Drew Tarver (#156)

Salut les sériephiles,

Est-ce que j’ai volontairement regardé un épisode de plus hier soir parce que j’étais à court de performance de la semaine ? Bien sûr que oui, juste histoire d’avoir de quoi parler d’un acteur que j’aime beaucoup et d’une série qui mérite le détour. Je parle bien sûr de The Other Two, et avec elle, de ma performance préférée cette semaine, celle de…


Drew Tarver GIFs - Get the best GIF on GIPHY

Drew Tarver

La série : tHE oTHER tWO
L’épisode concerné : S02E02 – Pat Connects with Her Fans – 16/20

Kate Tarver GIFs - Get the best GIF on GIPHYPourquoi ? Je suis en retard dans la diffusion de la série puisque j’ai décidé de ne voir qu’un épisode par semaine afin de la faire durer. De toute manière, j’ai l’impression que personne ne la regarde et que mes critiques ne font pas mouche pour le moment, alors autant prendre tout mon temps… Il n’empêche que dans ce deuxième épisode, Cary n’a pas forcément le meilleur des rôles, puisqu’il est présenté comme un personnage un brin chiant.

Malgré cela, l’acteur parvient tout à fait à nous vendre son personnage et à manier assez subtilement plusieurs émotions et types de jeu. Du côté de l’humour, il n’y a pas à dire, Drew Tarver a un don pour la comédie, avec un visage super expressif. La toute dernière scène de l’épisode 2 m’a fait mourir de rire, avec un visage qui crie la souffrance quand il présente les « gay news » de la semaine. cary dubek | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirC’était une parfaite maîtrise des expressions faciales, et ce n’est pas la première fois qu’il montre qu’il sait le faire. Et puis, le ridicule ne le tue pas ; au contraire, ça le sublime.

Dans le reste de l’épisode, nous avons l’occasion de le voir amoureux. C’est bien la première fois au cours de la série qu’il se retrouve dans un couple assez stable pour ça, et si je n’étais pas forcément convaincu par son alchimie avec Jess dans le premier épisode, j’ai trouvé qu’elle était assez évidente dans ce deuxième épisode.

Ce pourrait être déjà suffisant pour en faire une performance de la semaine, mais bien sûr, ce que j’ai préféré dans l’épisode 2, c’est l’impact émotionnel de l’intrigue sur l’acceptation de l’homosexualité par le daddy. Si l’on met de côté le quiproquo énorme qui sert à l’humour de l’épisode, le personnage de Cary est celui qui évolue le plus dans cet épisode, en exprimant vraiment un problème d’acceptation – et un besoin qui se voit dès les premières scènes.

https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2021-08/22/0/asset/dbdb9822ebb7/anigif_sub-buzz-5302-1629591584-29.gifLe jeu d’acteur est parfait pour nous montrer à quel point Cary a envie d’être vu comme normal, d’être accepté – et à quel point il aurait aimé l’être de la part de son père. La série maltraite inévitablement le personnage par son concept, mais cette semaine, j’ai eu l’impression que le but était vraiment de le faire évoluer dans le bon sens, et de le faire grandir tout au long de la série. Il serait temps qu’il comprenne ce que son frère chantait : c’est parfaitement OK d’être gay, tout le monde s’en tape. Sort of.


Andrew Wright GIFs - Get the best GIF on GIPHYAussi vu dans : Drew Tarver est un acteur qui est dans le métier depuis un moment et qui a multiplié les petits rôles dans un certain nombre de films et séries. Il aurait dû, par exemple, être à l’affiche de How I met your dad si la première mouture avait vu le jour. Je l’ai croisé déjà dans des épisodes de Superstore, d’Angel from Hell, de Girlboss, de LA to Vegas ou de Love… mais sans qu’il ne marque forcément. Une chose est sûre : son CV est tourné vers la comédie.

Drew Tarver Tumblr posts - Tumbral.com

Il a bien raison, comme je le soulignais plus haut, il a le visage pour faire passer l’humour comme il faut, avec une maîtrise d’un grand nombre d’expression le rendant parfait dans le rôle de Cary. Seulement voilà, je trouve qu’il mériterait d’être encore plus connu que ce qu’il est. Certes, il semble avoir un rôle récurrent dans Bless the Hearts en parallèle de la série pour laquelle je le connais, mais j’aimerais qu’il perce dans une comédie que tout le monde regarderait.

