Ma première rentrée des networks (15/16)

Salut les sériephiles,

2011 Fall TV Calendar: Find Out Where Your Favorites Landed | TVLine
Alors, vous avez reconnu l’année ?

Ma schizophrénie commence à être totale avec cet article, parce que quand j’ai redécouvert ce que j’avais prévu comme thème, je me suis quand même exclamé, à voix haute : « oh mais c’est sympa, ça ». J’espère que vous en penserez autant ! Je suis beaucoup revenu au cours de cette saga d’articles sur tout ce que j’avais regardé ou fait en tant que tout jeune sériephile, à l’enfance ou en début d’adolescence…

Seulement, s’il y a bien un truc marquant en tant que sériephile, ça a été ma première rentrée des networks américains, c’est-à-dire la première année lors de laquelle je me suis décidé à laisser tomber la télévision pour suivre uniquement mes séries en streaming, puisque de toute manière, je n’avais pas de télévision : ma première année post-bac, celle où je faisais mes emplois du temps sur Excel.

Ma première rentrée des networks (2011-2012)

C’est une année qui reste gravée comme particulière, puisque pour la première fois, je collais à la diffusion américaine pour un tas de séries. Aujourd’hui, c’est devenu une vraie habitude de le faire et de suivre un épisode/semaine, au point que je suis progressivement en train de changer pour en revenir à ce que je faisais avant, faute de régularité dans mon emploi du temps. Cette année-là, j’entrais en prépa, je n’avais pas beaucoup de temps et je me mettais à tout planifier. L’avantage, c’est donc que j’ai un tas de souvenirs ! Voici donc ce que je regardais, jour après jour, en J+1… ou plus :

Fringe' Check-in: Season 4 (4x19) -

Lundi :

Fringe (Saison 4)Officiellement, la série était diffusée le jeudi soir aux États-Unis, donc le vendredi pour nous. À l’époque, j’utilisais encore suffisamment peu Twitter pour me permettre de me la garder de côté jusqu’au lundi midi où j’avais un emploi du temps merveilleux avec quatre ou cinq heures de pause entre deux cours, et toute la journée avec la même prof, ou presque. Autant vous dire que je savourais cette saison 4 chaque lundi midi devant mon repas, ça me faisait une véritable pause. Sur la fin de saison, j’avais même envie que le week-end se termine plus rapidement, parfois ! P.S : j’étais d’ailleurs sûr que l’un des deux allait mourir dans la scène du gif ci-dessus tellement j’étais à fond et craignais le pire !

The Walking Dead (Saison 2) J’ai rattrapé la saison 1 en fin d’année, puis la saison 2, jusqu’à me retrouver à attendre les derniers épisodes (peut-être bien à la fin de la saison de Fringe ?). C’est dingue de se dire que j’étais encore jeune et innocent à cette époque, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais avec ce monument de l’ennui et des épisodes interminables !

How I Met Your Mother: Season 7, Episode 14 – «46 Minutes» Watch Online GIF  | Gfycat

Mardi :

How I met your mother (Saison 7)Pour le coup, ce n’était pas la première année que je suivais cette série au rythme américain, mais c’est l’année où je l’ai redécouverte. Je rentrais assez tard chez moi le mardi, et chaque fois, je commençais par allumer l’ordinateur pour regarder ces 20 minutes d’épisode, quoiqu’il arrive ! Je n’ai plus tellement de séries comme ça maintenant, où je sais que dès que j’ai une minute de temps libre, il me faut la regarder. Enfin… Agents of S.H.I.E.L.D faisait un peu le taf dernièrement, mais voilà. En tout cas, cette saison 7 d’HIMYM a relancé mon amour de la série et a recommencé à vraiment me faire rire après une saison 6 à laquelle je n’accrochais pas du tout.

