Mes derniers coups de… #40

Salut les sériephiles,

Il fait sacrément beau, ce week-end, dis-donc ! Cela fait drôlement du bien après un mois de mai tout pourri de pouvoir enfin sortir les t-shirts et profiter un peu du soleil. Je ne m’en prive pas et tant pis pour les séries… Je n’oublie toutefois pas mon article du jour, et j’en profite aussi pour écrire enfin cet article ! Allez, trêve de blabla, à présent, je tente de vous parler sans spoiler et en coup de vent de mon dernier…

Coup de cœur : Je sais que ça va en surprendre certains et que ça va être très cliché pour d’autres, mais HBO Max a fini par diffuser un premier teaser pour le reboot de Gossip Girl et… j’ai beaucoup aimé ? Clairement, c’est moins politiquement correct que la première saison de la série d’origine, mais ce n’est pas étonnant avec ce diffuseur et la réputation qu’a eu la série ensuite. Je trouve que c’est une très bonne idée de nous annoncer une diffusion pour l’été. La série s’annonce hyper clichée, mais c’est ce que j’en attends, surtout pour une série estivale. Ce sera fun, faussement sexy et très adolescent. Ils ont tout bon sur cette promo. Je n’en regarderai rien d’autre avant le premier épisode. Par contre, c’est fou, cela fait quand même deux année d’attente depuis l’annonce officielle du projet. Je n’ai pas l’impression d’avoir eu si longtemps à attendre ! Et autant ce reboot m’enchante, autant celui des 4400 sur la CW me laisse… perplexe.

Coup de mou : Je crois l’avoir déjà souligné dans mon article sur les séries commandées pour la saison 21/22 et ça paraît évident après cette fin de paragraphe de mon coup de cœur, mais franchement, la créativité des scénaristes et des projets de séries à Hollywood prend un sacré coup de mou avec l’annonce des projets de la rentrée. Les networks rivalisent de spin-offs et d’adaptations sous forme de remake divers et variés… mais purée qu’est-ce que ça manque d’originalité, de fun, de spontanéité ! Je ne sais pas si c’est le covid qui limite encore plus que d’habitude les prises de risques, mais j’ai trouvé cette période d’upfront hyper déprimante tant elle manquait de saveur et d’excitation sur de futurs projets. J’espère me tromper et trouver mon bonheur l’an prochain… Après tout, cette saison, il y avait des petites pépites, alors que j’avais pensé du mal aussi de la rentrée. Et puis, il en suffit parfois d’une seule.

LUCIFER GIFS — The fight scene in the final episode of Lucifer...Coup de poing : C’est difficile sans avoir vu d’épisodes récemment, mais je peux toujours le prendre au sens figuré ce coup. Et le coup de poing que j’ai reçu hier matin, c’est le fait que ça y est : Lucifer est de retour… Merci Netflix de me balancer huit épisodes d’un coup dans la tronche, j’avais vraiment besoin de ça en ce moment où je suis débordé par toutes les séries à voir ! Après, c’est la solution de facilité d’en faire un « coup de poing », surtout après voir vu ce gif en écrivant mon article jeudi…

Coup de blues : J’aimerais souligner ma tristesse d’avoir dû peut-être dire au revoir pour la dernière fois à Zoey la semaine dernière. J’adore cette série et ses chansons ! Pour le moment, nous n’avons pas de nouvelles d’un possible renouvellement et ça me file le cafard quand j’y pense. Je déteste voir le dernier épisode d’une saison sans savoir si la série est renouvelée, car ça laisse toujours une amertume d’incertitude très désagréable. Et pourtant, là, la série a bien joué ses cartes avec une fin de saison qui pourrait être une fin de série. Tout de même, j’aimerais bien savoir si on aura une suite à l’une de mes rares séries vraiment feel good. L’annulation de God Friended Me était déjà assez triste comme ça (dit-il sans jamais avoir fini la série parce qu’elle était annulée et que c’était trop triste).

