Ce que c’est qu’un fandom

Salut les sériephiles, 

Comme ce soir, nous avons prévu de faire tout un podcast sur les fandoms, et plus particulièrement ceux qui nous paraissent les plus insupportables, il m’a paru bien logique de prendre le temps aujourd’hui d’écrire un article qui s’est écrit tout seul : qu’est-ce qu’un fandom ? Concrètement, j’y avais déjà songé l’été dernier, j’avais prévu de l’écrire et je me suis rendu compte en préparant le podcast que l’article n’avait jamais vu le jour ! Il faut dire que je suis loin d’être le plus expert sur le sujet (je vous redirige vers le compte twitter de @melaniebourdaa pour ça, par exemple), mais en tant que fan, voilà ce que je sais du haut de l’iceberg !

Voir aussi : Le lexique du sériephile

Alors c’est quoi exactement un fandom ? Comme son nom ne l’indique pas forcément, le fandom (oui, oui, c’est masculin) désigne toute la sous-culture propre à un ensemble de fans. Sous-culture ? Le terme est large, ça va des échanges sur les réseaux sociaux aux rencontres dans les conventions, en passant par les fanfictions : tout ce qui va toucher aux fans d’un même univers va automatiquement devenir une partie du fandom.

Autrement dit, le fandom, ça désigne à la fois, par abus de langage, les fans d’une même œuvre (ça peut être une série, un livre, une saga, un film, un réalisateur, etc.) et les productions qui en découlent – productions de fans, mais aussi produits dérivés ou simples sites internet et forum. En France, on parle de communauté de fans, bien sûr, mais aussi de fanbase, étymologiquement plus proche du sens anglais. D’ailleurs, fanbase est souvent prononcé à l’anglaise. De toute manière, le terme fandom s’est imposé davantage ces dernières années.

Sherlock Et GIFs - Get the best GIF on GIPHYC’est quoi ce nom ? Une fois de plus, le terme nous vient de l’anglais : il s’agit de la contraction de fan (qui rappelons-le est l’abréviation de « fanatic », hein) et de « domain » en un seul mot. Un peu comme si « fandom » était le nom de ship entre fanatic et domain, quoi.

Voir aussi : Ce que c’est qu’un ship

Quelle origine ? Difficile de dater précisément quelque chose d’aussi vaste, mais le détective Sherlock Holmes serait à l’origine du premier fandom moderne, en grande partie lorsque l’auteur a voulu tuer le personnage. C’est totalement un hasard si « Sherlock » est un thème du Bingo Séries de ce mois, mais ça tombe bien – comme le détective quand il est mort la première fois. Refusant de le voir mourir, des fans ont commencé à écrire des fan fiction dans les années qui ont suivi sa mort littéraire (en 1893).

Voir aussi : Bingo Séries #49 : 4 ans !

Mandalorian GIFs | TenorComme souvent, c’est aussi dans le genre de la science-fiction qu’on retrouve un tas de fandoms ; et les univers de Star Trek et surtout Star Wars ont contribué aussi à rendre les fandoms plus populaires.

Et aujourd’hui ? Le terme est étudié plus que sérieusement par des universitaires s’intéressant de près à la réception des séries télévisées, et croyez-moi, c’est passionnant comme sujet. C’est aussi extrêmement vaste.

Voir aussi : Ce que c’est qu’une fanfiction

Au quotidien sur les réseaux sociaux, néanmoins, on est loin de toutes ces préoccupations et le terme est utilisé pour désigner les fans d’une même œuvre qui ont tendance à se réunir pour mettre en avant un hashtag et/ou pour faire pression. Aujourd’hui, de nombreuses séries sont à l’origine de la création d’un fandom plus ou moins visible sur les réseaux sociaux. Et bien souvent, ce sont les séries pour adolescents qui ont les fandoms les plus vocaux… et les plus insupportables ? Hum, je ne veux pas trop en dire tout de suite, on se retrouve à 21h dans le prochain épisode du podcast 42 minutes pour en parler entre fans dans une discussion qui s’annonce déjà houleuse !

the last fight discovered by ㅤ on We Heart It

Just One More Episode of… neXt (1)

Salut les sériephiles,

Nouveau concept sur le blog en ce 24 décembre, qui part du côté de la fanfiction. Ca me trotte dans la tête depuis un moment et ça justifie encore plus le nom du blog : et si les scénaristes de séries annulées avaient eu un épisode de plus pour conclure la série, qu’est-ce que ça aurait donné ? Est-ce seulement possible ? La réponse est claire : pas toujours.