Et en même temps, j’aurais envie que tout le monde regarde The Other Two, parce que c’est beaucoup trop drôle !

Comedy Central Helene York GIF by The Other Two


L’info en + : Sans trop de surprise, une petite recherche Google permet de confirmer l’évidence : Drew Tarver se reconnaît beaucoup en son personnage, parce qu’il a vécu lui aussi un coming-out tardif et les auditions catastrophiques en tant que jeune acteur cherchant le succès. C’est peut-être la clé du succès de la série et la raison pour laquelle il est si parfait pour le rôle : il ne fait que jouer une autre version de lui-même… cary dubek | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirJ’espère pour lui – et pour nous ! – que ça pourra continuer encore un moment.

La série n’est pas encore renouvelée pour une saison 3. Elle a intérêt à l’être, car il y a peu de comédies encore capable de vraiment me faire rire !


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Les cinq nouveautés séries de la rentrée

Salut les sériephiles,

Pour faire suite à l’article de la semaine dernière sur les cinq reprises les plus attendues de la rentrée, Tequi nous propose aujourd’hui de nous pencher sur les cinq nouveautés que l’on attend le plus. Je sens comme une thématique, là. N’empêche que bizarrement, j’ai trouvé ça beaucoup plus inspirant que la semaine dernière, parce que je suis bien motivé par cette rentrée de série. Oui, je sais, ce n’est pas du tout ce que je disais en mai dernier, mais depuis j’ai changé d’avis. Une histoire d’imbéciles, tout ça tout ça.

Sans plus d’introduction (mensonge, il y a toujours plus de blabla sur ce blog), je vous propose donc de passer à la liste du jour, de la moins à la plus attendue, sachant qu’il y en a d’autres que je ne vais même pas citer parce que… ben parce que c’est le principe d’un top 5 en fait ; je me prends déjà assez la tête à trouver un moyen d’en classer cinq !

Lire aussi : À voir en septembre

Je vous remets ici les trailers des séries dont je parle, mais je ne les ai pas revus depuis la première fois que je les ai publiés. Ils ont tendance à révéler trop de choses, alors je ne les regarde qu’une fois pour me faire un avis et j’essaye ensuite de les oublier, pour ne me fier qu’à mes sentiments (vous voyez ? Toujours plus de blabla !).

Les dates sont en J+1 pour correspondre à la dispo en France.

  1. God Friended me

Normalement, je devrais fuir cette série comme la peste, rien que parce qu’elle est sur CBS, la chaîne des séries procédurales avec aussi peu de femmes que possible au casting. Cela dit, j’ai beaucoup aimé l’acteur principal dans The Mayor cette année et je trouve le concept sympa. Après les échecs de Kevin Probably Saves the World et Angel from Hell ces dernières années, peut-être qu’une série de sujet religieux va enfin réussir à percer. Ou peut-être pas, en tout cas, le trailer m’a bien plu. Le vrai bémol, c’est qu’elle sera diffusé le dimanche soir aux États-Unis. Bref, elle débarque le lundi pour nous et mes lundis sont chargés côté séries… Débute le lundi 1er octobre.

  1. A Million Little Things

La vraie surprise des trailers diffusés en mai dernier, c’est celle-ci. Franchement, elle n’avait rien pour elle sur le papier, mais je me suis dit que j’allais quand même jeter un œil à la bande-annonce. C’était une sacrée bonne idée parce que j’attends impatiemment la série depuis. ABC retente une formule mise de côté depuis un moment par la chaîne et qui a fait le succès de This is us sur une autre chaîne. Le premier aperçu étant bon, j’ai bon espoir que l’épisode complet réussisse à me captiver. En tout cas, ma curiosité est piquée à vif ! Débute le jeudi 27 septembre.

  1. The Purge

Non, je n’ai toujours pas vu les films, mais j’ai prévu de le faire d’ici début septembre, promis ! La bande-annonce a une bonne ambiance pour une série d’horreur, le synopsis de base est sympa et je n’ai jamais compris comment ça pouvait être un film alors qu’il y avait clairement de quoi faire une série avec cette idée. J’ai un peu peur de l’overdose de flashbacks ou d’overdose de visionnage des films, mais pour le moment, je suis impatient de la découvrir parce que ce n’est pas avec American Horror Story que je veux faire des cauchemars. Débute le mercredi 5 septembre.