Zoey's Extraordinary Playlist GIF - Find & Share on GIPHY

Coup de vieux : Difficile de choisir entre deux possibilités très prévisibles et clichées ! La première, c’est que j’en suis avec cet article au quarantième mois de suite que je vous propose cet article sur les coups. Quarante ! C’est que ça défile à toute vitesse sans même que je n’en prenne conscience, mais forcément, ça donne un coup de vieux au blog, surtout que j’ai l’impression que ces articles sont arrivés bien après la création du blog. Ils en sont aujourd’hui difficilement dissociables dans ma tête ! La deuxième, ce sont les vingt ans de la Star Ac, tout simplement. Evidemment que j’ai regardé l’Eurovision samedi dernier, j’ai mes priorités, mais j’ai voulu écrire cet article devant l’émission anniversaire… Autant vous dire que j’ai mis bien longtemps à l’écrire !

Coup de barre : Ce coup ne va surprendre personne, après deux semaines de galère dans mon emploi du temps, et alors qu’il m’en reste encore au moins deux du même acabit à venir – si jamais elles ne sont pas pires – j’avoue avoir eu du mal avec cet article. Cela se voit, c’est censé être un article de milieu de mois et on est le 29. Malgré tout, je ne me vois pas faire un mois sans après autant de temps, alors je suis content de le publier. Ce fut un coup de barre phénoménal, mais eh, j’ai réussi à le surmonter, me voici !

Katey Sagal and Krista Vernoff of Rebel fame, rebel against shows  cancellation: ohnotheydidnt — LiveJournalCoup de bol : Heureusement que j’ai pris la décision de ne pas commencer à regarder Rebel le mois dernier ! La série me tentait bien pour son équipe créative et parce qu’elle était sur ABC, mais j’ai vu qu’elle arrivait sur Disney + en cette fin mai, donc qu’elle pouvait bien attendre. La série est cependant annulée depuis une semaine à peu près, donc… J’ai bien fait de m’épargner ça dans mon emploi du temps. En plus, j’ai envisagé de la commencer quand j’étais à jour et tout, mais maintenant que je ne le suis plus, ça me paraît dingue d’envisager de caser encore une saison de plus. Parfois, c’est une bonne chose d’attendre avant de me lancer, donc.

Ange3l3q — Finola, I'm trying to get back to somebody. It's...Coup de gueule : Je ne sais pas si je vais la pousser contre NBC ou contre moi-même, mais l’annulation de Debris me dépite totalement. Franchement ! C’est tellement énervant de savoir que la série n’aura pas de fin. Je n’ai pas encore trouvé le temps et l’énergie de la continuer, mais vous pouvez être sûr que je vais terminer ces deux épisodes… Et sûr que vous allez continuer de m’entendre râler de cette annulation. J’ai déjà écrit un article et j’en parlerai forcément dans un prochain podcast. Grand minimum. Cette série-là, je vais mettre longtemps à digérer son annulation.

Coup de tête : Ah, une fois de plus, je me retrouve embarrassé parce que j’ai envie de parler de quelque chose qui m’a semblé être un coup de tête sur le moment, mais qui ne l’était pas vraiment puisque j’en avais parlé ici une semaine avant. Je suis retourné au cinéma mercredi dernier ! C’est clairement un coup de tête car je ne l’avais pas du tout prévu dans mon emploi du temps du jour et car j’avais très clairement autre chose à faire, du genre voir des séries… mais en même temps, ça faisait si longtemps que j’avais envie d’y retourner ! Ce fut en tout cas sans regret, comme je l’ai plus ou moins dit clairement dans l’article de mercredi.

joshua x olivia on TumblrCoup tordu : J’ai attendu pendant des semaines le retour de High School Musical The Musical The Seriestout ça pour prendre aussitôt un retard de deux semaines… Il faut dire, pour ma défense, qu’en ce moment, j’ai ma dose de Joshua Bassett et d’Olivia Rodrigo car ils n’arrêtent plus de sortir des titres. Quand la saison sera terminée, ce sera donc très étrange de découvrir qu’il n’y a plus aucune nouvelle chanson d’eux à découvrir. Avec mon retard, j’en aurais encore, car j’évite soigneusement d’écouter les titres qui sortent pour le moment. Spotify ne doit plus rien comprendre.

