Mon amour pour Agents of S.H.I.E.L.D en sept points

Salut les sériephiles,

Agents of S.H.I.E.L.D. - Wikipedia
Quelle série ❤

À l’heure où se publiera cet article (écrit hier), les deux derniers épisodes d’Agents of S.H.I.E.L.D auront été diffusés et j’espère franchement que je n’aurais pas été spoilé… Le simple fait de l’écrire me fait déjà bien bizarre. Il me paraît à peu près inconcevable d’imaginer que je ne reverrais plus ce casting interagir ensemble à l’écran (Fitzsimmons, merde, quoi !) ou dans leur vraie vie (il s’en est tellement passé). Cet article est donc une lettre d’amour à une série qui m’a accompagné durant sept ans ! Et voilà pourquoi je l’aime tant (avec quelques spoils, attention)…

Voir aussi : Critiques de la saison 7

Agents of SHIELD's Jed Whedon & Maurissa Tancharoen Explain the ...

1/ Jed & Maurissa

Jed Whedon et Maurissa Tancharoen sont les cerveaux derrière la série, même si on nous l’a vendue à l’origine comme un projet de Joss Whedon. Depuis le premier épisode, le producteur s’est barré pour laisser son bébé à son frère et sa belle-sœur… Et honnêtement, il a bien fait. Le couple à la tête de la série a géré les sept saisons – à l’exception peut-être d’un moment de la quatrième où, comme par hasard dis donc, ils étaient occupés avec la naissance de leur enfant dis donc. Ce n’est pas une surprise : ils étaient déjà géniaux derrière Dollhouse.

 

Et loin de se contenter de la série, ils ont continué aussi à être bien créatifs à côté : Jed Whedon a sorti deux albums durant la série (le premier en saison 1 – d’ailleurs on entend une de ses chansons dans la série – le second cette année… bon, ok ça sent le projet avant/après la série) et Maurissa Tancharoen a continué de s’engager contre le Lupus – maladie dont elle est atteinte – tout en passant devant la caméra pour un épisode brillant.

Les 5 showrunners dont j'attends le prochain projet – Just One ...

2/ Une série familiale

Dites-en ce que vous voulez, mais Agents of S.H.I.E.L.D prouve que travailler avec sa famille est possible, et que ça peut même être brillant. Outre le fait que la série soit donc confié à un couple marié et à l’origine chapeauté par le frère du mari, il faut noter que du côté de la production, Maurissa a fait appel à son frère pour diriger plusieurs épisodes.

Agents of SHIELD Director Kevin Tancharoen Breaks Down Season 3 ...
Cette scène-là !

On doit à Kevin Tancharoen certaines scènes hyper marquantes, notamment une scène d’action de Daisy à couper le souffle par sa chorégraphie et les mouvements de caméra. Devant la caméra aussi, l’esprit est familial : deux sœurs ont été engagées pour jouer le rôle de Robin à différents âges, le fils d’un acteur a été engagé pour jouer le passé du personnage de son père, etc. Et ça fonctionne. Sans oublier le désir de faire une série diversifiée, avec notamment des personnages asiatiques sortant des clichés (merci Maurissa), mais pas que.

The Positives and Negatives of 'Agents of S.H.I.E.L.D.' 7x04: "Out ...

3/ Une transition des années 90 à 2020

Rien que ça. La saison 1 n’a pas beaucoup plu parce qu’elle semblait sortir d’un autre temps. On lui reprochait son rythme de procédural et ses personnages schématiques… mais en fait, ils nous faisaient simplement une série qui aurait cartonné dans les années 90, avec une progression très lente des relations entre chacun. Lente, oui, mais existante quand même : à l’épisode 6, je savais donc que j’étais vraiment plus attaché que je ne le pensais à cette équipe. Tout s’est fait progressivement. Et puis, il y a eu l’épisode « Turn, turn, turn » et on est passé à un autre rythme, toujours plus vif. La série a changé plusieurs fois de style, se modernisant toujours un peu plus et finissant désormais par une dernière saison rendant hommage à plein d’autres périodes. Ce n’est peut-être pas le but de base, mais la série montre sa maîtrise de tous les styles d’écriture, avec toujours du comique au milieu de bien nombreux drames…

https://media.melty.fr/article-4158047-raw/media.gif

4/ Le MCU autrement

La série a fait le buzz à l’origine pour son lien annoncé avec le Marvel Cinematic Universe, avant qu’on ne lui reproche de ne pas y être assez liée. Pourtant, son pilot qui traite des conséquences d’Avengers et sa fin de saison 1 totalement bouleversée par Captain America Winter Soldier suffisaient à montrer que tout était maîtrisé à grande échelle. Ils se sont perdus en route en fin de saison 5 et j’espère que les épisodes finaux réussiront à raccrocher tout ça, mais la série valait le détour pendant cinq ans pour son point de vue différent des films, et vraiment intéressant !

