Ces acteurs de cinéma qu’on aimerait dans une série

Salut les sériephiles,

Contrairement au TFSA d’hier, que j’avais déjà fait il y a quelques mois et que j’avais totalement oublié avant que Tequi ne me le fasse remarquer (j’écris beaucoup trop de choses), je sais que je n’ai jamais fait celui-ci, parce qu’honnêtement, les acteurs de cinéma et moi, on n’est pas super potes. Généralement, ça me passe un peu au-dessus le ciné. Mais bon, je m’y suis remis cette année, et puis, en fait, il y en a quand même. Et puis, il y a ceux qui l’ont déjà fait aussi, comme Ben Barnes. Et il a bien fait ! Allez, bon, next voici la liste… j’ai un peu ramé, elle est probablement perfectible, mais c’est mieux que rien.

Résultat de recherche d'images pour "michelle rodriguez"

  1. Michelle Rodriguez

Je sais, elle a joué dans LOST… Mais justement, elle était dans une série de laquelle elle s’est fait virer bien trop rapidement à mon goût, et j’aimerais bien la retrouver plus souvent sur le petit écran. Certes, j’avais tenu les premiers Fast & Furious, mais ses films ne m’ont jamais botté plus que ça, alors que l’actrice a vraiment une tronche parfaite pour plein de rôles, de la méchante de base à la gentille un peu brisée par la vie et complexe. Je vois plein d’histoires possibles pour elle, c’est frustrant qu’elle se contente de films ! Bon, ce n’est peut-être pas son choix par contre, vu comment ça s’est fini pour elle avec ABC, hum.

Résultat de recherche d'images pour "narnia edmund acteur"

  1. Skandar Keynes

Je parlais de Ben Barnes, avant Caspian, il y avait déjà Edmund que j’adorais dans Narnia. Malheureusement, l’acteur a mis un terme à sa carrière et fait d’autres choses désormais, mais je trouve qu’il avait une bonne bouille pour prendre en charge une série. Bon, OK, peut-être pas en personnage principal, mais il ferait un très bon perso secondaire ou support pour un couple. Bref, j’aimerais bien le retrouver, et tant qu’à faire autant le faire !

Résultat de recherche d'images pour "eddie redmayne"

  1. Eddie Redmayne

Eh, ça c’est un grand acteur de cinéma que j’aimerai bien voir dans une série américaine. Il sait à peu près tout faire, ça a donc l’avantage de simplifier la vie pour le choix d’un rôle. Il peut aller où il veut et être brillant de toute manière. Comme il le sait, il fait des films, parce que c’est sûrement mieux payé. Bon, puis, il est un peu pris avec les Animaux fantastiques, lui. N’empêche que ce serait sympathique. Zendaya arrive bien à faire une série en parallèle du MCU, pourquoi pas lui ?

Résultat de recherche d'images pour "tom holland"

  1. Tom Holland

Vous l’avez vu venir ? C’était évident, je crois, j’adore cet acteur dans chacun de ses rôles depuis qu’il est enfant et je viens juste de vous dire que Zendaya y arrivait. Bon, d’accord, elle a un rôle plus petit que lui, mais ça n’empêche qu’elle a réussi à faire une série HBO et que je me demande encore comment ça a pu passer avec son contrat Marvel (à moins que, justement, elle était hors contrat avec le bazar avec Sony ?). Si elle a pu le faire, Tom Holland peut le faire aussi, surtout que lui, il est assuré de garder son rôle, quand même, et il l’a déjà prouvé avec sa tendance au spoiler. Bref, donnez-lui un rôle principal dans une série. Un rôle à la Tatiana Maslany, en plus, histoire de le voir beaucoup et de prouver qu’il sait tout faire lui aussi. Le petit plus d’une série avec Tom Holland ? Faites-le chanter, ce sera parfait ! Donc ouais, une série sur un chanteur qui part en tournée ? Un truc comme ça.

