J’ai deux saisons de retard ? Ah.

Salut les sériephiles,

Je suis toujours fan de séries, hein, et si le respect est mort ce matin sur Europe 1, moi, je vais encore faire en sorte d’en avoir un peu. Et comme ce blog est supposé être un blog de critiques avant tout, il va être temps de faire sur le point sur ce que j’ai à rattraper. Et c’est avant tout des fins de saison.

Avant de commencer, un point sur ce que j’ai réussi à voir, déjà :

Zoey’s Extraordinary Playlist – La série n’est toujours pas renouvelée, et c’est bien dommage parce qu’elle mérite sa saison 3 rien que pour continuer à m’enCHANTER. Jeu de mots du soir. Pardonnez-moi, j’écris ça devant Hollywood Girls après tout. Bref, c’était une bonne fin de saison, qui peut servir de fin de série. Et ça, c’est cool. Mais renouvelez quand même la série.

NCIS – Faut-il vraiment en parler ? Je suis énervé après la série. Allez, attention aux spoilers sur la fin du paragraphe, mais tout de même, la série se sépare de deux actrices sur trois dans son casting principal, tout en trouvant le moyen de tuer deux seconds rôles féminins, le tout sur une saison raccourcie. L’abus, franchement.

The Rookie – Quatorze épisodes et puis s’en va, c’est trop court. La fin de saison est réussie au moins, c’est déjà ça de pris. J’ai hâte de voir la suite, même si c’est dommage de ne pas en avoir eu plus cette année !

La saison 1 de This is us (Récap) – Just One More Episode

Sur ce, c’est parti pour les innombrables retards que j’ai. Histoire de faire le point et de penser un peu à tout ce qu’il va falloir que je rattrape dans les jours à venir. Les semaines, plus probablement.

The Nevers (un épisode… d’une heure) – J’ai tellement envie de voir cet épisode après les précédents, mais en même temps ça dure tellement longtemps… Je sais d’avance qu’il ne passera pas en priorité dans mes visionnages, surtout qu’il faut de la concentration pour comprendre cette série. Je ne l’oublie pas, c’est déjà ça. L’attente sera moins longue avant la deuxième mi-saison.

This is us (deux épisodes) – J’ai aimé la diffusion morcelée cette saison… mais voilà, il a fallu que je rate un épisode et que ça me mette en retard. En vrai, c’est facile à rattraper deux épisodes ! Après, la série ne reviendra qu’à la mi-saison, alors plus je vois les épisodes tard, moins j’ai à attendre ? Non, je déconne, je sais que je vais regarder assez vite celle-là, parce que j’ai envie de voir comment ça va se finir avant de me faire spoiler !

Crossover GIF by 9-1-1: Lone Star - Find & Share on GIPHY

9-1-1/9-1-1 Lone Star (quatre épisosdes) – Oui, c’est une faute de frappe ce « épisosde », mais je trouve ça bien casé ce « SOS » en ce qui concerne cette franchise. Là, j’ai le même problème qu’avec la précédente : j’ai surtout envie de rattraper Lone Star, mais en même temps, l’attente va être super longue après. Je ne sais pas trop ce que je vais en faire : tout d’un coup ? Un par jour ? Un par semaine ? Qu’en pensez-vous ? SOS.

Debris (deux épisodes) – La série est annulée. Je suis tellement déçu et dégoûté ! Franchement, ça me fait hésiter à poursuivre pour ces deux derniers épisodes, mais je sais que je suis faible. Je vais les regarder, bien sûr, parce que j’adore.

mayabishopedit on TumblrStation 19/Grey’s Anatomy (4 épisodes) – De manière étonnante, j’ai réussi à survivre à cette journée sans être spoilé… Je ne sais pas si ça peut durer sur du long terme. Et ces deux-là, je sais que j’ai envie d’enchaîner les quatre épisodes, alors c’est pareil, il va me falloir du temps.

Lucifer (8 épisodes) – Merci Netflix d’empirer la situation avec le débarquement de cette fin de saison 5, près d’un an après la précédente. On savait la date depuis un moment, elle paraissait parfaite après les fins de saison de networks et tout… et puis ben, j’ai pris du retard dans tout le reste. Bien joué, Jérôme.