To celebrate the upcoming final season of Agents of S.H.I.E.L.D. ...
Pourquoi le Comic Con m’a manqué cette année

5/ Des coulisses délirants.

Marvel's Agents Of Shield GIF | GfycatC’est marrant comme la série a mis en son cœur l’idée que les personnages de l’équipe formaient une grande famille dès la fin de saison 1 et comme ça s’est reflété sur le casting. Le personnage de Skye, en quête de son identité et surtout de sa famille tout au long des deux premières saisons m’a toujours paru bien attachant grâce à ça, mais c’est aussi parce qu’en parallèle Chloe Bennet a une personnalité qui a illuminé la série et le casting. Tout comme son personnage, l’actrice montre régulièrement sur les réseaux sociaux son bonheur de travailler avec ses collègues, au travers de multiples vidéos. Et chaque fois qu’elle s’entend avec un collègue, ça transparaît à l’écran. Bref, elle s’est choisie sa famille aussi avec la série.

Image associéeRevenant de loin avec « Uh-oh », sa chanson qui était plus ou moins un carton en Chine, l’actrice n’a pas peur du ridicule : Ice bucket challenge, Dubsmash war, reprises loufoques… Elle ne nous aura rien épargné et aura aidé à rendre encore plus attachante la série en nous attachant au casting. Peut-être même un peu trop quand on voit qu’un méchant est revenu un peu trop souvent dans la série tellement tout le monde était attaché à lui. C’est chouette de savoir que les acteurs s’entendent aussi bien, et ça transparaît à l’écran !

leo fitz | Tumblr

6/ Les personnages au cœur de l’écriture

Ce qui fait le vrai succès de la série à mes yeux, c’est qu’elle n’a que rarement perdu de vue l’essentiel, à savoir la construction de ses personnages. Le plus souvent, les intrigues sont créées pour permettre l’évolution des personnages, et pas l’inverse. C’est un détail d’écriture bien sûr, mais ça change tout ! En effet, ça permet d’être toujours investi auprès des personnages et ça débouche sur des évolutions crédibles. Dès qu’ils l’oubliaient, ça se sentait : le premier arc de la saison 4 est une catastrophe parce qu’on s’éloigne des personnages et de l’équipe, idem en saison 6. La saison 7 a eu la bonne idée de les replacer vraiment à leur place parfaite : chacune des aventures permet le développement des personnages… et clairement fait plaisir aussi à toute l’équipe (et aux téléspectateurs les plus investis), avec des retours d’acteurs (cette réunion Dollhouse tellement improbable, j’étais aux anges aussi).

Agents of Shield Recap, Season 2, Episode 10: Skye is a Superhero ...

7/ Ma vingtaine

Le titre de l’article montrait que je citais des raisons personnelles, et je n’ai pas plus personnel que celle-ci. Quand la série a commencé, j’étais à peine au début de mes études supérieures j’avais 19 ans. Aujourd’hui, j’ai un boulot et j’en ai 27. Gloups. Entre temps, j’ai donc beaucoup évolué et grandi, mais comme trop souvent, ça s’est aussi fait en s’appuyant sur des séries. C’est cliché, mais je m’investis tellement dans certaines séries que je pense qu’elles ont un impact aussi sur ma personnalité – à défaut d’impacter mes choix de vie. C’est logique après tout : je passais chacun de mes mercredis pendant des années à regarder mon nouvel épisode de la série.

Agents of S.H.I.E.L.D. - Turtleman & Yo-Yo [Mack/Elena] #1: "I'm ...

Pendant cinq ans, c’était un rituel : dès que j’avais accès à l’ordinateur, hop, je regardais. Les choses ont changé quand la saison est passée le samedi puis le jeudi, mais vous avez l’idée : pendant des années, chaque semaine, je retrouvais ces personnages. Ben l’air de rien, ce n’est pas rien, justement. Leur dire au revoir– même si je suis en vacances, hors de question de rater ça – met un terme aussi à une période de ma vie. J’ai compris que j’associerai toujours certaines séries à mon enfance (Charmed) ou mon adolescence (Buffy). Agents of S.H.I.E.L.D restera l’une de celle de mon entrée dans l’âge adulte (et merde).

Agents of shield aos publishing sales rep GIF - Find on GIFER
Skye, une source de memes inépuisables.