Coup de pub : J’ai envie d’insister une fois de plus sur Olivia Rodrigo. Ecoutez sa chanson Brutal, elle est géniale, et je ne le dis pas que pour la rime !

ellickedit | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirCoup de grâce : J’ai repris NCIS il y a un an et demi parce que j’étais heureux d’entendre parler du retour d’une actrice et parce que j’aime bien la série, malgré ses nombreux défauts. Cette saison 2020-21 m’aura vraiment donné tort. Je suis extrêmement énervé après la série qui retombe dans ses pires travers cette année dans son traitement des personnages féminins. Et puis, après avoir passé deux ans à espérer le développement d’une intrigue, je suis super frustré de voir comment elle se développe dans cette fin de saison. Tout ça pour une saison de 16 épisodes, en plus ! Et The Rookie qui n’en propose que 14, en plus ! Putain de covid, c’est tellement frustrant !!

 

Les premières chansons marquantes (4/16)

Salut les sériephiles,

Toujours plus tard, mes articles, n’est-ce pas ? Et en plus de ça, le titre est de plus en plus mensonger ! Aujourd’hui, je poursuis en effet ma petite saga de l’été qui consiste à faire le tour de mes premières fois en série. À l’occasion de la fête de la musique demain, je me suis dit que je pouvais bien envisager un petit article sur la première chanson marquante dans ma vie de sériephile. A priori, ce serait un épisode de Charmed, pour ne pas changer… mais j’ai déjà eu la triste occasion d’en parler dans un article !

Voir aussi : The Cranberries dans les séries

Par conséquent, j’ai changé d’optique et plutôt que de réfléchir à la première chanson marquante, j’ai décidé d’essayer de dater le moment où j’ai commencé à me dire que les séries étaient un bon moyen de connaître plein d’excellentes chansons… Il y a tout de même toute une période de ma vie où elles étaient presque la seule manière pour moi de découvrir de nouvelles chansons, notamment lorsque j’étais en prépa. Depuis, j’ai pris un abonnement Spotify et je me fie à ses recommandations, même si c’est parfois douteux. Je ne voulais pas tomber dans la facilité des génériques non plus… Et j’ai fini par tomber sur la saison 2004/2005 qui a proposé des scènes vraiment marquantes. Oui, avant même que je ne regarde Grey’s Anatomy !

Voir aussi : Une seule chanson parmi les séries ?

Je pense que c’est à peu près l’époque où j’ai commencé à avoir des mp3 et à utiliser… Windows Media Player. Une autre époque, sacrément révolue ! Pourquoi cette période ? Je ne sais pas, c’est l’année où je suis entré au collège, j’imagine que ça a dû jouer, l’adolescence, l’émancipation culturelle, tout ça tout ça. En tout cas, je me suis dit que j’avais deux souvenirs de chansons très marquantes cette année-là, et que ça méritait bien un article, surtout qu’il s’agit de séries dont je ne parle pas souvent sur le blog !

Blog de couples-en-serie - [] .::. Couples-en-Série ...

Les 4400 – 1×05 : She Will Be Loved de Marron 5

Il est possible que je me contredise un peu par rapport à l’article de la semaine dernière, mais c’est tout le problème d’essayer de remonter le temps… La chanson est utilisée dans la série lors d’une scène entre Shawn et Nikki – que tout le monde a oublié, je pense. D’accord, tout le monde a oublié les 4400, mais moi, j’adorais cette série à l’époque et je l’adore toujours autant aujourd’hui.

Du coup, le préadolescent que j’étais a vibré pour ce couple qui s’est formé envers et contre tous… même si aujourd’hui, je me rends bien compte que c’est hyper problématique parce que c’est quand même un ado de 17 ans qui crushait sur une fille de 14 ans et qu’on nous présente comme chanceux de pouvoir avoir 17 ans en même temps qu’elle grâce à un petit rebondissement paranormal.

Il n’empêche qu’ils étaient super mignons ensembles et que cette scène avait été un grand plaisir à découvrir. Là-dessus, on m’a rajouté du Maroon 5 et ça doit être à peu près la première fois que j’entendais ce groupe. Clairement, ce n’était pas la dernière, parce que je me souviens très bien avoir cherché sur internet la chanson ensuite et demandé à ma sœur de me trouver un moyen de l’écouter chaque fois que l’envie me viendrait ensuite.

