Alan Tudyk (#128)

Salut les sériephiles,

On est dimanche matin seulement, mais je suis déjà à peu près certain de ma performance de la semaine, alors pourquoi attendre plus longtemps ? Il y a un acteur qui sortait très clairement du lot dans les épisodes regardés au cours des sept derniers jours et je suis sûr que vous l’auriez trouvé, même sans le titre de l’article. Notons tout de même que Lauren Cohan se fait voler la place méchamment car sans lui, elle l’aurait probablement obtenu. C’est la vie !

Resident Alien" And The Televised History Of Comic Book Adaptations

La performance de la semaine :
Alan Tudyk

La série concernée : Resident Alien
L’épisode : S01E02 – Homesick – 17/20


Pourquoi ? Alan Tudyk obtient le premier rôle dans Resident Alien et comme cette série commence par deux très bons épisodes, ça ne devrait vraiment surprendre personne qu’il soit l’acteur que je mette en avant aujourd’hui. Il est au cœur de ces deux épisodes, forcément, et il y est brillant. Il faut dire qu’Harry est un rôle qui semble être du sur-mesure pour cet acteur qui a toujours parfaitement oscillé entre comédie et drame, entre tête de gentil et tête de méchant…

Alan Tudyk GIF by SYFY - Find & Share on GIPHYOr, c’est précisément ce qu’on lui demande de faire : il incarne après tout un extra-terrestre qui tente de passer incognito auprès des humains, ce qui mène à un tas de quiproquos comiques, à des moments problématiques et angoissants, et à des moments où il s’avère être un bon gros méchant… mais toujours avec beaucoup de gentillesse apparente pour ne pas se griller auprès des humains qu’il fréquente. Regardez cette série, elle est cool (mais je n’arrête plus de vous le dire depuis jeudi, vous aurez compris le message à force).

Asta Twelvetrees Tumblr posts - Tumbral.comPlusieurs scènes sont déjà marquantes du côté du jeu d’acteur dans ces premiers épisodes, mais j’ai principalement en tête quelques moments exceptionnels de type Harry découvrant ce qu’est l’alcool (et donc la danse avec un beau jeu de miroirs) ou découvrant les brosses à dents. Alan Tudyk garde un sérieux incroyable sur ces scènes, ce qui fait que l’on accroche tout de suite au personnage et que tout ça nous paraît drôlement crédible.

Voir aussi : Resident Alien nous envahit ce soir sur Syfy France

Et puis, bien sûr, du côté des scènes difficiles à jouer, il y a aussi tous ces moments où l’acteur est remplacé par l’alien dans la série. Je suis à peu près certain qu’il est tout de même invité à jouer ces scènes, parce que cet alien semble vraiment avoir un jeu similaire à celui de l’acteur. Au-delà de ça, il excelle avec ses têtes de méchants, juste après avoir paru si gentil. C’est un personnage hyper attachant cet extra-terrestre qui réussit l’exploit d’être aussi flippant… que cool ?

Recap: There Is Something About Harry in Episode 1 of 'Resident Alien' | Nerds and Beyond


Renpy GIFs - Get the best gif on GIFERVu aussi dans : Faut-il encore présenter Alan Tudyk ? Comme beaucoup d’autres, je le connais depuis son rôle inoubliable dans Firefly, où il incarnait le mari de Gina Torres, rien que ça. Il était le pilote de Serenity, il était incroyablement comme pilote et jamais je n’aurais pu l’imaginer dans le rôle d’un méchant à cette époque, particulièrement après Serenity.

Et pourtant, je l’ai retrouvé ensuite dans un rôle où il oscillait justement entre gentil et méchant, parce que c’était un peu le concept de la série. Il était brillant dans le rôle qu’il incarnait au sein de Dollhouse, toujours de Joss Whedon.

Con Man GIFs - Get the best GIF on GIPHYBien sûr, la science-fiction colle à la peau de l’acteur, qu’on a pu voir dans de très nombreux projets depuis sa première série marquante. Son meilleur rôle, avant Resident Alien, devait être celui qu’il avait écrit lui-même avec l’excellente comédie Con Man. Il y incarnait un avatar de lui-même en même temps, ça aide : un acteur sur le déclin qui écume les conventions pour tenter de retrouver le succès. Dans cette série financée par les fans (donc par moi, parfaitement) via crowdfunding, on retrouvait plein d’autres collègues et amis de Tudyk, je ne peux que conseiller ces deux saisons ! J’en aurais bien aimé une troisième d’ailleurs, ils avaient même réussi à me rendre accro à un jeu mobile.