Merci donc à nos Agents of S.H.I.E.L.D ! J’espère juste que la fin sera à la hauteur de mes attentes (c’est compliqué pour eux, ça par contre !).

Pin by Faith Rose on Agents & Avengers of MARVEL | Marvel agents ...

 

Les 5 showrunners dont j’attends le prochain projet

Salut les sériephiles,

Le TFSA de cette semaine ne sera donc pas en retard, parce que quand même, c’est pas mal de poster dans les temps parfois. En plus, cette fois, Tequi m’a mis dans une impasse car il n’y a clairement pas cinq showrunners dont je pense attendre la prochaine série. Et en même temps, en cherchant un peu, ça peut se trouver, je le sais. Tentons le coup, je me lance dans l’écriture de l’article sans savoir où je vais pour une fois.

Résultat de recherche d'images pour "how i met your mother"

  1. Carter Bays & Craig Thomas

Le duo est celui qui nous a fournit How I met your mother, alors évidemment que j’ai envie de les retrouver à la tête d’une nouvelle sitcom. Ils ont toujours été capables de me faire rire : je ne doute pas qu’une prochaine série de leur part sera capable d’en faire autant. Bref, j’aimerais qu’ils se remettent à produire une série qui donne vraiment envie de la regarder dès le synopsis. Et oui, je suis toujours partant pour un How I met your father. Plus les années passent, plus on peut le faire avec les enfants de Ted, en plus (OK, pour l’instant, ce sont des bébés, je sais).

Résultat de recherche d'images pour "grey's anatomy"

  1. Shonda Rhimes

Si je suis parfaitement honnête, je n’avais pas pensé à elle immédiatement dans ce top, mais je voulais y mettre plus d’une femme quand même, parce que c’était beaucoup trop masculin. Et puis, la vérité, c’est que chaque fois qu’elle produit une série, j’y jette un œil. Je sais que je vais probablement être agacé et qu’on tourne en rond dans ses séries avec toujours les mêmes relations et schémas utilisés jusqu’à l’overdose… mais c’est plus fort que moi !

Résultat de recherche d'images pour "alias"

  1. JJ Abrams

Alias, LOST, Fringe, Person of Interest, Westworld, la liste de ses séries est longue et j’ai quand même tendance à les adorer à chaque fois. Ce n’est pas bien original de ma part, je le reconnais, mais il faut bien avouer que son travail est bon, même s’il a tendance à abandonner ses projets en cours de route pour aller bosser ailleurs et en créer d’autres. C’est un peu lâche, mais c’est comme ça que le business fonctionne après tout. D’ailleurs, c’est exactement pareil pour le suivant sur ma liste, qu’un bon nombre d’entre vous devait s’attendre à voir en premier dans cet article.

Résultat de recherche d'images pour "buffy"

  1. Joss Whedon

Buffy, Angel, Firefly, Dollhouse et plus ou moins Agents of S.H.I.E.L.D (dont il n’est que le producteur) ? Ce ne sont que des séries que j’adore et j’ai quasiment l’intégrale en DVD, sans compter les Avengers et ses autres films, évidemment… Pourtant, je ne suis que moyennement convaincu par son prochain projet pour le moment, surtout qu’il a connu un passage à vide Joss Whedon, me plaisant beaucoup moins dans la défaite lors de l’élection de Trump. Bon, en tout cas, je reste curieux de voir ce qu’il va faire maintenant et je sais que je regarderai quoiqu’il arrive !

Résultat de recherche d'images pour "agents of shield"

  1. Jed Whedon & Maurissa Tancharoen

Je les suis depuis tellement longtemps maintenant ! D’accord, je n’ai pas vu Spartacus, mais au-delà de ça, j’adore leur travail sur Dr Horrible, sur Dollhouse et sur Agents of S.H.I.E.L.D évidemment. C’est bien simple, tout ce qu’ils touchent se transforment en or et ils sont pour moi ceux qui sont restés trop longtemps dans l’ombre de Joss Whedon alors qu’ils sont géniaux. Ils sont géniaux à faire des séries, mais aussi à faire des vidéos sur Youtube à une époque ou de la musique en suite. D’ailleurs, Jed a enchaîné la fin de sa série avec un deuxième album, tant qu’à faire. J’ai très hâte de savoir sur quoi ils vont travailler après avoir géré pendant sept ans un projet dans lequel Marvel et Disney les a probablement bridés plus d’une fois sans que ça ne se voit jamais.

