Le fail du Challenge Séries 2020 et mes envies de rattrapage improbables

Salut les sériephiles confinés,

Comme je n’avais pas trop d’article en stock pour aujourd’hui, je me suis dit qu’il était temps pour moi de reprendre les articles blabbla aujourd’hui et demain. Demain, on parlera film (sauf s’il y a des actualités plus urgentes d’ici là), mais pour cet article, je voulais surtout revenir sur les séries, avec plusieurs choses à en dire. D’abord, il me faut évoquer mon plus gros problème du moment, l’éléphant dans la pièce, qui est… le Challenge Séries 2020. Pour le coup, on est là sur un sacré fail.

Favorite Characters : NCIS

En effet, puisqu’on approche de fin avril, j’étais censé avoir fini Gentleman Jack, Killing Eve et Sabrina, tout en ayant bien avancé dans Teachers, Crazy Ex-Girlfriend, One Day at a time et NCIS… Résultat des courses, je n’ai rien vu à part quelques pilots, donc ce challenge séries est déjà amputé de quatre mois. Cela signifie qu’il va me falloir faire quelques ajustements sur ce que j’avais prévu, d’autant que j’ai commencé cette semaine Riverdale. Bref, je réfléchis à une manière de changer ma liste, pour en retirer des gros morceaux que je ne pense pas avoir le temps de finir.

Si je me dis que Riverdale peut bien faire partie de mon challenge 2020, je sais que d’autres petites séries vont aussi l’intégrer, comme Years and years (même si elle est déjà périmée parce qu’elle n’avait pas prévu le confinement de 2020) ou peut-être même Superstore, dans laquelle j’ai deux saisons de retard. Il est assez clair que mes envies de séries ont déjà bien changé en quatre mois et la liste que j’avais prévu sera sujette à changements, même si j’ai tout de même envie de continuer toutes les séries dont j’ai vu le pilot. J’imagine que je ferai un tri comme je peux, et je ne m’exclue pas non plus un rewatch.

Les 7 personnages les plus détestables des pilotes de teen séries
Spiritual guide.

Avant d’envisager de reprendre ce challenge, cependant, je pense qu’il m’est essentiel de finir les séries de cette saison 2019-2020 qui sont de côté sur mon planning depuis bien trop longtemps. Je profite de la fin d’un certain nombre d’hebdos en ce moment et du mois qu’il me reste avant les débuts de saisons d’autres séries pour tenter d’en rattraper certaines. Vous me connaissez, j’essaie toujours de me motiver avec des plannings que je ne tiens pas forcément. Vu le nombre de séries que j’ai en retard, je me suis donc fait un programme beaucoup plus souple que d’habitude.

Cette fois, je ne me dis pas que j’aurais vu tel épisode à telle date, car je sais bien que ça ne fonctionnera pas, mais je divise par jour de la semaine et par série, comme en temps de visionnage hebdomadaire finalement. L’idée est simple : à chaque jour, correspond une à trois séries et mon but sera de voir un épisode (ou plusieurs) d’au moins une de ces séries si j’ai le temps ce jour-là. Ca m’évitera les moments d’hésitation sur ce que j’ai à regarder, ça évitera aussi de tout voir d’un coup, histoire de profiter des saisons et de ne pas tout engloutir. Franchement, j’ai déjà rattrapé quasiment un mois de 9-1-1 et de Manifest cette semaine, alors que j’aime prendre le temps de savourer mes séries également. En plus, ça m’oblige à avancer sur plusieurs fronts à la fois, et donc ça évite que je me retrouve à finir une saison d’un coup et n’avoir plus envie d’autres séries pendant un moment.

https://www.denmultimedia.fr/wp-content/uploads/2020/04/ben-stone-glasses-manifest.gif
Faites pas genre, je suis sûr que ça nous arrive à tous !

Comme je sais que vous êtes curieux, et comme ça me permettra de me discipliner, voici ce que j’ai prévu dans mon programme, avec le nombre d’épisodes de retard au moment où j’écris cet article :

Lundi

Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Dimanche

Emergence

You (8 épisodes)

9-1-1

(8 épisodes)

Manifest

(7 épisodes)

The Purge

(6 épisodes)

The Rookie

(14 épisodes)

Charmed

(10 épisodes)

Altered Carbon

(3 épisodes)

Prodigal Son

(20 épisodes)

9-1-1 Lone Star

(10 épisodes)

Future Man

(8 épisodes)

AHS 1984

(7 épisodes)

The Other Two

(3 épisodes)

God Friended Me

(19 épisodes)

Evil

(10 épisodes)

Supergirl

(15 somnifères)

The Affair

(7 épisodes)

All Rise

(19 épisodes)

Stumptown

(17 épisodes)

Challenge Séries Challenge Séries The Outpost

(3 épisodes)

charmed maggie | Tumblr
J’y crois, j’y crois. Ca fait moins de 200 épisodes. Et puis, le speedwatching existe au pire, pour certaines séries qui n’arriveraient plus à m’accrocher.

