrêté de la considérer comme une de mes séries préférées, c’est sur cette saison 4 qui prend le parti de séparer Jimmy et Gretchen après une demande en mariage. Sur l’idée en elle-même, pourquoi pas, même si je trouve que le point de vue de Jimmy n’était pas assez développé. Sur le plan pratique, c’était raté, parce que ça a duré toute la saison et que là, clairement, chaque personnage n’était plus que la caricature de lui-même.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst season 4"Je n’ai pas accroché à la narration de la série qui en faisait trop, tout le temps. Tout ça n’avait aucun sens sur du long terme. Justement, tout le problème tient dans ces deux mots : long terme. Plus on avance dans la série, moins il est crédible que ce groupe de quatre amis passe encore tant de temps ensemble. Les histoires ne tenaient plus debout.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst season 5"

Saison 5 – Sortir la tête de l’eau

Et enfin, la saison 5 a eu le difficile rôle de conclure tout ça de manière crédible. Large tâche que la conclusion d’une série, on le sait, mais sur une série qui a toujours voulu être audacieuse du point de vue technique/écriture, mais dont les personnages sont des caricatures de ce qu’ils étaient au départ, c’est compliqué.

Ce n’est pas réussi à 100% parce qu’il y a des personnages qui étaient bien trop irratrapables (je veux dire, Lindsay a perdu son cerveau en saison 2 ou 3, alors qu’est-ce que vous voulez en faire ?), d’autres qui ont été malmenés (Edgar, cette année, c’était pas ça après le focus qu’on a eu sur lui les années précédentes… à la rigueur, ils ont déconstruit ces progrès, quoi) et d’autres pour qui, tout bien considéré, c’est bien mené (Becca, par exemple… mais ni Paul, ni Vernon).

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst becca"

Oui, l’ensemble est bien mené parce qu’il aboutit à un épisode final plutôt crédible et vraiment beau en terme d’écriture, et de technique. Ce n’était pas gagné après l’errance de la saison 4 – errance littéralement parlant en ce qui concerne certains personnages. Bizarrement, ça fonctionne plutôt bien, même s’il y a des points qui me dérangent dans l’épisode final (eh, spoiler, mais Gretchen qui parle de « tonton Edgar » alors que la dernière interaction qu’on a vu entre eux était « I hate you », mouais, hein).

Enfin bon, la vraie conclusion de la série, c’est qu’ils ont réussi à sauver de justesse le couple Jimmy/Gretchen d’une fin ratée, et c’est tout ce qu’on leur demandait encore à ce stade. Au passage, j’ai bien aimé la conclusion pour Edgar… Quant à Lindsay, je l’avais sacrifiée il y a quelques années déjà et franchement, je crois que les scénaristes aussi vu ce qu’ils en ont fait en dernière saison.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 3"
Le moment exact où elle m’a perdu définitivement.

Dommage… mais eh, Gretchen et Jimmy vont vraiment me manquer, alors que je ne pensais vraiment pas écrire ça un jour.

13-3
Et malgré tout ça, et après tout ça… je les aime encore. Joli travail des scénaristes.

Résultat de recherche d'images pour "you're the worst saison 1"

Bilan du mois de mars

Salut les sériephiles,

Un nouveau mois est déjà entamé, ce qui signifie qu’il est donc temps de faire le point sur l’ensemble des saisons terminées au cours du mois de mars… et il n’y en a pas beaucoup, je dois dire. En fait, c’est assez abusé de ma part, mais j’en ai terminé autant en mars qu’en avril. Et on est le deux avril. Oups. Bon, qu’importe, l’essentiel, c’est de se faire plaisir avec les séries qu’on regarde : ça, c’est toujours le cas, heureusement. Bref, je ne sais pas si je vais avoir de quoi faire mes 500 mots, mais c’est parti quand même !