Et bien sûr, c’est sans surprise que Tudyk avait également eu un rôle dans la deuxième saison de The Rookie, histoire de recroiser son pote Nathan Fillion. J’aime bien quand les faveurs sont distribuées comme ça à Hollywood, mais c’est totalement injuste ce monde de piston !


Meilleurs GIFs Firefly Cast | GfycatL’info en + : Difficile de séparer Alan Tudyk de Joss Whedon, puisque l’acteur s’entendait très bien avec le producteur… Aucun acteur de Firefly ne semble pour l’instant avoir eu quelque chose de négatif à dire sur le producteur qui est sous le coup de plusieurs accusations faisant de lui un homme peu fréquentable.

alan tudyk gifs Page 3 | WiffleGifAinsi, cet été, Alan Tudyk est même l’un des très rares acteurs à avoir pris la défense de Whedon, plus ou moins, en tweetant qu’il n’imaginait pas comment Whedon pouvait faire ce dont on l’accusait après avoir travaillé des années avec. Raté : du côté de la salle des scénaristes de Firefly, le son de cloche est différent puisqu’on y accuse Whedon de prendre un malin plaisir à faire pleurer ses employés, et même de s’être vanté d’avoir fait pleurer deux fois une scénariste au sein d’une même réunion. Vraiment, un type charmant.

Voir aussi : Le Whedongate, 2021

Resident Alien | Zinger - GIPHY ClipsC’est fou, tout de même, de se dire qu’il avait apparemment deux visages très distincts, l’un pour ceux qu’ils n’aiment pas et terrorisent, l’un pour ceux qu’il aime et/ou pour qui il travaille. Alan Tudyk ne s’est plus exprimé sur le sujet depuis, on n’en saura pas plus sur son avis. Parfois, mieux vaut se taire, hein, même s’il s’agit du type qui a lancé votre carrière et vous a donné vos meilleurs rôles (enfin, non, du coup). Il me semble être un acteur capable de changer d’avis et d’écouter les autres heureusement.

En attendant, c’est avec plaisir que je le retrouve dans Resident Alien, croyez-moi. La série est diffusée chaque jeudi soir en France sur Syfy (et rediffusée plusieurs fois, aussi ; à commencer par cet après-midi pour les deux premiers épisodes, à partir de 13h45).


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Le Whedongate, 2021

Salut les sériephiles,

Je sais. Je sais qu’il y a deux jours à peine, j’ai tweeté pour dire que j’avais fait le tour de ce que j’avais à dire sur Joss Whedon il y a trois ans déjà. L’article, simplement nommé Whedongate est toujours en ligne. Qu’est-ce qui a changé depuis son écriture alors ? Ben, déjà, je devais encore parler aujourd’hui des comics Buffy, et je ne me voyais pas le faire sans parler de ce qu’il s’est passé avant avec les déclarations de Charisma Carpenter. Je me suis alors retrouvé à écrire cet interminable article et, après réflexion, je le publie, tel quel, à chaud et sans relecture, sans mise en page particulière, sans gif. Le sujet est sérieux, après tout.

Voir aussi : Le Whedongate, 2017

Par où commencer ? Déjà, Charisma Carpenter a éclairci beaucoup les choses concernant sa grossesse. Très sincèrement, n’importe qui ayant vu la saison 4 d’Angel sait parfaitement qu’il y a eu un problème durant le tournage la concernant. Sa grossesse est maltraitée scénaristiquement du début à la fin, et le personnage est sacrifié et jeté à la poubelle après quasiment sept années d’évolution vraiment géniales. Tout ça, c’est encore sans compter la carrière de l’actrice qui a eu du mal à s’en remettre après.

Le point de vue de Charisma Carpenter ne fait que confirmer les nombreuses théories et rumeurs, tout en y ajoutant quelques éléments qui restent de l’ordre du point de vue : elle affirme ainsi que Joss Whedon a ignoré les appels de son agent lorsque celui-ci voulait prévenir de la grossesse de l’actrice ; et je suis sûr que Joss Whedon dirait probablement autre chose, mais à ce stade… Je m’en fiche pas mal.

