Un dimanche au Comic Con (programme)

Salut les sériephiles,

Image result for comic con 2018 paris

Vous êtes bien matinaux si vous êtes là dès publication de l’article. Tellement, d’ailleurs, que si vous y êtes, c’est que vous êtes déjà dans la file d’attente du Comic Con, pas vrai ? Je ne vois que ça pour justifier un tel réveil dominical. Que ce soit le cas ou non, si vous avez cliqué sur cet article, c’est que vous attendez de moi que je vous révèle le planning qui m’intéresse le plus pour cette dernière journée de salon. Prêts ? Pas moi, rendez-moi mon oreiller !

Image result for summer glau

Je compte profiter de ce début de journée pour faire un tour dans les allées tant qu’elles ne sont pas pleines et immortaliser en photos les choses que je n’aurais pas encore eu le temps de voir/immortaliser avant. Rien que ça. Le mystère entier, même pour moi, de savoir également si je vais ou non craquer pour une photo avec Summer Glau. Une part de moi en a envie, l’autre se dit que ce n’est pas bien raisonnable, mais s’il en reste à l’achat sur place entre 10h et 11h, allez savoir ce qui me prendra. C’est un souvenir cool… dont je peux totalement me passer. Je vous laisse sur ce suspense !

Image result for lois and clark

11h-12h : Dean Cain (Grande Salle)

Ouep, j’ai bien l’intention d’aller voir le Superman de mon enfance, histoire de me rendre compte que même l’homme d’acier se bouffe des rides dans la face. Comment ça, c’est pas gentil ? À défaut d’avoir le temps dans mon planning d’apercevoir Rick Whitle (dommage, j’aurais aimé une petite conférence The 100 !), j’aurais au moins vu un homme qui a la classe même en slip sur collants, et ça, c’est pas rien tout de même !

13h30-15h15 : Into the Dark (Grande Salle)

Franchement, j’aurais à peine le temps de m’en remettre et de manger que je serai de nouveau dans une file d’attente pour aller découvrir le premier épisode de cette série… et donc me faire une idée de si je vais la continuer ou pas. On sait tous que je n’ai pas le temps de la voir… mais on sait tous que c’était aussi le cas de Future Man l’an dernier, et qu’elle a fini par être un coup de cœur, donc on ne sait jamais !

Image result for future man

15h-16h : À la recherche de Stan Lee

En sortant de la projection précédente, j’irai jeter un œil pour voir s’il reste de la place pour moi ici. Si ce n’est pas le cas, tant pis, il me faudra envisager la fin de journée à venir (déjà). Pour les deux ou trois dernières heures sur place, je prends généralement le temps de refaire deux fois le tour complet du salon. Ce dernier temps libre est l’occasion de tester les activités ou de participer à quelques quizz (genre, celui de Syfy l’an dernier) pour obtenir de nouveaux goodies et profiter jusqu’au bout de cette édition qui touchera déjà à sa fin. N’oublions pas que souvent les stands offrent plein de bibelots et produits dérivés qui leur restent sur les bras en fin de salon, alors c’est le meilleur moment pour traîner dans les allées.

Image result for stan lee

Ensuite, il me faudra bien me résoudre à quitter la Villette pour Châtelet et un verre avec des amis, puis à rentrer chez moi. Le tout me permettra de ne pas être en forme et à l’heure pour l’article de demain, mais j’aurais profité jusqu’au bout de ce week-end de fou. La semaine va piquer, en revanche. L’article « Performance de la semaine » qui aurait dû paraître aujourd’hui ne paraîtra probablement que mercredi. Un compte-rendu complet de mes journées de Comic Con devrait également être dispo plus tard sur le blog, parce que là, vous n’aviez que mon planning et que plein d’imprévus ont tendance à s’y greffer !

Ces séries inspirées de comics

Salut les sériephiles,

Comme tous les samedis, on parle de comics, je laisse donc de côté Harry Potter pour quelques jours. J’ai prévu de parler des séries TV inspirées de comics, mais j’ai peur de ne pas réussir à faire quelque chose d’exhaustif. Comme ce type d’article existe un peu partout sur le net déjà, je vais le faire à ma sauce comme toujours, et vous parler uniquement de mes préférées !

Résultat de recherche d'images pour "marvel"

Agents of S.H.I.E.L.D : j’en ai déjà parlé la semaine dernière, donc je ne développe pas plus que ça !

The Defenders : Hop, d’une pierre quatre coups, je vous parle avec ce crossover géant des quatre séries de l’univers Marflix. Là aussi, j’ai souvent eu l’occasion de l’aborder sur le blog, donc je vous dirige vers tous ces articles pour vous faire une idée… Cliquez juste sur les liens !