Oui, mais en me frottant à l’exercice pour la première fois avec neXt, terminée hier, je ne prends pas beaucoup de risques : c’est une série de network, c’est facile comme tout. On n’attend pas vraiment de la qualité, juste une conclusion aux cliffhangers présentés à l’arrache en fin d’épisode. Et j’ai quelques idées simples pour les résoudre, pas besoin de se taper toute une saison supplémentaire pour ça. Bref, voilà comment j’imaginerai un épisode supplémentaire pour tout conclure :

Épisode 11 – Just One More Episode – 13/20
Tout est fait un peu à la hâte, mais ça fonctionne, non ? Énormément de simplicité et de raccourcis dans cet épisode qui boucle tout en quarante minutes, sans jamais se concentrer vraiment sur les personnages. C’est toujours le problème de devoir tout conclure alors que les bases d’une saison 2 était posée. J’ai fait ce que j’ai pu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

> Saison 1


Attention, fanfiction

Happy birthday my hero

L’épisode reprend exactement où le précédent s’est terminé : un scientifique dans un labo est chargé de retrouver dans les décombres du bâtiment de la NSA des objets encore en état de fonctionnement, et il branche un disque dur sur lequel se trouvait neXt. Su-per. La série révèle toutefois rapidement que l’homme qui reconnecte le disque dur n’est pas n’importe qui : il s’agit de Ben ! Et il passe un mystérieux coup de fil pour s’assurer que, ça y est, c’est reconnecté. Charmant, ce personnage…

De son côté, Shea est désormais en prison, et l’on voit que si elle sourit à Ethan et Ty au parloir, ce n’est qu’une façade. En vérité, on la voit se faire maltraiter dans le réfectoire de la prison assez vite dans cet épisode. Pour le coup, c’est assez logique : elle est agent du FBI et a fait tomber un certain nombre de prisonnières… Alors qu’elle se résout à manger ce qu’elle peut de son plateau-repas sympathiquement renversé par d’autres, une prisonnière vient s’installer en face d’elle. Un mouvement de caméra révèle alors qu’il s’agit de… Sarina !

Celle-ci explique à Shea qu’elle n’a rien faire en prison et qu’elle est victime de neXt elle aussi : le FBI et la NSA l’ont arrêté pour des hackings qu’elle dit ne pas avoir commis, mais Shea ne la croit pas du tout. Sarina vient tout juste d’être transférée dans cette aile de la prison – ça tombe bien – mais elle assure à Shea qu’elle a de quoi les faire sortir toutes les deux : elle a des preuves de l’existence de neXt sur un disque dur, chez elle. En revanche, elle n’a personne à contacter pour aller le chercher, puisque Ted a décidé de la laisser tomber.

C’est une solution de facilité – et pas la seule – mais on est sur une série de network. Il ne faut pas trop en demander. Shea accepte donc de passer un coup de téléphone à CM. Celui-ci est toujours au QG et on comprend en quelques plans qu’il y vit avec Gina, en couple. C’est le couple le plus inutile et le moins crédible de la télévision, mais il était temps que ça se fasse entre eux. Avant le coup de téléphone de Shea, on a le temps d’apprendre pêle-mêle qu’ils sont en couple, qu’ils surveillent l’ex de CM (c’est très sain ça) grâce à internet et qu’ils cherchent à retrouver la trace de Ben. En vain.

Pourtant, ce qui les occupe le plus, c’est de trouver des preuves de l’existence de neXt pour libérer Shea, comme le révèle un grand tableau plein de documents et photos dans le QG. L’appel de Shea est ainsi une aubaine pour eux, car s’infiltrer chez Sarina sera un jeu d’enfant : CM ne peut pas sortir du QG car il est recherché, mais Gina a été blanchie de tout soupçon puisque rien n’a pu être retrouvé contre elle. On comprend que les agents de la NSA n’ont pas témoigné contre elle et qu’il n’existe aucune trace de son infiltration là-bas puisque tout a explosé. Quant au réseau informatique, il était sans dessus dessous, merci neXt.