De toute manière, je vois mal comment il pourrait s’en défendre autrement que « parole contre parole », et clairement, ce n’est pas celle de Joss Whedon en laquelle je crois le plus : il a refusé de simplifier le tournage pour l’actrice, au point de la faire venir tourner de nuit – alors certes c’est une série de vampires et il se passe plein de choses la nuit, mais beaucoup de scènes se déroulaient à l’intérieur tout de même ; et certaines scènes extérieures sont bien inutiles dans cette saison (ou auraient pu être tournées différemment).

D’après elle, Charisma Carpenter a donc vécu une grossesse difficile, y compris d’un point de vue médical, avec beaucoup de stress, un symptôme physique dont elle souffre encore et de multiples moqueries et remarques sarcastiques de Whedon, notamment sur ses croyances religieuses. Bon. On parle de Joss Whedon : ça ne fait absolument aucun doute, évidemment que ce qu’elle dit est vraie. Il suffit d’écouter quelques interviews du producteur – ou les commentaires audio des épisodes – pour savoir que c’est vrai qu’il a un humour grinçant (faisant aussi le succès de ses séries, c’est ça le pire), et pour l’imaginer assez facilement.

Je l’avais déjà dit la dernière fois : je n’ai jamais vraiment aimé ce que je voyais de Whedon en tant que personne. Il a l’air d’être un type triste, frustré, offensif avec les mots, qui veut tout contrôler et qui fait de l’humour avec tout, sans réfléchir vraiment aux personnes à qui il s’adresse. Eh, moi aussi je fais de l’humour avec tout… mais j’ai vite appris qu’on ne pouvait pas faire ça avec tout le monde non plus. Et clairement, tu ne peux pas te le permettre avec des gens qui bossent pour toi, purée.

Voir aussi : Comment Buffy a façonné mon blog (et ma vie) ?

Sa réputation a toujours été la même : il a une vision artistique sacralisée (par ses fans, certes, son équipe, aussi, mais surtout par lui-même) et une certitude qu’il fait qu’il refuse la critique ; voulant que le script soit réalisé à la virgule près. Souvenons-nous qu’Halle Berry et lui se détestent à cause d’une simple réplique qu’elle n’aimait pas et qu’il n’a jamais voulu changer, menant à la blague la plus désastreuse de X-Men parce qu’elle ne l’a pas dit sur le bon ton (et on connaît assez le ton whedonien pour voir ce que ça aurait dû donner cette blague du crapaud qui dit aïe comme tout le monde)…

Ce qui se passe aujourd’hui, c’est qu’on est en 2021 et que cette attitude qui pouvait passer en 2000 ne trompe plus : son autoritarisme en fait une mauvaise caricature de dictateur ridicule, et le féminisme de ses œuvres est en train d’être sacrément taché par ce qu’il est, un homme blanc hétéro pas si ouvert d’esprit que ça. En même temps, là encore, difficile d’y trouver une surprise quand on connaît le traitement des personnages de couleur dans ses séries (ils sont vraiment peu nombreux, et à part Gina Torres, ou à la rigueur J. August Richards, faut voir comment ils finissent en général…).

Le vrai problème qui me fait écrire cet article n’est cependant toujours pas là : tout ça, je l’ai déjà évoqué sur le blog, il n’y a pas de changement. Ce qui me pose problème, c’est la déclaration de Michelle Trachtenberg (Dawn dans Buffy) qui a suivi… Que tout le casting parle d’une mauvaise ambiance sur le plateau de tournage, ce n’est pas trop nouveau – on sait déjà que Sarah Michelle Gellar s’isolait souvent (et on comprend mieux pourquoi maintenant ?) et que Whedon avait ses favoris (toujours tristement silencieux dans l’affaire pour la plupart, alors que je les adore, à commencer par Alexis Denisof et Amy Acker). Qu’elle aille dire qu’il y avait une règle interdisant Joss Whedon de se retrouver seul avec elle – une adolescente ! – dans une pièce ? Ça craint.

