Ce que c’est que… une « title sequence »

Salut les sériephiles,

Comme promis lundi dernier, je redébarque avec les articles « ce que c’est que » ce mois-ci. Jen revanche, je ne reviens pas avec le mot que j’avais en tête, parce que je me suis dit que je pouvais faire un article sur les « title sequences » aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que tant qu’à faire, je fais d’une pierre deux coups : je profite ainsi de cet article qui va parler des génériques de séries pour vous proposer de vous connecter sur Youtube à 21h afin de suivre le prochain épisode du podcast 42 minutes consacré… aux génériques de séries !

Riverdale – La lecture & autres tasses de thé

Voir aussi : Le lexique du sériephile

Le monde est bien fait, tout de même ! Cela dit, vous n’êtes pas là pour ce coup de pub…

Alors c’est quoi une « Title Sequence » ? C’est le moment d’une série (bon ou d’un film, d’une émission, etc.) où le titre apparaît à l’écran, tout simplement, généralement avec un logo stylisé pour se la péter. Et c’est compliqué ensuite ! Dans les faits, « title sequence » désigne ce qu’on appelle couramment générique… Les fans en ont parfois fait autre chose : si elle se trouve effectivement dans tous les génériques, elle a gagné ses lettres de noblesse au tournant des années 2000 quand les génériques ont été réduits à cette simple séquence.

Animated gif about charmed in VeraForeva by Aida

Parler de générique quand tout ne dure que dix secondes, ça brisait le cœur de certains passionnés, qui ont donc appelé un chat un chat et ont remis au goût du jour le terme de « Title Sequence » pour désigner ces moments où le titre apparaissait à l’écran, sans pour autant qu’un générique complet ne soit utilisé. Grosso modo, générique va désigner ce moment d’une minute au début de chaque épisode de Charmed et « Title Sequence » les dix secondes au début de chaque épisode de LOST.

Composée de quelques notes de musique et d’un style reconnaissable, la Title Sequence permet de se mettre dans l’ambiance du programme que vous regardez. L’image peut être fixe ou non, être en animation ou non, mais on l’identifie généralement comme le générique de la série, puisque c’est ce qu’elle est. En revanche, en français, il est plus rare d’appeler un générique complet une « title sequence »… là où la nuance entre « title sequence » et « opening credit » en anglais est plus complexe (« title sequence » désignant normalement le « générique » et « opening credit » ce moment où les noms apparaissent à l’écran pendant l’épisode… mais l’un et l’autre étant employé dans les deux cas, aaaaaaaaah).

Lost-logo GIF | Gfycat

C’est quoi ce nom ? Bon, vous aurez bien compris qu’il s’agit de deux mots d’anglais qu’on peut tout simplement traduire par « séquence titre ». Au cinéma, une séquence est une succession de plans formant un tout… Autrement dit une scène. J’avais déjà parlé des plans séquences, là, l’idée est simple, la Title Sequence, c’est la séquence qui présente le titre du projet. Ça se traduit « séquence-titre », et franchement, on ferait mieux de s’en tenir au français pour celle-ci.

Voir aussi : Ce que c’est qu’un travelling

Quelle origine ? Concrètement ? Le début du cinéma, tout simplement. Les titres précédaient et suivaient la diffusion des films muets, histoire que le public sache que ça avait commencé (ou terminé). Simple, efficace, sobre, les séquences-titres ont évolué peu à peu. À l’origine, elles n’étaient qu’un titre apparaissant à l’écran, souvent avec la compagnie de production pour bien tout identifier.

buffy-the-vampire-slayer-opening-credits | TumblrAvec le temps, elles ont évolué pour être un peu plus animées et pour représenter autant que possible l’ambiance de la production qu’elles accompagnent. Le but est de plonger le spectateur directement dans l’ambiance de la série, alors forcément, plus c’est travaillé, plus c’est facile.

Et aujourd’hui ? Les génériques longs ont eu à tendance à disparaître au début des années 2000, mais sont revenus à la mode sur les chaînes du câble et les géants du streaming, même si ces derniers paient une petite fortune pour des séquences d’une minute trente qu’ils proposent ensuite de zapper. Humph. J’en parlerai ce soir.

En ce qui me concerne, j’ai donc plutôt tendance à suivre la mode de « title-sequence » si ça dure dix secondes et « générique » si c’est plus long, et on constate que les génériques ont disparu des networks, ce qui est bien dommage, parce qu’un générique est vraiment plaisant. Après, certaines « title-sequence » le sont aussi et je me tape toujours un petit délire sur celle de Lucifer chaque fois que je l’entends par exemple. Reste à savoir si j’oserais et penserais à le faire durant le live de ce soir…

Pin en Yo

Une seule chanson parmi les séries ?