Gossip Girl (Saison 5)Ah lala… J’avais adore la saison 1, mais je me suis arrêté en saison 2, parce que flemme, redondance, zéro cohérence. Cela ne m’a pas empêché de revenir pour la saison 5, parce qu’en mi-saison, Blair a fui son mariage pour finir avec Dan et que, ouais, c’est un couple que j’avais envie de voir. J’adore Serena, hein, mais comme il était facile pour moi de me projeter en Dan, j’étais content qu’il puisse être avec Blair. Bien sûr, la série n’en est pas resté à ce couple-là, mais voilà, son centième épisode m’a fait revenir (comme j’en parlais ici), et ensuite, je regardais chaque semaine en étant sur Skype avec mon meilleur ami de l’époque. Fou.

Season 1, Episode 01 – Pilot, Ringer Recap - Funny TV Recaps - Television  Episode Guides, Reviews, Summaries | Recap Everything

Mercredi :

Ringer (Saison 1) – Le retour de Sarah Michelle Gellar, enfin ! Et de Logan Echolls ! Bon. Tout ça pour ça. Les pires effets spéciaux EVER (sur le bateau là, mais quelle misère !), mais une série franchement sympathique qui aurait mérité une conclusion meilleure que ce qu’elle a eu. C’était bien la peine de passer du temps à la regarder…

Jeudi :

Il était temps pour moi de regarder les épisodes de début de semaine pas encore vus… Parce que je n’avais rien au programme et qu’il valait mieux me dégager du temps pour le lendemain. En réalité, je passais surtout mon temps à réviser le DS du vendredi…

Grey's Anatomy| Season 8 - Episode 14| All You Need Is Love|Lexie/Mark|  Moments ... | Gfycat

Vendredi :

Grey’s Anatomy (Saison 8)J’ai un attachement particulier pour cette saison ! La précédente était franchement décevante (et ça se voyait d’autant plus avec l’épisode musical putain), mais celle-ci… Comment dire ? Avec le concours de médecine se profilant, je trouve que la série avait retrouvé ses lettres de noblesse. J’aimais autant Jackson qu’April, Meredith parvenait à m’intéresser et je leur pardonnais même le fait que Lexie était inintéressante à ne rien faire dans la saison. Le dernier arc de la saison est l’un de mes préférés, même s’il culmine avec ce putain de crash d’avion et cet épisode final dont je ne me remettrais jamais. Tu ne fais pas ça comme ça, à la quinzième minute de ton épisode qui termine en plus sur le cliffhanger le plus naze (et ignoré ensuite…) de l’histoire. La fin me traumatise, la saison me plaisait bien… Et ma tradition du Grey’s tous les vendredis s’installait pour ne (presque) plus me quitter !

Private Practice (Saison 5)Eeeeet… je n’ai quasiment aucun souvenir de cette saison, sinon qu’un épisode a utilisé la chanson « Fires » d’Augustine, qu’Adison me soulait plus que jamais avec ses désirs d’enfant et mauvaises décisions et que les meilleurs épisodes de la série sont là, en mi-saison, avec Amelia et son « What do we want ? Drugs ! When do we want them ? Now. » OK, j’avoue, je ne me souviens que de l’intrigue d’Amelia qui m’avait estomaqué. J’adore tant le personnage d’Amelia grâce à cette saison…

Review: Once Upon A Time Seasons 1 and 2

C’est aussi l’année de…

American Horror Story (Saison 1) – Je n’ai rattrapé la série qu’à la fin de sa saison 2, parce que ça ne me disait trop rien de la voir à l’époque. Dingue de se dire qu’à ce moment-là, la série n’était pas encore une anthologie !

Desperate Housewives (Saison 8) – Aucun souvenir. Comme je suivais la série à la télévision française, je n’ai rattrapé cette saison qu’à la fin de la série en m’enchaînant tous les épisodes en un mois. Normal.

