Madison Reyes (#113)

Salut les sériephiles,

Nous sommes dimanche soir, il est donc l’heure, comme vous le savez depuis le temps !, de faire un point sur la performance de la semaine. J’ai eu quelques hésitations avant de faire un choix définitif, mais je suis tout de même content de pouvoir écrire l’article d’aujourd’hui, pour en faire une fois de plus la promo, parce qu’elle vaut le détour ! J’ai nommé…

QUIZ: Which Julie and the Phantoms guy would be your boyfriend?

La performance de la semaine :
Madison Reyes

La série concernée : Julie and the Phantoms
L’épisode : S01E09 – Stand Tall – 20/20


Pourquoi Madison Reyes, c’est vraiment un nom qui sonne comme un nom de personnage de série américaine, ça me fait rire. Bon, ce n’est pas parce que son prénom me fait rire qu’elle a son propre article sur le blog, cependant, vous vous en doutez bien. Une bonne partie du casting mériterait d’avoir une mise en avant, mais j’ai bon espoir d’avoir l’occasion de parler des autres en saison 2, parce qu’elle doit avoir lieu, pour répondre à toutes les questions qu’il nous reste… et parce qu’on veut plus de mièvrerie et de romance comme ça dans nos vies :

59 images about Julie and the Phantoms ✨ on We Heart It | See more about julie and the phantoms, jatp and gif
Après, les acteurs ayant 21 ans pour lui et 16 pour elle, les choses sont claires, il n’y aura pas de baiser entre les personnages… Ce qui n’est absolument pas dérangeant vu qu’il est un fantôme.

En attendant, Madison Reyes a le rôle-titre, donc mon choix s’est porté sur elle, parce qu’en une saison, elle a eu le temps de me faire rire et d’avoir presque la capacité de me faire pleurer, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Elle est tout de même très aidée par le scénario et ses collègues sur ce dernier point, mais ça ne fait pas tout, on le sait bien ! Plus encore que ses simples talents d’actrice, Madison Reyes vaut aussi le détour dans cette série pour sa performance vocale.

➷。•̩̩͙𝘵𝘩𝘦 𝘱𝘩𝘢𝘯𝘵𝘰𝘮𝘴 𝘪𝘮𝘢𝘨𝘪𝘯𝘦𝘴 - 𝐰𝐞𝐥𝐜𝐨𝐦𝐞 𝐭𝐨 𝐭𝐡𝐞 𝐩𝐡𝐚𝐧𝐭𝐨𝐦𝐬 𝐢𝐦𝐚𝐠𝐢𝐧𝐞𝐬 ↴ - WattpadC’est bien simple depuis que j’ai commencé la saison, j’écoute la bande-originale de la série et je l’ai en tête – particulièrement Wake Up et Flying solo. D’accord, je suis un bon public de série musicale et de chansons en général, mais tout de même, je pense que c’est un signe… Et ça fait le charme de la série, aussi. Tout repose sur les épaules du personnage de Julie, et donc de son interprète, et sa joie de vivre est communicative dans pas mal de ses scènes ; ce qui ne semble jamais empêcher l’actrice de transmettre les émotions tristes si c’est ce qu’elle doit envoyer.

La scène la plus marquante de son talent ? Pour moi, c’est une scène du dernier épisode où elle doit jouer toute seule et parler au ciel, comme si c’était sa mère, tout en acceptant la rose d’une figurante qui reste muette, parce que personne ne voulait la payer. Niveau crédibilité, on est sur du zéro pourcent du côté de l’écriture. Pourtant, la scène réussit à être touchante, sans tomber dans le ridicule où elle devrait tomber – franchement, relisez ce début de paragraphe, c’est risible comme scène. Risible, oui, mais Madison Reyes l’a déchirée cette scène !


☽ ᴡᴏɴᴅᴇʀɪɴɢ ☾ - ☽ 𝑪𝑨𝑺𝑻 ☾ - Wattpad

Vue aussi dans :Absolument rien du tout. Je crois que c’est une première dans ces articles, même les acteurs enfants ont toujours eu un rôle avant, quelque part. Là, elle a décroché le rôle-titre de son tout premier projet, et ce n’est quand même pas rien. Pas étonnant qu’elle obtienne aussi un article sur le blog, du coup. Je suis déçu, par contre, j’espérais vraiment avoir des choses à vous apprendre.