16

Sort incertain

How to get away with murder (S05)Ah, « la série qui ne tiendra pas plus d’une saison » a encore prouvé qu’elle débordait d’idées avec cette saison qui fonctionnait plutôt bien dans l’ensemble, malgré ses incessants rebondissements la privant de toute crédibilité. C’est tout de même la saison qui m’aura fait prendre conscience que deux années seulement se sont écoulées depuis le début de la série ! Quoiqu’il en soi, elle se termine par un énorme cliffhanger qui a réussi à me frustrer et me donner envie d’une suite. Espérons qu’elle existera, parce que, non, la série n’est pas encore officiellement renouvelée. Malgré une baisse d’audience, je vois toutefois mal comment ABC pourrait oser se passer d’une telle série et la laisser se terminer aussi mal. Note moyenne : 16/20

12

Challenge Séries

Love (S03)Même si je suis incapable de tenir mon planning prévu pour cette année 2019, je réussis tout de même à avancer d’une saison par mois, et pour mars, j’ai décidé d’enfin terminer cette série qui m’attendait bien sagement depuis deux ans maintenant. Ce fut une excellente surprise, parce que j’imaginais que j’allais être déçu. Ouep, je pensais sincèrement que la série allait continuer sur sa mauvaise pente, mais la vérité, c’est qu’il s’agissait finalement de la meilleure saison de la série. C’est tant mieux : j’étais à fond dedans pendant les deux jours où je l’ai regardée. C’est chouette quand une série se termine sur une bonne note – il faudrait juste que You’re the Worst en prenne de la graine maintenant. Note moyenne : 16/20

C’est donc tout pour ce mois-ci, avec deux petites notes… pas de coup de cœur, juste du divertissement bien écrit. Franchement, ça aurait pu être meilleur, mais il faut savoir se contenter de ce qu’on a.

Et d’ailleurs, à ce sujet, voilà, j’arrive à la fin de l’article sans en être véritablement à 500 mots, c’est malin. Comme le décalage horaire me laisse complètement lessivé, je vais m’autoriser pour une petite fois à me contenter de 450 mots, vous me pardonnerez, c’est pour toutes les fois où j’écris 1000 mots (et puis, je pourrais continuer avec cinquante mots inutiles de plus, mais les blablas que je fais, on les connait par cœur et il est déjà tard).

Love – S03E10-12

Épisode 10 – The Cruikshanks – 17/20
Ah la rencontre avec la famille, c’est un thème qu’on ne connaît que trop bien dans les comédies, que ce soit dans les films ou dans les séries. Les scénaristes s’en sortent à merveille dans cet épisode qui est très fluide au niveau de l’écriture et qui semble refléter le réel un peu trop bien. C’est d’ailleurs un des points forts de la série cette saison : plus que jamais, je trouve, elle semble nous montrer un quotidien que l’on pourrait vivre ; là où toutes les histoires de drogue des premières saisons s’éloignaient un peu trop de ma vie pour que je m’y reconnaisse quand même.

> Saison 3


Spoilers

10.jpg

Are you OK ? You seem kind of anx-y.

Pas de voyage de famille dès le début de cet épisode, parce qu’il faut d’abord un problème pour ruiner Gus : le père d’Arya lui apprend qu’il refuse de voir sa fille dans le projet de Gus. Et sans elle, le film ne tient pas la route, alors il demande à ses potes de monter un simple trailer pendant son voyage. C’est un mal pour un bien si l’on en croit ses amis qui trouvaient le film vraiment pourri, mais ça Gus n’est pas prêt à l’entendre, alors ils ne lui disent pas. Pas si directement en tout cas.

On enchaîne donc avec un trajet en voiture interminable pour Mickey et Gus, où ce dernier révèle à quel point il est anxieux et à quel point il espère que Mickey aimera sa famille conservatrice. Oula, ça promet d’avance de grandes scènes, mais quand ils arrivent au milieu de la nuit, ça commence apparemment bien : les parents de Gus ont l’air super sympa et tout…

Et puis, ça vire à la gêne habituelle de la série, avec les blagues un peu lourdes des parents, et particulièrement du père de Gus qui est super étrange, je trouve. Cela dit, ça se passe bien pour Mickey qui marque pas mal de points auprès de ses beaux-parents, et particulièrement de son beau-père car elle aime ses flingues de chasseurs. Oh, les américains, c’est épuisant ! Gus aussi il m’épuise, parce qu’il ne veut pas que ses parents sachent que Mickey n’était pas sobre quand il l’a rencontrée. C’est naze, mais elle n’a pas l’air de s’en formaliser plus que ça, bizarrement.