Voir aussi : The Purge en série

  1. Charmed

Non, c’est plutôt avec ce reboot que je vais faire des cauchemars. J’en ai rêvé avant-hier, c’est pour dire (oui, j’ai rêvé qu’Alyssa Milano jouait un démon dans le reboot, faut pas chercher, j’ai des rêves étranges). Une part de moi hurle au scandale avec tous les fans de la série originale, l’autre part a vraiment trouvé le trailer sympa. Je pense que la série va être regarder au deux ou troisième degré et ainsi être super drôle, dans un univers que je maîtrise parfaitement. Si en plus, ce reboot verse autant dans le méta que le pouvoir des trois original, il est susceptible de finir du côté des coups de cœur. Je m’en fais trop d’espoir là, je sais. Débute le lundi 15 octobre (purée la CW abuse toujours un peu plus dans sa date de rentrée !)

Voir aussi : Le reboot de Charmed

  1. You

Si même la tronche de Dan Humphrey ne me fait pas fuir, rien ne le fera. Une romance, sur Netflix, avec un côté thriller ? Eh, je signe, et on verra après si ça valait le coup. La bande-annonce m’a scotché en me rappelant délicieusement Eye Candy (terminée bien trop tôt malheureusement) et franchement, je l’attends autant que Charmed, pour des raisons différentes. J’y crois donc et je m’expose à de sacrées déceptions avec ces deux-là, mais je les attends vraiment beaucoup pour pouvoir mettre des mots dessus et donner mon avis ! Débute le 10 septembre.

C’est tout pour cette semaine… ou pas, parce que j’ai un peu de peine de ne pas parler des comédies, alors pour conclure, j’attends aussi Single Parents, parce que Leighton Meester est hilarante. Oui, ma rentrée va être très Gossip Girl, je sais, mais ce n’est pas de ma faute !

À la semaine #3 : du 24 au 30 avril

Bonjour à tous !

Hier, c’était un lundi férié pour la fête du travail et clairement, je compte bien m’en servir comme excuse pour justifier mon retard et mon absence d’hier. Je vagabondais dans mon long week-end de trois jours et je n’ai pas eu une seconde à consacrer à la publication de cet article ! Ce n’est pas bien, mais bon, l’avantage d’un blog est de pouvoir tordre le cou au planning comme on le veut.

Et puis, rassurez-vous, je suis là ce matin, je vais regarder petit à petit mes inédits déjà en retard et tout roulera pour le mieux dans le meilleur des mondes. J’ai profité de ce week-end prolongé chez ma meilleure amie et j’espère que vous avez tous eu de quoi passer trois excellentes journées vous aussi !

Avant de partir là-bas, j’ai néanmoins profité de ma semaine série, comme d’habitude… Du coup, on va commencer par-là cet article, parce que c’est en fait plus logique :

00Ma semaine de sériephile

Retour sur les événements et articles marquants des sept derniers jours, toujours sans spoiler, bien sûr.

Cette semaine était sacrément chargée en retour de pauses et reprises de diffusion, mais c’est à peu près tout ! Enfin, cela dit, ça remplit assez bien mon emploi du temps quand c’est comme ça, alors heureusement que c’était tout.

Ainsi, j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir lundi dernier les personnages de Silicon Valley pour une quatrième saison qui démarre à merveille. Je trouve que cette série n’est pas assez connue, alors qu’elle a un rythme pourtant dingue qui fait que chaque épisode avance. C’est sacrément agréable quand même. Lundi voyait aussi le retour du Last Man On Earth, avec toujours aussi peu de subtilité.

Mardi reprenait Supergirl, mais j’en parle ci-dessous. J’ai profité de cette journée pour finir Girlboss. C’est aussi le jour où on a appris que l’aventure Powerless s’arrêtait là : la série a été retirée du programme de diffusion de la chaîne au profit de rediffusion de Superstore. C’est vraiment dommage car elle commençait à trouver sa voix.

Mercredi, je publiais donc mon avis sur Girlboss, parce que j’ai fini la série à une heure pas spécialement avouable. C’était aussi la suite de l’excellente série française Dix pour Cent qui a alimenté quelques-unes de mes conversations ce week-end.