L’info en + : Ce n’est qu’à la rédaction de cet article, quasiment deux mois après le début de la saison sur Netflix, que je me rends compte que cette série n’est pas si originale que ça. En effet, elle n’est qu’un remake de la série Julia e os fantasmas, une comédie brésilienne qui date de… 2012. Cela dit, c’est adapté très librement, et sacrément raccourci.

Les brésiliens ont eu la chance d’avoir 26 épisodes en une saison quand nous n’en avons que huit… Netflix, si tu me lis, il est temps de te mettre au travail et de renouveler la série pour une deuxième saison, même si c’est chiant avec le Covid. Ce serait plus simple de bosser avec de vrais fantômes, finalement…

trouble-clef
Allez Netflix, déconne pas !

Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Maggie Grace (#112)

Salut les sériephiles,

Encore un dimanche qui approche de sa fin sans que cet article ne soit en ligne, mais n’ayez crainte, ça fait quelques jours qu’il est écrit… dans ma tête. Il fallait juste prendre le temps de le mettre par écrit, mais j’ai déjà passé tellement de temps sur l’ordinateur aujourd’hui, à préparer les cours procrastinés jusqu’au dernier moment par crainte de nouvelles mesures, que je suis heureux de ne pas avoir à m’éterniser dessus. Parce que voyez-vous, je n’ai aucun doute, il y a une actrice bluffante dans mes visionnages de cette semaine…

Althea, recording everyone's stories | Fear the walking dead, Maggie grace, The walking dead tv

La performance de la semaine :
Maggie Grace

La série concernée : Fear the Walking Dead
L’épisode : S06E03 – Alaska – 20/20


althea grace | TumblrPourquoi Ou plutôt pourquoi pas un acteur de To the Lake ? Pourquoi en six saisons Fear n’a-t-elle pas eu plus d’acteurs cités dans ces articles performances de la semaine ? Allez savoir, c’est trop compliqué parfois de se lancer dans une auto-analyse. Une chose est sûre, cette semaine j’ai fortement hésité entre l’acteur interprétant Dwight et l’actrice incarnant Al. Et dire que je n’aimais ni l’un ni l’autre au tout début !

Forcément. L’épisode était centré uniquement sur ces deux personnages, ou presque, et il n’est jamais évident de se retrouver avec un épisode à gérer. Pourtant, le duo fonctionnait si bien qu’ils ont fait ça tout naturellement. Pourquoi choisir alors Maggie Grace ? A mon sens, elle a eu un peu plus à jouer dans cet épisode, parce que toute une scène-clé reposait sur ses épaules. Je parle bien sûr – spoiler attention – de ses retrouvailles avec Isabelle. L’épisode se construit autour de son retour possible dans la série, mais on sent bien que ce ne sera pas le cas. Ainsi, quand Al parvient bel et bien à lui parler, j’étais hyper surpris. Je ne m’attendais pas à ce que la scène voit le jour, et je ne m’attendais pas à ce que ce soit comme ça. Contrairement à Dwight qui retrouve l’amour avec une actrice en face de lui, Al se retrouve dans une position sacrément compliquée.

Maggie Grace donne ainsi la réplique à un talkie-walkie, et malgré tout, elle parvient à livrer toutes les émotions qu’il faut, comme il faut. Et ça me bluffe toujours de voir des acteurs réussir à nous faire passer des émotions de fou si facilement, alors qu’ils n’ont rien pour le faire. Enfin, elle a bien un script, mais on ne va pas se mentir, dans cette franchise, les scripts ne sont pas toujours géniaux.