Résultat de recherche d'images pour "emma watson"

  1. Emma Watson

Il n’y a qu’elle pour détrôner Tom Holland, je pense. Emma Watson est une actrice brillante, j’en suis convaincu. Certes, quand elle a été castée, personne ne pouvait rien en savoir, mais franchement, on a vu dans Harry Potter et les reliques de la mort partie 1 à quel point elle avait bien grandi et était devenue une super actrice. Après, ses choix de films… Ce n’est pas toujours brillant, c’est un peu au petit bonheur la chance. Bon, je la vois bien accepter de jouer dans une série qui aurait peu d’épisodes – un truc britannique peut-être – ce qui lui assurerait d’avoir du temps libre pour ses actions militantes. Et puis, s’il y a bien une actrice qui serait capable de m’attacher à un drame historique, c’est elle. Ouais, je ne sais pas, je la vois bien dans un rôle comme ça, une série historique sur la place de la femme… Un truc un peu militant, dans la lignée de ses actions. Et en séries plutôt qu’en film, parce que ça permet de mieux développer les choses. Allez, Emma, tu sais que c’est une bonne idée !

Voilà donc pour cet article. Quand j’ai lu le thème, je me suis dit que je ne trouverais pas cinq acteurs et que ça n’allait pas me botter plus que ça comme thème… mais finalement, maintenant ça m’a vraiment donné envie de voir ces acteurs. Je veux même bien leur écrire leur série, si besoin, j’ai plein d’idées pour eux. Je suis sûr qu’on peut même cumuler certaines idées entre elles, histoire d’avoir un casting cinq étoiles. Gloups, mieux vaut ne pas imaginer le budget nécessaire pour le casting !

Allez, bon week-end à tous !

Samantha Morton (#58)

Salut les sériephiles,

Comme tous les dimanches, il a fallu que je regarde ce que j’avais vu cette semaine pour me décider sur une performance de la semaine, et j’ai franchement de la peine de découvrir que cette liste des épisodes vus s’amenuise comme peau de chagrin un peu plus à chaque fois. Je fais ce que je peux. Espérons que les vacances m’apportent un peu de temps… mais ce n’est pas gagné du tout pour l’instant.

 

Résultat de recherche d'images pour "samantha morton alpha"

La performance de la semaine :
Samantha Morton

La série concernée : The Walking Dead
L’épisode : S10E02 – We Are The End Of The World – 17/20


Pourquoi ? Pour être parfaitement transparent avec vous, cela fait un moment que j’envisage d’écrire un article sur cette actrice car son rôle dans The Walking Dead est vraiment marquant et parfaitement interprété depuis la saison 9. Seulement, je n’ai pas eu l’occasion de le faire durant la saison 9 et la saison 10 vient tout juste de répondre. Elle n’avait pas vraiment de quoi avoir un article la semaine dernière. Heureusement, les choses changent cette semaine !

En effet, Samantha Morton incarne le rôle d’Alpha, à la tête de la meute des Murmureurs. Et l’épisode de la semaine était carrément consacrée à elle, alors on a eu pléthore de scènes bien interprétées qui méritent toute mon attention. Le personnage en lui-même apporte beaucoup à la série : je trouve qu’Alpha est l’une des méchantes les plus crédibles de la série.

Aïe, je vois déjà les fans de Negan me tomber dessus, mais honnêtement, à part sa scène d’introduction et le premier épisode de la saison suivante où Negan a tué coup sur coup deux personnages, ce méchant n’a pas apporté grand-chose… En fait, trop rapidement, on est tombé dans le schéma interminable de la promesse d’une guerre qu’on n’a jamais vraiment eu, jusqu’à une conclusion deux ou trois saisons plus tard particulièrement minable. Et ne me lancez pas sur le gouverneur, parce qu’à part l’épisode de sa mort, il ne m’a pas fait peur une fois.

Résultat de recherche d'images pour "samantha morton alpha"C’est bien beau tout ça, mais ça n’a rien à voir avec Samantha Morton. Dans le rôle d’Alpha, elle parvient à me faire frissonner presqu’à chaque fois. Je pense que son look badass et les murmures y sont pour beaucoup… C’est particulièrement angoissant les gens si sûrs d’eux que l’on entend pas. Et la menace qu’elle représente, à ne faire quasiment qu’un avec les zombies, est flippante elle aussi. Ajoutons à ça son accent et son ton de voix, et on obtient la meilleure méchante de la série. Mieux vaut tard que jamais.