Bien sûr, avant d’entamer le visionnage des séries de ce tableau, je laisserai la priorité aux hebdos – qui se concentrent en ce moment sur la journée du lundi et celle du vendredi – et je ne verrai donc ces séries que si j’ai du temps… Bien sûr, ce tableau est loin d’être complet, surtout qu’il y a des saisons Netflix qui m’attendent également. Bien sûr, ce tableau a aussi deux nouveautés que je n’ai pas encore regardées. Bien sûr, je laisse de côté Quibi que je peux regarder un peu n’importe quand. Bien sûr, le prochain #WESéries bouleversera peut-être les choses. Bien sûr, je n’ai pas casé Riverdale, qu’il faudra pourtant que j’avance de temps à autres. Bien sûr, ce n’est que prévisionnel et je ne m’engage pas à le respecter vraiment, parce que peut-être que j’aurai des envies différentes au moment de me lancer dans les séries… C’est juste que ça me donne une visibilité de tout ce qu’il me reste encore à voir sur cette saison et que ça m’évite des débats intérieurs de « je n’ai pas trop envie de voir ça » qui finissent en « je n’ai plus le temps de regarder quoique ce soit ».

9-1-1 Season 3 | Page 2 | Lipstick Alley

Voilà, maintenant vous savez tout de ce que j’ai prévu – et tout ce que je n’arriverai de toute manière pas à voir ! C’est dur la vie de sériephile !

Crazy Ex-Girlfriend – S01E01

Épisode 1 – Josh Just Happens to Live Here – 17/20
C’est un pilot efficace, il n’y a pas à dire, et je suis plutôt bien convaincu, mais je sens que la série n’a pas encore atteint tout son potentiel. L’histoire est sympathique, mais je me pose quelques questions quand même et j’ai hâte de voir ce que donnera l’ensemble de la saison, voire de la série. Du côté des chansons, c’est sympa, ça reste en tête, mais ce n’est pas encore incontournable pour moi. Je ne doute pas que ça pourra le devenir, par contre.

> Saison 1


Spoilers

01.jpg

So weird, right ?

Oula, la série commence bien différemment de tout ce que j’imaginais avec une scène de spectacle musical pas si réussie dans laquelle Rebecca, l’héroïne de la série, n’est pas castée comme personnage principal… cela nous situe bien le personnage, qui est déjà à fond dans une sorte de folie inexplicable et qui nous soule son copain du moment, Josh.

Même sans le synopsis de la série, on sait immédiatement vers quoi on se dirige : Josh étant soulé, il va rompre, alors même que Rebecca est totalement amoureuse de lui. La scène de la rupture est bien triste, et ça fait de la peine pour Rebecca qui se retrouve à devoir supporter sa mère alors qu’elle est en larmes.

Dix années plus tard, Rebecca n’a plus d’appareil dentaire, mais elle est encore plus dépressive qu’avant, avec des antidépresseurs, une mère toujours aussi soulante et une vie loin d’être heureuse. Au travail, elle apprend toutefois qu’elle va être promue et être nommée partenaire. La nouvelle a beau être bonne, elle ne la rend pas spécialement heureuse. Tout ce que ça fait, c’est que ça lui donne une crise d’angoisse.

Elle fuit son boulot pour reprendre ses esprits et tenter d’utiliser ses anti-dépresseurs, mais c’est un échec. Tout ce qu’elle obtient à la place, c’est alors un signe divin et une série qui vire vite à la Ally McBeal, et c’est un vrai compliment : un panneau publicitaire lui demandant quand elle a été heureuse pour la dernière fois (la harcelant, en fait) ; un rayon de soleil et hop, elle aperçoit Josh de l’autre côté de la rue.

Dix ans ont passé, mais elle n’hésite pas une seule seconde à traverser la rue pour aller lui parler, lui courant limite après. C’est un peu dingue, mais au moins, il est heureux de la revoir – et il dit même qu’il la trouve sexy. Oh, on sent qu’il fait la conversation et que ça l’embête vraiment d’être en plein déménagement quand il tombe sur elle, mais ce n’est pas plus fou que ça comme ça.

Pourtant, de retour au travail, on propose donc à Rebecca d’être promue, de manière officielle cette fois… mais cette fois-ci, elle refuse très clairement la proposition, parce que le temps lui a dit qu’il était temps d’aller vers un autre temps. C’est une explication claire, ça, dis donc, et ça laisse sa boss dans l’incompréhension la plus totale.

En deux temps, trois mouvements, la voilà donc qui change de vie et déménage à West Covina, dans un numéro musical plein de bons gags, de figurants qui dansent et d’une héroïne qui s’aveugle sur les vraies raisons de son déménagement. Selon elle, c’est donc une coïncidence si Josh habite dans sa nouvelle ville. Bien sûr. La chanson fonctionne vraiment bien : elle est entêtante, pleine de petits moments marrants et la réalisation est assez dingue pour une série qui a pour ambition de revenir à l’écran chaque semaine avec ce genre de numéros (ça va jusqu’à utiliser une grue, eh, c’est marquant).