Au contraire, même, ils finissent la nuit par coucher ensemble dans le lit d’adolescent de Gus, un brin gêné par les bruits de Mickey. OK, OK. Le lendemain, ils sont réveillés par Nina, la nièce de Gus et ça vire au petit déj en famille avec Ken et Kelly, puis au jeu en famille, puis au détour par l’église où Mickey découvre qu’elle adore chanter.

C’est un vrai repas week-end en famille tout ça, et c’est flippant comme ils sont tous super conservateurs dans la famille de Gus. Finalement, il est aussi marrant de voir que Mickey est plus à fond dans sa journée en famille que Gus. Ce dernier est totalement perturbé par la bonne entente qui règne entre elle et sa famille – et c’est un classique tout ça, franchement.

On enchaîne sur une soirée devant les films de famille et là pour le coup, sérieusement, qui fait ça ? La petite sœur de Gus finit par arriver, et ça vire encore plus au délire avec un spectacle frère/sœur purement gênant. Cela dit, c’est une gêne marrante, et ça précède la plus grosse gêne de l’épisode qui survient lorsque Ken révèle que Kelly est enceinte. Bon, ça, ce n’est pas gênant ; mais la réaction de Gus qui ne se voit pas avoir d’enfant l’est.

Mickey le prend super mal et elle lance une grosse conversation de couple une fois de retour dans la chambre. Gus ne se voit pas avoir d’enfants avant quatre ans… parce qu’il veut tester la sobriété de Mickey d’abord. Outch. Celle-ci ne peut que mal le prendre, tu m’étonnes. C’est assez violent comme scène de dispute de couple, parce que ça sonne super juste dans la manière dont c’est joué. Finalement Gus est envoyé dormir en-dehors de la chambre, mais sur le canapé, il tombe sur un énième arrivant, pour une grosse fête le lendemain.

Bref, Mickey et Gus finissent l’épisode sur le point de rompre et dans deux chambres différentes, et ce n’est même pas pour les raisons auxquelles je pensais à l’origine. Dans le même genre, les quatre ans d’attente, je m’attendais à ce que ce soit juste Gus qui agit en control freak, mais non, même pas, c’est juste par peur de voir Mickey recommencer à boire. Il est vraiment horrible et odieux avec elle !

Bizarrement, cet épisode prend aussi le temps de revenir sur la vie de Bertie. Quand elle a un problème de tuyauterie (non sérieusement) , elle décide d’appeler Chris à la rescousse plutôt que Randy. C’est pourtant lui qui arrive pendant qu’elle nettoie et elle se retrouve alors coincée avec un Randy qui ne sait pas comment l’aider et un Chris qui a tout ce qu’il faut pour l’aider.

Bien sûr, Randy n’est pas dupe et se montre de plus en plus jaloux de Chris, même s’il ne sait pas exactement ce qu’il se passe. Il sait bien que Bertie n’est plus la même depuis quelque temps. Bien vu. Finalement, Chris s’en va en serrant simplement la main de Bertie, et celle-ci s’entraîne à rompre pendant que Randy dort. Ca commence à traîner en longueur.


Épisode 11 – Anniversary Party – 18/20
Bref, mais intense, cet épisode permet de mener tout naturellement à ce qui sera le dernier épisode de la série. J’ai adoré le voir, parce que les scénaristes ont pris le temps de régler les problèmes de leurs personnages principaux, et c’est ma foi plutôt très efficace. Le dernier épisode devrait donc être réussi après ce que j’ai trouvé être possiblement le meilleur épisode de la série – pas en terme d’humour, mais en terme d’évolution des personnages et d’écriture.

> Saison 3


11.jpg

I’m just trying to make people happy.

L’épisode reprend avec une fête pour les quarante ans de mariage des parents de Gus. Cela pourrait être une bonne journée avec une fête sympa, mais le problème, c’est que Mickey est plutôt motivée à prendre des photos sur lesquelles elle n’est pas et a regardé sur son portable le prix de billets d’avion pour rentrer seule chez elle. Outch.

Le couple ne met pas longtemps à recommencer à se déchirer, même s’ils sont sans cesse interrompus par l’arrivée de nouveaux membres de la famille. On enchaîne avec le repas et un sympathique discours de Ken qui offre à ses parents un voyage à Hawaii, sans avoir prévenu avant ses frères et sœurs (parmi lesquels j’ai repéré l’acteur de The Other Two dis donc !), ni même sa femme. Forcément, ça vire à la méga-gêne, et c’est vraiment le mot de cette saison, dis donc.