Smallville – 4×18 : You & Me de Lifehouse

L’Histoire est mal faite parce que j’aurais vraiment dû être un énorme fan de Supernatural. Merci M6 d’avoir tout cassé… Toujours est-il qu’avant ça, Jensen Ackles était dans Smallville et qu’il faisait des ravages dans le cœur de Lana. Fou amoureux d’elle, il a provoqué bien des remous dans le couple Clark/Lana, avant de devoir reconnaître sa défaite lors du bal de promo.

Finalement, c’est rigolo : je me souviens surtout de cette scène comme le départ de la série de Jason (c’est-à-dire Jensen Ackles) que j’aurais aimé voir rester en couple avec Lana… alors même qu’à la revoir des années plus tard, il est surtout question de poser les jalons d’un couple Clark/Lois, tout en détruisant les espoirs de Chloe (toujours bizarre de revoir Alison Mack et d’adorer son personnage quand on sait ce que l’actrice faisait de sa vie) et en le remettant ENFIN avec Lana, LE couple que l’on voulait tous voir, même s’il n’était pas endgame et qu’on le savait tous.

Cette scène, je l’avais sur une VHS et je l’ai vue et revue des dizaines de fois, au point d’en connaître par cœur la chanson qui tournait par conséquent en boucle dans ma chambre. Autant vous dire qu’à l’époque, je n’avais pas le niveau d’anglais que j’ai aujourd’hui et que c’est surprenant de savoir que j’en connaissais les paroles par cœur… oui, mais voilà : Lifehouse est un excellent groupe et la chanson me plaisait autant que la scène – Kristin Kreuk y est juste magnifique.

C’est toujours un plaisir de revoir cette scène des années après, surtout qu’on fait le tour du casting au complet un peu de temps (désolé Lex, t’avais rien à foutre là aussi).

Voilà donc pour des chansons marquantes, les premières que j’ai téléchargées grâce aux séries et qui ont fini dans mes playlists de MP3. Les premières d’une longue, très longue série… même si je reconnais que ces derniers temps, je ne fais plus aussi attention qu’avant aux découvertes musicales des séries. On parlera quand même de musique dans un autre article demain, alors que l’écriture de cet article m’a donné de quoi faire pour celui de la semaine prochaine qui sera une véritable plongée dans mon passé. Je n’étais pas prêt moi-même, attention !

Faut-il prévoir la fin d’une série ?

Salut les sériephiles !

Une fois de plus et comme hier (ouh l’originalité), je reviens vers vous avec un article dont vous m’avez fourni l’idée. Enfin, pas vous, lecteurs fidèles : c’est une question que j’ai chopé dans les recherches menant au blog, tout simplement, alors ça vient probablement d’un lecteur qui n’est pas (encore) fidèle. Seulement, elle m’a particulièrement plu. Je ne sais pas sur quel article la personne qui a cherché ça est tombé car je pense n’avoir jamais répondu à cette question avant. La question ? C’est celle du titre évidemment : « Faut-il prévoir la fin d’une série ? ».

Résultat de recherche d'images pour "what kind of a question is that"

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, la réponse est à peu près évidente. Je suis professeur de français alors oui, non, peut-être synthèse. Ce plan est schématique, ne l’appliquez pas si vous êtes étudiants !

Résultat de recherche d'images pour "4400"

OUI

Il faut prévoir la fin d’une série, tous les fans sont d’accord pour le dire, parce qu’il n’y a rien de pire que de s’investir émotionnellement dans une histoire dont on n’aura jamais le fin mot. Qu’on soit fan de Colony ou d’Agent Carter, de séries éphémères comme Jericho ou de grosses histoires qui n’ont pas pu finir comme The 4400, je crois qu’on peut tous s’accorder pour se dire que la frustration de la fin tellement ouverte qu’elle n’est pas une fin en fait était horrible. Les cliffhangers, sérieux, quelle angoisse ! On veut des réponses, on veut une fin, prévoyez votre fin de série !