Voir aussi, entre autres sur l’ambiance de tournage : Ma 1e convention, Buffy Once More With Feeling 3

On ne saura probablement pas ce qu’il en est, et on n’a pas vraiment besoin de savoir non plus, mais ça dépasse le cadre de la mauvaise ambiance, de toute évidence. On a souvent mis sur le dos de Sarah Michelle Gellar la fin de Buffy, mais peut-être qu’elle en avait marre aussi – elle savait de toute évidence ce qu’il s’est passé, quand d’autres nient être au courant, comme Anthony Head, que j’ai envie de croire, parce que je vois mal un type comme Joss Whedon oser faire quoique ce soit devant lui. C’est dire comme je vois Joss Whedon.

Il est assez connu parmi les fans, de plus, que Sarah Michelle Gellar n’était pas d’accord avec toutes les décisions de Whedon lors de la dernière saison – il va jusqu’à dire qu’elle n’a rien compris à la dernière scène entre Buffy et Spike, mais qu’elle a quand même joué ce qu’il voulait, et il en semble heureux et fier d’avoir réussi à la forcer à le faire dans le commentaire audio du DVD… Malaise ? Sa vision artistique avant le reste, comme lorsqu’il la force aussi à rire dans la saison 6 alors qu’elle déteste ça. Bon. Le métier d’acteur, c’est aussi ça, je sais bien, mais sans dialogue aucun sur le scénario et sur ce qui est accepté… Encore une fois, question d’époque, et personne ne trouvait rien à y redire en 2000, j’imagine.

Le reste du casting ? On voit mal David Boreanaz ou Nicholas Brendon (Angel et Xander/Alex, respectivement) intervenir après avoir été au cœur de leurs propres affaires de harcèlement. Beaucoup apportent du soutien, surtout du côté des femmes. Côté hommes, c’est sans trop de surprise que J. August Richards a été un des premiers à apporter son soutien à Charisma Carpenter, en soulignant qu’il savait ce que c’était d’avoir du mal à évoquer un tel secret (il a fait son coming out public il y a un an seulement), quand les autres ont eu du mal à s’y mettre.

Enfin, les favoris de Whedon se taisent… à l’exception d’Eliza Dushku. Pourtant, après avoir été dans trois de ses séries, et après avoir eu une série écrite rien que pour elle où il s’est empressé de la mettre en tenue de cuir et dominatrice, elle ne peut pas ne pas savoir, surtout après avoir été elle-même victime de harcèlement plusieurs fois (elle a arrêté sa carrière après Bull à cause de ça) ? Je suis perplexe, mais Whedon semble avoir une telle personnalité qui attise la fascination, peut-être qu’on peut bel et bien être aveuglé par ce qu’il fait grâce au charisme qu’il dégage ?

Voir aussi : Ma rencontre avec Eliza Dushku au Comic Con Paris 2017

Et puis, quand on est dans ses bonnes grâces… ? Je reste surpris – dérangé ? – par le silence de certains face à cette affaire, tout de même (Nathan Fillion ? Felicia Day ?). Personne ne peut nier qu’il avait ses favoris et que ça ne peut que créer des ambiances de travail toxique ? Tout ça me rend heureux qu’il ne soit finalement jamais revenu sur Agents of S.H.I.E.L.D, et je comprends mieux pourquoi avec l’ouverture d’esprit de son frère et de Maurissa Tancharoen. Il doit y avoir des tensions dans les réunions de famille !

Voir aussi : Ma rencontre avec Felicia Day (en 2014)

Quant à la cancel culture qui rôde autour de tout ça… Humph. C’est compliqué. Certains comparent à Rowling, mais c’est bien différent de Rowling en ce qui me concerne – Rowling est juste une femme qui ne change pas à la même vitesse que le monde, qui est plus vieille que sa fanbase et qui s’entête dans des idées passées. Harry Potter a mal vieilli, les livres n’auraient pas le même succès aujourd’hui parce que pas assez inclusif… mais pour leur époque, ils restent étonnamment ouverts d’esprit dans le message ; et ils fonctionnent encore pour des lecteurs aujourd’hui grâce à la magie qu’ils apportent et à la plume incroyable de Rowling, qu’on ne pourra pas lui retirer, même si elle écrivait les pires messages du monde.

Voir aussi : The Ickabog, Un nouveau conte signé JK Rowling

Les œuvres de Joss Whedon ? Sa plume m’a moins plu ces dernières années, précisément parce que je ne le trouvais plus si ouvert d’esprit non plus, à se comporter en enfant après la défaite des démocrates face à Trump… J’ai quand même très envie de découvrir The Nevers, parce que j’adore le concept de base de la série. C’est frustrant.