Pin by Estela Diaz on My Fear the walking dead in 2020 | Mandy moore short hair, Fear the walking dead, Maggie grace

Avant d’en arriver à cette scène-clé pour l’épisode, pour son personnage et dans un sens pour la franchise, Maggie Grace s’en sortait déjà très bien de cet épisode qui nous apprend que Dwight est devenu comme un frère pour elle. Le plus impressionnant ? Clairement, certaines scènes d’action, notamment celle au milieu des rats. Je ne pense pas qu’il s’agisse là d’effets spéciaux, et wahou. On est loin, très loin de ce dont je vais parler juste en-dessous…


shannon rutherford maggie grace gif | WiffleGifVue aussi dans : LOST, évidemment ! Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer le personnage de Shannon en train de ramper au milieu des rats et des zombies quand je vois Al, et la transformation est radicale. J’aime les acteurs qui savent se challenger et changer radicalement de rôles… Le moins qu’on puisse dire, c’est que Maggie Grace y parvient bien. Moi, je la connaissais dans la série d’ABC ; mais je la connaissais aussi dans un rôle assez similaire avec Taken.

Bien sûr, la carrière cinéma de Maggie Grace est pas mal remplie (hum Twilight), mais ce sont les rôles que je lui connais (avec celui dans Californication, mais j’avais vite arrêté la série, même si je me souviens avoir retenté pour elle), et il est difficile de ne pas être bluffé quand on la voit aux antipodes de l’écervelée égocentrique (je caricature, j’aime trop Shannon pour penser ça honnêtement) avec le rôle d’Al.


Maggie Grace posted by Samantha Walker

L’info en + : Non contente d’avoir tout déchiré sur AMC lors de la diffusion de son épisode le 25 octobre, Maggie Grace a accouché deux jours plus tard ! Elle est restée très discrète sur l’arrivée de son premier enfant, avec tout juste une annonce de sa grossesse en mars dernier et, désormais, une photo de la main du bébé sur Instagram. Ne perdant pas le Nord, elle incite aussi ses fans à aller voter, en précisant qu’elle, elle vote pour son nouveau-né – son premier enfant. Mignon tout plein. On lui souhaite bien du bonheur !


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Ce que c’est que l’urban fantasy (et moi)

Salut les sériephiles,

Résultat de recherche d'images pour

Après avoir fini Midnight, Texas hier soir – pour ne pas dire plus honnêtement cette nuit – et n’ayant pas le temps de regarder la moindre série aujourd’hui, je me suis dit que j’allais plutôt faire un rapide article de blabla sur le genre de l’urban fantasy, qui est un genre que j’adore en séries… mais pas tellement en livres. Pourtant, une grande majorité des séries d’urban fantasy que nous avons aujourd’hui vient d’adaptation de livres… Qu’importe, c’est l’heure de compléter un peu le lexique du sériephile, ça faisait bien trop longtemps !

Résultat de recherche d'images pour

Alors c’est quoi l’urban fantasy ? En français, elle s’appelle parfois « fantasy urbaine », et c’est comme son nom l’indique un sous-genre (littéraire, d’abord) qui voit des créatures mythiques (mythologiques, légendaires, féériques, etc.) vivre dans un centre urbain le plus souvent contemporain ou légèrement futuriste (ça commence à la fin du XIXe siècle, ça va jusqu’à nos jours ou le futur proche). L’idée est donc de proposer un cadre réaliste dans lequel existe en secret la magie. Et c’est génial, tout simplement, parce que le surnaturel fait irruption dans la vie quotidienne.

C’est quoi ce nom ? Je vous épargne l’explication, je pense qu’on voit tous pourquoi la fantasy dans un cadre urbain s’appelle urban fantasy, non ?

Résultat de recherche d'images pour

Quelle origine ? Comme je le disais, elle tire surtout son origine de la littérature : certains la rattache à des œuvres comme Peter Pan, mais c’est surtout à la fin du XXè siècle qu’elle apparaît chez les auteurs américains. Elle se distingue surtout de la fantasy : on sort d’un cadre médiéval/uchronique et on présente des personnages ayant des pouvoirs. Souvent, elle se rapproche aussi de l’horreur… En France, ce n’est qu’à la toute fin des années 90 qu’elle commence à vraiment se développer. Le plus souvent, il s’agit de traduction, qu’on retrouve sous le nom de bit lit (très, très souvent chez Milady). Il s’est développé ces dernières années une tendance à la romance dans l’urban fantasy qui a tendance à vraiment me décrocher de ces bouquins, parce que ça ne m’intéresse pas plus que ça et que j’ai souvent du mal avec la manière dont c’est écrit, soit trop puritaine (coucou Twilight – ce gif ci-dessus, c’est juste pas possible), soit à l’inverse trop explicite. Et puis, c’est toujours cucul quoiqu’il arrive, je n’accroche vraiment pas à la romance, désolé pour ceux qui adorent.