Bon, ben finalement, ça fait sept, même pas cinq. Pas si mal, non ? Et je n’ai même pas parlé de Damon Lindelof – parce que je n’ai pas vu son dernier projet, tout simplement…

Ce que c’est qu’une story pod

Salut les sériephiles,

Une fois de plus, je termine la semaine avec un nouvel article du lexique – je n’ai pas eu l’occasion de le poster avant dans une semaine vraiment chargée en infos en tous genres. J’avoue avoir profité de l’article Mes derniers coups de pour balancer quelques news qui auraient pu faire l’objet de 500 mots à elles toutes seuls (Ryan Murphy, Midnight Texas), mais bon, c’est parfois nécessaire pour tout dire ! En ce dimanche, on revient sur un petit nouveau dans le jargon scénaristique, la « story pod » dont on n’entendait pas parler il y a cinq ans, et pour cause.

Image result for agents of shield

Alors c’est quoi exactement une pod ? Concrètement, c’est un terme mis au point par l’équipe d’Agents of S.H.I.E.L.D pour décrire une histoire complète racontée au sein de plusieurs épisodes d’une saison. Bref, c’est ce qu’on appelait auparavant un arc narratif, mais celui-ci a la particularité de fournir une histoire qui aurait pu être le sujet d’une saison complète il y a quelques années. Les pods d’Agents of S.H.I.E.L.D sont généralement marquées par la résolution de l’ensemble des intrigues ouvertes et d’énormes cliffhangers juste avant des pauses.

Bref, c’est toute la structure de la série qui est marquée par ces pods : la saison 4 en avait trois, Ghost Rider (bof), LMD (déjà mieux), Agents of HYDRA (meilleure partie de la série), chacune avec son propre générique. La saison 5 vient toujours de terminer son premier pod qui faisait dix épisodes – et lui donnait ainsi l’allure d’une saison de dix épisodes qu’on pourrait parfaitement retrouver sur une plateforme de streaming type Netflix ou le câble.

Image result for agents of hydra

C’est quoi ce nom ? Je ne sais pas bien pourquoi Jed Whedon et Maurissa Tancharoen en sont venus à utiliser ce terme, mais ça pourrait se traduire par « capsule » ; et ça résume bien les choses, une « story pod », et donc une capsule-histoire, une petite histoire au sein d’une saison complète. Et c’est pour ça que j’ai choisi le féminin dans cet article, alors que jusque-là, j’avais plutôt tendance à l’utiliser au masculin.

Image result for agents of shield origins

Quelle origine ? Si on en entend surtout parler concernant AOS, le terme pourrait se généraliser à l’ensemble de la grille d’ABC. En effet, il y a quelques années, les scénaristes de la chaîne se sont vus intimer l’ordre de laisser tomber la structure classique des séries en deux mi-saisons (souvent 12 épisodes, puis 10) quand la chaîne a commencé à modifier énormément son modèle de diffusion. Plutôt que d’enchaîner deux longues périodes, dont une pleine de pauses d’une semaine, les séries de la chaîne ont désormais droit à une diffusion sans interruption pendant 8 semaines (de septembre à décembre), 8 semaines (de fin janvier à mars) et enfin 6 semaines (avril/mai). Oui, cela correspond parfaitement aux pods d’AoS l’an dernier, c’est fou, non ? Bref, s’ils ont donné un nom à ce format, ils ne l’ont pas totalement inventé…

Quant à la question du pourquoi ABC a choisi ce nouveau mode de diffusion, il est évident : cela permet de fragmenter les saisons en morceaux qui correspondent à peu près au format des séries du câble qui plaisent tant. Mieux : chaque pod (surtout dans AoS) est parfaitement conçu pour un visionnage en binge-watching. Ainsi, les séries sont plus facilement rachetées par les plateformes de streaming et, mieux encore, plus souvent revues ; au moins par bouts…

Image result for crossover how to get away scandal

Et aujourd’hui ? C’est assez ironique de faire cet article en cette période qui contredit quelque peu les informations données ci-dessus. Avec les jeux olympiques, les chaînes américaines ont été forcées de reprendre les diffusions des saisons un peu plus tôt et de les couper au beau milieu d’un pod… Du coup, certaines séries n’ont clairement pas prévu le coup dans leur diffusion, alors que d’autres (comme Scandal & HTGAWM) ont réussi à proposer une pause intéressante et qui donne envie de revenir à leur retour !

ABC l’impose assez clairement à l’ensemble de ses séries (il n’y a qu’à voir la structure de Once Upon a Time ces dernières années, la saison 2 de Quantico ou les saisons raccourcies de HTGAWM pour le comprendre). Les autres chaînes s’alignent plus ou moins sur ce format, en fonction de leurs diffusions.