Du coup, j’aime beaucoup le fait que la série prenne le temps de revenir sur ce qui l’a fait devenir ce qu’elle est. C’était déjà intéressant en saison 9, mais l’épisode de la semaine se concentrait sur sa rencontre avec Beta et le deuil pas vraiment fait de sa fille. Pour elle, elle est morte quand elle s’est renforcée en caractère pour ressembler à sa mère… mais derrière la fierté apparente d’Alpha se cachait la faiblesse de la savoir devenir monstrueuse.

Cela laisse l’occasion à l’actrice de nous montrer tout son art dans une scène où elle exhibe le nounours de sa vie et tout son mal-être à Beta… Mais une fois cette émotion évacuée, elle redevient la méchante flippante que l’on connaît. Et c’est fou, parce que cette fissure dans le personnage me permet de l’apprécier encore plus. Je l’adorais comme méchante ; mais maintenant qu’elle a un aspect plus humain, je l’adore comme personnage. Et l’actrice la joue à merveille.


Résultat de recherche d'images pour "mary lou fantastic beasts"

Vu aussi dans : Dans pas grand-chose à vrai dire. L’actrice a une carrière prolifique pleine de téléfilms (j’ai dû voir Jane Eyre à une époque, quand même) et de films plus ou moins connus, mais je n’ai pas trop eu l’occasion de la voir ailleurs que dans son rôle d’Alpha…

J’ai tout de même, évidemment !, détesté son personnage dans Les Animaux fantastiques. Oui, oui, Samantha Morton a un rôle dans le premier film de la saga où elle interprète le personnage de Mary Lou Barebone, la méchante déjà particulièrement flippante. Difficile de la reconnaître avec des cheveux, c’est tout. Pourtant, force est de constater que son visage fermé est le même… J’étais trop concentré sur Credence pour remarquer qu’il s’agissait de la même actrice, à tous les coups.

Bref, Samantha Morton excelle dans les rôles de méchantes grillée du cerveau, et puis c’est tout.


Résultat de recherche d'images pour "esme creed-miles samantha morton"
Même quand elle sourit et qu’elle est maquillée, elle continue de me faire flipper, je ne vois plus qu’Alpha, au secours, sérieux !

L’info en + : Il est à noter que l’année 2019 est particulièrement bonne pour Samantha Morton, puisqu’elle a obtenu ce très gros rôle dans la franchise d’AMC au moment même où sa fille se faisait recruter par Amazon. En effet, sa fille Esme Creed-Miles, qui a eu ses 19 ans cette année, incarne le rôle d’Hanna dans la série éponyme de Prime Video. Pas mal du tout l’année 2019 pour la famille, non ?

Résultat de recherche d'images pour "samantha morton alpha"
Si hâte de découvrir la suite !

Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Ce que c’est que le queerbaiting

Salut les sériephiles !

C’est le retour des définitions sur le blog, parce que Poluss a eu la bonne idée de me proposer ce terme malheureusement encore trop utilisé en 2019 : le queerbaiting. Enfin, ce n’est pas malheureux qu’il soit utilisé pour le dénoncer, c’est malheureux qu’il faille encore l’utiliser parce que les gros de ce monde adore en faire.

Voir aussi : Le lexique du sériephile

Mais alors c’est quoi exactement le queerbaiting ? C’est une manière trop à la mode d’attirer le public queer vers une œuvre de fiction en basant tout ou partie de la promo sur la présence de personnages queer dedans, ou sur la présence d’allusion, de blagues, de symboles suggérant une relation non-hétérosexuelle entre les personnages. Et oui, parce que tout ça, ça fait vendre en attirant un public spécifique en manque de représentation dans les médias, et en quête de représentation qui plus est (OK, je schématise et simplifie, mais c’est l’idée, vraiment). Bref, on se contente de suggérer que ça existe, mais on ne le montre surtout pas de manière explicite, faudrait pas choquer….

Résultat de recherche d'images pour "queerbaiting"

D’où ça vient, ce nom ? Comme souvent en anglais, c’est l’association de deux mots. Tout d’abord, « queer », que l’on traduit souvent queer en français, en fait. Il mériterait presque un article à lui tout seul ce mot, mais disons que ça représente toutes les minorités sexuelles ou de genres (les LGBT, les aromantiques, les non-cisnormés, etc.). La liste serait trop longue, un article je vous dis ! Ensuite, « bait », qui signifie tout simplement l’appât. Et le « ing » pour marquer l’action, évidemment : bref, c’est « pour appâter les queers » le queerbaiting quoi.