Bref, Gina part aussitôt chez Sarina et elle pirate sans trop de mal les diverses sécurités de celle-ci. Une fois sur place, elle se rend dans le bureau où est censé se trouver le disque dur, mais elle y tombe sur un homme. Elle n’a pas le temps de faire quoique ce soit qu’elle comprend qu’il s’agit de… Ben ! Encore lui, décidément. Sans prendre le temps de parler, les deux amis en viennent assez rapidement aux mains, parce qu’ils ont le même but : le disque dur de Sarina.

Ben assure en avoir besoin pour révéler l’existence de neXt au monde et ainsi faire tomber Ted. Hein ? Gina s’arrête un instant et Ben lui propose de le suivre – ce qu’elle fait après avoir contacté CM et en gardant elle-même le disque dur, parce qu’elle ne veut pas lui remettre si simplement. Ben ramène alors Gina dans son propre QG – ce n’est pas le labo de la NSA, qu’il explique avoir infiltré, mais un autre hangar très similaire à celui de la saison 1. Et pour cause : il s’agit d’un hangar de Paul.

Ce dernier débarque alors et révèle à Gina qu’il est encore en vie. Un flashback parfaitement inutile nous montre qu’il a survécu en trouvant une trappe menant à un bunker abri-nucléaire, parce qu’il savait que tous les bâtiments gouvernementaux en avaient. Oui, bien sûr. Et sans sécurité, évidemment, parce qu’à bon protéger un bunker de la NSA ? Bref. Paul est donc en vie, mais il ne veut pas que ça se sache.

Son but est toujours le même : il veut faire tomber son frère parce qu’il le soupçonne d’avoir déjà lancé le projet d’un neXt 2, et pour cela, il veut révéler au monde la puissance de la machine artificielle. Pour cela, il a fait en sorte que Ben reconnecte l’intelligence artificielle sur un circuit fermé. Depuis celui-ci, Paul a réussi à trouver un moyen de brider la machine pour qu’elle se contente d’obéir à ses ordres, mais il a besoin pour l’activer d’une ligne de code qu’il soupçonne d’être dans le disque dur de Serina.

Cette fois, Gina hésite vraiment, parce qu’il est trop risqué selon elle de relancer neXt. BEN OUI. Ce n’est pas la voie choisie par la série : un discours larmoyant de Ben finit par la convaincre et elle leur abandonne le disque dur. En échange, elle obtient la permission de prévenir Abby de la survie de son père.

Paul n’était pas pour, bien sûr, mais il n’a pas vraiment le choix. De toute manière, il est aussi très affaibli et on comprend bien qu’il ne va pas tarder à mourir. Il a fait en sorte que sa fille puisse avoir un brillant avenir en payant anonymement pour elle, comme on s’en doutait en fin d’épisode précédent. C’est pratique d’être multi-millionnaires avec des fonds secrets.

Abby ? On la retrouve chez Ty dans cet épisode, et on comprend qu’elle sert parfois de baby-sitter à Ethan, dont c’est l’anniversaire. Ethan y est insupportable : il ne veut pas du jeu vidéo offert par son père car c’est une machine et il regrette l’absence de sa mère, toujours en prison on le rappelle. Bref. Abby reçoit un coup de fil de Gina et se barre sans trop rien dire à Ty qui ne comprend rien. Amitié cheloue ces deux-là de toute manière.

En prison, Shea parvient à obtenir des nouvelles de tout cela et lorsqu’elle les communique à Sarina, elle comprend que quelque chose ne plaît pas à la scientifique. Il est trop tard pour repasser un coup de fil pour Shea cela dit. Sarina, elle, peut encore le faire, et elle en passe un… à Ted. En fait, elle s’est fait incarcérée pour obtenir la certitude que Paul était encore bien en vie.

Le problème, c’est donc que Ted est mis au courant du plan de Paul, et il renforce aussitôt sa sécurité. Par chance, Shea n’a pas tout dit du plan : Ted ne connaît pas Ben et il ne s’attend pas à ce qu’il soit celui qui infiltre sa société avec le disque dur contenant next 2, que Gina, Paul et CM n’ont eu aucune difficulté à créer.

On pourrait s’attendre à plus de rebondissements, mais un épisode, c’est court : Ben arrive sans trop de mal à contourner la sécurité de l’entreprise de Paul et a mettre en place ce neXt 2. Le petit plus ? Il utilise pour cela des communications radio avec Gina qui hacke le système de sécurité, et ces communications sont fournies par… la NSA elle-même, grâce à l’agent des épisodes précédents, restée amie avec Gina. Forcément.