Image result for grey's anatomy ambulance crash

Si j’étais très sceptique la première fois que j’ai vu ce nouveau format débarquer (je dirais avec la saison 8 de Grey’s Anatomy), force est de constater qu’il dynamise bien les séries. J’aime les longues saisons de 22 épisodes avec un gros fil rouge parce que j’ai été formaté à ça depuis tout petit, mais la division en pods, quand elle est maîtrisée, est hyper agréable. La saison 4 d’Agents of S.H.I.E.L.D est particulièrement maîtrisée de ce point de vue-là, même si je regrette un peu un épisode final n’étant pas à la hauteur de ce qu’il promettait à réunir les trois intrigues de la saison.

Et vous, vous préférez quel genre de structures dans les séries de 22 épisodes du coup ? Je sais que certains ici préfèrent les saisons courtes, alors j’imagine que les pods vous plaisent ?

Dr Horrible’s Sing-Along Blog

Salut les sériephiles !

Image result for dr horrible

Comme je ne peux pas trop suivre l’actualité séries cette semaine et que mes articles ont été programmés avant un départ en vacances, je me suis dit que je tenais l’occasion d’enfin vous parler sur le blog de cette mini websérie de 2008 que j’adore, un article que j’avais déjà envie de faire il y a quelques mois d’après les commentaires de cet article du 4 août sur The Guild et qui me paraît tout à fait naturel après vous avoir parlé de Lust for Love dimanche dernier !

Aujourd’hui, il est donc question de Dr Horrible’s Sing-Along Blog, dont l’histoire est on ne peut plus simple : le docteur Horrible, de son vrai nom Billy (Neil Patrick Harris, HIMYM), essaye désespérément d’entrer dans l’Evil League of Evil (la Maléfique Ligue du Mal), mais les choses ne sont pas simples. Le Captain Hammer (Marteau, donc, interprété par Nathan Fillion, Castle) est là pour contrecarrer tous ses plans machiavéliques… mais aussi romantiques avec la belle et innocente Penny (Felicia Day, The Guild).

Image result for dr horrible captain hammer

Plot twist : c’est une websérie musicale, donc tout le monde chante des chansons au point, écrites par Joss Whedon. Oui, LE Joss Whedon, celui derrière Buffy, Angel, Dollhouse, Firefly, Avengers 1 & 2, etc.

Un casting d’acteurs que j’adore tous, un côté musical dont je suis fan, un humour excellent passant par des répliques tranchantes ou quelques moments volontairement surjoués, et une équipe de production complétée par Jed Whedon, le frère de Joss, et Maurissa Tancharoen, sa femme (interprétant aussi une groupie ici) ; déjà connus à l’époque pour avoir bossé sur Dollhouse et Spartacus, et aujourd’hui à la tête d’Agents of S.H.I.E.L.D. Zack Whedon s’ajoute à cette réunion de famille et Sarah Michelle Gellar, Buffy elle-même, se planque parmi les figurants d’une scène de l’épisode 3.

Image result for sarah michelle gellar dr horrible

Créée pendant la grève des scénaristes de 2007, qui avait laissé tout le monde sans série et tous les acteurs sans travail, la série suit les aventures de Billy qui nous raconte sa vie dans son blog, qu’on appellerait plutôt aujourd’hui un vlog, comme c’est en vidéo. Le succès rencontré a surpris tout le monde, avec le serveur du site d’hébergement plantant lors de la diffusion du premier épisode. Diffusés sur trois jours, les trois épisodes de 15 minutes (yep, ce n’est pas plus long qu’un épisode de série classique) ont été couronnés de succès, au point qu’ils ont eu leur propre panel du Comic Con San Diego, panel m’ayant fait découvrir Twitter comme je vous le racontais en aoûtTout est lié.

Related image
Tellement lié qu’une capture de cette scène constitue une de mes premières photos Instagram !

Comme tout cela n’était pas encore suffisant, l’ensemble de l’équipe a aussi eu l’excellente idée d’enregistrer un commentaire audio pour vendre des DVDs. Le truc cool de ce commentaire ? Il est lui aussi chanté avec des chansons 100% originales, notamment une sur le contexte de la grève. Génial.

Et cela fait déjà neuf ans que l’on attend une suite, qui sera un préquel, qui sortira probablement au moment où on s’y attendra le moins (mais a priori tous les protagonistes seraient dispo là, hormis le couple Jed/Maurissa).

Image result for dr horrible

Je ne vous cache pas d’ailleurs que je m’étais d’abord dit que je garderais ce 500 mots pour les dix ans, mais je n’ai pas résisté. C’est malin. Je vous abandonne avec cette vidéo géniale (oui, c’est la version complète avec sous-titres français si vous les activez) et vous souhaite une bonne journée !