Résultat de recherche d'images pour "root doctor play"
Spoilers si vous n’avez pas fini la série… mais des épisodes et des épisodes d’attente, une saison 4 à fond dans le queerbaiting, mais ce fut payant.

Quelle origine ? On ne sait pas bien l’origine du terme, parce qu’il y a plusieurs théories possibles. À chaque fois, cependant, il est question de répression de l’homosexualité dans l’origine, parlant parfois aussi du « redbaiting », une manière, aux USA dans les années 50/60, de discréditer les opposants politiques en les accusant d’être communistes. Du coup, on comprend bien que le queerbaiting, c’est assez mal vu par les queers.

Quant au terme en lui-même, il s’est démocratisé avec l’utilisation d’internet, mais aussi à cause (grâce à ?) d’un effet de mode qui fait que de plus en plus souvent les studios et/ou producteur en font pour attirer un public spécifique. Plutôt que de représenter une vraie relation queer, le produit final ne fait que le suggérer, histoire de ne pas déranger ceux qui ne seraient pas… Humph, c’est de l’exploitation pure et dure, finalement.

Résultat de recherche d'images pour "dumbledore grindelwald"

Et aujourd’hui ? Les exemples ne manquent pas ! Le plus récent est possiblement une énième déclaration de JK Rowling sur la sexualité de Dumbledore, histoire de faire de la pub pour Les Animaux Fantastiques. Ainsi donc, elle rappelle que Dumby est gay au public, histoire d’être sûre d’avoir du monde qui continue d’aller voir ses films malgré le cliffhanger totalement perché du deuxième volet. Moui. Je ne suis pas sûr du tout que ce soit une bonne stratégie, surtout en précisant que la sexualité de Dumbledore ne l’intéresse pas plus que ça.

Du côté des séries, difficile de ne pas citer le cas de The 100 avec toute une promo entre les saisons 2 et 3 qui était centrée sur du queerbaiting, avec le résultat que l’on sait en mi-saison 3. Autant dire que les fans ont vraiment mal vécu cette publicité qui les a fait venir pour un résultat pas terrible en terme de représentation, avec un cliché éculé.

Résultat de recherche d'images pour "clexa"
Le queerbaiting à l’état pur, tout est là, sans y être.

Et puis sinon, notons que l’algorithme de Netflix est fan de queerbaiting aussi : à partir du moment où vous avez regardé un ou deux films en rapport avec les termes queers, vous pouvez être sûr que les vignettes vont toutes magiquement se transformer en la représentation de couples LGBT. Histoire que vous passiez plus de temps sur la plateforme…

Résultat de recherche d'images pour "queerbaiting"
Et ça, on en parle ? Juste une touche, histoire de, au cas où, on ne sait jamais, ça pourrait faire revenir certains sceptiques.

2018 sur Just One More Episode

Salut les sériephiles !

Vous saviez que le blog avait… 3 ans aujourd’hui ? Enfin, plus exactement, je l’ai rouvert le 3 janvier 2016 ; il existait avant, en anglais et pour d’autres types d’articles. Tout ça me file un sacré coup de vieux et j’ai mis un temps fou à écrire cet article, d’où le retard – parce que j’avais évidemment du monde à manger chez moi ce midi, donc je n’ai pas eu le temps de tout finir ce matin. Ah, la vie de blogueur (et encore, je ne vous dis pas qu’après publication de cet article, j’ai du travail qui m’attend… je ne suis pas naïf, je bosserai deux fois plus demain, mais pas aujourd’hui). BREF.

Pour les trois ans du blog, je n’avais pas spécialement d’idée d’article en particulier, d’autant qu’il est plus difficile d’organiser des concours séries que des concours pour des blogs de livres. Je me contente donc d’un énième remerciement à votre égard qui me lisez quotidiennement (ou de manière hebdo, ou de manière moins régulière encore) ; mais vous ne devez même plus savoir quoi en faire. Et pour que ce ne soit pas tout à fait une journée sans grand intérêt au niveau de l’article, je vous propose un bref résumé de l’année 2018 sur le blog, année qui a été encore plus riche que les précédentes ; avec pas moins de 111 000 vues sur l’année. C’est tellement gigantesque et incroyable !