Once Upon a Time (Saison 1)Pourquoi suis-je passé à côté ? Le mystère va rester total… Est-ce que c’était grave ? Non. J’ai rattrapé les trois premières saisons en un mois, juste parce que je voulais voir le premier arc de la saison 4, puis je me suis mis à souffrir en regardant chaque épisode chaque semaine jusqu’à la fin, alors que la série périclitait…

Glee (Saison 3)C’est en décembre 2012 que je me suis décidé à rattraper Glee, si je ne me trompe pas. Je n’avais pas tellement aimé la saison 1, je m’étais arrêté en cours de route. J’ai repris sur ma deuxième année post-bac, parce que c’était parfait pour réviser en même temps cette série. En revanche, c’est sur cette saison 3 que j’ai commencé à vraiment m’investir dans les intrigues, parce que Naya Rivera, évidemment. Ma saison préférée reste toutefois la 4, même si ça n’a de sens pour absolument personne que je dise ça !

Community (Saison 3)Cool. Cool, cool, cool. À cette époque, je n’avais même pas conscience de l’existence de la série. Si j’avais su ! Je n’étais pas prêt pour la recevoir, en même temps, je ne regrette pas de l’avoir découverte une fois un peu plus vieux pour mieux la savourer et la comprendre.

Person of Interest (Saison 1)Ah, pour le coup, celle-ci je l’avais tentée en direct des USA… Et j’avais tellement détesté le pilot que je n’ai même pas tenté de voir le second. Ce pilot reste l’un des plus mauvais de l’Histoire à mes yeux, mais bon, la série a fini par me plaire beaucoup sur ses saisons 2, 3 et 5. Le même schéma que Fringe, donc.

 

Puis, bien sûr, je m’étais aussi fait un rewatch de Buffy, Angel et Dollhouse parce que pourquoi pas ! La conclusion de tout ça ? J’étais à jour partout et j’avais l’impression, aujourd’hui en y repensant, que je gérais bien mieux mon planning puisque je faisais plein de visionnage intensif de saisons complètes. Finalement, je me rends compte que c’est juste que je ne regardais que sept séries hebdomadaires contre plus de vingt ces dernières années. Peut-être que ceci explique cela. Oui, je tenais un planning bien plus rigoureux, mais il était aussi plus léger. Tout va toujours bien pour ma sériephilie, alors.

Mon amour pour Agents of S.H.I.E.L.D en sept points

Salut les sériephiles,

Agents of S.H.I.E.L.D. - Wikipedia
Quelle série ❤

À l’heure où se publiera cet article (écrit hier), les deux derniers épisodes d’Agents of S.H.I.E.L.D auront été diffusés et j’espère franchement que je n’aurais pas été spoilé… Le simple fait de l’écrire me fait déjà bien bizarre. Il me paraît à peu près inconcevable d’imaginer que je ne reverrais plus ce casting interagir ensemble à l’écran (Fitzsimmons, merde, quoi !) ou dans leur vraie vie (il s’en est tellement passé). Cet article est donc une lettre d’amour à une série qui m’a accompagné durant sept ans ! Et voilà pourquoi je l’aime tant (avec quelques spoils, attention)…

Voir aussi : Critiques de la saison 7

Agents of SHIELD's Jed Whedon & Maurissa Tancharoen Explain the ...

1/ Jed & Maurissa

Jed Whedon et Maurissa Tancharoen sont les cerveaux derrière la série, même si on nous l’a vendue à l’origine comme un projet de Joss Whedon. Depuis le premier épisode, le producteur s’est barré pour laisser son bébé à son frère et sa belle-sœur… Et honnêtement, il a bien fait. Le couple à la tête de la série a géré les sept saisons – à l’exception peut-être d’un moment de la quatrième où, comme par hasard dis donc, ils étaient occupés avec la naissance de leur enfant dis donc. Ce n’est pas une surprise : ils étaient déjà géniaux derrière Dollhouse.