C’est un être humain détestable. Pour l’instant, il n’est que ça, il n’a pas commis de crime, il est juste un connard qui vire les jeunes mamans et se comporte mal en présence d’adolescentes, ce qui est déjà beaucoup trop, mais j’ai déjà écrit que je n’aimerais pas le rencontrer car on voit bien qu’il est gênant. Je pense – j’espère – qu’il s’est contenté de réflexions salaces en présence de (et possiblement à propos de) Michelle Trachtenberg ; comme il en a fait de toute manière dans les commentaires audio des DVD aussi.

Si, si, il se permet des commentaires sur le fait que Dawn soit sexy dans un épisode qu’il commentait avec Nicholas Brendon, vraiment, c’était déjà dérangeant à entendre quand j’étais ado : de mémoire, mais je n’ai pas mes DVDs avec moi pour vérifier (tout se perd), c’est à propos d’une scène de la fin de saison 7 où Xander embarque Dawn de force en voiture avec lui.  Les blagues qu’ils font à ce moment-là ? Suffisamment dérangeantes pour que ça me revienne à la rédaction de cet article. Elle avait à peine 18 ans.

Je m’égare : comprenez-bien que si ça m’a dérangé en tant qu’ado il y a dix ans (plus, même), c’est qu’il y a clairement un problème, surtout maintenant que les standards ont évolué. J’aime la plume de Whedon, j’aime les mondes qu’il met en place, la structure narrative qu’il a donné à la télévision et les répliques grandioses de ses personnages qui évoluent toujours. Ces œuvres ne sont pas le fruit de son unique travail, mais d’une collaboration avec de nombreux artistes, tant devant la caméra (tant d’acteurs !) que derrière, avec une équipe de scénaristes dingues qui continuent aujourd’hui d’écrire des choses merveilleuses.

Je ne vais pas les renier. Je vais rester fan, parce que, et là ça rejoint Harry Potter, ça m’a forgé en tant qu’adolescent et jeune adulte, ça m’accompagne depuis des années et j’ai trouvé de la force grâce à ces œuvres.

En revanche, ce qui est permis par la fiction, notamment dans l’humour, ne l’est pas forcément dans la réalité. En revanche, je continue de penser que derrière le génie artistique se cache un type qui manipule tout le monde et se prend pour un dieu. En revanche, j’ai désormais la certitude que ce qui a permis la création d’un monde aussi parfait était finalement hyper toxique… C’est toutefois le cas de bien des choses dans ce monde, et il faut l’accepter.

Difficile de séparer l’artiste de l’œuvre, donc, comme toujours. Je vais continuer de penser bien du mal de la personne, mais d’adorer ce qu’il a écrit et créé, en me rappelant que ça a débouché sur des projets – et pas que les siens ! – où des artistes ont pu s’épanouir, où une forme de féminisme (mise à mal aujourd’hui sur plein de points, à commencer par Xander qui est l’archétype du nice guy à qui, en plus, on pardonne tout) a pu exister dans une culture qui ne lui laissait aucune place et où des fans ont pu grandir.

Et surtout, surtout, je vais espérer que Joss Whedon sorte de l’hypocrisie malsaine dans laquelle il est vis-à-vis du message de ses œuvres. Clairement, il s’en sert – et des œuvres, et des fans ! – pour s’excuser en permanence de ce qu’il fait et est, en assurant qu’il est un type bien parce que les mots le prouvent. Ce n’est pas le cas. Il a fourni de jolies histoires de rédemption à travers les années… Espérons qu’il puisse en vivre une lui aussi, reconnaître ses torts et avancer pour devenir plus fréquentable. Malheureusement, je doute de sa capacité à y parvenir, parce que je l’ai toujours vu comme un type profondément détestable, contrairement à ceux dont il s’entoure. Une aura, un charisme. C’est terrible.

Je l’ai lu sur Twitter, et je n’ai pas meilleure conclusion : Do better, Joss.

Sept clichés TV sur… La neige !