Jeudi marquait le retour de The 100 avec un épisode qui m’a particulièrement marqué, puis vendredi, c’était TGIT et comédies. Samedi, j’ai trouvé le temps de concocter un article pour le TAG Smells like chick spirit, dont j’avais parlé lundi dernier. Oui, tout est lié sur ce blog, c’est dingue. J’ai entamé Grace & Frankie saison 3, mais je ne sais pas si j’en parlerais ici, car je vois les épisodes en décousu chez ma meilleure amie.

Et dimanche, j’ai fait la fête, donc je n’ai rien vu. C’est la vie.

Screenshot_2017-04-29-10-56-08.png

Le Coup de…

Je tente le coup de vous parler sans spoiler et en coup de vent de mon…

Coup de Cœur : Le retour de The 100 qui m’a particulièrement touché sans que je ne puisse spécialement expliquer pourquoi.
Coup de Mou : Le retour de Supergirl n’était pas à la hauteur de mes espérances cette semaine… Bon et en même temps, c’est peut-être tout le problème : j’avais des espérances à son sujet. M’enfin quand même !
Coup de Poing : Il revient cette semaine à Blindspot. Je ne m’y attendais pas, mais pourtant, l’une des premières scènes d’action de l’épisode m’a vraiment bien accrochée et scotchée à mon fauteuil de RER. (Ouais, encore dans les transports, que voulez-vous)
Coup de Blues : Il me faut remercier le personnage de Jared à la fin du 4×01 de Silicon Valley pour celui-ci. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler, mais ceux ayant vu l’épisode comprendront.
Coup de Vieux : Il n’est pas pour moi, mais pour Rebecca Mader (Zelena dans Once Upon a Time).  Elle a bien vieilli depuis LOST et ça se voyait dans cet épisode, où j’ai trouvé que son jeu n’était plus franchement au point. Elle en a peut-être juste marre de la série, mais quoiqu’il en soit, c’est dommage !
Coup de Gueule : Encore une série qui se fait retirer sans préavis ! La diffusion de Powerless a été annulée trois jours avant, c’est un peu abusé quand même. Il me reste à espérer qu’on aura la diffusion des autres épisodes cet été, comme pour Angel from Hell, et avec une vraie fin, s’il vous plaît !
Coup de Barre : Imaginary Mary s’est un peu trop éloignée de ce que j’aime dans la série et c’était du coup un épisode bien long et peu drôle. J’ai eu envie de dormir devant et il n’était pas encore 20h.
Coup de Bol :
Ce sont les personnages de Scandal qui ont eu un bon coup de bol cette semaine (mini spoiler attention) avec leur pause de 5 minutes dans leur réunion théoriquement ultra chronométrée… En plus, ils trouvent une solution à leur problème pile à la fin de cette pause, c’est magique.
Coup de Tête : Me lancer dans le visionnage de Superstore vendredi soir à l’heure où je devais me coucher. Ce fut sans regret tant j’ai adoré l’épisode !
Coup de Théâtre : Ne pas profiter de mon lundi férié pour mettre à jour le blog ou au moins voir un épisode de série. Non, à la place, je suis allé voir Guardians of the Galaxy 2 et j’ai adoré, toujours grâce à un humour parfait et une bande-son magique que je suis actuellement en train d’écouter.
Coup de Pub : Vous ne le savez peut-être pas, mais Chyler Leigh (Lexie Grey et/ou Alex Danvers selon vos affinités de sériephile) chante parfois avec son mari. Celui-ci est à la tête d’un groupe qui s’appelle East of Eli (c’est un lien vers Youtube, oui) et ils envisagent de faire un concert en France le 2 juin. Pour cela, il faut toutefois 300 participants sur cette page Facebook avant vendredi. Spoiler alert : c’est très bien parti avec 211 personnes inscrites à l’heure où je vous parle.
Coup de Grâce :

Une fois de plus, je veux éviter les spoilers, mais si vous avez vu Girlboss, vous me comprendrez. Si vous n’avez pas vu la série, je ne sais pas ce que vous êtes encore en train de faire ici, vous devriez déjà être sur Netflix à la regarder car elle vaut vraiment le coup, et plus que ça encore. Je l’ai vendue un peu fortement toute la semaine ici et à plusieurs amis ce WE… Vraiment, je ne la mets pas en coup de grâce sans raison, c’est à voir, je vous assure !