Résultat de recherche d'images pour

Et dans les séries ? La même tendance existe aujourd’hui dans les séries, c’est sûr, mais je trouve que c’est légèrement plus digeste à l’écran qu’à l’écrit. Pourquoi cela ? On nous épargne le plus souvent les pensées des personnages (à moins d’être devant True Blood et d’avoir Sookie qui écoute les pensées des autres) et tout le côté hyper gnangnan s’en trouve adouci.

Cependant, il n’y a pas que la romance dans l’urban fantasy. Si je suis aussi fan de ce genre, c’est parce que je suis tombé dans la marmite petit : Charmed, c’est déjà de l’urban fantasy avec l’idée des sorcières et des démons qui vivent dans notre monde. Le meilleur exemple, cependant, ça reste pour moi Buffy et Angel, puisque ces séries sont en plus hyper attachées à leur centre urbain (Sunnydale/Los Angeles) là où les sœurs Halliwell l’était plus au Manoir qu’à San Francisco (qui reste un élément incontournable de la série, je sais).

Résultat de recherche d'images pour
Sorcière, vampire, loup-garou, démon, ogre, dieu, fée, ange, métamorphe, panthère-garou, Tueuse… Les seules barrières de l’Urban Fantasy sont finalement celles de l’imagination !

Il existe des dizaines d’œuvres d’urban fantasy désormais. Je parlais de Midnight Texas, mais il y a aussi eu Shadowhunters ces dernières années, ou même Once Upon a Time, qui s’est souvent détachée de l’urban fantasy après sa saison 1 mais finissait toujours par y revenir. Ce n’est pas un hasard si j’ai adoré la saison 7 : elle revenait au cœur du concept avec quartier urbain centre de tous les éléments magiques de la saison…

Résultat de recherche d'images pour

Il est facile de citer aussi The Magicians, parce que ce n’est pas ma série préférée pour rien. Et puis, difficile de ne pas citer le retour de Sabrina. Celle-ci manque encore à l’appel des séries vues par mes soins, mais je sais très bien que je finirai par la dévorer un jour ou l’autre, surtout maintenant que j’ai eu à dire au revoir à une autre série que j’adore !

Voilà donc pour la fantasy urbaine… Je sens que cet article ne lui fait pas autant justice que ce que je voudrais, mais je suis pressé par le temps. Voyons-le comme l’occasion d’en parler plus longuement en commentaire en attendant que je me décide à écrire un nouvel article dessus 😉

Résultat de recherche d'images pour

Qu’est-ce que vous en pensez-vous ? Vous êtes plutôt ambiance moite et sexy à la Midnight/True Blood ou sauce teenage à la Buffy/Sabrina ? Rassurez-moi… je ne suis pas le seul fan, si ? Parce que même quand c’est super mauvais, je ne peux m’empêcher de regarder…

Ce que c’est qu’une fanfiction

Salut les sériephiles !

Je reviens ce matin avec un article à mi-chemin entre l’explication et le témoignage personnel, à la croisée du mi-chemin entre les séries et Harry Potter, rien que ça. Suggéré un peu malgré elle par Gaelle, c’est un article que j’ai choisi de diviser en deux, avec tout de suite la définition et mardi prochain mon expérience personnelle des fanfictions. Autant vous dire que j’ai pas mal hésité du côté de la forme, mais voici la première partie, j’espère que ça vous plaira !