Salut les sériephiles,

Ce n’est pas exactement un article que j’avais envisagé de publier avec ce titre ce mois-ci, ni tout à fait l’article que je pensais publier aujourd’hui, mais si jamais vous étiez passé à côté : il neige ! Enfin, en tout cas, il neige dans une bonne partie de la France. Et maintenant que j’ai pris le temps de me balader pendant un peu plus d’une heure sous et dans la neige, je suis rentré me mettre au chaud, mettre tout ça sur Insta et j’en suis à boire mon chocolat chaud en envisageant quel article écrire.

Comment ne pas penser à la neige ? Comment ne pas rester coincé là-dessus ? Je n’ai pas de réponse à ces questions, et c’est bien pour cela que l’on va aborder sept clichés liés à la neige… dans les séries TV !

SOMETHING TO LIVE FOR — Which episode of Buffy is your favorite and why?...

  1. Il neige à Noël, toujours… comme dans Buffy contre les vampires

Ce n’est pas forcément lié aux séries, mais plutôt à une espèce de représentation collective d’un Noël réussi qui ne le serait que parce qu’il neige. Il y a quelque chose de magique dans le fait de voir de la neige tomber, et si l’on n’est pas trop blasé par l’âge adulte ou par une région dans laquelle il neige toujours, on finit immanquablement par retomber en enfance quand on voit les premiers flocons ou quand la neige tient. Retomber en enfance ? Si ce n’est pas ça, la magie de Noël… pas étonnant que tout le monde associe ces deux-là en permanence ! Ce cliché est malheureusement FAUX, on n’a pas toujours de la neige aux vacances de Noël. Par contre, il est vrai qu’on en souhaite tous.

  1. Pas besoin de se couvrir sous la neige… comme dans Charmed (2018)

Jingle Hell | Charmed Wiki | FandomVoilà un point qui traumatise toujours le frileux en moi : vous avez remarqué comme les acteurs ne sont jamais vraiment couverts sous la neige ? Et vas-y que je laisse mon manteau ouvert, et vas-y que je mets une écharpe mais qu’elle ne couvre ni ma gorge, ni mon décolleté… mais comment font-ils ? Un des exemples les plus marquants reste celui de Charmed qui dans sa première saison nous fait un épisode de Noël où les sœurs sortent sans manteau sous la neige. Et elles n’ont pas froid. Croyez-moi c’est FAUX, j’avais trois couches de fringues sur moi tout à l’heure et j’avais FROID. En plus, je suis rentré trempé.

  1. Les flocons de neige ont une taille flippante… comme dans Once Upon a Time

once upon a time georgina haig gif | WiffleGifBon, pour la défense de cette série, il était question d’adapter La Reine des Neiges, alors évidemment qu’Elsa apportait des flocons ressemblant à des fleurs de cristal gelées, particulièrement lors d’une réécriture de la mythique scène de l’escalier. Et ça ne se voit pas autant que dans mon souvenir avec ce gif, contrairement au premier de cet article… Il n’empêche que dans les séries, quand il neige, c’est toujours à gros flocons, et c’est immédiatement à gros flocons d’ailleurs. Dans la réalité, je ne sais pas vous, mais moi, ce matin, j’ai vu des minuscules flocons et ça a fini en neige fondue…  Pas exactement ce qu’on voit à la télévision. Encore un cliché FAUX.

  1. La neige peut rapidement coincer des personnages où ils sont… comme dans This is us

We're gonna do this together." - This Is Us Recap - The Cabin - Head Over FeelsL’an dernier, la série a proposé un flashback bloquant l’un de ses personnages dans un chalet sous la neige avec un autre personnage qui n’était pas trop sympathique… mais c’est fou comme de nombreuses séries prennent le prétexte de la tempête de neige pour coincer des personnages ensemble. Parfois, c’est positif, parce que la neige apporte une touche de romance (j’y reviens juste ensuite), parfois, au contraire, c’est juste l’enfer d’être coincé sans possibilité de faire demi-tour. Admettons. Pour une fois, il s’agit d’un cliché sur la neige qui est parfaitement VRAI. J’adore ça, mais tout de même, la neige nous coince trop souvent dans nos vies, non ? Il y en a même qui finissent coincés dans une voiture sur l’autoroute à cause de ça.