00

Les inédits de la semaine

Du plus récent (hier) au plus ancien (lundi dernier) :

-> Life in Pieces, 2×20
-> The Great Indoors, 1×20
-> Blindspot, 2×19
-> Superstore, 2×20
-> The Catch, 2×08
-> Scandal, 6×12
-> Grey’s Anatomy, 13×21
-> Dix pour Cent, 2×01-04
-> The 100, 4×09
-> Imaginary Mary, 1×05
-> Girlboss, 1×01-13
-> Prison Break, 5×04
-> Agents of S.H.I.E.L.D, 4×19
-> Quantico, 2×19
-> Supergirl, 2×18
-> Outcast, 2×04
-> Once Upon a Time, 6×18
-> Silicon Valley, 4×01
-> The Last Man On Earth, 3×15

Si vous voulez me parler d’un de mes coups ou de quoique ce soit, n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça, mon compte Twitter (@ShipouJG) aussi !

Bonne semaine de visionnage à tous !

ON N’VA PAS S’MENTIR – Septembre 2016 : c’est la rentrée !

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique du blog : j’y reviens sur une série ou un événement sans langue de bois. Pour cette première moulure, je m’intéresse bien sûr à la rentrée des networks ! Cet article évoquera donc de nombreuses séries, dont les titres sont en gras. Pas d’inquiétude, c’est fait majoritairement sans spoiler (ou c’est précisé quand j’évoque des spoilers mineurs). Non, je n’évoque pas Luke Cage, que je n’ai pas encore pris le temps de commencer 😉

 01

À une époque, septembre était synonyme de nouveautés, de reprises époustouflantes, de sang neuf… Cette année, je n’ai peut-être pas donné leur chance aux bonnes séries, mais franchement, je n’ai rien vu de tout ça et ça me gave un peu ! Tour d’horizon…

perabo
Promis, il n’y a aucun jeu de mots entre l’actrice et le titre ci-dessous (Notorious)

Faire du neuf avec du vieux

C’est un peu le moto de la plupart des séries que j’ai tenté cette année ! Il n’y a rien de neuf dans les pilots que j’ai vu. Du côté d’ABC, on se contente d’imiter le Shondaland un peu partout, parce que c’est ce qui fonctionne sur la chaîne. Notorious est totalement touchée par ce symptôme : franchement, on y retrouve les ingrédients chers à Scandal ou How to get away with murder. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose et c’est sûr que ce n’est du coup pas mauvais, mais le problème c’est que ça commence à devenir lassant de se voir ressortir les mêmes histoires. Il serait grand temps de tenter de faire un peu de neuf. Toujours sur ABC, Conviction est déjà victime du même symptôme et seul le casting permet de sauver la série. Autant dire que même si je les aime bien, je ne donne pas cher de la peau de ces deux nouveautés, aux audiences déjà décevantes… Pas surprenant ! Et sinon, la mode en 2016 semble être de débuter sa série par une scène de sexe, une recette vieille comme le monde qui en arrive à être presque gênante tellement elle est devenue un détour obligatoire dans le pilot, expédié le plus vite possible lors de la première minute (Notorious en est peut-être l’exemple le plus frappant).

00

Du côté de FX, c’était encore pire en ce qui me concerne ! Je suis totalement déçu par les lancements de Better Things et d’Atlanta. Je m’attendais à voir un nouveau You’re the worst… mais à la place, j’ai vu débarquer un ersatz de cette série avec Better Things. J’avoue avoir abandonné pour le moment cette nouveauté qui n’avait rien de vraiment nouveau : certes, c’est féministe et ça fait du bien, mais ça n’apporte rien de neuf, ça ne construit rien et c’est tout juste si ça dénonce des phénomènes de société. On a par exemple un épisode qui traite (attention légers spoils jusqu’à la fin du paragraphe) le tabou des règles des femmes, ce qui est une très bonne chose sur le papier… sauf que ça se termine sur un statu quo. On a juste eu vingt minutes sur le sujet et un très beau discours de l’héroïne fait uniquement à des femmes sur le fait qu’il faut assumer son corps. Passionnant, mais… « et ? ». Et rien du tout, justement, pas de conclusion, pas de vrai message, même pas de critique finalement. C’est très décevant.