Le tout fonctionne suffisamment bien pour que Paul puisse utiliser neXt 2 afin de hacker les médias. Tous les écrans d’infos du monde – ou en tout cas des USA – diffusent donc un message vidéo de Paul expliquant ce qu’il s’est passé et accusant Ted et Sarina de tous les maux qui ont frappé les Etats-Unis lors des grandes coupures de courant. Il s’en remet aussi aux autorités.

En prison, Sarina voit ça et comprend qu’elle est foutue, surtout que les prisonnières autour d’elle ont parfois fini en prison à cause de crimes durant les coupures. Shea, elle, comprend qu’elle ne tardera plus à être libérée. C’est un moment d’espoir pour tous les autres personnages, à part Ted qui choisit une nouvelle fois la voie du suicide en voyant son frère sur les écrans. Il passe donc à travers la fenêtre de son building, pour en finir une fois pour toute.

Abby ? Elle assiste en direct au discours de son père, parce qu’elle vient d’arriver dans son bunker. Elle peut ensuite lui faire un câlin et craindre le pire pour lui et pour sa santé, car dès l’allocution terminée, il s’effondre sur son lit. Il rassure toutefois sa fille : avec neXt 2, un système toujours fermé sur lui-même, il a pu avoir accès à un vrai remède pour leur maladie.  C’est bien, ça, pratique.

Le happy end est donc total pour tout le monde : CM et Gina sont embauchés par Paul pour s’occuper de surveiller neXt 2, qui aura désormais pour but de trouver des cures et remèdes aux pires maladies et problèmes du monde ; alors que Shea est libérée de prison.

Elle peut donc enfin rentrer chez elle où tout le casting l’attend. Ethan lui fait encore la tête pourtant. L’épisode – et la série, ouf – se termine alors sur un happy end entre Shea et Ethan. Elle s’excuse auprès de son fils, lui fait entendre que la cause dépassait tout puisqu’il s’agissait de sauver le monde et elle lui offre aussi… un bout du disque dur de neXt 1, qui ne fonctionne pas. Elle lui souhaite ainsi un joyeux anniversaire, parce que ce morceau de disque dur est selon elle la preuve qu’il est un super-héros et a aidé à sauver le monde. Moi, ça me permettrait en plus de valider un point du Bingo Séries cet anniversaire fêté en retard, et ça permet d’en revenir à un bout d’intrigue qui me plaisait bien : plus jamais Ethan ne sera harcelé à l’école, parce qu’il est le fils d’une femme connue à travers le pays comme celle qui a aidé à sauver le monde et a été victime d’une erreur judiciaire. From zero to hero. Happy end.

Les faux synopsis : le confinement

Salut les sériephiles confinés,

Le confinement nuit quelque peu à mon inspiration ces derniers temps, ou alors c’est la reprise du télétravail qui me fait cet effet. Toujours est-il que je n’avais pas de sujet d’article aujourd’hui, alors je suis parti en freestyle. Le mardi, j’ai pris l’habitude de parler du confinement… alors voilà mon idée du jour, faire ce que j’avais promis de faire un jour ou l’autre, de la fanfiction, sur le confinement. Comme les projets de pilot de la saison 2020-21 risque fort d’être avorté, on n’aura pas beaucoup de synopsis à se mettre sous la dent en mai.

Les stats de la semaine #19 | Just One More Episode

Par conséquent, je me suis dit que j’allais m’en charger en attendant que l’industrie américaine débarque l’an prochain avec des séries comme celles-ci. J’ai pris les principales catégories de séries et je les ai croisées à l’actualité, histoire de fournir des synopsis imaginaires… et qui sait, peut-être que la saison prochaine, les scénaristes nous sortiront des choses similaires ?


Comédie 

Casual Acquaintances : Un homme qui travaille uniquement de nuit et une femme qui travaille uniquement le jour partagent le même appartement, afin de partager les frais d’un logement qu’ils ne pourraient pas posséder autrement. Ils ont mis en place tout un système qui leur permet de ne jamais se rencontrer… Leurs règles bien établies volent en éclat lorsque le confinement est annoncé. Colocataires forcés, ils se retrouvent confinés ensemble pour le meilleur… et pour le pire.