Salut les sériephiles et joyeuse fête de la musique à tous !

Je le dis histoire d’en avoir profité quelque part, parce que je ne pense pas vraiment y participer cette année, coincé au boulot que je suis. Ce sera pour une autre fois, mais ce n’est pas bien grave ; je ne suis pas musicien après tout. Par contre, ça ne m’empêche pas de savourer de la bonne musique quand j’en entends, et c’est ce qui m’a donné l’idée d’un point du Bingo Séries de ce mois-ci : parler de notre chanson préférée dans une série.

Résultat de recherche d'images pour "glee what"
Oui, au singulier.

Quelle drôle d’affaire que voilà. Ce n’est pas rien comme tâche quand on songe aux nombreux génériques qui existent ou aux épisodes musicaux tout aussi multiples qui ont foisonné ces dernières années, et c’est sans même parler de Glee dont l’intégrale débarque bientôt sur Netflix. Bref, c’est un choix drastique qu’il a fallu faire, et s’il ne faut vraiment en choisir qu’une comme je me l’impose moi-même (mais plus jamais je propose ce point !), je crois qu’il faut se rendre à l’évidence et aller piocher du côté de Grey’s Anatomy.

Pourquoi ? Parce que c’est la première série qui m’a fait comprendre l’impact que pouvait avoir la musique sur une scène. Oh, certes, j’étais fan des Cranberries dans Charmed bien avant ça, mais je n’avais pas encore conscience de l’effet madeleine de Proust que quelques notes sur un piano pouvaient me faire avoir.

Grey’s Anatomy + quelques notes de piano ?

Résultat de recherche d'images pour "grey's anatomy seriously"

Si vous êtes fans, vous savez déjà de quoi je vais parler, je pense, et c’est évidemment Chasing Cars de Snow Patrol. Je crois vraiment que c’est LA chanson d’une génération de fans, tous autant traumatisés que nous sommes. Lancez les deux premières secondes dans la chanson dans un blindtest et vous repérerez tout de suite les plus affectés : évidemment, cette chanson a été utilisée dans la saison 2. Et dans la 7. Et puis, encore dans la 11. Spoilers ci-dessous, forcément.

La première fois qu’on entend ce maudit piano, c’est bien pour la version originale de la chanson par le groupe irlandais. La chanson accompagne la révélation terrible et douloureuse de la mort de Denny.

Elle sert surtout à sublimer une prestation assez incroyable de Katherine Heighl avec un discours que je connais encore par cœur tant j’ai vu et revu cette scène. Cette fin de saison 2 est un moment culte de la série, après l’aveu mensonger de tous les internes et tant de batailles pour sauver Denny Duquette… Bon, ça marque aussi l’hésitation débile et peu crédible de Meredith entre Derek et… son véto (parti ensuite vers les plus verts pâturages de la franchise NCIS) ; avec aussi la démission d’Izzie. Rien que ça. Une fin de saison traumatisante, donc.

(vous aussi, comptez combien d’acteurs ont quitté la série depuis)

En saison 7, la série a eu la drôle d’idée de nous proposer un épisode musical assez foireux, avec toutefois la bonne idée de reprendre les meilleures chansons de la série. Enfin, ça paraissait une bonne idée, mais ce n’était pas parfait, quoi. Dans tout ça, évidemment que Chasing Cars a fini dans l’épisode. Histoire de faire une piqûre de rappel et de nous faire stresser pour la survie de Callie, ou de son bébé, ou les deux, c’est au choix. La voix de Sara Ramirez est magnifique, mais l’ensemble manque de quelque chose. Je pense que le vrai problème dans cet épisode, c’est que les chansons sont pas mal en fond sonore, mais pas tellement adaptées à la situation de stress de l’épisode et aux hallucinations de Callie (mais cette réaction quand Owen se met à chanter, god, les frissons, Sara Ramirez est géniale !).

Et puis, en fin de saison 11, bien évidemment, une autre cover de cette même chanson a finalement aussi accompagné la mort de Derek (au moment où la machine est débranchée, quand même), puis une autre (encore une, oui) le deuil de Meredith, forcément. C’est assez compréhensible : quoi de mieux que de raviver le traumatisme pour en provoquer un autre ? Et la preuve que ça fonctionne, c’est que je finis par en parler aujourd’hui. Notons tout de même que ça n’a jamais été aussi marquant ou réussi qu’en saison 2, mais quand même, cette chanson, quoi, je crois que tous les fans de Grey’s la connaissent, et pour beaucoup par cœur. En saison 11, c’était plus un moyen de digérer l’idée qu’autre chose, et puis de toute manière, les larmes coulaient déjà…

Sur ce, euh ben… Bonne journée. Ne me maudissez pas trop pour la dépression de bon matin.