Legion : Si je n’ai pas aimé du tout le comic paru la semaine dernière et dont je vous avais parlé dans le dernier article, l’esthétique de la série m’a énormément plu… à défaut de comprendre ce qu’il se passait.

The Gifted : Gros coup de cœur de la saison parce que ça faisait trop longtemps que j’attendais sans m’en rendre compte une série de ce type. Un vrai plaisir de découvrir des ados ayant à gérer la découverte de leurs pouvoirs et le travail d’équipe. De toute manière, ça a toujours été mon point faible.

Et aussi Agent Carter, The Punisher, Runaways, The Inhumans, Mutant X

Résultat de recherche d'images pour "dc comic logo"

Arrow : Je ne pense pas encore pouvoir en décréter que c’est ma série préférée, mais mon visionnage de l’Arrowverse apporte de bonnes choses pour l’instant. J’aime beaucoup la première saison et encore plus le début de la deuxième, même si je prends du retard avec le WE en séries.

Supergirl : De loin ma préférée de l’univers DC, mais j’en regarde encore peu, donc la concurrence pourrait être bien plus rude. Je suis particulièrement attaché à celle-ci parce que j’en aime 90% des personnages, et ça, ce n’est pas rien (non, ce ne sera jamais un 100% avec James, quoi).

Smallville : Eh oui, il faudrait voir à ne pas oublier qu’elle fait partie de l’univers DC elle aussi, et que c’est même elle qui a donné l’idée de développer une série sur Arrow en premier ! Trop longue et interminable, cette série avait pourtant du bon.

Black Lightning : C’est loin d’être un coup de cœur, mais comme elle vient de commencer, j’ai envie d’en parler.

Preacher : Difficile de croire qu’un univers si sanglant vienne de la maison DC que je connais surtout pour sa niaiserie et sa vision du monde divisée entre gentils et méchants, et pourtant ! La série a ses hauts et ses bas… et les comics aussi en fait !

Lucifer : Il faudrait qu’un jour je prenne le temps de voir à quoi ressemble les comics !

Et aussi iZombie, Flash, Legends of Tomorrow, Gotham, Les aventures de Loïs & Clarke

 Résultat de recherche d'images pour "the walking dead logo"

Kirkman

The Walking Dead : Difficile d’oublier de parler celle-ci, véritable carton pendant un bon moment, même si ses audiences commencent à décliner depuis une saison et demi. Je l’aime à peu près autant que je la déteste et son rythme lent m’a souvent donné envie de l’arrêter, avant que la curiosité ne prenne le dessus. En tout cas, j’ai arrêté de lire les comics y a longtemps – à peu près au moment du lancement de Fear the Walking Dead !

Et aussi Outcast

Résultat de recherche d'images pour "locke and key logo"

Autres

Locke & Key : Je ne résiste pas à l’envie d’en parler pour vous caser le lien vers mon article sur ce projet en cours. Je l’attends tellement.

Et aussi Riverdale, Largo Winch, Metal Hurlant Chronicles, The Tick, Wynonna Earp, XIII

#AventSéries : Community – Comparative Religion / Regional Holiday Musical (S01E12/S03E10)

24 jours avant Noël, 24 étiquettes, 24 séries & épisodes (et même plus, merci les comédies) : bienvenue dans le calendrier de l’ #AventSéries !

Comme une nouvelle tradition, j’ai regardé ces deux épisodes dans le train de nouveau, mais cette fois pour rentrer chez moi. C’était une mauvaise idée, même un dix décembre, car j’ai explosé de rire une fois ou deux en chemin. Allez, j’ai l’habitude de m’afficher tout seul dans le train, et puis c’est toujours plus agréable que les deux autres derrière moi avec leurs musiques à fond.

10

Pourquoi ces épisodes ?

Déjà, parce que Community est ma sitcom préférée et que je rigole devant chaque épisode. Évidemment que j’allais voir des épisodes de Noël de cette comédie, surtout que certains d’entre eux sont vraiment réussis et que j’adore les revoir à cette période. Oui, je les revois chaque année et je ris à chaque fois quand même. Bon, du coup, forcément, il me fallait voir « Comparative Religion » en ce 10 décembre, parce que c’est un gag de l’épisode de la saison 1.

Du coup, j’avoue avoir « triché » et ne pas m’être gardé la surprise sur cette case du calendrier afin de voir l’épisode le bon jour. Forcément, comme je mets deux épisodes à chaque fois que c’est une comédie, j’ai enchaîné avec un autre épisode que j’adore et qui est celui de la saison 3. Cet épisode propose une parodie de Glee, et de tous les épisodes parodiques que Community a pu faire, c’est l’un de mes préférés. Le plus souvent, dans les parodies, je n’ai pas toutes les références, alors qu’avec Glee, j’avais forcément tout. L’épisode en était donc encore plus drôle.