00

Même chose du côté d’Atlanta dont j’attendais peut-être trop parce qu’on m’annonçait le retour de Donald Glover. Oui, mais finalement, ce retour, je le trouve décevant. J’ai vu beaucoup de tweets ravis de la série, mais je n’ai absolument pas accroché : on nous plonge dans une série qui n’a pas de fil rouge, à l’humour pas vraiment au point (c’est inégal : c’est parfois drôle, parfois douloureux de les voir essayer de faire rire). Il y a une critique sociétale forte, sur le racisme, sur l’exclusion, sur tout un tas de choses d’actualités sur lesquelles il y a beaucoup à dire. Le problème ? Et bien, ça s’arrête à ça. C’est une sorte de reflet des problèmes, mais ça ne propose pas de solution (bon ok, ça à la rigueur, ce n’est pas forcément leur rôle), juste un statu quo que personne ne cherche à modifier. En gros, c’est un état de fait, ce qui est après tout le cas (malheureusement) dans la réalité, je ne dis pas. Je cherche simplement où est la comédie là-dedans ?

Dans le cas de Better Things comme d’Atlanta, mon plus gros malaise vient du voyeurisme malsain qui nous est proposé sur des tranches de populations exclues, sur des problèmes de société vécus, sous couvert d’une comédie qui peine à faire rire. Bref, un pseudo-documentaire fictif très dérangeant. C’est un peu ce que proposait You’re the Worst et Catastrophe en s’attardant sur des couples non-conventionnels et des personnages un peu détruits. La différence ? La visée humoristique est au cœur de l’écriture de ces deux-là, là où les nouvelles ont tendance à éclipser cette tendance, tout en restant présentées comme des comédies. Dans le même genre, Master of None de Netflix était bien plus réussie, en dénonçant des problèmes sociétaux tout en parvenant à proposer des vraies situations comiques. Peut-être que l’une et l’autre gagneront à être vues en binge-watching, mais pour le moment, je me permets une pause. Je les trouve plus lourdes que drôles.

00

On prend les mêmes et on recommence

Le problème ne vient pas que des nouveautés, loin de là ! Je trouve que de manière générale, les séries qui reprennent cette saison ont du mal à proposer quelque chose de nouveau. Pêle-mêle : Quantico reprend très exactement son schéma de base, en faisant limite fi de ce qu’il s’est passé en saison 1 (même pas un petit résumé tant ce n’est pas important), Agents of S.H.I.E.L.D repart sur une saison qui divise les intrigues en plusieurs sous-catégories et en isolant les personnages, Once Upon a Time repart sur un méchant vu et revu avec des twists tout aussi peu inédits (franchement, l’écriture est de plus en plus décevante de saison en saison), Younger ignore les problématiques de son final en les enterrant et les coulant (littéralement) dans ses deux premiers épisodes, Blindspot expédie en un épisode les ¾ des mystères pour repartir en procedural, How To Get Away With Murder est enfermée dans sa forme et repart sur une troisième intrigue identique ; bref, la liste ne finit plus !

HTGAWM n’est pas la seule coincée par son schéma scénaristique. Pour certaines, comme Blindspot ou Quantico, le problème vient peut-être du genre même de la série, qui enferme immanquablement le show dans un carcan resserré. Pour autant, je trouve ça parfois écrit trop lourdement pour être pleinement appréciable. Ou peut-être que c’est simplement que je suis blasé à force de trop regarder de séries ?

01
Et sinon, il y a de bonnes à voir quelque part ? (The Last Man On Earth)

Des recyclages réussis ?

Même problématique du recyclage côté de Superstore qui, après s’être égaré un épisode, revient finalement à ses fondamentaux en s’enfermant dans le Cloud 9. J’ai hésité à en parler, parce que pour le coup, c’est une bonne chose : l’ADN de la série vient du magasin et le changement de formule avec le premier épisode était un échec humoristique assez dommage en ce qui me concerne.