Résultat de recherche d'images pour "lost end"

En plus, on a tout de même de très bons exemples de séries dont la fin était programmée. Prenons le cas de LOST. Je sais que c’est un final qui divise, principalement parce qu’une grande partie des téléspectateurs semble ne pas l’avoir vue (vraiment, quand je lis encore tant d’années après que « c’est nul, ils étaient tous morts », mais putain, mais regardez la série, il est dit explicitement qu’ils ne l’étaient pas ??), mais ça a fait le plus grand bien à la série de connaître sa date de fin. En saison 3, on s’ennuyait à voir Kate couper les cheveux de Sawyer ; mais dès que la date de fin était choisie, paf, ça allait mieux.

D’autres séries ont bien géré leur fin car elle était prévue avant, comme Fringe ou Orphan Black, par exemple (et tant d’autres, je ne vais pas me lancer dans une liste complète, c’est impossible), d’autres feraient mieux d’y réfléchir sérieusement au lieu de trainer en longueur pour rien (enfin, je l’ai longtemps pensé de The Walking Dead et Grey’s Anatomy, mais elles sont redevenues bien ensuite, comme quoi, il faut garder espoir dans la vie…).

NONRésultat de recherche d'images pour "how i met your mother nope"

Prévoir une fin, ce n’est pas gage de qualité. Contrairement à LOST, les producteurs d’How I Met Your Mother ont ainsi prévu la fin de leur série avant de savoir la date à laquelle elle finirait. Du coup, la série a duré trois ou quatre saisons de trop (je les ai adorées quand même, hein !) et la fin était un poil révoltante car elle déconstruisait beaucoup de choses. J’ai rapidement pris le parti de l’adorer parce qu’elle répondait logiquement à beaucoup de pistes ouvertes par la série et était hyper logique… mais c’est la preuve que prévoir trop à l’avance une fin n’est pas forcément une bonne idée.

J’ai d’autres exemples en tête – Manifest, par exemple. Je l’aime bien cette série, mais quand je lis qu’ils ont un plan sur six saisons, ça me fait froid dans le dos, parce que ça sent l’annulation avant d’avoir dit tout ce qu’ils avaient à en dire, et du coup, j’aurais préféré une construction plus classique permettant de mettre fin un peu n’importe quand à leur délire, en apportant toutes les réponses.

Image associée
Parce que là, je suis sûr qu’ils garderont précieusement certains secrets…

Bon, et puis, je ne sais pas si j’évoque la fin hollywoodienne et décevante de Games of throne, parce que je n’ai pas regardé la série… mais bon, les résumés suffisent à savoir qu’ils ont fait une fin de série plutôt qu’une fin de saga.

Synthèse ?

C’est une situation de « ni oui, ni non ». Prévoir une fin permet souvent d’arriver à destination et est une bonne chose, mais cette fin ne doit pas être trop figée à l’avance pour être vraiment bien. On l’a vu avec LOST comme avec la fin parfaite de Dollhouse : bref, à mon sens, la réponse est que c’est mieux quand les scénaristes savent où ils vont, mais avec une date de fin claire.

Résultat de recherche d'images pour "dollhouse epitaph two"
Histoire d’avoir une tranquillité d’esprit certaine et d’être capable d’avoir le cerveau prêt à accueillir une nouvelle histoire.

S’ils savent où ils vont, sans date, ça a tendance à s’étirer inutilement. S’ils ne savent pas où ils vont, on se retrouve avec Grey’s Anatomy qui ne finira jamais alors que ça fait bien huit saisons que je me suis dit pour la première fois qu’elle commençait à être trop longue. Un entre-deux, c’est pas si mal. Non ? Bon, d’accord, pas toujours… J’ai déjà largement oublié la fin de Preacher par exemple, prévue un an avant, mais pas si marquante finalement. Espérons que The Good Place fera mieux cette année !

Résultat de recherche d'images pour "quantico ending"
Quelqu’un se souvient-il encore de la fin de Quantico ? Ah non, c’est vrai, je suis le seul à l’avoir vue !