Et avant que vous ne me demandiez, non, je n’ai pas oublié la saison 2 et son épisode parfait, c’est juste que je me le garde pour le 25, parce que c’est le meilleur jour pour retrouver le sens de Noël.

Ambiance de Noël ou pas ?

10-2
En tout cas, cet épisode de saison 1 est l’origine d’un meme beaucoup trop connu et utilisé. Non ? 

Totalement (pas) ! En saison 1, tout le principe de l’épisode est justement d’éviter d’être trop à fond dans Noël, mais plutôt d’être dans un « Happy Merry » célébrant toutes les fêtes de fin d’année et toutes les traditions, n’en déplaise à Shirley. C’est un épisode marquant pour le groupe qui apprend à se connaître à un niveau plus personnel et à former de vrais liens d’amitié. Très franchement, c’est l’épisode où ils deviennent une famille et c’est parfait, car ça se fait dans l’humour.

C’est un de mes épisodes de Noël préféré, tout simplement parce qu’il prend le temps de faire un détour par chaque personnage et de l’explorer. Il était franchement bien joué de choisir une croyance par personnage et de montrer les problèmes que cela engendre dans le groupe… et la solution générale qui est d’accepter tout le monde comme il est. Un message beau, simple et efficace.

10-3.jpgBon, c’est un message connu, vu et revu, et dans le fond, l’épisode de la saison 3 ne dit pas autre chose. Ce qui est génial dans la parodie de Glee, c’est que la série nous sort un épisode qui débute avec moins de décoration. En fait, c’est tout à fait le plan : quand la chorale de la fac tombe en sévère dépression, il faut les remplacer, et qui de mieux que le study group pour ça ?

Le problème, c’est qu’ils n’ont pas envie de se mettre à chanter, mais plus la contagion se fait dans le groupe, plus les décos apparaissent. C’est bien simple, la chorale est un virus qui s’attrape beaucoup trop vite et met peu à peu dans l’ambiance de Noël. Mais trop en faire pour que la joie soit là rend tout ça totalement creepy et angoissant. Cette parodie de Glee est juste parfaite, surtout parce que ça reprend parfaitement ce que je pensais de la série avant de la voir : tout le monde aime et tu trouves ça ridicule ; et puis quand tu t’y mets en fait… T’es contaminé. Community ne pouvait pas tomber plus juste et les retrouvailles finales sont dans l’ambiance de Noël et avec le même message qu’en saison 1.

Et les épisodes en eux-mêmes ?

10-1.jpgEn saison 1, il est question de fêter la fin d’année et de terminer le premier semestre en le réussissant. Abed est toutefois confronté à un nouveau personnage qui le harcèle sans raison, puis qui s’en prend à Jeff. En ce 10 décembre, Shirley organise une fête de Noël pour baby Jesus, mais Jeff organise donc un combat de son côté.

Elle est totalement contre, mais force tellement tous ses amis à être de bons chrétiens (qu’ils ne sont pas) qu’elle finit par s’apercevoir que personne n’a envie de rester à sa fête si elle bannit Jeff. De son côté, Jeff essaye d’annuler le combat, parce que Shirley ne le ferait pas. Finalement, il n’a pas vraiment le choix de se battre, et même Shirley approuve.

10-4.jpgDans l’épisode de la saison 3, il n’y a pas de sous-intrigues mais une seule grosse intrigue qui tourne donc autour de la chorale que le groupe remplace. Comme il est question de monter le spectacle de Noël, toutes les chansons de l’épisode tourne autour de Noël mais sont des créations originales pour l’épisode. Cela ne pouvait pas être plus sympa pour mettre dans l’ambiance tout en faisant rire.

Et puis la révélation finale sur le professeur de la chorale complètement cinglé fonctionne à chaque fois, car il a une bonne tête de psychopathe qui le rend parfait pour le rôle. Un bon casting, un bon épisode.

10-5.jpg

Très franchement, c’est un double 20/20 et je ne vais même pas essayer de prétendre que je suis objectif ou que j’ai réfléchi à retirer des points sur ce coup-là. J’adore cette série, j’adore ces personnages et ce sont deux excellents épisodes de Noël, avec chaque fois des liens d’amitié magistraux qui prennent le dessus sur le reste. Je n’en demande pas plus et Community réussit à viser juste à chaque fois avec moi. Du coup, Happy Merry everyone !