Tv land liza miller surpresa GIF on GIFER - by Tygolar

Voilà, et si ces 23 épisodes (bordel, une saison complète ?) ne suffisent pas… N’oublions pas que j’ai aussi deux épisodes de retard dans Dollface, Younger, High School Musical The Musical The Series et Fear the Walking Dead. Cinq dans Big Shot. Sept dans Manifest. 43 épisodes, bonjour. Allez, mais y a deux semaines, j’étais à jour et là j’en ai pour l’été. C’est fou, la vie. M’enfin, ne vous inquiétez pas, je suis sur le coup. La preuve, je suis encore en live sur Twitch à regarder Hollywood Girls là.

Animated gif about gif in High School Musical: The Musical: The Series 🎤  by ocean baby in 2021 | High school musical, Musicals, Wise girl

Journal de bord du #WESéries 18

Salut les sériephiles,

J’avais prévu un tout autre article du jour aujourd’hui, espérant pouvoir enfin parler des upfronts. Contrairement aux autres années, j’ai décidé de ne publier qu’un grand récap général plutôt que de faire un article par chaîne et par jour. Le problème, c’est qu’il y a un network qui traîne encore… Donc on en parlera plutôt jeudi (j’espère). En attendant, je suis content du renouvellement de la majorité de mes séries – mais il y en a deux encore non renouvelées que j’aimerais vraiment voir être renouvelées… même si c’est improbable.

Voir aussi : Long week-end presque confiné en vue ? Go #WESéries 18

En attendant, je vous propose le journal de bord du week-end qui vient de s’achever, durant lequel j’ai rattrapé mon retard dans plein de séries. Tel que c’est parti, ce sera pareil le week-end prochain en plus (sauf que j’ai une vie sociale prévue et l’Eurovision le samedi soir, oups).

Vendredi 14 mai

19h : C’est agréable ce couvre-feu pile au moment du début du WESéries, finalement. Il lui faut bien des avantages. Je viens juste de rentrer et de passer en catastrophe sur Twitter pour l’annoncer, cela dit.

19h13 : Avant de commencer, il me reste à écrire l’article du jour et manger. Ce n’est pas gagné cette affaire.

19h56 : Je viens de terminer la liste de tous les hebdos que j’ai à rattraper cette semaine. Certes, j’ai vu mes épisodes de lundi, mais autrement, j’ai déjà un peu plus de 510 minutes de séries à voir. Un épisode de plus et le niveau basique sera en poche. En poussant sur toutes les séries en retard que j’ai, j’atteins le niveau ultime. Sur un malentendu… Non, le basique, ce sera bien. En vrai, quelle idée naze de ne pas avoir regardé mes séries plus tôt !

21h38 : Repas fait et mangé, vaisselle expédiée. Il n’y a plus qu’à. Et mon premier épisode… n’est même pas dans la liste que j’ai écrite il y a deux heures. Bien joué.

22h58 : Je n’en suis qu’à 34 minutes… Comment dire ? J’ai écrit mon article. J’étais à fond pour le retour d’High School Musical The Musical The Series, alors voilà, ça prend du temps. Il faut encore que j’arrive à publier tout ça, mais l’ordi rame comme jamais. Le seul avantage, c’est que j’ai la musique de l’épisode en boucle depuis tout à l’heure.

0h26 : Ce fut long, mais j’ai fini par publier mon article, et j’ai décidé de continuer ensuite avec une soirée 9-1-1. Un peu de qualité, ça ne fait jamais de mal.

1h39 : Article publié pour Lone star… 120 minutes et 50 secondes au compteur. On a connu des départs plus réussis. Il faudra que je parvienne à faire mieux demain – je voulais à l’origine me contenter de regarder des séries chaque soir, mais je vais peut-être faire un peu plus. J’ai tellement à voir pour rattraper tous mes hebdos de la semaine !

Samedi 15 mai

8h43 : Déjà levé, mais pas du partant pour des séries ce matin. J’ai ironiquement du travail à faire, encore.

12h02 : Petit épisode de NCIS en préparant à manger et en mangeant, ça me fera 41 minutes de plus, histoire de.

13h24 : Il fait relativement beau, rien de tel qu’une sortie en forêt pour foirer son #WESéries. En même temps, j’avais prévu de viser le niveau basique avec juste des épisodes le soir, non ?

18h17 : Rentré il y a un petit moment, je me dis qu’il est temps de m’y remettre. C’est bien, je voulais relancer un épisode avant de me faire à manger, mais voilà que je n’ai plus aucune connexion internet !