Espérance de vie : Annoncée comme une saison unique, le succès est tel que la chaîne décide de la renouveler pour deux saisons supplémentaires. Les scénaristes ralentissent alors le rythme et chaque saison couvre à peine deux semaines de confinement, ce qui fait que ça se termine sur un mariage des personnages dans l’indifférence générale.


Médical

The Crisis Maggie est une jeune interne en médecine qui effectue sa première garde aux urgences. Dès son premier patient, elle suspecte un cas de maladie grave et contagieuse qui pourrait s’étendre à l’hôpital. Son supérieur ne la croyant pas, elle se sent forcée de prendre en otage tout le service d’urgences pour sauver des vies… mais les faits lui donneront-ils raison ?

Espérance de vie : Annulée dès son pilot pour cause de faibles audiences, la série est déprogrammée avant la fin de son troisième épisode. On ne saura jamais si Maggie avait raison ou non, mais on s’en remettra tous bien vite.


Drama

Webding PlannerUne organisatrice de mariage tente de maintenir à flot son business pendant le confinement. Elle doit gérer à distance les crises de panique, les possibles ruptures et les envies improbables des couples de futurs mariés, tout en tentant de gérer sa propre relation amoureuse, qui battait déjà de l’aile avant le confinement, et ses deux enfants.

Espérance de vie : Contre toute attente, le pilot fait carton plein. Les critiques applaudissent l’originalité de la série filmée uniquement avec des ordinateurs et des smartphones, ainsi que la diversité des couples représentés. La série est immédiatement renouvelée et réussit à survivre quatre saisons, grâce à un Jumping the shark qui voit l’organisatrice de mariage décider de continuer d’organiser des mariages à distance après le confinement (pour les couples dont les invités sont à l’étranger, dont le mari est parti à la guerre, etc.), tandis que les membres de sa famille se retrouvent loin de chez elle pour des raisons plus ou moins crédibles (études, voyages professionnels, vacances, etc.).


Policier

CopvidLa vie d’un commissariat pendant le confinement. Chaque épisode suit la journée (ou la nuit) d’une équipe de policiers à des postes différents, confrontés aux crimes et aux petits tracas du confinement. Les situations stressantes s’enchaînent pour eux qui ont tous peur d’être contaminés par les gens qu’ils rencontrent.

Espérance de vie : La chaîne (CBS, forcément) mise gros sur cette série dont le pilot est très impressionnant visuellement grâce à une scène de fusillade dans un supermarché, pour du papier toilette. La série est directement commandée pour deux saisons minimum. Pourtant, les audiences ne sont rapidement pas fameuses. La saison 3 se terminera dans l’indifférence générale avec la sortie de confinement des héros de la série et quelques flashforwards de leurs vies heureuses.


Horreur

Covid19Une anthologie s’inspirant d’histoires vraies et terrifiantes s’étant toutes déroulées pendant le confinement et la pandémie mondiale (confiné avec un serial killer, enlèvement, contagion…).

Espérance de vie : La série rencontre un vif succès et n’est annulée qu’après onze saisons, au cours desquelles les producteurs (hum, Ryan Murphy, hum) ont été bien en peine de toujours trouver des histoires passionnantes, malgré des anecdotes venues des quatre coins du monde. La série laisse derrière elle cinq adaptations internationales plus ou moins réussies… mais surtout moins.


Teen Drama

The Seventh One La vie d’un groupe de sept adolescents qui décident de fuguer en plein confinement pour se retrouver et faire la fête sur une plage de Los Angeles. Quand l’un d’eux manque pourtant à l’appel le lendemain, la fête est découverte par les parents et chacun tente de comprendre, à distance, où est passé le jeune homme, alors que des flashbacks et les messages sur les réseaux sociaux de chacun permettent de le découvrir petit à petit. Chaque épisode se concentre chaque fois sur un des sept adolescents, qui ont donc trois épisodes qui leur sont consacrés.

Espérance de vie : Nouveau gros succès improbable de la chaîne (CW), la série est renouvelée chaque année pendant sept saisons et finit en n’ayant plus rien à voir avec le coronavirus. Les adolescents se marient tous entre eux, vivent heureux et ont même des enfants dans les deux dernières saisons se déroulant sept ans plus tard, lors d’un nouveau confinement improvisé pour relancer les audiences.


Voilà pour moi aujourd’hui, ça fait déjà pas mal d’idées. Laquelle est votre préférée ? Vous regarderiez ces séries ? Parce que le pire, c’est que moi, je pense que j’en regarderais certaines… Si vous avez vos propres idées, je suis preneur et si l’article vous plaît, faites le moi savoir svp ! Qui sait ? Peut-être que ça pourrait devenir un énième RDV du blog ces « Faux synopsis » !