 

Et loin de se contenter de la série, ils ont continué aussi à être bien créatifs à côté : Jed Whedon a sorti deux albums durant la série (le premier en saison 1 – d’ailleurs on entend une de ses chansons dans la série – le second cette année… bon, ok ça sent le projet avant/après la série) et Maurissa Tancharoen a continué de s’engager contre le Lupus – maladie dont elle est atteinte – tout en passant devant la caméra pour un épisode brillant.

Les 5 showrunners dont j'attends le prochain projet – Just One ...

2/ Une série familiale

Dites-en ce que vous voulez, mais Agents of S.H.I.E.L.D prouve que travailler avec sa famille est possible, et que ça peut même être brillant. Outre le fait que la série soit donc confié à un couple marié et à l’origine chapeauté par le frère du mari, il faut noter que du côté de la production, Maurissa a fait appel à son frère pour diriger plusieurs épisodes.

Agents of SHIELD Director Kevin Tancharoen Breaks Down Season 3 ...
Cette scène-là !

On doit à Kevin Tancharoen certaines scènes hyper marquantes, notamment une scène d’action de Daisy à couper le souffle par sa chorégraphie et les mouvements de caméra. Devant la caméra aussi, l’esprit est familial : deux sœurs ont été engagées pour jouer le rôle de Robin à différents âges, le fils d’un acteur a été engagé pour jouer le passé du personnage de son père, etc. Et ça fonctionne. Sans oublier le désir de faire une série diversifiée, avec notamment des personnages asiatiques sortant des clichés (merci Maurissa), mais pas que.

The Positives and Negatives of 'Agents of S.H.I.E.L.D.' 7x04: "Out ...

3/ Une transition des années 90 à 2020

Rien que ça. La saison 1 n’a pas beaucoup plu parce qu’elle semblait sortir d’un autre temps. On lui reprochait son rythme de procédural et ses personnages schématiques… mais en fait, ils nous faisaient simplement une série qui aurait cartonné dans les années 90, avec une progression très lente des relations entre chacun. Lente, oui, mais existante quand même : à l’épisode 6, je savais donc que j’étais vraiment plus attaché que je ne le pensais à cette équipe. Tout s’est fait progressivement. Et puis, il y a eu l’épisode « Turn, turn, turn » et on est passé à un autre rythme, toujours plus vif. La série a changé plusieurs fois de style, se modernisant toujours un peu plus et finissant désormais par une dernière saison rendant hommage à plein d’autres périodes. Ce n’est peut-être pas le but de base, mais la série montre sa maîtrise de tous les styles d’écriture, avec toujours du comique au milieu de bien nombreux drames…

https://media.melty.fr/article-4158047-raw/media.gif

4/ Le MCU autrement

La série a fait le buzz à l’origine pour son lien annoncé avec le Marvel Cinematic Universe, avant qu’on ne lui reproche de ne pas y être assez liée. Pourtant, son pilot qui traite des conséquences d’Avengers et sa fin de saison 1 totalement bouleversée par Captain America Winter Soldier suffisaient à montrer que tout était maîtrisé à grande échelle. Ils se sont perdus en route en fin de saison 5 et j’espère que les épisodes finaux réussiront à raccrocher tout ça, mais la série valait le détour pendant cinq ans pour son point de vue différent des films, et vraiment intéressant !

To celebrate the upcoming final season of Agents of S.H.I.E.L.D. ...
Pourquoi le Comic Con m’a manqué cette année

5/ Des coulisses délirants.

Marvel's Agents Of Shield GIF | GfycatC’est marrant comme la série a mis en son cœur l’idée que les personnages de l’équipe formaient une grande famille dès la fin de saison 1 et comme ça s’est reflété sur le casting. Le personnage de Skye, en quête de son identité et surtout de sa famille tout au long des deux premières saisons m’a toujours paru bien attachant grâce à ça, mais c’est aussi parce qu’en parallèle Chloe Bennet a une personnalité qui a illuminé la série et le casting. Tout comme son personnage, l’actrice montre régulièrement sur les réseaux sociaux son bonheur de travailler avec ses collègues, au travers de multiples vidéos. Et chaque fois qu’elle s’entend avec un collègue, ça transparaît à l’écran. Bref, elle s’est choisie sa famille aussi avec la série.