18h32 : Mieux vaut tard que jamais, je lance mon… cinquième épisode du week-end. On va aller loin, là.

19h04 : Debris, c’est vraiment beaucoup trop cool. Que quelqu’un la renouvelle !

20h25 : Deux épisodes de plus en stock – 246 minutes en tout après un épisode de Charmed, bof bof. Il est temps d’aller manger !

21h48 : J’ai plein, plein, PLEIN de séries à voir. Des hebdos à rattraper, tout ça, tout ça. Seulement, j’ai aussi un article du jour à écrire et pas mal de gestion pour le blog, alors je vais plutôt me lancer dans la saison 2 du Caméléon.

23h14 : C’est parti pour une soirée uniquement Caméléon. Je ne vais pas faire long-feu, je suis un peu claqué. Je n’écris pas des critiques complètes devant la série, alors c’est pratique… mais j’ai un problème tout de même : il faudra que j’écrive dessus à un moment, et je ne sais pas quand !

0h34 : 421 minutes et une forte envie de dormir !

Dimanche 16 mai

8h07 : Je ne sais pas ce qu’il m’arrive en ce moment, mais je me lève de plus en plus tôt ! Je vais commencer la journée par un petit déj devant Walker, histoire de rattraper mon retard du nombre de minutes, parce que ce n’est pas ça. Le niveau basique approche, remarque.

9h03 : C’est bon pour Walker, j’ai même écrit un article express devant. Plutôt content de moi, et plutôt content de voir du soleil en extérieur. Je vais en profiter pour sortir à nouveau. Un bon gros week-end à profiter de la vitamine D.

13h12 : La promenade a fini sous la flotte, je suis ravi. Repas terminé, c’est parti pour la conquête du niveau basique, avec This is us d’abord.

15h24 : Je ne sais pas comment j’avais calculé mon affaire, mais je pensais que The Rookie me suffirait à atteindre le niveau basique. Ce n’est pas le cas.

16h22 : 529 minutes, enfin ! Merci Younger. Je ne pense pas pouvoir atteindre un autre niveau, même s’il me reste pas mal à voir. On verra bien.

18h03 : Je me suis finalement lancé dans The Nevers au lieu de corriger mes copies. Si vous vous demandiez pourquoi parfois ça prend du temps de recevoir son contrôle, hum, voilà la réponse (c’est faux, j’ai des délais de rendu tout à fait raisonnable).

21h48 : Ben finalement, avec les deux épisodes de The Nevers, c’est une excellente série !, je me retrouve pas si loin du niveau suivant… Je pense que ça se tente.

23h48 : 736 minutes ! Merci Le Caméléon à nouveau, dont les deux épisodes regardés ce soir ont été la solution de facilité pour atteindre le niveau moyen. Sans lui, je me serais étalé par terre : il me reste à regarder Dollface, mais ce n’est pas très long…  

Ce week-end s’est donc achevé sur un niveau moyen et sur plein d’articles à écrire ou finir d’écrire (six, en tout). Et contrairement à d’habitude, je n’étais pas là à minuit, parce que j’étais encore devant une série. Quel mauvais organisateur… Heureusement que Ludo a pensé à tout clôturer (merci copain !).

C’est tout pour cette dix-huitième édition printanière… RDV à présent dans trois mois, courant août, pour une nouvelle édition. On vous tiendra informé de la date quand on l’aura !

The Nevers – S01E05

Épisode 5 – Hanged – 17/20
J’ai un sentiment très partagé face à cet épisode, parce que j’ai vraiment eu l’impression qu’il manquait des scènes entre celui-ci et le précédent, pour ne pas dire qu’il manquait un épisode complet. Malgré tout, c’était hyper prenant et j’ai beaucoup aimé, surtout la dernière partie de l’épisode qui a réussi à me prendre complètement par surprise par rapport à ce qui semblait se préparer. Hâte de finir ce début de saison, déjà, puisque le sixième marquera une pause dans la diffusion.

Spoilers

Le procès de Maladie est vite expédié : elle est condamnée à mort par pendaison sur la place publique.

Maladie hang, justice will be seen.