 

 

#AventSéries : Private Practice – Georgia On My Mind (S01E10)

24 jours avant Noël, 24 étiquettes, 24 séries & épisodes (et même plus, merci les comédies) : bienvenue dans le calendrier de l’ #AventSéries !

C’est de nouveau dans le train que j’ai vu cet épisode, d’où mon retard de publication. Pour être bien dans l’ambiance de Noël, je me suis réveillé au neuvième jour de Décembre sous quelques millimètres de neige. C’était top, même s’il ne restait pas grand-chose de blanc en cours de route. En revanche, la bonne nouvelle, c’est que j’ai pu apercevoir la Tour Eiffel illuminée, de nuit, depuis le train. Un petit truc de touriste dont je ne me lasserais jamais, je crois.

09-1

Pourquoi cet épisode ?

Il était listé dans la liste des épisodes de Noël sur Wikipedia, il se trouvait dans la dernière saison donc j’avais bon espoir de passer un peu de temps avec Amelia et je me suis dit que ça faisait si longtemps que je n’avais pas vu Private Practice que le mauvais sentiment que j’avais par rapport au titre était probablement idiot.

Et bien, finalement, je ferais mieux de m’écouter et si je me souvenais de cet épisode comme d’un raté de la série, ce n’était pas pour rien. À quelques épisodes de la fin de la série, les scénaristes nous pondent un épisode nécessaire mais caractéristique de ce que je n’aimais pas chez eux.

Il fallait bien un raté dans ce calendrier de l’Avent, et cet épisode l’était. J’espère que ce sera le seul.

09-2

Ambiance de Noël ou pas ?

Pas du tout, ou presque pas en tout cas ! L’épisode reprend le schéma très habituel de la série et nous fait défiler plusieurs semaines en un épisode, histoire de se débarrasser au plus vite de la grossesse problématique de Charlotte. Elle ne voulait pas d’enfant, la voilà enceinte de triplés et allitée. Tristesse.

Côté Noël, c’est compliqué d’être dans l’ambiance avec un ronchon comme Charlotte. Ce qui me faisait rire jusque-là dans la série a fini par m’énerver à ce stade de la série et, clairement, elle n’avait pas les épaules pour porter tout un épisode comme ça. Enfin plutôt, elle ne l’avait plus, parce que le « Did you hear what happened to Charlotte King? » nous a tous traumatisés.

Bon, il y a bien quelques décorations dans le décor, il y a bien un début de chant de Noël, il y a bien des cadeaux, mais ce n’est pas Noël. C’est bien pour ça que je parle d’un raté dans le calendrier, d’ailleurs, parce que même l’achat de sapin n’est pas parvenu à me mettre dans l’ambiance de Noël.

09-3

Et l’épisode en lui-même ?

Il se concentre donc sur Charlotte qui est alitée pour sa fin de grossesse et a du mal à le supporter. Hyperactive, elle se retrouve forcée de diriger l’hôpital depuis son lit d’hôpital, se dispute avec son infirmière qu’elle aimerait bien virer et ne peut pas voir son premier bébé déjà né prématurément.

Les scénaristes en profitent aussi pour nous faire une petite virée dans ses rêves délirants de chorégraphie avec son mec ou pour se concentrer sur son difficile rôle de mère, avec sa culpabilité de l’accouchement prématuré et tout le bordel. Comme la première fois que j’ai vu l’épisode, je me suis senti détaché de toute cette intrigue. Pourtant, il y a bon intérêt avec le suspense sur la grossesse, la survie de Charlotte et la survie de sa fille, mais l’ensemble n’a pas réussi à m’accrocher.

Il était temps que la série s’arrête, tout simplement, et c’est vrai que je ne la regrette pas car la saison 6 était un long fleuve ennuyeux. Il y a des séries comme ça qu’on aimait bien mais qui méritait de s’arrêter. En plus, le personnage d’Addison s’est totalement perdu en route, je trouve, mais au moins, on ne la voit presque pas dans cet épisode !

Pour terminer, c’est donc un petit 09/20 parce que même si j’aimais la série, cet épisode n’est vraiment pas génial. On a même pas le droit à l’accouchement tant attendu (mais en même temps, tant mieux, car j’aurais parié sur la mort de Charlotte en fin d’épisode tellement elle est heureuse – merci Shonda pour ces habitudes sadiques). Le personnage de Charlotte est insupportable tout du long, l’esprit de Noël surgit à peine en fin d’épisode après être passé par Thanksgiving au tout début et je retiens de cet épisode qu’il était long. Au point de me faire m’ennuyer dans le train. Ce n’est pas vraiment mon but quand je lance un épisode, surtout un censé être de Noël. Dommage !