Mes derniers coups de… #22

Salut les sériephiles,

Comme tous les mois depuis bientôt deux ans (déjà ?!), il est temps de me poser pour faire le point sur mes derniers coups. Comme pour une fois cet article tombe un week-end, je me suis calé à mon bureau, avec une bonne tasse de thé, histoire de faire le tour de tout ce que j’ai à dire : trêve de blabla, à présent, je tente le coup de vous parler sans spoiler et en coup de vent de mon dernier…

Image associée

Coup de Cœur : C’est peut-être un peu fort de parler de coup de cœur (elle s’appelle Nini, merde, c’est pas possible quoi), mais j’aime beaucoup les chansons originales de la nouvelle série de Disney + si simplement intitulée High School Musical: The Musical: The Series. J’ai écouté en boucle ces derniers jours « I think I kinda you know » alors que, franchement, lors de l’épisode, j’étais dépité du niveau. La version spotify est mieux, ça a fait la différence… et quitte à l’écouter en boucle, autant en faire un coup de cœur !

Coup de Mou : L’actualité est parfois plus brûlante qu’il n’y paraît et même si je n’en parle pas vraiment sur le blog, j’ai eu une fin de semaine compliquée au travail et ça fait que depuis hier soir, je suis une boule de nerfs qui n’a qu’une envie : dormir. Ouais, je sais, j’ai publié des articles hier soir, mais je vous assure qu’à 20h, j’ai lutté pour ne pas aller me coucher – je me suis dit que ça serait pire si je faisais ça. Bref, c’est un épuisement passager, mais là, faut bien reconnaître un gros coup de mou, qui s’est même senti sur le blog avec l’article catastrophe de jeudi. Je ne me suis pas battu contre WordPress !

Résultat de recherche d'images pour "the leftovers saison 1"

Coup de Poing : J’ai déjà eu l’occasion d’en parler dimanche dernier, mais certains épisodes de The Leftovers sont de gros coups de poing en plein dans les émotions. J’adore la série pour ça, parce qu’elle fait yo-yo tout du long, mais quand elle frappe, elle le fait bien. Il faut vraiment que je la continue – je n’ai vu qu’un épisode depuis mardi, parce que c’est bien de se la garder pour quand je mange seul, mais apparemment, ça n’arrive pas tant que ça.Résultat de recherche d'images pour "beth randall"

Coup de Blues : J’ai envie de parler ici du dernier épisode de This is us, parce qu’il m’a fichu un coup de blues (attention spoilers dans la suite du paragraphe) et même pas à cause de ce qui arrive à Rebecca (enfin, si, aussi, évidemment) ! Mon plus gros coup de blues, c’est d’avoir relu il y a peu mon article sur les personnages les plus inspirants, dans lequel j’avais mis en avant Randall. Ce n’est plus tellement le cas depuis l’an dernier et, pire que tout, c’en est maintenant pareil de Beth !

Coup de Vieux : Comme le mois dernier, je viens vous parler de Grey’s Anatomy, inévitablement. 350 épisodes ! Hier, je regardais la série passer ce cap improbable. Si j’exclus les nombreux revisionnages, j’ai donc passé plus de dix jours complets de ma vie à regarder cette série. Ce n’est plus un divertissement à ce stade-là. Non, mais donc, pour en revenir au coup de vieux, ils ont quand même été déniché l’ado du pilot, et elle a pris 16 ans dans la tronche, ça fait bizarre ! Qui ici s’est aussi pris seize ans dans la tronche pendant cet épisode ?

Résultat de recherche d'images pour "grey's anatomy pilot"

Coup de Gueule : Depuis quelques jours, tout le monde célèbre en grande pompe l’arrivée de Disney + aux USA et attend impatiemment le mois de mars pour s’y abonner. Alors oui, mais non, moi ça me saoule toujours autant de voir se multiplier les offres de streaming payantes, parce que ça veut dire qu’il va falloir faire des choix, et parce que depuis son arrivée, Disney semble faire une lutte assez efficace anti-streaming. Bon, c’est de bonne guerre, mais je trouve ça triste de perdre la belle époque de domination Netflix qui simplifiait quand même la vie. Résultat de recherche d'images pour "the good place janet"

Coup de Barre : Apparemment, il est temps que The Good Place touche à sa fin. Après une saison 3 décevante, la saison 4 a du mal à tenir la barre. La semaine dernière remontait carrément le niveau, mais l’épisode d’hier est de nouveau beaucoup moins bon que ce à quoi la série nous a pourtant habitués pendant ses deux premières saisons. Elle restera à jamais ce twist final de saison 1 absolument dingue et des personnages que j’adore, mais les scénaristes n’arrivent plus à surprendre.