J’avais lu sur Twitter que le début de cet épisode donnait l’impression d’avoir raté un épisode et… j’avoue ? On voit donc Amalia coucher avec Horatio ? Je. OK. Cela semble toucher Penance, qui s’éloigne et voit ensuite Desiree sortir de sa chambre avec un homme. Peut-être donc que c’est elle qui couchait – si Penance le pense, nous on sait que ce n’est pas le cas.

Non, vraiment, ils se sont plantés dans l’ordre de diffusion des épisodes. Je ne vois que ça. On découvre en effet que Nimble travaille désormais pour Amalia et Penance, quand dans l’épisode précédent, il était clair qu’il était pour le Beggar King ? Et Amalia n’arrête plus de coucher avec son médecin qui trompe sa femme ? Il manque un épisode. Ce n’est pas possible autrement.

En parallèle, nous suivons toujours les expériences de Bidlow qui étaient les grandes absences de l’épisode précédent. Cette fois, il est donc question de suivre l’œuf magique en train d’éclore au plafond, à moins que ce ne soit une chrysalide. Dans la crevasse, on retrouve aussi la Touchée capable de faire léviter les objets, et sa lobotomie semble de moins en moins efficace.

Autrement, à l’orphelinat, on semble avoir compris ce qu’il se passait dans cette cave grâce à la chanson. Il faut aller chercher quelqu’un en-dessous – dans cette cave. Quelqu’un ? Ce qui est dans la chrysalide, donc ? Bon. Et à quoi sert Hugo ?

Pour l’instant, il énerve Miss Bidlow qui remarque qu’il a fait du shopping pour son frère, mais c’est tout. Son business – son bordel – n’est plus du tout évoqué. C’est si étrange. Bon, Mrs Bidlow et August sont dans un salon de thé typiquement anglais d’un hôtel, et elle pète un câble quand elle entend deux personnes s’extasier de la future exécution de Maladie. Alors là, je n’ai pas tout capté à sa réaction, franchement.

Le début d’épisode nous apprend donc que Maladie est condamnée à mort – ça, au moins, ça donne l’impression que l’épisode 5 fonctionne bien juste après le 4 : elle sera pendue en place publique. Cela ne plaît que moyennement au conseil du patriarcat. Je ne sais toujours pas comment les nommer. En tout cas, Massen est content de savoir que Maladie sera tuée en tant que Maladie, devant le monde entier, afin qu’il soit clair pour tous que la terreur soit punie. Je peux comprendre l’idée, pour le coup.

Les autres hommes s’inquiètent tout de même des conséquences de cette punition : ils ont peur de voir les Touchés s’enflammer ou la société changer de camp sur du long terme. Il est rapidement question des Touchés, donc, mais aussi de l’origine de leur affliction. Ils sont défendus par un certain Prince Albrecht.

On lit entre les lignes qu’on soupçonne la Princesse d’être une touchée, alors qu’à l’orphelinat, il se passe exactement ce qu’ils craignent : certaines, dont Harriet, pensent que Maladie est exécutée parce qu’elle est une Touchée. Euh… Je croyais que c’était une serial killer ? Je veux dire, je suis contre la peine de mort, hein, mais c’est tout de même une serial killer, elle n’est pas exécutée juste parce qu’elle est Touchée.

C’est bizarre comme réflexion, tout ça. En plus, je ne comprends que maintenant le pouvoir de Maladie, qui est qu’elle devient de plus en plus forte grâce à la douleur. De son côté, Mundi est harcelé par une journaliste qui veut obtenir une interview de Maladie, ce qui est désormais le seul sujet de conversation de tout l’épisode. Ou presque.

Hugo est en effet convoqué par Mundi parce que quelqu’un se plaint d’un de ses serveurs Touchés qui a blessé accidentellement un client n’écoutant pas les consignes. Il semble trouver un compromis avec Mundi, mais finalement, il est à nouveau question de Maladie, de son exécution et… Hugo se fait aborder par la journaliste qui a besoin de lui pour quelque chose qu’on ne connaîtra pas immédiatement.