  1. La neige, c’est romantique, et ça attend même nos baisers pour tomber… comme dans How I met your mother

how i met your mother himym Robin Scherbatsky barney stinson the robin the final page himym meme my stuff: himym meme lady-lannistarth •Combien de couples de séries ont eu la chance de s’embrasser et de voir alors la neige se mettre à tomber ? La petite musique d’ambiance s’installe à chaque fois, les flocons tombent et les personnages passent un moment entre eux, moment forcément romantique. Cela peut être une demande en mariage qui se termine sous la neige, ou tout simplement un premier baiser qui provoque la neige, mais toujours, l’amour apporte de la neige. Pff. Si c’était si simple d’avoir de la neige, on en aurait eu plein dans nos vies, croyez-moi ! Et en plus, la neige, ce n’est pas forcément romantique non plus quand on est tout seul, hein. Et même en couple, je suis sûr que le côté « oh pardon je me suis cassé la gueule sur toi alors que je voulais te faire un câlin », ce n’est pas si romantique que ça. Bref, ce cliché est FAUX et puis c’est tout.

  1. La neige, c’est aussi un symbole de mort… comme dans Firefly

Jewel Staite Daily | Jewel staite, Old tv shows, Battle starQue le dernier plan tourné pour la série soit un enterrement sous la neige est assez symbolique, mais ce n’est pas la seule série à associer la mort à la neige. Difficile de ne pas parler de Game of Thrones alors que je ne l’ai pas vue, ou de Smallville qui avait aussi proposé un enterrement sous la neige… En tout cas, la neige est synonyme d’un froid perçant et d’une absence de vie chez un certain nombre de plantes, alors pourquoi pas chez l’être humain ? Et c’est bien malgré moi que je dois dire que ce cliché est VRAI… Je ne suis pas sûr que mes plantes survivent à la vague de froid de cette tombée de la neige. Oui, j’ai du chauffage chez moi, mais la nuit je coupe… Et je n’aurais pas dû, je crois.

  1. Quand il neige, on sort la luge, comme dans Home for Christmas

105Mon exemple est un peu alambiqué, parce que la série se déroule en Norvège, évidemment qu’il neige et qu’ils ont tout le matériel nécessaire pour s’en sortir… Il n’empêche que c’est un réflexe qu’on voit dans certaines séries : dès les premiers flocons, tout le monde a à portée de main tout ce qu’il faut pour faire face, histoire de se lancer dans les batailles de boule de neige et les moments funs en luge. Je pensais que c’était quelque chose de faux… mais finalement, c’est bien VRAI. La preuve, quand je me suis promené tout à l’heure dans ma ville, j’ai croisé tout un tas de familles en train de faire de la luge. Je suis sûr que les parents attendaient ça depuis des plombes, ce n’est pas possible autrement.

Voilà donc pour les sept premiers clichés qui me sont venus à l’esprit – c’est faux, il y en a eu un aussi avec les lacs gelés sur lesquels les personnages marchent, comme dans To the Lake… Mais ce n’est pas exactement dans le sujet. Vous en avez d’autres ? Je suis sûr qu’il y en a d’autres, j’oublie forcément des choses !

PS : ceci était le 4 000e article du blog… J’espère qu’il vous aura plu :’)

Ma première série annulée sauvagement (8/16)

Salut les sériephiles !

On continue aujourd’hui mon exploration des premières fois de sériephile avec une première fois qui fait plus mal que d’autres : ma première série annulée sans fin, de manière sauvage et imprévisible. Et ce n’était pas évident comme sujet, parce que je me suis rendu compte qu’autant certaines étaient hyper marquantes (coucou Les 4400 et Veronica Mars), autant il y en a d’autres que j’ai fini par oublier, probablement pour ne plus repenser à cette blessure d’égo de m’être investie dans une histoire qui n’a pas de fin. Et oui, c’est exactement pour cette dernière raison que je ne regarde plus les séries britanniques, parce que merci les apocalypses sans suite, y en a marre.

Parmi toutes les séries qui me sont alors venues à l’esprit parmi celles dont je n’ai jamais eu la fin, il y en a finalement une qui s’est imposée hier soir et dont j’ai encore le générique en tête seize ans après (aïe !), sans avoir jamais fait plus que l’évoquer en passant sur le blog :

Mutant X

Mutant X, c’est l’histoire d’un groupe de jeunes qui sont devenus des mutants bien malgré eux suite à des expériences et des manipulations génétiques du gouvernement, dans le but de sauver des vies humaines. À la tête du projet gouvernementale, on retrouve deux hommes : Adam Kane et Mason Eckhart. Le premier aide les nouveaux mutants à maîtriser les pouvoirs qu’ils développent et à s’insérer dans le monde, le second… veut éliminer toutes les anomalies génétiques qui n’ont pas le droit de vivre.