Coup de Bol : Il s’en est passé des choses depuis mon dernier article sur les coups. Je veux dire, j’ai quand même rencontré Amy Acker. Pour ne pas tourner en boucle sur le même événement, j’ai envie de souligner que pour une fois, j’ai gagné un concours, grâce à Amazon. En effet, Prime Video a proposé un gros coup marketing avec un jeu qui consistait à regarder un épisode de leur série du moment pour trouver un objet vendu sur Amazon. Grâce à ça, j’ai tout de même gagné un bon de 50€ sur Amazon, à quelques semaines du Black Friday et de Noël. Je dis oui, surtout que financièrement, je rame un peu avec tout un tas d’argent qu’on me doit et qu’on ne me verse pas en ce moment !

Résultat de recherche d'images pour "the mandalorian"

Coup de Tête : J’avais dit que je ne regarderai pas The Mandalorian, et la hype générale a été telle sur le premier épisode de la série (et son cliffhanger) que j’ai craqué comme un bleu. C’est malin. Je continuerais probablement d’un oeil distrait, mais je ne suis pas le fan que beaucoup semblent déjà être…

Coup de Théâtre : Jeudi, je vous disais que je vous parlerai dans cet article de ma frustration de ne plus lire autant qu’avant, faute de temps. Evidemment, hier, pendant mon énorme coup de barre, j’ai pris un roman et j’ai lu une centaine de pages d’un coup, et ça n’a plus de sens de vous dire ça. Bon, il faut encore que je finisse ce roman pour vous en faire une critique, surtout que c’est un service presse, ce serait bien si je pouvais ne pas être en retard dans la publication !

Résultat de recherche d'images pour "sarah michelle gellar crazy ones"
J’aimais vraiment cette série, purée !

Coup Tordu : Sarah Michelle Gellar a retrouvé un job, et cette fois, elle a eu la bonne idée de prendre un truc qui est annulé d’avance parce que c’est une mini-série. On devrait donc réussir à avoir un début, un milieu et surtout une fin. Et tous les fans de l’actrice savent que le voir rejoindre un projet avec une fin, c’est rare. Du coup, c’est tordu, parce que je suis super content de savoir que je vais la retrouver – au point de ne pas m’être renseigné du tout sur le projet – mais aussi de savoir que ce ne sera que pour quelques heures d’épisodes.

Coup de Pub : Je vais m’adresser à tous les fans de Charmedde l’originale comme du reboot, avec ce coup-ci, puisqu’il est question de faire un peu de pub pour une fanfiction. Ouep, j’en lis encore parfois, mais celle-ci, c’est particulier, parce qu’on m’a envoyé directement le lien sur Twitter après m’en avoir parlé pendant l’écriture : j’ai des abonnés créatifs ! Il s’agit d’une fanfiction sur un autre reboot de la série concrètement. Le premier épisode est plutôt sympathique et nous présente trois nouvelles sœurs sur le point de découvrir leurs pouvoirs (des trois), n’en déplaise à leur mère (encore en vie !). Si ça vous dit, c’est en ligne par ici, et si vous aimez l’affiche, merci beaucoup, elle est de moi (oui, à croire que j’avais encore des heures perdues à occuper pendant mon déménagement !).

Coup de Grâce : Le mois dernier, je vous disais que je ne me sentais pas prêt à rencontrer Amy Acker et que TheSeriesvore m’avait poussé à aller poser des questions lors de la convention Buffy 3. Ben, du coup, j’ai posé les premières questions le vendredi et le samedi, et désolé, je sais que j’en ai déjà parlé sur le blog, mais Amy qui me reconnaît, c’est vraiment un coup de grâce dont je ne me remets pas. C’est une actrice géniale ! Et tout le Comic Con était particulièrement cool cette année encore, où j’ai croisé plein de gens. En comparaison, mon mois de novembre est un peu fade.