Pendant ce temps, nous suivons Penance en train de prendre sa douche… et s’inquiétant d’être possiblement espionnée par August via un oiseau. D’ailleurs, je me rends compte que j’ai oublié de souligner que Penance a balancé à Amalia dans l’épisode 4 qu’il avait des pouvoirs. Et ça tombe bien : Amalia décide de se servir de lui pour faire diversion pendant qu’elle exécutera un plan pour s’infiltrer dans la cave de Miss Bidlow. La sœur d’August donc. C’est comme ça qu’elles ont su exactement où chercher ? Je veux dire, OK, on a eu la vision aux rayons X de Londres, mais…

Non, désolé, vraiment, là, ça ne peut pas être que moi qui ne comprend pas tout à l’accent, il en manque un bout. Et quand on retrouve le Beggar-King, je découvre qu’Odium est encore en vie, alors ça ne m’aide pas non plus à tout capter. En tout cas, le roi est contacté par Massen qui s’arrange pour s’assurer que Londres connaisse le chaos. Après tout, il veut guérir Londres du chaos, mais pour ça, il faut d’abord s’arranger pour avoir l’approbation de la foule.

Etrangement, à l’orphelinat, on en revient à la trahison de Lucy. C’est tellement étonnant. Je veux dire comme j’ai l’impression qu’il manque des scènes à l’épisode, j’aurais tendance à croire que du temps s’est écoulé depuis le précédent… mais non, voilà donc que des orphelines pensent qu’Amalia a tué Lucy, alors qu’Amalia et Penance en sont à regretter la disparition de celle-ci de leur vie.

Cela nous ramène aussi la bienveillance naturelle de Penance : elle refuse de voir Maladie se faire exécuter publiquement, parce qu’elle est une Touchée et parce que ça semble donner des ailes aux Puristes qui n’hésitent pas à accrocher des cordes devant la porte de l’orphelinat. Penance reste donc éveillée toute la nuit pour mettre au point un plan pour sauver Maladie de son exécution publique le jour même.

Amalia refuse de l’envisager, de manière assez logique. Elle a prévu d’aller récupérer le Galanthi, l’œuf-chrysalide-whatever, le jour-même. Elle ne veut pas non plus prouver au monde que les Touchés sont un danger, ou qu’ils sont du côté de Maladie, une serial killer. La dispute qui éclate entre les deux amies est vraiment intéressantes, car elles sont incapables de se mettre d’accord sur ce coup-là. Et ça part en vrille quand Penance comprend qu’Amalia ne fera pas l’effort non plus de l’attendre une journée pour mettre en place son plan.

Les deux amies sont en froid, et elles sortent ainsi de l’atelier de Penance où elles s’embrouillaient pour mieux voir que tout l’Orphelinat les écoutait. Forcément. Amalia leur propose alors un choix : chacun pourra suivre le plan qu’il préfère et juge le meilleur, en son âme et conscience. Ma foi, c’est logique. Par contre, s’il faut se fier uniquement aux discours, Amalia est clairement plus raisonnable, quoi.

Penance a plus de mal à suivre la cadence, mais elle retrouve assez vite l’énervement qu’elle avait quelques secondes plus tôt quand il était question de ce qu’Amalia avait fait à Sarah, aka Maladie. De toute manière, le choix de tous est déjà fait, en vrai. August choisit de suivre Amalia, ce qui doit être le plus douloureux pour Penance. Penance se retrouve donc avec Harriet, Nimb ou Desiree quand Amalia a avec elle Horatio, August, Annie et une autre Touchée que l’on vient de découvrir dans cet épisode. Il y a bien sûr aussi celles qui ne peuvent choisir un camp : les deux enfants de l’Orphelinat.

Elles ont bien fait, parce que les plans tournent mal, forcément. On suit d’abord l’exécution de Maladie et… c’est quelque chose. Le plan de Penance est sacrément intéressant et permet presque de la sauver, alors que tout le monde demande à ce qu’elle soit pendue, en boucle, dans un chant qui fait peur.

Le plan de Penance se met en place un peu par accident, cela dit, parce que Mundi s’approche d’elle et qu’elle craint soudainement le pire. Pour ne pas être arrêtée, elle envoie donc le signal qui permet à Nimb de réagir immédiatement. Le sauvetage de Maladie commence aussitôt… mais est interrompu par les gardes. La Touchée qui était chargée de s’approcher d’elle pour la sauver se retrouve donc à s’éclater sur les escaliers de la potence. Aïe.

Toutefois, Maladie décide de se suicider elle-même. Elle hurle un coup, ouvre elle-même le gouffre qui permettra de la tuer, et hop, elle quitte ce monde. Malheureusement, ça ne s’arrête pas là : ce suicide est suivi d’un énorme meurtre de masse deviné trop tard par Penance et Mundi. Les barrières en métal autour de la potence sont soudainement remplies d’un champ électrique très important, à cause d’un touché qui a manipulé un policier.