Comme l’an dernier, Grey’s Anatomy étonne par sa constance. Depuis qu’ils se sont rappelés (en fin de saison 11) ce qui faisait le succès de la série, le show est reparti sur d’excellents rails qui donnent envie de croire qu’il parviendra à détrôner ER en nombre de saisons (Grey’s jusqu’en 2019 ? Allez, soyons fous). Le succès de la série ? La constitution d’une famille hétéroclite, qui se retrouve en fin de journée pour partager une bière/un cocktail/un dîner. Tous les dramas sont très sympas et font partie de l’ADN de la série, mais rien ne vaut les quiproquos familiaux et les scènes d’humour/de danse de la série. C’est revenu l’an dernier et ce n’est pour le moment pas oublié par les scénaristes. Ouf.

Il me faut évoquer l’improbable cas de The Last Man on Earth : la série ne m’a pas encore tout à fait convaincu par son retour, mais elle semble avoir décidé de suivre cette saison un vrai fil rouge. C’est difficile d’en être certain après deux épisodes, mais c’est pour l’instant le cas et ça m’intrigue autant que ça me fait plaisir. Peut-être que ça aura moins l’air décousu grâce à ça et la série en a besoin, car l’humour lui manque en ce moment.

Enfin, comment ne pas terminer ce paragraphe sans évoquer le cas d’American Horror Story ? Cinq saisons redondantes et lourdes plus tard, la série se réinvente… en allant piocher dans ce qui était le plus intéressant en saison 1 ! Les acteurs changent enfin de rôles, le côté « Horror » est enfin (re)mis en avant avec des tentatives de jumpscare et le style même de la série est totalement redéfini avec le documentaire (qui plaît ou pas, certes, mais qui change au moins). Certes, je me méfie encore de la suite, mais pour l’instant, cette saison semble ne pas se disperser dans tous les sens et c’est une bonne chose.

01
La première scène de Westworld

Les bonnes surprises

 Tout n’est donc pas noir en cette rentrée des séries, et franchement heureusement ! Le recyclage réussi se voit aussi parmi les nouveautés des chaînes.

The Good Place s’est démarquée en premier. Certes, le synopsis de base surfe sur une tendance mystico-religieuse très à la mode (il n’y a qu’à voir Angel from Hell l’an dernier, malgré son échec cuisant et mérité), mais l’humour y est totalement décalé par rapport à ce qu’on voit habituellement sur la chaîne. Il n’y a pas à dire, ça fait du bien ; et l’ironie de Kristen Bell est une franche réussite, comme toujours.

This is us est elle aussi tout à fait réussie. Il n’y a rien de nouveau avec cette série, mais alors vraiment rien. C’est un soap dramatique qui s’attarde sur la vie de personnages qui s’avèrent (SPOILER) être en fait tous liés par le sang. Deux timelines (comme dans Lost, HTGAWM, …) traités en même temps et une vraie motivation d’être un feel good font qu’en deux épisodes la série s’est imposée déjà comme une réussite. Pour être honnête, mon épisode de la semaine m’a même déjà manqué hier où la série n’était pas diffusée. C’est assez dingue cet effet d’habitude après seulement deux épisodes. Bien joué de la part d’ABC, ce recyclage est un succès au casting impeccable.

Westworld qui vient tout juste de commencer est une bonne surprise également, mais elle est déjà un peu trop survendue pour moi. J’ai du coup tendance à avoir envie de la critiquer, notamment en faisant un parallèle pour moi tout à fait évident avec Dollhouse de Whedon. Le côté western détourné par la SF n’est pas sans rappeler non plus Firefly de Whedon également. Et que dire de cette répétition autour de variations qui fait clairement penser à Person of Interest ? Au moins, pour cette dernière, il s’agit des mêmes créateurs, ça se comprend. C’est une bonne série, que je conseille malgré ces quelques critiques pour nuancer toutes celles qui hurlent à l’originalité pure et à la nouveauté. Une bonne surprise, oui, une nouveauté, pas vraiment…

Ces nouveautés sont donc inspirées fortement de thématiques déjà traitées, mais elles parviennent à s’en démarquer de manière agréable.

01
Blasée, Hayley ? (Conviction)

EN CONCLUSION – La saison 2016-2017 est bien entamée désormais, même si j’attends encore quelques retours (comme Supergirl). Le mois de septembre n’a pas été transcendant, j’ai l’impression d’être enfermé dans une routine au milieu de laquelle il est difficile de trouver quelques bouffées d’oxygène de nouveauté. Je n’aime pas terminer mon article par une question, mais quand même, cette fois ça s’impose : suis-je le seul ?