Allez, je vous laisse vous acharner dans les commentaires, cet article devrait déclencher quelques haines je pense – j’ai parlé de LOST et How I met your mother pour en dire que j’aimais la fin, déjà – car on a tous un avis différent sur ce que devrait être une fin de série. Histoire de m’assurer des débats, j’ai aussi adoré celle de Shadowhunters maintenant que j’y repense. Et donc pour le plaisir :

Image associée
De rien.

 

Ce que c’est que le 4e mur

Salut les sériephiles,

Je ne vais pas inventer l’eau chaude avec l’article d’aujourd’hui, mais c’est souvent le cas quand je parle « lexique ». Il n’empêche que ces articles me font parfois apprendre des choses alors j’ai décidé de ne pas m’interdire de sujets, histoire de travailler ma curiosité, ma foi. Bref, pour ce lexique, on va parler du fameux « 4e mur » et de la manière de le briser, un truc que beaucoup doivent déjà connaître… Encore que ! Bref, c’est parti !

Voir aussi : Lexique du sériephile

Alors c’est quoi le 4e mur ? Techniquement, au théâtre, c’est l’espace où se situerait un mur imaginaire entre les personnages sur scène et le public, parce que les personnages ne sont pas censés avoir conscience qu’ils parlent face à un public. Dès lors, c’est assez facile de comprendre que « briser le 4e mur », c’est lorsque les comédiens se mettent à parler directement au public. Et comme c’est méta, moi, j’aime beaucoup.

Image result for 4th wall tv show abed

C’est quoi ce nom ? Ben l’idée, c’est que la scène est entre trois murs, quoi. Donc ajoutons-en un 4e. Et brisons-le, parce que c’est drôle de casser les règles pour surprendre le public. C’est une bonne manière de le faire.

Quelle origine ? En France, on le doit à Diderot dans Discours sur la poésie dramatique (1758). Ouep, pour une fois, ça a été théorisé en France. Puis autant dire que dans le théâtre, on a eu quelques exemples, entre L’Avare de Molière qui accuse le public d’avoir volé son argent ou L’Illusion comique avec la mise en abîme.

Image result for 4th wall tv show malcolm in the middle
Un grand classique, ça, aussi.

De là à vous trouver la toute première mention en littérature – ou même au cinéma – je n’aurais pas cette prétention, par manque de temps principalement, oups. Bloggeur en carton.

Et aujourd’hui ? Vous vous doutez bien que je vous parle pas de théâtre juste pour le plaisir de parler de théâtre – encore que, après tout, je suis prof de français, faut bien que je le justifie, non ? Non. Bon, bref, aujourd’hui, les jeux avec le 4e mur ne sont plus très originaux au théâtre ; on les voit régulièrement.

On les voit aussi régulièrement dans les films et surtout dans les séries pour ce qui nous concerne. Briser le quatrième mur à la télévision, c’est un léger abus de langage, parce que le plus souvent il y a quatre murs pour nos personnages – encore que certaines sitcoms sont tournés devant public (Friends) ou font comme si (How I met your mother). Related imageDès lors, le 4e mur est facile à briser pour ces séries-là, mais on en parle aussi de manière générale : c’est ce moment où le personnage se met à regarder face caméra et s’adresser directement à elle, donc directement à nous. Le personnage nous regarde quoi. Abed de Community ou Buffy dans l’épisode musical, les exemples sont nombreux.

Certains fondent toute leur saison dessus, aussi ; et je pense ici notamment à la première saison de Channel Zero. Si les comédies brisent le 4e mur pour faire rire, Channel Zero nous montre un personnage d’un show télévisé regardé par un enfant qui le brise pour le kidnapper. C’est toujours charmant comme le décalage qui fait rire peut devenir d’un seul coup extrêmement flippant.

Related image
Et puis, on ne voit plus Dora l’exploratrice de la même manière après.

En ce qui me concerne, en tout cas, c’est généralement bon signe d’avoir une œuvre – sous n’importe quelle forme – qui aime se jouer de son cadre strict en le brisant. M’enfin, vous commencez à le savoir ! Je termine juste par l’un de mes préférés, au cas où, l’épisode Fifty fifty des 4400 se termine par un 4e mur brisé de très bonne manière.