Image associéeRevenant de loin avec « Uh-oh », sa chanson qui était plus ou moins un carton en Chine, l’actrice n’a pas peur du ridicule : Ice bucket challenge, Dubsmash war, reprises loufoques… Elle ne nous aura rien épargné et aura aidé à rendre encore plus attachante la série en nous attachant au casting. Peut-être même un peu trop quand on voit qu’un méchant est revenu un peu trop souvent dans la série tellement tout le monde était attaché à lui. C’est chouette de savoir que les acteurs s’entendent aussi bien, et ça transparaît à l’écran !

leo fitz | Tumblr

6/ Les personnages au cœur de l’écriture

Ce qui fait le vrai succès de la série à mes yeux, c’est qu’elle n’a que rarement perdu de vue l’essentiel, à savoir la construction de ses personnages. Le plus souvent, les intrigues sont créées pour permettre l’évolution des personnages, et pas l’inverse. C’est un détail d’écriture bien sûr, mais ça change tout ! En effet, ça permet d’être toujours investi auprès des personnages et ça débouche sur des évolutions crédibles. Dès qu’ils l’oubliaient, ça se sentait : le premier arc de la saison 4 est une catastrophe parce qu’on s’éloigne des personnages et de l’équipe, idem en saison 6. La saison 7 a eu la bonne idée de les replacer vraiment à leur place parfaite : chacune des aventures permet le développement des personnages… et clairement fait plaisir aussi à toute l’équipe (et aux téléspectateurs les plus investis), avec des retours d’acteurs (cette réunion Dollhouse tellement improbable, j’étais aux anges aussi).

Agents of Shield Recap, Season 2, Episode 10: Skye is a Superhero ...

7/ Ma vingtaine

Le titre de l’article montrait que je citais des raisons personnelles, et je n’ai pas plus personnel que celle-ci. Quand la série a commencé, j’étais à peine au début de mes études supérieures j’avais 19 ans. Aujourd’hui, j’ai un boulot et j’en ai 27. Gloups. Entre temps, j’ai donc beaucoup évolué et grandi, mais comme trop souvent, ça s’est aussi fait en s’appuyant sur des séries. C’est cliché, mais je m’investis tellement dans certaines séries que je pense qu’elles ont un impact aussi sur ma personnalité – à défaut d’impacter mes choix de vie. C’est logique après tout : je passais chacun de mes mercredis pendant des années à regarder mon nouvel épisode de la série.

Agents of S.H.I.E.L.D. - Turtleman & Yo-Yo [Mack/Elena] #1: "I'm ...

Pendant cinq ans, c’était un rituel : dès que j’avais accès à l’ordinateur, hop, je regardais. Les choses ont changé quand la saison est passée le samedi puis le jeudi, mais vous avez l’idée : pendant des années, chaque semaine, je retrouvais ces personnages. Ben l’air de rien, ce n’est pas rien, justement. Leur dire au revoir– même si je suis en vacances, hors de question de rater ça – met un terme aussi à une période de ma vie. J’ai compris que j’associerai toujours certaines séries à mon enfance (Charmed) ou mon adolescence (Buffy). Agents of S.H.I.E.L.D restera l’une de celle de mon entrée dans l’âge adulte (et merde).

Agents of shield aos publishing sales rep GIF - Find on GIFER
Skye, une source de memes inépuisables.

Merci donc à nos Agents of S.H.I.E.L.D ! J’espère juste que la fin sera à la hauteur de mes attentes (c’est compliqué pour eux, ça par contre !).

Pin by Faith Rose on Agents & Avengers of MARVEL | Marvel agents ...