Les efforts de Penance et Mundi n’y font rien : on a un meurtre de masse, et on se retrouve ainsi avec une émeute qui éclate et blesse quelques personnages importants. Penance se retrouve avec la main brûlée en tentant d’arrêter le champ électrique, ce qui ne me rassure pas pour la suite où elle paraît la coupable idéale, Hugo se prend un énorme coup sur la tronche et Harriett… oh. Elle tente de s’enfuir avec Desirée, mais la porte qu’elle a fragilisé avec son pouvoir se referme devant elle.

Harriett reste coincée un moment, mais elle utilise finalement ses pouvoirs pour s’enfuir en transformant la porte en verre. Pas de bol pour elle, toute la foule de l’exécution cherchant à s’enfuir se retrouve ainsi face à une porte de verre et elle n’hésite pas à s’engouffrer là et compresser la pauvre Harriett qui se retrouve contre la porte au moment où elle explose.

Harriett est ainsi projetée au sol et piétinée… et sauvée de justesse par la journaliste. Elle est bien mystérieuse, elle, mais j’étais de loin de me douter de la vérité par contre. Hugo est sauvé lui aussi de justesse par Massen, ce qui me rend curieux sur la suite. Tout le monde peut alors rentrer défait à l’Orphelinat et retrouver le groupe d’Amalia, pas mal exténué, lui aussi. On en saura plus sur ce Galanthi la semaine prochaine, mais il faut avant ça revenir sur la journaliste.

Je l’ai repérée comme étrange dans l’épisode 4, mais jamais je ne me suis douté de ce qui était en train de se jouer avec ce personnage. Mundi finit par le comprendre en résolvant le meurtre du premier épisode que j’avais oublié et en recollant les morceaux : la personne qui se suicide n’est pas Maladie, mais la cinglée qui torturait Mary pour le fun quand celle-ci était captive.

Maladie ? Elle est la journaliste blonde. Du rembourrage pour la poitrine, une perruque et un faux nez jeté au sol au milieu de l’émeute nous révèle donc que cette journaliste était Maladie depuis le début, et qu’elle est toujours en vie. Cela explique pourquoi la journaliste en faisait tant pour que l’exécution soit le plus publique possible. Wow. Je ne l’ai pas vu venir, du tout.

PS : Cet épisode a donc marqué un tournant pour le tournage, avec le confinement qui passe par là et une foule partiellement créée par effets spéciaux. Je ne m’en serais jamais douté !

The Nevers – S01E04

Épisode 4 – Undertaking – 17/20
Certaines intrigues se précisent, et c’est agréable de les comprendre, quand d’autres arrivent et rendent tout ça encore plus confus. L’avantage, c’est que je ne sais jamais tout à fait vers quoi on se dirige avec eux tellement ça part dans tous les sens. L’inconvénient, c’est que la critique n’apporte probablement pas toutes les réponses. Mais bon, je passe de bons moments devant la série, c’est déjà ça !

Spoilers

Le meurtre de Mary perturbe logiquement les Touchés qui cherchent à trouver son meurtrier – et la raison de sa mort.

So we’re at war ?

La série me manquait de plus en plus, alors évidemment, je m’y remets… Et je regrette que la fin soit déjà pour bientôt, parce que ce résumé d’épisode me rappelle à quel point la série est géniale. La petite musique… ce devrait être un générique !

Bon, on reprend peu de temps après l’épisode précédent, avec l’enterrement de Mary qui me rend bien triste – même si ça m’apporte un point de Bingo Séries. Comme dans l’épisode précédent, il semble quasi évident que Myrtle sait quelque chose de la chanson de Mary, mais nous ne saurons pas tout de suite ce qu’il en est. Avant ça, on commence donc par le casting chantant pour dire adieu à Mary d’une part, et des ouvriers interrompus dans leur travail d’autre part.

Je ne comprends déjà plus rien, mais bon, je vais faire comme si pour le bien de la critique. L’enterrement est interrompu par des types bourrés et haineux qui énervent Mundi… mais toujours moins qu’Amalia. Celle-ci est absente de l’enterrement, et il trouve ça clairement abusé. S’il savait qu’en plus elle est en train de se bourrer dans un bar et provoquer des bastons inutiles !