Une fois débarrassée de ses antidépresseurs et de sa mère, en lui raccrochant au nez, Rebecca est donc prête pour sa nouvelle vie. Pas moi : se débarrasser de ses médicaments comme ça, je ne sais pas, mais ça me paraît une mauvaise idée, surtout après un changement aussi radical. On verra bien, mais ça m’a d’autant plus posé problème qu’elle le fait juste avant d’envoyer un SMS à Josh… qui ne lui répond évidemment pas de la nuit.

L’avantage de la Californie, c’est qu’elle n’a aucun mal à retrouver du travail, puisqu’elle est une avocate de renom et que les meilleurs avocats sont de l’autre côté des États-Unis. J’ai tout de suite accroché à l’humour qui se dégage de son nouveau patron, appelons-le Chef du coup, et de l’ensemble de sa firme.

Son arrivée provoque rapidement l’incompréhension de Paula, qui cherche à comprendre ce qu’elle fait là et est hyper hypocrite, ce qui ajoutera tout ce qu’il faut de gags à l’ensemble, et de Mrs Hernandez, la directrice de la communication… parfaitement muette. La série est pleine de gags et d’ironie, mais qu’est-ce que j’ai foutu à passer à côté pendant tout ce temps ?

Non seulement, elle a un boulot directement en Californie, mais en plus, le Chef a besoin d’elle pour l’aider dans son divorce, ça tombe bien, quand même. Cela fera sûrement une sous-intrigue de la saison 1, et ça permet de dessiner un peu mieux la firme pour laquelle elle travaille.

La série porte bien son titre, quand même, parce que Rebecca est assez folle pour se rendre dans le même bar que Josh quand elle reçoit une notification lui indiquant dans quel bar elle est. Sur place, elle rencontre Greg, le barman, qui la renseigne sur Josh tout en ayant un sérieux crush sur elle, surtout qu’elle l’ignore complètement. Oh, Greg, tu vas vite devenir l’un de mes personnages préférés si tu continues comme ça.

En bref, Rebecca se retrouve donc invitée à la même soirée que Josh et, de retour au travail, elle déchire tout et énerve encore plus Paula parce qu’elle est incapable de deviner la raison de sa présence et que Rebecca ne lui dit pas la vérité. Paula s’amuse donc à fouiller dans son bureau alors que Rebecca se prépare pour sa soirée avec une nouvelle chanson bien délirante et toute en ironie sur ses préparatifs pas sexy du tout, alors que la chanson, elle, l’est. Bon, ils enchaînent aussi dans les clichés, mais ça fonctionne vraiment bien (et ça prépare le terrain à un gag final qui m’aura fait sourire, aussi).

Et puis, ça permet d’arriver rapidement à la soirée où Rebecca espère revoir Josh, mais est coincée avec le barman, qui commence à se douter qu’elle est un peu obsédée par Josh, quand même. Pour détourner son attention, elle se jette donc sur Greg, l’embrassant et le trimballant d’une pièce à l’autre – jusqu’à la chambre ! – dans l’espoir de retrouver Josh.

Greg n’est pas dupe et lui annonce alors que Josh n’est pas célibataire, ce qui finit par faire pleurer Rebecca qui assure pourtant ne pas être là pour lui et est prête à coucher avec Greg pour le prouver. Ce dernier renonce pourtant à l’idée de profiter de Rebecca – ce qui lui fait gagner encore plus de points à mes yeux – et décide de la raccompagner chez elle. Bon, en même temps, si elle était retombée si vite sur Greg, ça aurait plombé toute la série ; faut faire monter l’impatience.

En tout cas, la soirée devient encore plus dingue juste après ça, parce que Paula s’y trouve elle aussi – elle a bien stalké Rebecca en fouillant dans son ordinateur et elle veut lui faire reconnaître qu’elle est là pour Josh… ce que Rebecca refuse de dire aussi explicitement. Pourtant, elle a beau dire que ce n’est pas le cas, on sent bien que c’est le cas et que son explication ne tient pas la route.

Rebecca finit donc par comprendre qu’elle est totalement folle, et probablement stupide… mais elle est interrompue dans la panique qui l’envahit par Paula elle-même, lui assurant qu’elle ne peut pas dire que son amie est stupide. Si ce n’est pas mignon, ça ! L’amitié qui se lie ici est clairement sympathique et nécessaire pour le personnage qui sort donc de sa solitude – mais pas de sa folie. J’ai un peu un problème avec Paula d’ailleurs, parce que si elle est attachante, je ne pense pas qu’encourager Rebecca dans sa folie soit vraiment un bon plan. Le titre que j’avais toujours vu comme ironique commence à me questionner.

L’épisode se termine en revanche à merveille avec Rebecca recevant un SMS de Josh, enfin, qui lui propose « un dîner 😊 ». Ah, les relations amoureuses, c’est d’un compliqué. Un message suffit à la faire rougir et à se faire un million de films… alors que, bon, rationnellement, ce n’est jamais qu’un smiley et ça ne veut rien dire.

Quoiqu’il en soit, c’est vrai que c’est suffisant pour donner envie de revenir voir la suite !

> Saison 1