Articles de StargateAtlantis0412 taggés "Mutant X" - Blog de ...
Ah, Brennan et ses gestes carrément trop géniaux pour utiliser son pouvoir ! Des heures de jeu à l’imiter dans le jardin… mais vous n’avez pas lu cette information, merci.

Bon, ces prémices sont assez basiques, mais il y a finalement de quoi faire une bonne série avec tout ça, d’autant que c’était diffusé à l’époque dans la Trilogie du Samedi et que le casting n’est pas mauvais du tout, mené par John Shea. C’est notamment le premier gros rôle de Victor Webster (Coop de Charmed, Carlos de Continuum, etc.) après des passages dans des soaps tels Sunset Beach et Des jours et des vies.

Voir aussi : La Trilogie du Samedi

Bien sûr, ceux qui suivent le blog me connaissent et savent que cette série ne pouvait que m’intéresser, surtout enfant !, parce qu’il y est question de mutants et d’un groupe de jeunes adultes devant apprendre à vivre avec des pouvoirs et combiner leurs pouvoirs pour arriver à leurs fins.

Tout ce que j’adore, donc ! La série était absolument géniale et possède de nombreux moments vraiment marquants, avec notamment la mort totalement inattendue d’un des personnages principaux. Je ne m’en suis jamais remis en tant qu’enfant, imaginez un peu les dégâts psychologiques derrière (c’est faux, j’avais eu Prue avant !). Pour tout vous avouer, il m’arrive encore de la lancer en fond sonore parfois quand je travaille, parce que les épisodes passent comme des lettres à la poste.

brennan mulwray | Tumblr
Pas comme les coupes de cheveux improbables de certains… Les ravages des années 2000 !

Malheureusement, je vous vends donc là une saison qui n’a pas eu de fin et qui se termine après trois saisons, donc tout de même 66 épisodes (j’étais pourtant sûr que les saisons étaient plus courtes que ça !), sur un cliffhanger génial. Ah, la frustration.

brennan mulwray | Tumblr

Enfant, je ne pouvais pas le savoir (même si au fond, je l’ai toujours su je pense), mais adulte, j’ai pu faire quelques recherches pour mieux accepter cette fin abrupte. En fait, elle est liée à la fermeture d’une des compagnies de production, Fireworks Entertainment. En coulisses, évidemment, la Fox (mes grands amis en ce qui concerne les séries décidément) faisait un charmant procès contre Marvel. En effet, Mutant X, c’est déjà une série Marvel avant que ce ne soit la grande mode, et ça posait un énorme problème à la Fox puisque celle-ci avait les droits de la franchise X-Men et que, quand même, faudrait voir à pas nous prendre pour des billes on voit tous que Mutant X est une pâle copie des X-Men qui prouve que Marvel veut juste tirer son épingle du jeu…

Mutant X | Gifs
Ma toute première Lexa !

En vain, donc. La série est très chouette, mais elle n’est pas devenue culte, faisant surtout parler d’elle pour son absence de fin, j’ai l’impression. À l’époque, difficile de fédérer autour de pétitions : il fallait se résigner face aux annulations encore plus rapidement qu’on ne le fait aujourd’hui. C’est bien dommage, parce qu’il y avait dans la série ma toute première Lexa – et oui, je l’adorais ! Elle n’était pas mon personnage préféré, je lui préférais largement Emma… Les acteurs n’étaient pas tous brillants (j’ai de mauvais souvenirs de Forbes March aka Jesse), mais j’adorais les personnages et leurs relations… Puis, franchement, Shalimar, elle est juste inoubliable !

Articles de StargateAtlantis0412 taggés "Mutant X" - Page 9 - Blog ...
Le summum des effets spéciaux des années 2000, avec toujours les bons zooms et ralentis ❤

Et pour ceux qui sont surpris que je ne parle pas de Firefly ici, je n’ai découvert la série qu’une dizaine d’années plus tard… J’avais du retard dans mes visionnages déjà à l’époque ! Bon, et vous, vous regardiez Mutant X ? Une autre série vous a traumatisé à ne pas avoir de fin ?