De retour à l’orphelinat, une des Touchées ruinent des raisins qui ont l’air très bon pour signifier sa déprime. C’est un peu abusé. De son côté, la pyromane dont j’ai réoublié le nom est tout aussi surprise que Mundi de l’absence d’Amalia à l’enterrement. Il faut dire qu’elle, elle y était… alors qu’elle avait kidnappé Mary, tout de même. Amalia finit par revenir et révéler qu’elle a trouvé des informations sur son agression – et sur Odium.

Plutôt que d’avoir une conversation normale, Amalia et Penance jouent ensuite chacune le rôle de l’autre pour parler de l’absence d’Amalia à l’enterrement – mais c’est en fait son habitude, puisqu’elle n’a jamais assisté au moindre enterrement selon elle. Elle a de toute manière l’esprit ailleurs : elle veut savoir qui a tué Mary, et elle se met à soupçonner tout le monde, y compris à l’orphelinat. C’est problématique.

Il faut toutefois mener l’enquête, et une vision lui permet de savoir que cette enquête la mènera une fois de plus à Lord Massen. J’ai eu comme d’habitude du mal à suivre tout ce qu’il se passait dans les scènes de réunion des personnages, mais c’est très fluide de les voir mettre au point un plan – dans lequel Amalia fait toute confiance à sa vision et refuse d’emmener Desiree avec elle, quand Penance se retrouve à devoir parler à August.

Ce dernier est vraiment ravi de la voir débarquer, forcément. Il était en train de jouer avec des corbeaux, mais il n’en reste pas moins un suspect sur la liste des meurtriers potentiels de Mary, pour le principe. J’étais content de voir aussi sa sœur sur la liste, d’ailleurs. Le personnage d’August est si perturbé dans la vie qu’il en arrive à confesser le meurtre de Mary sans même le savoir.

Cela apporte un bon humour à l’épisode, surtout quand Mary affirme qu’elle est en train de l’enregistrer avec son prototype qui ne fonctionne pas, mais ça mène évidemment à la révélation des sentiments d’August. La scène se termine toutefois par August déclarant qu’il veut juste être un ami de Penance. Il a envoyé des fleurs, ce qu’elle devine… avant de demander s’il pense que sa sœur peut être coupable du meurtre.

En parallèle, Annie mène son enquête aussi pour retrouver le meurtrier de Mary, cherchant à prouver que le meurtrier est lié au Beggar King. Elle tombe alors sur Nimb, travaillant pour lui et affirmant qu’il n’y est pour rien dans son meurtre. C’est tout ce qu’il y a à retenir de la scène, mais ça mène aussi à de bons effets spéciaux avec Nimb capable de créer des escaliers pour s’enfuir, à base de boucliers étranges, et Annie attaquant des voleurs qui l’attaquent eux-mêmes, allez savoir pourquoi.

Comme le Beggar King n’est pas responsable de ce meurtre, on suit ensuite Amalia en train d’interroger Massen pour en savoir plus. Celui-ci comprend vite quelle est l’intention de son invitée, mais il est intéressant de voir comment l’entretien est mené : Amalia joue ainsi le rôle de Mary pour interroger Massen.

C’est surprenant à voir, mais ça passe bien, et ça révèle davantage le personnage de Massen comme un grand méchant. Il est contre les Touchés, parce qu’ils vont à l’encontre des lois de Dieux, et il avoue à demi-mot le meurtre de Mary, qui apportait trop d’espoir aux Touchés. C’est frustrant, parce qu’il s’en sort plutôt bien à laisser entendre qu’il peut être le responsable tout en faisant comprendre à Amalia qu’elle est responsable de l’accident – il en dit d’ailleurs trop, car ça sous-entend qu’il a un(e) complice, que notre héroïne doit donc démasquer.

Amalia rentre donc à l’orphelinat pour communiquer ce qu’elle a trouvé comme informations, et Annie envisage aussitôt de tuer Massen. Il était pourtant déjà clair que ce n’était pas leur plan : ils veulent juste rendre justice à Mary. Penance reste contre l’idée d’un meurtre pour se venger, et ça mène à des moments marrants avec Amalia forcée de se mettre de son côté.