La dispute de famille qui s’ensuit est sympathique, parce qu’une fois de plus elle semble beaucoup trop vraie et force Gus à faire le malin, alors que ce n’est pas si simple de ramener de la bonne humeur dans tout ça. Bon, cela plaît à Mickey cela dit… jusqu’à ce que le petit frère s’en mêle et lui raconte que Gus aurait pu avoir du succès à Hollywood, mais qu’il s’est grillé auprès de Ridley Scott en envoyant un mail avec des conseils de sa mère. C’est embêtant.

C’est encore plus embêtant quand sa belle-mère se dit fan d’elle et fait la liste des ex de Gus, en omettant Sarah et en listant surtout des ex qu’elle ne connaît pas. C’est la goutte d’eau pour Mickey qui décide de se barrer définitivement, mais pas avant de dire au revoir à toute la famille de Gus. Celui-ci profite de ce dernier moment pour enfin arrêter tous ses mensonges – et j’ai trouvé ça un peu trop abusé quand même d’avoir Mickey qui lui reproche de mentir quand elle ne lui a toujours rien dit de ses activités secrètes avec Dustin.

En même temps, il était vraiment intéressant de voir Gus enfin grandir et reconnaître l’ensemble de ses échecs, et l’ensemble de ses mensonges. Arf. Une fois de plus, je me reconnais dans le personnage, même si je n’ai jamais menti autant que lui fort heureusement. Bon, la conclusion n’est pas très originale : Gus reconnaît qu’il foire tout ce qu’il entreprend, y compris la seule bonne chose de sa vie – à savoir Mickey. Bref, il comprend donc qu’à vouloir rendre heureux tout le monde, il se rend malheureux et il brise les autres aussi au passage, à commencer par sa copine qui ne veut plus de lui.

Celle-ci lui pardonne donc tout, émoustillée par tant d’honnêteté et de courage dans ce discours face à toute sa famille. Il parle même de ses nombreux excès de colère. Mouais. Pas sûr que ça le guérisse, mais ça guérit au moins son couple.

Ils rentrent ensemble et envisagent un bel avenir, toujours ensemble, sur une de mes chansons préférées. C’était un épisode court, mais voilà, on est prêt à présent pour le dernier épisode de la série.


Épisode 12 – Catalina – 20/20
Ce n’est certainement pas la fin que j’imaginais en commençant la saison, mais c’est une fin de série vraiment réussie. Je n’arrive pas à y croire : cette saison 3 a réussi à me faire changer d’avis sur l’ensemble des trois saisons, et franchement, cet épisode aura réussi à me filer des frissons et tout le tralala, alors que ce n’était pas gagné puisque j’ai commencé la saison il y a à peine 24h, en venant à reculons. Comme quoi, tout peut arriver dans le monde merveilleux des séries !

> Saison 3


12-2.jpg

What a big, weird day it is.

L’épisode final de la série commence par… Bertie qui a enfin eu le courage de rompre avec Randy. J’aurais aimé avoir le droit à la fameuse phrase, et à ce qui a mené Bertie à enfin trouver le courage de le faire, mais ce n’est pas l’envie qui manquait dans les derniers épisodes. Randy lui demande de dire que c’était mutuel, mais on sait bien que ce ne sera pas le cas.

Comme c’est un épisode final, il faut conclure les intrigues au travail pour tout le monde, et ça finit en happy end, bien sûr. Ainsi, Susan a lu le script de Gus… et elle l’a aimé. C’est inattendu et un peu gros, mais ça suffit à ce qu’elle propose à Gus un job sur sa prochaine série qui parlera de science-fiction. C’est une super nouvelle pour lui, Gus se rend donc auprès de Mickey qui est au travail pour lui proposer un brunch et lui annoncer la bonne nouvelle.

C’est sympa parce qu’il y rencontre enfin Stella et que c’est plein de bonnes blagues. Bon, pas trop de surprise : tout allait déjà bien pour Mickey tout au long de la saison, elle a vraiment réussi à reprendre sa vie en main. Et en plus, Mickey remarque que leur couple fonctionne bien : elle a appris à être gentille pour avoir ce qu’elle veut, il a appris à être méchant pour avoir ce qu’il veut. Et tous les deux ont enfin appris l’honnêteté. À peu près.