500 copie
Derrière ce flou se cachait Agents of S.H.I.E.L.Dmais le côté feu d’artifice me plaisait bien.

Janvier

L’année a commencé sur les chapeaux de roue avec le record de vues du blog. Merci Salvation ! C’est aussi le mois où j’ai eu mon premier vrai partenariat avec Diverti qui m’a fait confiance et que je remercie également. Côté séries, pas grand-chose à relever, mais côté articles, j’ai recommencé à parler plus régulièrement de comics (pour mieux arrêter ces derniers mois, je sais).

500 copie
Derrière ce flou se cachait Arrow ! J’étais en plein visionnage de la série, et les couleurs froides m’évoquaient bien ce mois enneigé.

Février

Le mois le plus court de l’année a été l’un des plus chargés ! C’est aussi l’un des mois que j’ai préféré cette année : outre mon anniversaire qui fait que c’est toujours un mois que j’adore, j’ai eu l’énorme chance de pouvoir interviewer deux acteurs de The Magicians. Je crois que je ne m’en suis toujours pas remis. Ce mois-là marquait aussi le mois du 5e WESéries, avec le carton d’Altered Carbon. Comme ce n’était toujours pas assez pour moi, TF1 a eu la bonne idée de diffuser les Bracelets rouges. AH, et c’était aussi les 20 ans de la parution d’Harry Potter (merci à Gallimard pour le partenariat), avec quelques articles spéciaux consacrés au sorcier à lunettes !

500 copie2
Derrière ce flou se cachait Once Upon a Time, je trouve que ça collait assez bien aux couleurs printanières que je voulais.

Mars

Outch, c’était mon mois à concours, donc j’ai lâché pendant sept jours la gestion du blog pour remettre les articles quotidiens à des amis blogueurs. Le concept vous a bien plu dans l’ensemble, et il faudrait que je vois pour le reprendre. Côté séries, Agents of SHIELD diffusait son centième épisode et côté blog, je m’ouvrais un peu plus à la culture, avec des invitations aux projections de certains films, et surtout Ready Player One. Quel début d’année !

500 copie3
Derrière ce flou se cachait The Orville et j’y voyais une sorte de ciel digne d’un mois d’avril… Je ne sais même pas pourquoi !

Avril

Avec l’arrivée d’Avengers au cinéma, j’ai pu savourer un mois complet à parler du Marvel Cinematic Universe sur le blog ; tout en appréciant grandement les diffusions de The 100 et Westworld. Tout ça est tombé la même semaine, et autant vous dire que ça a éclipsé mon deuxième concours (que j’ai pourtant eu, comme quoi !). Côté film, la WB m’a proposé une projection de Game Night, que j’ai beaucoup aimé.

500 copie
Derrière ce flou, il fallait reconnaître Here & Now, un coup de cœur que je ne m’explique toujours pas – et une nature très verdoyante avec un beau ciel bleu.

Mai

Fais ce qu’il te plaît ? Pas sûr ! Je n’ai pas été aussi haut que je l’aurais voulu pour le 6e WESéries et Netflix s’est mis à diffuser la saison 2 de 13 Reasons why. Autrement, tout s’est déroulé comme un mois de mai classique avec les upfronts qui avaient leur tas de bonnes et très mauvaises nouvelles, et les résultats de mes concours qui avaient leur mauvaise et leur bonne nouvelle.

500 copie
Derrière ce flou se cachait Quantico – et je n’ai choisi cette photo que parce qu’elle respirait l’été à arriver.

Juin

Cette fois, c’est mes participations au TFSA qui ont pris un an dans la tronche, alors que je me concentrais d’abord sur un gros rattrapage séries, puis sur mes révisions pour les oraux de mon concours, avec un détour par Tours qui ressemble presque à des vacances maintenant que j’y repense – alors que ce n’était vraiment pas fait pour ça. Et sinon ? Quelques articles X-Men et surtout, surtout, la fin de Sense8 !

500 copie
Derrière ce flou estival se cachait une scène un brin déprimante de Westworld.