Elle fait ce qu’elle peut pour ensuite partir en reconnaissance au port avec Lucy et Annie afin de se venger. Du côté des ouvriers du début d’épisode, on découvre qu’ils sont occupés à faire grève et que ça emmerde sincèrement Lord Massen. Il est leur patron et il leur prouve assez vite qu’ils ne sont pas irremplaçables, ni en danger, malgré le transport d’armes et de munitions.

Le but est donc pour Amalia de s’attaquer à ces munitions pour poser problème à Massen sauf que, surprise, Lucy est en fait la traitresse qui a permis le meurtre de Mary. Alors là. Elle ne s’y attendait pas, et moi non plus : Lucy est donc manipulée par Massen qui affirme pouvoir trouver un remède contre son pouvoir – elle a tué son bébé à mains nues – et c’est pour cela qu’elle communiquait des informations sur le groupe à Massen.

Sauf que voilà : Massen a assuré qu’ils sont en guerre à Amalia, et en temps de guerre, les espions prennent cher. Amalia, qui comprend beaucoup mieux ce qu’il se passe que moi en ayant trouvé si vite l’espionne, envisage donc de tuer Lucy, son alliée fidèle qui l’a trahie sans remords. C’est assez fou à voir, car cela mène à un excellent combat – qui est excellent principalement grâce aux pouvoirs de Lucy qui permettent d’exploser tout ce qu’elle touche, y compris le sol.

Finalement, Amalia parvient à l’arrêter car Lucy revient chercher un pin’s qu’elle avait et qui avait été donnée par Penance. C’est fou. En tout cas, ça permet à notre héroïne de lui soutirer des informations : Amalia peut ainsi faire exploser les vraies munitions, avant de forcer Mary à l’exil.

Sans la moindre surprise, on retrouve dans cet épisode Myrtle paniquée faute de pouvoir expliquer qu’elle a compris les paroles de la chanson de Mary, mais avec l’aide de dessins et de sa plus grande amie (au sens littéral, hein), elle parvient finalement à se faire comprendre. Reste à trouver la personne qui pourra la traduire – ou plutôt les personnes, d’ailleurs.

Avec l’aide d’Harriet, tous les traducteurs sont ramenés à l’orphelinat pour traduire ce que Myrtle peut bien avoir à dire. Elle commence par du portugais, je dirais, et personne n’est capable de la comprendre. La pauvre a du mal à trouver des traducteurs capables de la comprendre, mais peu à peu, on y arrive. Elle va ainsi pouvoir donner les paroles de la chanson de Mary. En fin d’épisode, nous découvrons ainsi que Mary s’adressait directement à Amalia, une combattante solitaire. C’est super étrange.

Amalia semble comprendre qui parlait à travers cette chanson de Mary, et elle fond en larmes quand il est question d’une noirceur les menaçant tous et de quelqu’un à aller chercher « en-dessous ». Il est aussi révélé qu’Amalia n’est pas si seule et qu’elle a quelqu’un qui s’en est sorti. Reste à savoir ce que tout ça signifie – et qui les Touchés sont censés retrouver pour obtenir de l’aide. Alors là, j’en ai presque mal à la tête.

Au commissariat, Mundi assiste à l’audition des deux types qui ont perturbé l’enterrement de Mary, et ça semble ne mener nulle part… jusqu’à ce qu’ils comprennent que Mundi est un ancien boxeur. D’un coup, ils révèlent qu’ils sont des puristes – des anti-Touchés – et qu’ils ont été envoyés là par deux hommes en costard.

Ces derniers ont donné aux premiers une carte avec un cygne dessus, ce qui mène Mundi sur la piste d’Hugo Swann. Forcément. Celui-ci clame son innocence et la scène ne mène pas à grand-chose, si ce n’est une nouvelle confrontation entre eux, avec toute la tension qui peut en découler.

Finalement, quand il retourne au commissariat, Maladie se pointe sans prévenir et ça lui permet de menacer un autre flic, qu’elle étrangle sans vergogne avant de s’enfuir. Au passage, cela nous confirme que Maladie n’a rien à voir avec la mort de Mary – par contre, elle affirme qu’elle était dans sa tombe, c’est pas si charmant.

Sans que je ne m’y attende, Mundi finit par rattraper Maladie lorsqu’elle s’enfuit. Il lui éclate la tête contre un mur – et il parvient ainsi à l’arrêter, tout en insistant pour que justice soit rendue. Celle-ci finit donc en prison… On verra bien ce que les scénaristes veulent en faire !