Résultat de recherche d'images pour "fanfiction tv"

Alors c’est quoi exactement une fanfiction ? Comme son nom l’indique, c’est une fiction écrite par des fans. Merci Captain Obvious, pas vrai ? Autrement dit, c’est une continuation d’une histoire (roman, série, film, jeu…) écrite par des fans en respectant un univers ou des personnages ou une mythologie. La définition d’une fanfiction est aussi simple qu’elle est complexe : derrière ce thème se cache tout un univers de suite, de prologues, de variations, d’univers parallèles (AU) et d’abréviations ne parlant qu’aux pratiquants de cette étrange religion (vous vous souvenez des OTP ?). C’est déjà trop ? Pensez-vous ! Une fanfiction peut être anonyme ou non, écrite à plusieurs ou non être destiné à une communauté limitée ou être très publique, destinée à un public de lecteurs majeurs (ehe) ou non, être canon ou vraiment pas du tout, être bien écrite ou bourrée de fautes. Bref, la fanfiction, c’est un peu la roulette russe, mais c’est ce qui fait son charme !

Résultat de recherche d'images pour "fanfiction tv"

C’est quoi ce nom ? Ben, c’est un fan qui écrit une fiction, faut suivre un peu.

Quelle origine ? Le mot est un emprunt de langue anglaise entré officiellement dans le Petit Larousse dans l’édition 2017 (!) avec une définition contestable nous apprenant que la fanfiction se trouve sur internet. Eho, j’ai un ami qui avait imprimé mon début de tome 7 inventé d’Harry Potter, et il y avait parfois des fanfics dans le journal de mon collège !

Résultat de recherche d'images pour "chloe sullivan the torch"

Et puis, le mot est apparu en anglais dès la fin des années 1930 pour désigner la science-fiction amateure et dans une encyclopédie en 1944, la définissant une fiction sur la vie de fans, et parfois de pros, avec de temps à autres l’irruption de personnages célèbres d’histoire de science-fiction. Oui, oui : assez clairement, les premières fanfictions anglaises racontaient donc l’histoire de la vie de fans s’imaginant dans un univers différent. C’est passionnant – surtout que ça se trouve encore parfois aussi. Combien de fanfictions sur un auteur débarquant à Poudlard (ou Narnia, ou Sunnydale) ai-je lu ?

Eh bien, en fait, pas tellement, mais ça, c’est parce que ce n’est pas mon genre de fanfictions (on en reparle mardi ?). Par contre, croyez-moi, ça existe – et en masse.

Comme beaucoup d’autres choses finalement, la fanfiction s’est démocratisée dès les années 60 parmi les fans de Star Trek, notamment dans les magazines. Alors cher Petit Larousse, si tu passes par-là, revois ta définition, s’il te plaît (mais merci d’avoir reconnu l’existence des fanfictions).

Résultat de recherche d'images pour "scorbus"

Et aujourd’hui ? Avec l’essor d’internet, une somme incalculable de fanfictions existe. Vous en trouvez sur à peu près tout, même si certains univers sont plus développés que d’autres, comme Harry Potter donc, mais aussi des séries pour ados. Eh oui, il n’y a pas à dire, il y a une majorité d’ados qui prennent la plume, et aussi une majorité de filles, et aussi beaucoup d’homosexuel(le)s, avec une majorité d’entre eux souhaitant une meilleure représentation. Forcément.

En ce qui concerne Harry Potter, on a l’Enfant maudit qui possède tellement d’incohérences avec l’univers d’origine que beaucoup l’ont considéré comme une fanfiction. Il a beau être annoncé comme canon par l’auteur, il est dur de croire dix secondes à ce récit théâtral : il doit être sacrément beau en spectacle, mais le retourneur de temps n’a jamais fonctionné comme ça et l’identité du grand méchant est franchement risible. Fort heureusement, j’ai lu quelques fanfictions bien écrites pour rétablir de la cohérence dans tout ça (et mettre en couple Albus et Scorpius, parce qu’il faut arrêter de se foutre de notre gueule, ils sont faits pour être ensemble).

Résultat de recherche d'images pour "arielle kebbel 50 shades"

Plus populaire encore, les 50 nuances de Grey ne sont rien d’autres qu’une fanfiction de l’univers Twilight qui a connu tellement de succès qu’elle a fini par être publiée, après changement du nom des personnages. Du côté des livres, les After d’Anna Todd qui rencontrent un succès certain sont en fait une fanfiction sur les One Direction.

Et voilà pour les fanfictions… Mardi, j’entrerai un peu plus dans le vif du sujet, mais il fallait bien présenter tout ça !