Juillet

L’été était assez calme du côté des nouveautés séries – pour ne pas dire catastrophique. J’en ai donc profité pour regarder très peu de séries et faire beaucoup de cartons tout en lisant fréquemment au soleil, avec un gros déménagement à venir. Je me rends compte, d’ailleurs, que j’ai fait très peu de choses depuis cet été par rapport au début d’année. Au moins, il y avait la dernière saison de 12 Monkeys pour me booster et j’ai commencé quelques rewatchs de mes épisodes préférés pour l’été.

500 août
Derrière ce flou d’un coucher de soleil toujours très estival, il fallait reconnaître bien évidemment 12 Monkeys.

Août

Je ne compte plus les allers-retours entre la région parisienne et la région bordelaise, mais une chose est sûre, ma semaine du déménagement est la plus catastrophique possible pour le sériephile en moi avec tout juste… un épisode vu. Outch. J’étais content de regarder Wrecked, et très content de déménager, mais ça n’a pas fait beaucoup de contenu passionnant – encore que l’attente de ma poubelle-panda, c’était quelque chose apparemment. Bon, j’ai également terminé à jamais Unreal et un autre #WESéries !

500 copie4
Derrière ce flou aux couleurs déjà automnales, vous n’avez pas dû être nombreux à reconnaître Another Period !

Septembre

Pfiou. C’est le mois de la BD ! Et c’est aussi le mois où je suis entré dans une toute nouvelle routine puisqu’il était enfin temps pour moi d’avoir mon premier job. Il se sera fait attendre celui-là, mais ça valait le coup d’attendre. Je retiens de ce mois les excellentes découvertes séries qu’étaient The Purge et You ; plus tout un tas de rencontres et de choses chouettes. La rentrée, quoi ! Elle m’a aussi permise de commencer les articles Performance de la semaine.

500 copie
Derrière ce flou se cache Grey’s Anatomy, et honnêtement, je suis bien incapable de justifier mon choix pour ce mois-là. Je trouve que ça restait assez ensoleillé, comme mon environnement direct, et ça m’évoquait la reprise des séries. C’est tout.

Octobre

J’ai découvert la joie de l’épuisement au moment des vacances et j’ai commencé à entrer dans une phase de rewatch, ce qui ne m’était pas arrivé depuis un moment. Du côté du blog, pas grand-chose à signaler, mais heureusement le Comic Con a un peu tout bouleversé dans mon planning. Assez clairement, je crois qu’on peut dire qu’il m’a fait mes vacances le petit – avec aussi le retour de Charmed !

500 copie
Derrière ce flou, c’est bien évidemment le reboot de Charmed qu’il fallait reconnaître. J’ai aimé le petit côté Halloween/nuit qui tombe vite.

Novembre

La reprise a été sportive. Si je me suis concentré sur les rewatchs, c’est que j’avais peu de temps pour les inédits, à défaut d’une préparation assez complète pour la période, parce que eh, j’avais profité des vacances. Je n’avais pas prévu tout ce qui allait me tomber sur le coin du nez, je crois, mais heureusement, la vie du blog continuait de me changer les idées, principalement avec la sortie du film Les Animaux Fantastiques qui m’a permis de recevoir un très beau magazine Diverti et quelques livres de Gallimard. Merveilleux –  plus que les délires de la franchise Walking Dead.

500 noel
Derrière ce flou, il fallait reconnaître You qui m’a sauvé de l’embarassement d’avoir à chercher une image de Noël !

Décembre

Après un rewatch complet de Veronica Mars, ce fut Dollhouse, puis le début de Community. Peu de choses à signaler du côté du blog, avec juste un tas de tops de l’année, et en ce qui concerne ma vie, il était temps de vivre mon premier Noël dans mon appartement. Tout s’est superbement découvert, et en plus, j’ai pu recevoir quelques amis pendant les vacances (coucou Laura), ce qui permettait de conclure l’année en beauté – avec un réveillon annulé à 13h45 un 31 décembre ! Heureusement, le Sérigraphe m’avait aussi invité au sien, et tout est bien qui finit bien… Sur un record d’audience de l’année pour le mois (bon, si on excepte l’excellent mois de Janvier totalement truqué par le succès de Salvation) !

Voilà pour ce grand résumé de l’année, j’espère que vous aurez aimé comme moi vous replonger dans ces souvenirs. 2018 était sacrément chargée quand même, je me demande si 2019 réservera autant de bonnes surprises ! Une nouvelle année a commencé à s’écrire en tout cas… et c’est tant mieux.