J’aime beaucoup cette conclusion pour le couple et pour la série, qui nous fait une jolie leçon inattendue sur ce que c’est que l’amour et comment le faire fonctionner : la communication est la clé, bien évidemment. Par contre, comme d’habitude avec eux, ça finit en une décision complétement dingue : ils veulent se marier au plus vite et sans prévenir personne.

Magique. Ils décident donc d’aller sur l’île Catalina pour se marier, et ils invitent Bertie pour qu’elle soit leur témoin. Cette dernière est totalement ravie à l’idée et fait rapidement ses bagages avant d’apprendre à ses amis qu’elle a rompu avec Randy… et qu’elle est avec Chris. C’est génial à voir. Les quatre prennent donc le bateau ensemble pour le mariage, mais le couple phare de la série décide également d’envoyer un SMS pour prévenir tous leurs amis qu’ils vont se marier. Oui, ils invitent tout le monde, ils n’invitent personne, et c’est tellement eux finalement que… ben… ouais, ça fonctionne pour eux.

Inviter tout le monde n’est pas forcément leur meilleure idée cela dit : Bertie commence à stresser pour Mickey et veut s’assurer qu’elle est sûre de son choix. IL est alors question des trois questions à se poser avant le mariage : s’amusent-ils quand il n’y a rien à faire, ont-ils une bonne vie sexuelle et se respectent-ils ? Tout n’est pas si évident dans les réponses, mais ça suffit pour Mickey.

Du côté de Gus, ce n’est pas mieux : Chris se sent dans une grande envie d’être hyper honnête avec Gus et lui raconte toute sa vie sexuelle, alors que le collègue de Mickey se persuade que ce mariage est juste une énorme blague et en parle avec Gus. Il se transforme en bon running gag, cela dit. Ce n’est pas le seul : Kevin raconte toutes les bonnes histoires qu’il pourrait raconter lors d’un toast, et ça fait flipper Gus qui ne veut surtout pas entendre ses histoires.

Bien sûr, Randy aussi vient assister au mariage, et il assiste surtout à Chris et Bertie qui se mettent en couple. Il commence par s’en prendre à Bertie, énervé, puis entre en dépression totale. Juste avant le mariage de ceux qu’il dit être ses deux meilleurs amis, il casse donc l’ambiance en remerciant Bertie d’avoir rompu avec lui parce qu’elle mérite quelqu’un de mieux que lui. Magnifique.

Cela n’empêche pas du tout Mickey et Gus de vouloir se marier. Ouais, mais non, en plein milieu de la cérémonie sur la plage, une dispute éclate entre deux vacanciers. Et bien sûr, il y en a un qui fait une crise cardiaque au beau milieu des vœux de Mickey. C’était probablement le meilleur mariage possible pour ces deux-là : ils décident donc d’annuler la cérémonie et de simplement faire la fête avec leurs amis.

Ils ne sont pas fiancés, mais ils sont enfin parfaits l’un pour l’autre. Et ils puent l’amour à des kilomètres dans les dernières scènes de l’épisode. Du coup, ils se marient finalement, tous les deux, sans témoin autre que la maîtresse de cérémonie. Et c’est la meilleure fin possible pour la série, parce que ouais, ça m’a convaincu et filé des frissons. Et je ne m’y attendais pas.

12.jpg

EN BREF – J’ai commencé la série il y a quatre ans et ça fait quatre ans que je disais que j’espérais voir Mickey et Gus rompre parce qu’ils n’allaient pas ensemble. Les scénaristes m’ont vraiment donné tort avec cette saison 3 que je regrette de ne pas avoir vu avant : ils ont réussi à rendre ces deux personnages qui n’allaient pas ensemble indispensables l’un à l’autre.

Cette saison 3 est une vraie réussite : elle fait murir ses personnages et mène à une jolie conclusion de série. J’aurais aimé une saison 4 quand même, mais eh, on a eu droit à une belle histoire et un voyage qui finit bien, contre toute attente. Chapeau bas. La série va possiblement réussir à me manquer, maintenant, c’est malin !

> Saison 3